Version classiqueVersion mobile

Christine Angot, une écriture de l'altérité

 | 
Francesca Forcolin

« Œdipe c’est moi »

La tragédie collective du héros

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son article intitulé « La délation antisémite sous l’Occupation1 », Laurent Joly explore les caractéristiques et les motivations de ceux qui, sous l’Occupation, ont dénoncé des juifs. Il met en évidence la prégnance d’un antisémitisme, d’une haine xénophobe aux fondements divers, mais qui puisent toujours dans une tradition d’extrême droite, à l’origine de ces délations. Les clichés sur la figure du délateur abondent : personnage vil, envieux, méchant, ignoble, très méprisé. L’historiographie abondante sur le sujet se fonde principalement sur les lettres, pour la plupart anonymes, conservées dans les archives du Commissariat général aux questions juives2.

Ce phénomène massif concerne notamment les hommes. Mais Joly souligne aussi la « féminisation de la délation ou le mythe de la “concierge”3 », ces femmes traîtresses, ces « pipelettes4 », comme Christine Angot les définit ironiquement dans sa « Préface » des Femmes qui dénoncent. Dans ce récit documentaire, Helga Schubert réuni...

© Presses universitaires de Lyon, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search