Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’hôpital moderne

 | 
Olivier Faure

Troisième partie. L'hôpital au temps du libéralisme (1830-1845)

Conclusion. de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 A.H.C.L., L, Inspections, Note à l’intention des membres de la commission exécutive, par WATTEVILLE (...)
  • 2 Id., Rapport de M. de Watteville au Conseil, 31 août 1842.
  • 3 Id., Note à l’intention, .., 14 avril 1846.

1Le tableau qui précède risque d’être un peu optimiste. Pour donner aux changements leur véritable place, nous laissons la parole à des témoins extérieurs, mais perspicaces et peu enclins à la complaisance, les inspecteurs généraux des établissements de bienfaisance. L’Inspection de 1846 montre bien les limites des changements. « L’Hôtel-Dieu est malheureusement l’un des établissements de ce genre dont l’administration intérieure laisse le plus à désirer. Les salles sont en général trop vastes et cependant trop encombrées de lits... elles sont mal tenues, la police est mal faite, ... le régime alimentaire est tout à fait insuffisant, très mauvais et très mal apprêté »1. A La Charité, « les deux sexes ont trop de moyens de se rapprocher et les bonnes mœurs en souffrent... Dans les dortoirs, on fait la cuisine, on se couche pendant la journée »2, « les salles destinées à recevoir les filles mères sont, sauf une, dans de mauvaises conditions, et dans toutes le nombre de lits est trop considérable »3.

  • 4 Id., Inspections, Note de Watteville.
  • 5 Id., Rapport du 31 août 1842.

2Les sœurs sont particulièrement attaquées : « Les femmes attachées au service des pauvres dans les établissements hospitaliers de Lyon ne sont pas à la hauteur de la mission qu’elles se sont données. Ces dames n’ont ni les connaissances, ni la fermeté, ni le dévouement des pieuses religieuses de St-Vincent de Paul ou des autres congrégations religieuses »4. Et en 1842 le même Watteville est encore plus lapidaire : « En général cette espèce de communauté ne sait pas bien soigner les malades et maintenir l’ordre dans les salles »5.

  • 6 Id., Note du 14 avril 1846.
  • 7 Id., Observations faites par M. l’inspecteur Général, de Lurieu, dans les séances des 6 et 8 octobr (...)
  • 8 Id., Note du 14 avril 1846.
  • 9 Id., Observations faites... les 6 et 8 octobre 1852.

3Le service médical n’est pas à l’abri de critiques : les médecins ont trop de malades à voir6, le cahier de visites est mal tenu7, etc... Les rapports jettent aussi un regard très crû sur les œuvres d’enseignement, particulièrement « les élèves accoucheuses qui ne savent pas toutes lire et écrire, certaines approchent de la cinquantaine, les moyens d’étude manquent complètement8, trop souvent elles sont utilisées comme ménagères »9.

  • 10 SEEMAN (Melvin) et EWANS (J.-W.), « Stratification et soins à l’hôpital : critères objectifs de la (...)
  • 11 A.H.C.L., liasse Pharmacie, Lettre au Préfet, 6 janvier 1846.
  • 12 LÉVINE (S.) et WHITE (P.-E : ), « The Community of Health Organisations », in FREEMAN (H.-E.), LÉVI (...)

4Dans aucun des indicateurs qui mesurent la qualité du fonctionnement d’un hôpital les progrès ne sont décisifs10. La durée de séjour des malades varie peu, l’instabilité du personnel perdure, les erreurs pharmaceutiques abondent11, les communications avec les autres institutions de santé sont limitées12.

  • 13 A.H.C.L., L, Inspections, Précis des observations communiquées au Conseil dans ses séances des 6 et (...)
  • 14 Id., Lettre à M. de Lurieu, 8 octobre 1852 (brouillon).

5Ces caractéristiques demeurent, et les mesures réclamées par l’inspection de 1852 sonnent le glas de bien des espérances : Créer une salle d’opérations, isoler les varioleux, supprimer les cuisines dans les salles, tenir exactement le cahier de visites, changer la literie des salles, etc.13. Pourtant la voie est tracée et « si le bien ne peut pas toujours se réaliser aussi promptement que les administrateurs le désirent, de quels succès devraient-ils douter lorsqu’ils sont sûrs des sympathies et de l’appui des autorités ? » Certes, mais l’appui de la spciété fait encore largement défaut14.

Notes

1 A.H.C.L., L, Inspections, Note à l’intention des membres de la commission exécutive, par WATTEVILLE, 14 avril 1846, Ms, 6 ff.

2 Id., Rapport de M. de Watteville au Conseil, 31 août 1842.

3 Id., Note à l’intention, .., 14 avril 1846.

4 Id., Inspections, Note de Watteville.

5 Id., Rapport du 31 août 1842.

6 Id., Note du 14 avril 1846.

7 Id., Observations faites par M. l’inspecteur Général, de Lurieu, dans les séances des 6 et 8 octobre 1852.

8 Id., Note du 14 avril 1846.

9 Id., Observations faites... les 6 et 8 octobre 1852.

10 SEEMAN (Melvin) et EWANS (J.-W.), « Stratification et soins à l’hôpital : critères objectifs de la qualité du fonctionnement », in HERZLICH (Claudine), Médecine, maladie et société, op. cit., Paris, 1970, 318 pages, pp. 295-309.

11 A.H.C.L., liasse Pharmacie, Lettre au Préfet, 6 janvier 1846.

12 LÉVINE (S.) et WHITE (P.-E : ), « The Community of Health Organisations », in FREEMAN (H.-E.), LÉVINE (S.) et REEDER (L.-G.), Handbook of medical Sociology, op. cit., 1963, 602 pages, pp. 323-347.

13 A.H.C.L., L, Inspections, Précis des observations communiquées au Conseil dans ses séances des 6 et 8 octobre 1852, par M. de Lurieu, inspecteur général des établissements de bienfaisance, Ms.

14 Id., Lettre à M. de Lurieu, 8 octobre 1852 (brouillon).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search