Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Fragments de vie nostalgiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des nouvelles du Maroc

« L’enfant endormi » est le premier court texte publié par Abdellah Taïa. Il paraît en 1999 avec deux autres fragments, « Sellafa » et « Mes bruits » dans un recueil présenté par Loïc Barrière intitulé Des nouvelles du Maroc1. Ce sont les premiers pas littéraires de Taïa. Le récit « L’enfant endormi » commence par des interrogations de M’Barka au discours indirect libre. Après cette focalisation interne sur la mère, la narration passe à la première personne. Même si le prénom « Abdellah » n’est pas mentionné, le narrateur dit « je » et il y a assez d’indices dans la prose pour relier ce « je » à Abdellah Taïa. « L’enfant endormi » raconte comment « Abdellah » a failli faire l’objet d’un avortement, sa mère étant convaincue d’être enceinte d’une nouvelle fille. Selon le texte, elle ne voulait pas d’une huitième fille consécutive, car cela aurait provoqué la honte de sa famille et surtout de sa belle-famille. En outre, M’Barka avait peur que son mari ne la quitte...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search