Version classiqueVersion mobile

Culture écrite et inégalités scolaires

 | 
Bernard Lahire

Table des matières

Chapitre I

Cultures écrites et cultures orales

Introduction : réflexion sur les cultures orales et les cultures écrites
I. Des univers sociaux « sans écriture »
1. Formes sociales orales et formes d’exercice du pouvoir
2. Formes sociales orales et « savoirs »
3. Sens pratique et formes sociales orales
II. Les univers sociaux où naît l’écriture
1. Écriture et rapport au langage
2. Savoirs scripturaux
3. Pouvoir symbolique et pratiques d’écriture
4. Décontextualisation et forme d’exercice du pouvoir
III. Le cas d’une mise en question des cultures orales
1. Écriture alphabétique et grammaire
2. La cité et l’écriture des lois
3. Les transformations, réinterprétations, critiques des mythes
4. Savoirs scripturaux et cité
IV. Les univers sociaux à l’école
1. Cultures populaires : recomposition des rapports de domination
2. Écritures et codifications
3. Forme scripturale-scolaire de relations sociales
Conclusion : vers une compréhension renouvelée de l’inégalité devant l’école

Chapitre II

Sociologie de l’« échec scolaire »

Introduction
I. Les moyens de traiter la question de l’« échec scolaire »
1. Émergence du problème social
A. Transformation du système scolaire et émergence d’un problème social
B. De l’enjeu social au moyen de lutte
2. Données statistiques sur l’« échec scolaire »
A. « Échec scolaire » au cours préparatoire
B. « Échec scolaire » à l’école primaire et avenir scolaire
C. « Échec scolaire » et classes populaires
D. Des récurrences statistiques à l’observation des processus effectifs
3. Énoncé de l’hypothèse principale
4. Dépasser les oppositions : un enjeu théorique
5. Critique du « déficit » et du « handicap » : domination et réappropriations
A. Théories du handicap
B. Résistances et réappropriations
6. Formes sociales et groupes sociaux : conséquences pratiques
II. Implications méthodologiques
1. Confrontation, comparaisons et coexistence
2. Les pratiques scolaires du français : hétérogénéité et cohérence
3. Production des matériaux
A. Observations et observations-participantes, entretiens et collectes de productions diverses
B. Saisir un tout
III. Présentation du « terrain »
1. Présentation du « terrain » selon la CSP
2. Présentation du « terrain » selon la nationalité
A. Commune de Saint-Fons / données nationales
B. Nationalité et CSP
3. Langue, culture ethnique et « échec scolaire »
Conclusion

Chapitre III

Lire et écrire

Introduction
I. Les pratiques scolaires d’apprentissage de la lecture et de l’écriture
1. Méthodes d’apprentissage de la lecture
2. Univers des exercices scolaires de lecture et d’écriture
3. Conscience phonologique et sens scolaire
4. L’annulation magique des contraintes effectives : la « motivation »
5. Théories linguistiques et pratiques scolaires
II. Les difficultés d’analyse de la chaîne sonore et de déchiffrage
1. Le discours des enseignants
2. Les classes de perfectionnement première et deuxième année
3. Cours préparatoire et classes d’adaptation
4. Les persistances des difficultés d’analyse de la chaîne sonore
5. Qu’est-ce qui est au principe de ces difficultés ?
III. Les « mauvais découpages » de mots
1. Présentation du problème
2. Les classes de perfectionnement première et deuxième année
3. Cours préparatoire et classe d’adaptation
4. Du CE2 au CM2
5. Qu’est-ce qui est au principe de ces difficultés ?
IV. Les problèmes de compréhension en lecture
1. Présentation du problème
2. Les classes de perfectionnement première et deuxième année
3. Du CP au CM2
4. Rendre raison de ces difficultés
Conclusion

