Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

La parole est à Calet

Faux et vrais départs

1935-1944

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin de 1934, avec la complicité active de sa famille, Raymond Barthelmess investit une cachette misérable tout près des Buttes-Chaumont, rue Edgar-Poe dans le 19e arrondissement de Paris. Il rencontre l’année suivante Marthe Klein, juive hongroise et veuve d’un sculpteur. Mais tout va mal et il sombre à nouveau dans la dépression. Aucun optimisme n’est à attendre de la situation politique internationale : la France se débat dans les convulsions des extrémismes, l’Allemagne renforce son agressivité belliqueuse et Mein Kampf paraît dans sa première traduction française.

Un événement de la première importance se produit alors. Toujours par l’entremise de Constantinovsky, qui lui-même avait déjà publié Les Traqués chez Gallimard, Calet fait remettre le début du manuscrit de La Belle Lurette à Jean Paulhan, directeur littéraire de cette maison depuis dix ans, qui l’accepte très favorablement1. C’est l’amorce d’une carrière littéraire. Des amitiés durables se nouent rapidement avec Ma...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search