Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Annexes

Le corps de Fadwa

Abdellah Taïa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au Maroc, on ne se serait jamais connus.

Au Maroc, tout nous aurait séparés, éloignés l’un de l’autre.

Paris, ville que nous réinventons chaque jour et chaque nuit, nous a permis de dépasser ces frontières, celles des classes sociales et de leurs injustices. À Paris, nous avons cessé d’être aveugles sur nous-mêmes. Nous avons marché l’un vers l’autre.

Cela s’est passé en 1999, le roi Hassan II était encore vivant. Un samedi après-midi, dans la maison de la jeunesse et des sports du 11e arrondissement, métro Parmentier, ligne 3, où je faisais l’écrivain en signant quelques exemplaires du recueil collectif Des nouvelles du Maroc où j’ai été publié pour la première fois de ma vie. Elle a dit : « Je suis Fadwa. » Et c’est tout.

J’ai levé la tête et j’ai vu. Je n’ai rien dit. J’ai regardé cette fille qui venait vers moi mais ne se donnait pas complètement, qui voulait quelque chose de moi mais n’avait pas trouvé le moyen de l’obtenir. Une fille, une petite fille. Mais surtout un corps. Un co...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search