Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 1999 et 2019, Taïa est passé de l’écriture de fragments à celle de nouvelles puis de romans à partir de L’Armée du salut en 2006. Il y a ensuite eu la trilogie Le Jour du roi / Infidèles / Un Pays pour mourir, où l’auteur s’est, a priori, éloigné d’une écriture autobiographique. Il a utilisé des personnages et des narrateurs multiples et joué avec le genre, voire le transgenre, tout en actant le deuil, selon mon interprétation. La thématique du deuil est poursuivie dans Celui qui est digne d’être aimé, même si Taïa revient à une écriture plus autobiographique par le biais du mode épistolaire, en utilisant toujours la modulation du narrateur au moyen de personnages multiples, une thématique et des techniques que l’on retrouve dans La Vie lente (sans le mode épistolaire). S’il écrit la plupart du temps à partir d’un « je », un « je éclaté1 », on a vu que ce « je » s’était imposé à lui comme un véritable dictateur ; il parle même d’une forme de possession2. Le véritable fil d’Ari...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search