Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

La polyphonie des personnages comme réparation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a vu avec Une mélancolie arabe le début d’une écriture de réparation. Cette tendance va se préciser, notamment par la polyphonie des personnages dans les romans et les récits de Taïa, des personnages qui contribueront également à ouvrir une dimension politique. Par polyphonie, j’entends la combinaison de plusieurs voix, identités ou narrateurs dans les textes. Selon l’auteur, les deux premiers romans qui vont être étudiés dans ce chapitre ont été conçus comme un diptyque, deux romans miroirs : « Dans Le Jour du roi, c’est le père et le fils, il n’y a pas la mère qui est partie avec un autre fils, et dans Infidèles, c’est la mère et le fils1. » Au cours d’une interview radiophonique, Taïa confirmera l’hypothèse de la journaliste Brigitte Kernel selon laquelle Le Jour du roi, Infidèles et Un pays pour mourir (le troisième roman à l’étude) forment une trilogie2. L’...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search