Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Annexes

Érotiquement arabe

Abdellah Taïa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Aïcha Quindicha

Elle s’appelle Aïcha Quindicha. C’est une femme. Mais ce n’est pas seulement une femme. Elle vit avec nous, en nous, au-dessous de nous. Au centre de la Terre.

Tout le monde la connaît au Maroc. On la vénère. On la craint. On l’attend. On la cherche partout. On espère ses apparitions. Pour l’admirer. La saluer. La tuer. Après avoir joui en face d’elle, grâce à elle.

Aïcha Quindicha. La nuit, il ne faut surtout pas l’invoquer, la rappeler, la solliciter. La nuit est son domaine : le terrain de sa vengeance terrible.

La nuit, Aïcha Quindicha est nue. Et il ne faut pas la regarder. Il faut au contraire espérer devenir aveugle plutôt que de croiser ses yeux maléfiques et tellement excitants.

Je crois que j’ai appris le sexe au féminin avec elle. En allant, presque chaque jour, à sa poursuite. Pas seul. Jamais seul. Toujours, toujours avec mes copains, mes petits amis de l’enfance, mes petits hommes, mes amours, mes mauvais souvenirs.

On s’éloignait de nos mères jalouses, de...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search