Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

La parole est à Calet

Calet en mémoires

1956-2020

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Calet eut droit à de nombreuses notices nécrologiques1, mais il laissait derrière lui une situation financière, juridique et testimoniale des plus embarrassantes. Sans la détermination farouche de quelques fidèles à sauver sa mémoire et à assainir le passif éditorial, au moins dans les quatre ou cinq années qui suivirent son décès, Calet eût été immédiatement englouti dans les eaux du Léthé où vont s’échouer tant d’œuvres littéraires et artistiques.

1956-1959

Pascal Pia2 agença et préfaça le volume Contre l’oubli, déterminant pour comprendre les prises de position de Calet. Nicole Vedrès signa un texte sincèrement ému, le 17 juillet 1956, dans le numéro du Mercure de France de septembre 1956. Dans son Paris, le... (1958), elle consacra également un chapitre à Calet, dont le titre reprend une formule extraite d’une conversation avec l’auteur : « Nos livres ne sont pas nous, mais nous sommes nos livres3 ». Elle lui rendit hommage une fois encore dans l’émission télévisée Lectures pour t...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search