Version classiqueVersion mobile

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Issu d’un milieu modeste et d’une famille de dix enfants1, Abdellah Taïa est né le 8 août 1973 à Rabat, au Maroc, dans une famille arabophone. À l’époque, son père, Mohammed, était chaouche (petit fonctionnaire) au sein de la plus grande bibliothèque du Maroc : la bibliothèque générale de Rabat. Chargé de ranger les livres, d’apporter le thé aux autres fonctionnaires et de distribuer le courrier, il portait un uniforme et un tarbouche rouge2. Sa mère, M’Barka, analphabète, était mi-berbère mi-arabe ; elle tenait la maison. Ses deux parents étaient originaires d’Oulad Brahim, dans la région de Tadla, au pied de l’Atlas. Ils sont désormais tous deux décédés ; son père en mars 1996 et sa mère en août 2010. Poussés à émigrer par la pauvreté, ils partirent à l’ouest du pays dans la ville côtière d’El-Jadida puis à Rabat avant de s’installer à Salé, dans le quartier de Hay Salam3. Certaines fins de mois étaient difficiles4. Latifa, la sœur d’Abdellah, commença à travailler très jeune pour...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search