Version classiqueVersion mobile

Pour la dignité

 | 
Vincent Gay

Les trois temps de la contestation

Chapitre 5

Quand la contestation joue les prolongations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On était des moutons, mais maintenant, c’est nous les bergers1.

À la reprise du travail dans les usines Citroën le 1er juin 1982 puis chez Talbot le 5 juillet, le calme ne revient pas. Certes, les premières heures, voire les premiers jours, sont troublées par l’effervescence consécutive à la victoire des grévistes, mais en réalité cette effervescence dure bien au-delà de ce moment de liesse. Dans chaque usine, la fin de la grève du printemps donne lieu à des configurations similaires : les syndicats connaissent une très forte affluence, principalement à la CGT (1 500 syndiqués pour Citroën-Aulnay, près de 4 000 pour Talbot-Poissy), mais également, à une moindre échelle, à la CFDT (150 syndiqués pour Citroën-Aulnay, 1 200 pour Talbot-Poissy) (Richter, 1982). L’essentiel de cette syndicalisation massive et rapide est le fait d’ouvriers immigrés, sans expérience ni connaissance syndicale autre que la CSL ; la plupart ont participé aux grèves et certains ont pris part aux affrontements p...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search