Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

La Vie lente : l’écrivain funambule

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons quitté Ahmed « déraciné [...], cœur dur et prisonnier de son état », au chapitre précédent, dans lequel on constate qu’un cœur ouvert comme celui de Lahbib ne peut pas survivre dans ce monde. La Vie lente est l’histoire de Mounir Rochdi, qui a lui un cœur dur (« Tu n’as pas de cœur, me disait parfois ma sœur Saloua dans mon adolescence », p. 25) et auquel la description d’Ahmed pourrait tout aussi bien s’appliquer. Cette histoire résonne avec la biographie de son auteur, Abdellah Taïa, qui signe de nouveau un roman sur l’écriture de soi. Il a, par exemple, habité rue de Turenne – où se déroule l’action – à partir de 2011, à un chiffre près au numéro de rue qui est donné dans le roman. Le détail biographique du petit adolescent efféminé et persécuté par des hommes hétérosexuels est évoqué dès le premier chapitre pour expliquer que ce n’est que lorsqu’il a décidé ...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search