Chapitre IV

L’univers scolaire de la langue

Introduction
I. La spécificité du travail scolaire sur le langage
1. Univers des exercices
2. Le monde de la langue : construction d’un univers autonome et cohérent de langage
A. Énoncé et proposition ; compréhension active et compréhension passive
B. La construction d’un univers autonome et cohérent
C. Le rapport scriptural-scolaire au langage : critique de l’opposition vie / école
II. L’organisation du travail scolaire sur le langage
1. L’organisation des séquences d’apprentissage du CP au CM2 vue à travers les manuels scolaires et les entretiens
A. Au cours préparatoire
B. Du CE1 au CM2
2. Les schémas d’ensemble des leçons reconstitués à travers les observations de classes (CM1-CM2)
3. Les interactions maître-élèves
A. La structure Question-Réponse-Évaluation
B. Les effets de la nécessaire logique de progression des leçons
C. Actif / passif ou asymétrique / dissymétrique ?
III. Participations minimales aux pratiques scolaires
1. Les imitations orales par intuition pratique
2. Les automatismes
A. Les classes de perfectionnement
B. Du CE1 au CM2
3. Désinvestissements scolaires
IV. Autres indices de résistances
1. Difficultés dans les transformations et constructions de propositions
2. Les réappropriations pragmatiques-dialogiques
A. Présentation du problème
B. Situations de classe
C. Performances d’élèves de CM2 à un exercice grammatical
D. Du détournement sérieux et involontaire au détournement ludique
3. Les fautes d’orthographe
A. L’orthographe : un indicateur de réflexivité
B. Fautes d’orthographe et origines sociales
C. Orthographe d’usage, orthographe grammaticale et origines sociales
D. Confusions dans les formes verbales et origines sociales
Conclusion : école, langage, pouvoir

Chapitre V

Les pratiques langagières orales

Introduction
I. L’« oral » scolaire
1. Place et importance de l’« oral » à l’école
A. L’« oral » dans les documents officiels
B. Le discours des enseignants
2. « Faire des phrases »
3. Mots du vocabulaire précis et définitions métalinguistiques
4. L’« oral scolaire » : école et linguistique structurale
II. L’évaluation scolaire du langage
1. Vocabulaire et syntaxe « pauvres » : reconstruire une situation sociale complexe
2. Maîtrise pragmatique et maîtrise métalinguistique du vocabulaire
A. Une « pauvreté de vocabulaire » relative
B. Vocabulaire et rapport au vocabulaire
3. Explicite, implicite et groupes sociaux
A. Code élaboré, formes sociales scripturales et groupes sociaux
B. Les limites d’une saisie négative des pratiques langagières orales des élèves d’origine populaire
III. Les jeux de langage des élèves des classes de perfectionnement
1. Jugements scolaires sur le langage des élèves
2. Le primat de l’action et de la situation pratique d’énonciation
3. Récits oraux implicites : revivre l’événement et faire participer
4. Rapport aux événements racontés, rapport à l’auditoire et à la situation immédiate d’énonciation et rapport au langage
IV. Des genres de récits oraux socialement contrastés
1. Situation d’énonciation, population, interrogations et critères de lecture
2. Performances aux différents critères
3. Cohérence et mixité
Conclusion

Chapitre VI

L’architecture des textes

Introduction
I. Pratiques et évaluations scolaires
1. Les Instructions officielles et les manuels
2. Les micro-pratiques scripturales-scolaires de construction des textes
3. Corrections : l’inlassable travail de reprise des constructions verbales
4. Les catégories scolaires de jugement
A. La « banalité »
B. Des problèmes de structures textuelles
5. Qu’est-ce qu’un récit ?
II. Analyse des résistances : les récits écrits des élèves de milieux ouvriers, CM1-CM2
1. Questions, matériau exploité...
2. L’économie interne du texte
3. Stabilité et instabilité temporelle : commentaire, incise...
4. Les implicites : exotopie et visée éthico-pratique
5. Synthèse
III. Différences textuelles et différences sociales
1. Saisir des différences
2. Le test d’« expression écrite » : sujet et population scolaire
3. Les critères de lecture
4. Résultats selon chaque critère
5. Cumul des « avantages » et des « désavantages »
6. Constructions textuelles et forme d’exercice du pouvoir
Conclusion

Épilogue

I. La difficile autonomie du travail sociologique
II. Les connexions de la recherche
III. La question des « cultures populaires »
IV. Comprendre les pratiques
V. Langage et pouvoir
VI. L’ordinaire des pratiques scolaires
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search