Desktop versionMobile Version

Abdellah Taïa, la mélancolie et le cri

 | 
Jean-Pierre Boulé

Inhaltsverzeichnis

Introduction

« Homosexuel : envers et contre tous »
Les influences
Cinéma égyptien et littérature arabe orale
Croyances berbères : l’héritage maternel
Le mélange des langues et des cultures
L’arabe : la langue du père
La langue « maternelle »
Le rapport conflictuel au français
Le déclic
Un auteur qui résiste aux amalgames
Filiation intellectuelle ?
La génération du je
La question du genre littéraire

Fragments de vie nostalgiques

Des nouvelles du Maroc
Mon Maroc
Le Maroc
Un portrait de famille
La mère : M’Barka
Le père : Mohammed
Le frère aîné : Abdelkébir
Le petit frère : Mustapha
Les sœurs
Les morts
La tante Massaouda
La spiritualité
« À la gare » : la rupture
L’Europe
Le Rouge du tarbouche

La mélancolie

« Moroccan Slave »
« L’Homme blessé »
« Trente »
« Olaf »
« Retour à la mélancolie »
Un écrivain de l’intime en puissance : L’Armée du salut
Une écriture de réparation : Une mélancolie arabe
« Je me souviens »
« J’y vais »
« Fuir »
« Écrire »

La polyphonie des personnages comme réparation

Le Jour du roi
Cinq courts récits mélancoliques
« Anushka »
« L’Algérienne »
« Érotiquement arabe »
« La pluie »
« Un jardin, en attendant... »
Infidèles
Un pays pour mourir
Le deuil du père 
La mélancolie du genre et le deuil 
La réparation par les personnages

L’écriture photographique et filmique : histoires de corps

« Barbara Stanwyck »
Maroc, 1900-1960 : un certain regard
« Au Maroc, de l’autre côté »
Égypte : les martyrs de la révolution
La Tombe de Jean Genet
L’Armée du salut

Les mots-révolutions

Lettres à un jeune Marocain
« Introduction »
« Le Chaouche »
« L’homosexualité expliquée à ma mère »
Tribunes
L’homosexualité
La politique
Le terrorisme
La situation actuelle au Maroc

Deuil et réconciliation

Colère, amour et politique dans Celui qui est digne d’être aimé

La colère
Le colonialisme s’invite dans l’histoire familiale
Colère contre la mère
Compassion pour le père
Une autodestruction
L’amour
Vers la réconciliation ?
« Celui qui est digne d’être aimé »
La politique
Lahbib : un personnage-clé pour la réconciliation

La Vie lente : l’écrivain funambule

Une structure en toile d’araignée
L’inconscient politique
Dialogue des corps et nostalgie
Entre fantastique et réalité
Les boucs émissaires
« Une alliée d’hystérie » dans le manque
« [Une] mère absente et plus que jamais présente »
La mélancolie comme mélopée
« Vivre le vertige de la fin »
« La solitude et la mort »

Bibliographie

Ouvrages d’Abdellah Taïa
Nouvelles, articles et autres contributions d’Abdellah Taïa
Entretiens d’Abdellah Taïa
Ouvrages consultés
Articles consultés
Dossiers sur Abdellah Taïa
Émissions radiophoniques ou télévisuelles

Annexes

Jean-Pierre Boulé

« Il y a toujours quelque chose qui revient »

« Une forme de chorégraphie intime, intérieure et extérieure » : entretien avec Abdellah Taïa

Abdellah Taïa

Le corps de Fadwa

Abdellah Taïa

Érotiquement arabe

1. Aïcha Quindicha
2. « Ar-Rawd Al-Atir » / « Le jardin parfumé » / « The Perfumed Garden »
3. Le bus simple
Abdellah Taïa

Barbara Stanwyck

 
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search