Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’hôpital moderne

 | 
Olivier Faure

Conclusion générale. L’hôpital et la médicalisation

Texte intégral

  • 1 STEUDLER (François), « Hôpital, profession médicale et profession hospitalière », Revue française d (...)

1Plutôt que l’analyse de Foucault, ce sont les descriptions de Tenon qui rendent le mieux compte de la réalité des hospices de Lyon au début du XIXe siècle. On retrouve pourtant sans peine dans les Règlements les préoccupations médicales, policières et moralisatrices qui ont inspiré le schéma foucaldien. Outre le décalage entre le discours et le fait, d’autres indices font douter que ces affirmations sont la réalité profonde de l’institution hospitalière. La très riche correspondance des hospices, même limitée à la période 1802-1830, jette sur eux un tout autre éclairage. Ici les malades et les pauvres ne sont plus des objets que l’hôpital requiert, détient, redresse et guérit, mais des êtres qui s’expriment vigoureusement, disent leurs refus, et formulent leurs propres exigences. L’hôpital n’est ni le temple clos de la médecine où le « Progrès » chemine et triomphe, ni le reflet exact des tares physiques et morales de la société, ni le lieu neutre où s’élaborent les stratégies du pouvoir. Comme toute institution, il entretient avec la société globale des rapports complexes et changeants1.

  • 2 Ibid.
  • 3 STRAUSS (Anselm) et alii, « The Hospital and its negotiated order », in FREIDSON (E.), The Hospital (...)
  • 4 ROSENBERG (C.-E.), « And Heal the sick, Hospital and patient in 19th century America », in BRANCA ( (...)
  • 5 IMHOF (Arthur E.), « The Hospital in the 18th century : For whom ? », in BRANCA (Patricia), op. cit (...)
  • 6 ROSENBERG (C.-E.), art. cit., pp. 121, 122 et 128.
  • 7 FEBVRE (Lucien), Combats pour l’histoire, Paris, 2e éd., 1965.

2Comme aujourd’hui, l’hôpital est un « lieu où les forces sociales négocient et institutionnalisent leurs conflits »2. Dans ce processus, le bas personnel et les malades agissent sur l’hôpital de façon déterminante3. Si à l’époque étudiée l’hôpital reste majoritairement un hospice et tarde à se médicaliser, c’est moins le fait des dirigeants que celui des malades et du bas personnel. A cette époque, « la situation d’hospitalisé est beaucoup plus déterminée par les sentiments de l’intéressé que par les volontés de la médecine »4. L’hôpital n’a guère de moyens de sélection. Ce n’est que lorsqu’il existe un certain relais dans le public que l’hôpital peut se transformer et devenir une institution de soins. Quelques catégories ont pu jouer ce rôle, tant à Lyon qu’ailleurs, au XIXe ou au XVIIIe siècle5. Cette domination des « clients » sur les fonctions et le fonctionnement de l’hôpital est facilitée par la désunion des corps dirigeants de l’hôpital (médecins et administrateurs), et par les complicités qu’ils rencontrent dans un bas personnel proche d’eux par les origines et la mentalité. En bref, l’histoire de l’hôpital, comme l’histoire tout court, est « toute entière sociale »6 7.

  • 8 QUÉTEL (Claude), Les cadres de la folie au XIXe siècle, thèse citée, p. 244.
  • 9 HERZLICH (Claudine), « Types de clientèle et fonctionnement de l’institution hospitalière », in Rev (...)

3Au début du XIXe siècle, l’hôpital semble pourtant immobile. A Lyon, comme à Caen, « la fonction asilaire écrase tout l’horizon »8. Le recrutement des pensionnaires se fait sur des critères plus sociaux que médicaux, et le malade se distingue peu du marginal, de l’improductif, du vieillard et de l’isolé. Face à ce public, l’hôpital est tout naturellement amené à assurer des tâches d’accueil, de gardiennage, de contrôle social, et non pas du tout, ou presque, de soins médicaux9.

  • 10 GLASER (W.-A.), « American and Foreign Hospitals ; some sociological comparisons », in FREIDSON, op (...)
  • 11 ROSENBERG (C.-E.), art. cit., in BRANCA (Patricia), op. cit., pp. 130-132.
  • 12 GUTTON (Jean-Pierre), La société et les pauvres, op. cit.
  • 13 BRIDGMAN (R.-F, ), L’hôpital et la cité, op. cit., p. 150. PÉQUIGNOT (H.), Hôpital et humanité, op. (...)
  • 14 THOILLIER (Henri), L’Hôpital Français, 1943, 279 pages. Dans cet ouvrage les têtes de chapitres son (...)

