Version classiqueVersion mobile

La Réinvention de Shakespeare sur la scène littéraire américaine (1785-1857)

 | 
Ronan Ludot-Vlasak

Deuxième partie. Shakespeare, obstacle à l'américanité littéraire ?

Conclusion

Texte intégral

1Les textes sur la littérature ainsi que les œuvres dramatiques du second quart du xixe siècle engagent ainsi un dialogue ambivalent avec l’œuvre ou la figure de Shakespeare. Dans les deux cas, le spectre inquiétant et intimidant de ce dernier se laisse deviner. En effet, tous les essais, articles, prologues cités dans ces deux chapitres et qui tentent d’articuler l’américanité littéraire et le poids de l’héritage shakespearien peinent à ouvrir de nouvelles voies d’écriture, car ils oscillent le plus souvent entre un désir de renouveau ou de rupture et une admiration pour Shakespeare qui, justement, rend cette rupture problématique. Si Emerson et Melville tentent de désacraliser et d’historiciser la figure du dramaturge élisabéthain, de dire ce qu’est – ou qui est – Shakespeare, la question peut-être la plus délicate et la plus centrale – que doit/peut-on faire de ce Shakespeare ? – n’est pas posée frontalement. Comme si elle ne pouvait être posée que de biais – ou plutôt par le biais de l’écriture littéraire, c’est-à-dire dans l’œuvre elle-même et non dans un discours sur elle. Entre discours de rupture et adoration, le théâtre américain de l’époque s’avère finalement « trop » ou « pas assez » américain : soit le contenu idéologique de l’œuvre – qui prend souvent la forme d’une relecture historique – fait du théâtre un instrument d’expression politique plus qu’un genre littéraire renouvelé, soit les dramaturges tentent de suivre les traces de Shakespeare. En cela, le genre peine à véritablement troubler l’horizon d’attente du spectateur, les réponses des dramaturges américains à Shakespeare se situant principalement sur le plan idéologique. L’obstacle majeur est peut-être avant tout celui du support textuel dramatique (Bigsby & Wilmeth, 1998, p. 3). Non seulement la forme dramatique, et plus particulièrement la tragédie, occupe depuis l’Antiquité une place de choix dans la hiérarchie des genres littéraires, mais il s’agit également d’un des genres les plus explorés par Shakespeare. Elle se prête moins à l’innovation et à la mise en mots de nouvelles expériences que le roman, genre beaucoup moins codifié, au développement plus récent dans le monde anglo-saxon (Jarvis, « Criticism, Taste, Aesthetics », dans Keymer & Mee, 2004, p. 35-37 ; Watt, 1995, p. 13). C’est finalement davantage vers la prose qu’il faut se tourner pour explorer une américanité littéraire qui se fait jour dans une réinvention du texte et des archétypes shakespeariens, dépassant ainsi le cadre des catégories bloomiennes. Le parcours de Melville entre Moby-Dick et L’Escroc à la confiance est particulièrement révélateur et éclaire plus les transactions de l’auteur avec Shakespeare qu’aucun autre texte sur la littérature.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search