Version classiqueVersion mobile

Je ne sais écrire que ma vie

 | 
Henri Calet

Préface

Aux flâneurs des deux rives

Joseph Ponthus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour toucher, pour voler un peu de vérité humaine, il faut approcher la rue. L’homme se fait par l’homme. Il faut plonger avec les hommes de la peine dans la peine, dans la boue fétide de leur condition pour émerger ensuite bien vivant, bien lourd de détresse, de dégoût, de misère et de joie. Avec les hommes de la peine, il faut vivre dans le coude à coude. Mélanger aux leurs sa sueur, les suivre dans leurs manifestations bêtes et grandioses. Toucher leurs plaies des cinq doigts, boire à leurs verres, pleurer leurs larmes, faire gémir leurs femmes, partager leurs pauvres espoirs et leurs petits bonheurs1.

C’est une immense joie en même temps qu’un grand péril de devoir préfacer un livre sur un auteur que j’affectionne depuis longtemps. En effet, à qui s’adresser : aux lecteurs qui vont découvrir ses livres, à ceux qui le chérissent depuis toujours et entretiennent sa flamme, à Michel P. Schmitt qui a établi cette très belle édition, à Henri Calet ou bien à moi-même ?

Les entretiens de...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search