Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

La parole est à Calet

Avis de gros temps

1950-1956

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1950

Parmi les avatars les plus significatifs de la métamorphose des représentations symboliques en France au xxe siècle, il faut retenir l’année 1950.

Les livres de témoignages d’anciens des stalags sont en net recul. Bien sûr, il reste des souvenirs vivaces des années 1940 pleines de haines. On murmure discrètement que le maréchal Pétain pourrait être réhabilité, tandis que le modèle soviétique de la censure reste extrêmement vivace, que Bertolt Brecht (expulsé des États-Unis) est à la mode et qu’on publie le Journal d’Anne Frank, disparue à Bergen-Belsen. L’actualité immédiate est lourde d’inquiétudes, sur fond de guerre froide et de menace nucléaire : grèves dures, luttes sans merci entre factions rivales, embrasement du conflit coréen avec l’intervention de la République populaire de Chine, nomination du général américain Eisenhower au grade de commandant suprême des forces alliées en Europe. Sur le plan social, la France souffre d’une très grave crise du logement1. Le spectacle ...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search