Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

La parole est à Calet

Sources des textes et des transcriptions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ce qu’est la misère sans issue », L’Intransigeant, 26 novembre 1935.

« La jeune littérature fait ce qu’elle peut », L’Intransigeant, 20 novembre 1936.

« Un peu surpris, tout de même », Action, 21 juin 1946.

« C’est un de mes écrivains préférés », Le Figaro littéraire, 15 novembre 1947.

« C’est un bien curieux métier que nous exerçons », La Gazette des lettres, 4 janvier 1947.

« Je n’ai jamais appartenu à aucun clan », Les Nouvelles littéraires, 14 août 1947.

« Ma vocation n’était pas irrépressible », La Gazette des lettres, 6 septembre 1947.

« Je vais vers une certaine simplicité », INA, Paroles de Paris, Paris Inter (René Guignard), 14 septembre 1947.

« Je n’en aurai jamais fini avec moi-même », Les Nouvelles littéraires, 13 novembre 1947.

« Il semble que l’Afrique n’ait pas tenté les écrivains, c’est dommage », L’Écho du Maroc, 13 février 1948.

« Peu à peu, un personnage s’y est introduit comme par effraction », Chancellerie des Universités de Paris-Bibliothèque littéraire Jacques Doucet,...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search