Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

L’écriture photographique et filmique : histoires de corps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre Abdellah Taïa et le cinéma, c’est une véritable histoire d’amour. Enfant, il mettait de côté un ou deux dirhams en faisant les courses pour se rendre au cinéma populaire du quartier. Il collectionnait les photographies des acteurs, des réalisateurs. Il vendait également ses anciennes revues de cinéma à un vieux cheulh (berbère) pour financer ses sorties au cinéma1. Sa passion pour les films indiens et de karaté alors qu’il avait 9 ans est évoquée dans le texte de Mon Maroc étudié au chapitre sur les fragments de vie nostalgiques. Ce qui prime, c’est la communion en groupe dans ces salles surchauffées de passion. Et surtout, une association qu’il fait très jeune entre les images et son homosexualité :

Inconsciemment, il a dû y avoir une sorte de sublimation et de transfert de l’impossibilité de choses que je ne pouvais pas vivre en tant qu’être humain, jeune Marocain homosexuel, et ces images qui me paraissaient la liberté même, même quand elles étaient tragiques et larmoyantes,...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search