Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe 7

Durcir les conditions de l’examen

p. 159-160


Texte intégral

Lettre de Dupasquier et Jean-Baptiste Monfalcon, membres du jury médical, au préfet du Rhône, s. d. [1845]1

1Il ne nous appartient pas d’apprécier les motifs qui ont porté Monsieur le ministre à donner au sieur Françon l’autorisation d’exercer dans le département du Rhône, mais notre devoir est de vous dire avec franchise qu’elle est en opposition formelle avec la loi et tout à fait contraire aux intérêts de la santé publique.

2Le jury médical du Rhône, pour atténuer, autant qu’il peut le faire, les inconvénients de l’institution des officiers de santé, apporte une juste sévérité dans les examens et n’admet à recevoir le diplôme que les candidats qui ont fait preuve de connaissances suffisantes pour exercer leur profession, sinon avec une distinction bien grande, du moins avec le savoir indispensable pour ne pas commettre de graves erreurs. Cette conduite a déjà porté les fruits qu’elle devait avoir. Le nombre des candidats qui se faisaient inscrire annuellement a beaucoup diminué depuis plusieurs années et il ne se présente que ceux qui sont en état de satisfaire aux exigences du jury.

3Les candidats qui redoutent le jury du Rhône se présentent dans un autre département où ils trouvent sans doute moins de difficultés, puis emploient toutes les protections dont ils peuvent disposer pour obtenir du ministre des autorisations pour exercer dans un autre département. En accordant de semblables autorisations, le ministre agit donc, par erreur sans doute, contrairement à la loi en même temps qu’il tend à paralyser les efforts du jury du Rhône pour ne donner à nos campagnes que des officiers suffisamment instruits dans leur profession.

4Quant au sieur Françon, nous n’avons pas à nous enquérir de son savoir et de sa capacité, il est évident qu’il exerce contrairement à une disposition formelle de la loi. Cela suffit à notre avis pour lui interdire immédiatement cet exercice illégal de sa profession. Si le sieur Françon a réellement les connaissances que lui attribue le maire de sa commune, qu’il se présente devant le jury du Rhône à sa prochaine session et il obtiendra sans difficultés, en satisfaisant aux exigences impartiales du jury, un changement de diplôme qui le mettra à l’abri de nouvelles poursuites.

Notes de bas de page

1 ADR, 5 M 36, Officiers de santé, Dossiers individuels (an XI-1854).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.