4Personne n’est d’ailleurs prêt à assurer de telles fonctions : la médecine reste inefficace, les médecins ne font qu’un bref passage dans les hôpitaux, le bas personnel est instable, non qualifié10, les administrateurs restent attachés à une vision purement caritative et se perdent dans les dédales de la gestion quotidienne11. Cet immobilisme de l’institution n’est que le reflet d’une demande restée traditionnelle. J.-P. Gutton a noté que les antiques manières de mendier survivaient à la Révolution12, et plus généralement la pauvreté se vit en 1850 comme un siècle auparavant. Si l’hôpital n’évolue pas, c’est d’abord parce que la société produit toujours les mêmes besoins d’assistance. Cette forme d’hôpital mérite description, car l’hôpital d’aujourd’hui est encore en grande partie le refuge des pauvres et des isolés13, et ses fonctions d’accueil et de redressement ne sont pas mortes il y a si longtemps, et peut-être survivent elles encore14.

  • 15 ROCHAIX (Maurice), Contribution à l’étude des problèmes hospitaliers contemporains. Essai sur l’évo (...)
  • 16 QUETEL (Claude), Le Bon Sauveur de Caen, op. cit.
  • 17 ATTALI (Jacques), L’ordre cannibale, op. cit., pp. 169-172.
  • 18 STEUDLER (François), in Revue française de Sociologie, art. cit.

5Peut-on pourtant qualifier globalement la première moitié du XIXe siècle de « période réactionnaire »15 ? Cet aspect est indéniable et dans la vie quotidienne l’uniformité semble la règle16, mais on serait plutôt tenté d’y voir une période où « l’ordre des corps et l’ordre des machines » interfèrent. La nouveauté ne surgit pas toute armée de quelques cerveaux clairvoyants, mais elle s’impose partiellement au terme de longs cheminements. C’est l’échec du modèle ancien qui est le premier facteur de modernisation. Les élites traditionnelles sont dépassées17, et leur désarroi permet l’intrusion progressive des médecins et des autorités politiques dans l’hôpital. 1830 leur donne la première occasion de les réaliser. Dès lors, sous une gestion plus rigoureuse, c’est un projet cohérent qui sous-tend l’action des administrateurs. Soigner les corps et éliminer les misérables sont les deux volets d’une même politique. On ne peut médicaliser l’hôpital s’il est surchargé de tâches d’assistance, et, à l’inverse, l’arrivée de malades plus aisés ne peut que stimuler une demande purement médicale. C’est pourtant là que le bât blesse, car ce projet précède les révolutions médicales et l’évolution sociale. Les pauvres le sont encore trop et les catégories aisées considèrent toujours l’hôpital comme le refuge des pauvres et le lieu de la déchéance. Paradoxalement, ce n’est qu’avec la création de la Sécurité Sociale que ce projet d’essence libérale connaît sa poeine réalisation18.

  • 19 HATZFELD (Henri), Du Paupérisme à la Sécurité Sociale, op. cit., passim.

6A défaut de satisfaire entièrement ces aspirations nouvelles, l’hôpital des années 1830-1850 réalise un vieux rêve : séparer, isoler et discipliner les malades. Cette violence faite aux conceptions populaires est curieusement l’une des conditions de l’avancée vers l’hôpital contemporain. Pour « bien soigner » les malades il faut au préalable qu’ils acceptent de s’en remettre au seul médecin. Dans ce processus de « dépossession culturelle »19, on en reste vers 1850 à la lutte contre les charlatans et aux tentatives d’extirpation des « préjugés » populaires. De plus en plus, le peuple s’en remet au pouvoir de l’hôpital et du médecin, bien avant qu’ils n’aient acquis une quelconque efficacité thérapeutique.

  • 20 BOLTANSKI (Luc), « Les usages sociaux du corps », A.E.S.C., n° 1, 1971, pp. 205-233, p. 232.
  • 21 STEUDLER (François), art. cit, , Revue Française de Sociologie, n° spécial, cit.
  • 22 Ch. chap. X et XI.

7D’autres éléments de l’hôpital contemporain émergent dès avant 1850. Depuis 1830, l’hôpital accepte les quelques techniques médicales nouvelles, dans la mesure où elles ne risquent pas de remettre en cause les structures de l’institution20, car celle-ci est désormais en partie contrôlée par les médecins, comme le prouvent leur rôle au conseil d’administration et différentes affaires21. Ce pouvoir nouveau, les médecins l’utilisent aussi pour demander une sélection des malades, et l’on retrouve les liens entre médicalisation et désocialisation22.

  • 23 CANDILLE (Marcel), art. cit., B.S.F. H, H., 1973, 28, oppose pourtant les deux choses, au moins dan (...)
  • 24 QUETEL (Claude), Le Bon Sauveur de Caen, op. cit.

