Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

La parole est à Calet

Raymond Barthelmess, aventurier

1904-1934

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Calet ne s’appelle pas Calet. Entre une naissance à la clinique Tarnier1, le 3 mars 1904, et le jour du printemps 1934 où La NRF accepta le manuscrit de La Belle Lurette, c’est un dénommé Raymond Barthelmess qui s’employa à démêler les entrelacs de la nécessité matérielle, des brutalités de l’histoire et de la libre aventure individuelle. Cet homme ne crut jamais au salut par le travail, mais personne plus que lui ne connut les affres de la course après l’argent pour vivre, tout simplement.

Raymond Barthelmess doit son patronyme à Louis Barthelmess, qui avait été l’époux de Sophie Anne (Anna) Claus, sa mère, avant qu’ils divorcent quelques années plus tard. L’enfant vient au monde dans le plus grand dénuement2. Théo Feuillaubois, celui qu’il désignera toujours comme son père, ne fut donc pas son géniteur3. Peu importe : le père, c’est celui qu’on se donne. Tant pis si Théo, un dur qui pratiquait les métiers les plus improbables, un clochard chronique adepte de la reprise individuelle...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search