Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

La parole est à Calet

De belles années

1945-1949

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1945

Quelques mois après la libération de la capitale et la descente triomphale des Champs-Élysées par le général de Gaulle, la vie de Calet prend une tournure inédite. Après avoir quitté son usine, il rentre à Paris et, sans difficulté apparente, intègre l’équipe de Combat. Pascal Pia et Albert Camus avaient donné au journal un nouveau souffle, dont la devise « De la Résistance à la Révolution » pouvait encore entretenir la flamme antifasciste, en même temps que l’idéal d’une évolution de la politique partisane vers la pratique d’une vertu émancipatrice. Sur cinq années, Calet livre au journal de nombreuses chroniques. Toutes commentent l’actualité politique et sociale de façon humaniste et pacifiste1. Il en fait de même dans des chroniques pour l’hebdomadaire Terre des hommes de Pierre Herbart. Son attitude est celle d’un engagement noble du côté des idées, mais aussi d’une défiance marquée envers les idéologies et les clans qui les diffusent.

L’ouvrage Les Murs de Fresnes, publié a...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search