8Ce schéma ainsi résumé a-t-il quelque validité ? Les exemples locaux ne sont pas légion pour qu’on puisse en juger. On retrouve dans les Hospices Civils de Lyon une quantité de traits communs avec le « Bon Sauveur » de Caen23, pourtant hôpital psychiatrique et privé, même si le passé semble y peser moins lourd. Les Hospices de Lyon sont aussi bien voisins des hôpitaux américains du début du XIXe siècle, avec leur administration peu cohérente, leurs malades bien réfractaires aux règlements24. On hésite cependant à conclure avant d’autres études.

  • 25 ROSENBERG (C.-E.), art. cit., in BRANCA, The Medicine Show, op. cit., L’ouvrage que prépare M. PERR (...)

9Une chose pourtant est sûre. L’hôpital n’est que le carrefour d’histoires multiples : celle de la médecine, celle des médecins, celle des attitudes devant la santé, celle de l’évolution sociale25. C’est de l’interaction de tous ces facteurs que dépend le destin de l’hôpital et des différentes institutions de santé, qui ne font que mesurer un phénomène de première importance, qui reste à analyser, la médicalisation de la société.

Notes

1 STEUDLER (François), « Hôpital, profession médicale et profession hospitalière », Revue française de Sociologie, n° spécial, « Sociologie de la médecine », 1973, 205 pages, pp. 13 à 40. L’auteur demande une approche historique et reproche à la plupart des études leur manque de lien avec la société globale.

2 Ibid.

3 STRAUSS (Anselm) et alii, « The Hospital and its negotiated order », in FREIDSON (E.), The Hospital in modem society, op. cit., pp. 147-169, p. 149.

4 ROSENBERG (C.-E.), « And Heal the sick, Hospital and patient in 19th century America », in BRANCA (Patricia), The Medicine Show, Patients, Physicians and the Perplexities of the Health Révolution in Modem Society, New-York, 1977, 280 pages, pp. 121-141, p. 124.

5 IMHOF (Arthur E.), « The Hospital in the 18th century : For whom ? », in BRANCA (Patricia), op. cit., pp. 141-165, p. 157. L’auteur mentionne les militaires, les malades payants, les domestiques.

6 ROSENBERG (C.-E.), art. cit., pp. 121, 122 et 128.

7 FEBVRE (Lucien), Combats pour l’histoire, Paris, 2e éd., 1965.

8 QUÉTEL (Claude), Les cadres de la folie au XIXe siècle, thèse citée, p. 244.

9 HERZLICH (Claudine), « Types de clientèle et fonctionnement de l’institution hospitalière », in Revue française de sociologie, n° spécial, cit., pp. 41 à 59, p. 43.

10 GLASER (W.-A.), « American and Foreign Hospitals ; some sociological comparisons », in FREIDSON, op. cit., pp. 37 à 72, p. 67.

11 ROSENBERG (C.-E.), art. cit., in BRANCA (Patricia), op. cit., pp. 130-132.

12 GUTTON (Jean-Pierre), La société et les pauvres, op. cit.

13 BRIDGMAN (R.-F, ), L’hôpital et la cité, op. cit., p. 150. PÉQUIGNOT (H.), Hôpital et humanité, op. cit., passim.

14 THOILLIER (Henri), L’Hôpital Français, 1943, 279 pages. Dans cet ouvrage les têtes de chapitres sont évocatrices : « Bien-être, visites, distractions » (chap2), et « Retour au travail » (chap. 3). HERZLICH (Cl.), art. cit. note 9, voir l’hospice de Nanterre aujourd’hui.

15 ROCHAIX (Maurice), Contribution à l’étude des problèmes hospitaliers contemporains. Essai sur l’évolution des questions hospitalières de la fin de l’Ancien Régime à nos jours, Dijon, 1959, 356 pages, titre de la 3e partie.

16 QUETEL (Claude), Le Bon Sauveur de Caen, op. cit.

17 ATTALI (Jacques), L’ordre cannibale, op. cit., pp. 169-172.

18 STEUDLER (François), in Revue française de Sociologie, art. cit.

19 HATZFELD (Henri), Du Paupérisme à la Sécurité Sociale, op. cit., passim.

20 BOLTANSKI (Luc), « Les usages sociaux du corps », A.E.S.C., n° 1, 1971, pp. 205-233, p. 232.

21 STEUDLER (François), art. cit, , Revue Française de Sociologie, n° spécial, cit.

22 Ch. chap. X et XI.

23 CANDILLE (Marcel), art. cit., B.S.F. H, H., 1973, 28, oppose pourtant les deux choses, au moins dans le temps.

24 QUETEL (Claude), Le Bon Sauveur de Caen, op. cit.

25 ROSENBERG (C.-E.), art. cit., in BRANCA, The Medicine Show, op. cit., L’ouvrage que prépare M. PERROT sur la « Fin des vagabonds » sera très éclairant à cet égard.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search