Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Annexes

« Il y a toujours quelque chose qui revient »

« Une forme de chorégraphie intime, intérieure et extérieure » : entretien avec Abdellah Taïa

Jean-Pierre Boulé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean-Pierre Boulé – Je voudrais vous interroger sur un sujet dont vous n’avez pas beaucoup parlé jusqu’à présent : la création littéraire et la genèse de l’œuvre, en parlant tout d’abord de la matérialité de l’écriture puis de son intériorité.

Pour commencer, une question très simple : est-ce que vous partez d’une feuille blanche ou de carnets lorsque vous commencez à écrire ?

Abdellah Taïa – Je ne commence absolument pas à partir d’idées sur lesquelles je suis en train de réfléchir tout en écrivant. À un moment donné, je vois quelque chose, quelque chose passe devant moi, se passe en moi ; ou bien, je suis le témoin d’un événement et cela me frappe tout de suite. Je l’attrape au vol et je développe une forme d’obsession par rapport à tel ou tel sujet. Je comprends d’une certaine façon, intuitivement, qu’il y a là quelque chose pour moi, que je do...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search