Version classiqueVersion mobile

La Réinvention de Shakespeare sur la scène littéraire américaine (1785-1857)

 | 
Ronan Ludot-Vlasak

Troisième partie. Surface(s) et profondeur(s) : les transactions shakespeariennes de Melville

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’édition achetée par Melville est la suivante : The Dramatic Works of William Shakespeare, 7 vol. (...)

1Le Shakespeare que Melville décrit dans « Hawthorne et ses mousses » n’est pas simplement un corpus de textes dramatiques et poétiques, mais c’est aussi l’ombre inquiétante de celui qui règne sur la scène littéraire depuis plus d’un siècle. Si, dans son célèbre essai, l’écrivain semble peiner à sortir d’une pensée du progrès où Shakespeare doit être dépassé, ce sont d’autres formes de transaction qui se font jour lorsqu’il se trouve confronté à sa propre pratique d’écriture. En 1849, Melville achète une édition des œuvres de Shakespeare et se plonge – ou plutôt se replonge – dans l’œuvre du dramaturge1. On peut citer de nouveau la lettre qu’il envoie à Duyckinck le 24 février :

  • 2 Voir trad. p. 160, n. 36.

Ah, he’s full of sermons-on-the-mount, and gentle, aye, almost as Jesus. I take such men to be inspired. I fancy that this moment Shakspeare in heaven ranks with Gabriel Raphael and Michael2. (Lettre à Evert Duyckinck, 24 février 1849, Melville, 1960, p. 77)

2À cette époque, l’auteur s’est attelé à la composition de ce qui va devenir Moby-Dick. Cette expérience mystique et cette rhétorique religieuse que l’on note dans la lettre laissent transparaître une jouissance du texte, mais canonisent aussi la figure du poète. C’est précisément dans cet entre-deux que l’on pourra chercher les modalités selon lesquelles Melville réinvente Shakespeare pour faire advenir sa propre scène d’écriture. Cette redécouverte va faire prendre de nouvelles directions à l’ouvrage ; elle va permettre de donner forme à la théâtralité du roman, à la folie d’Achab et à la destinée tragique de l’équipage. Il s’agit ainsi d’articuler chez Melville le passage de la lecture de Shakespeare à l’écriture du romancier. Dans trois œuvres majeures de la production romanesque melvillienne – Moby-Dick, Pierre et L’Escroc à la confiance –, le barde joue un rôle séminal et ses pièces offrent également à l’écrivain la possibilité d’engager une réflexion sur l’originalité littéraire. En d’autres termes, que se passe-t-il lorsque les vers du dramaturge larguent les amarres du médium dramatique et viennent se perdre dans les méandres de l’écriture melvillienne ?

Notes

1 L’édition achetée par Melville est la suivante : The Dramatic Works of William Shakespeare, 7 vol., Boston, Hilliard, Gray & Co., 1837 (Parker, 1996-2002, vol. 1, p. 616). Melville connaît néanmoins l’œuvre de Shakespeare depuis sa jeunesse. Il peut réciter certains passages du dramaturge par cœur, notamment des scènes de Macbeth (ibid., p. 107). Les références aux pièces de Shakespeare dans Omoo montrent d’ailleurs que Melville a déjà une connaissance assez précise de l’œuvre du dramaturge avant de composer Moby-Dick. Ces échos intertextuels sont identifiés dans l’appareil de notes de « la Pléiade ». Luther Stearns Mansfield considère que Melville a probablement assisté à certaines des conférences de Richard Henry Dana sur Shakespeare à partir de 1839 (Mansfield, 1971, p. 144).

2 Voir trad. p. 160, n. 36.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search