Version classiqueVersion mobile

Pour la dignité

 | 
Vincent Gay

Travailleurs immigrés et racisme au cœur de la crise

Chapitre 10

Fin de l’emploi non qualifié, fin des immigrés ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’emploi des travailleurs immigrés de l’industrie automobile est fortement menacé dans les années 1980. Cependant, l’incapacité des entreprises à leur garantir une stabilité de l’emploi est antérieure. Dès 1974, Chrysler et Citroën se séparent de travailleurs étrangers, dont de très nombreux manœuvres embauchés avec des contrats de six mois1. À l’usine d’Asnières, dont les effectifs sont déjà passés de 2 200 à 1 500 personnes entre 1973 et 1974, ou à Clichy, des travailleurs immigrés sont soit mutés, soit invités à prendre des congés sans solde. Ces restructurations silencieuses demeurent cependant ponctuelles. À partir de 1979, les problèmes d’emploi s’avèrent en revanche plus durables. Plusieurs plans de suppressions d’emplois se succèdent alors, qui se traduisent par des départs en préretraite dans le cadre de conventions avec le Fonds national pour l’emploi (FNE), des licenciements et des aides au retour pour les travailleurs immigrés, auxquels s’ajoute un chômage partiel croiss...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search