Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Annexe 5

... ou un redoutable saigneur ?

p. 151-154


Texte intégral

Procès-verbal de la gendarmerie de Tarare, 1er juillet 18321

1Ce jourd’hui premier juillet mille huit cent trente-deux à six heures du matin, nous soussignés Renaud Jules, maréchal des logis de gendarmerie en résidence à Tarare, accompagné du sieur Lamure Auguste, gendarme de la même brigade, certifions nous être rendus dans la commune de Saint-Clément-sous-Valsonne, canton de Tarare, afin de prendre des renseignements concernant le sieur Françon exerçant la médecine dans la même commune, où, étant chez Monsieur Thiolayron, maire, nous avons fait appeler le garde champêtre afin qu’il nous conduise chez les habitants que nous lui désignerons. Nous nous sommes rendus à la mairie où nous avons pris les noms de tous les individus décédés depuis 18 mois à deux ans et nous nous sommes faits conduire par le garde champêtre dans les domiciles des parents ou héritiers des défunts, Monsieur le maire présent.

2Antoine Perrin, propriétaire, où sa femme nous a déclaré que le sieur Françon était venu chez elle pour y prendre du vaccin à sa petite pour vacciner la petite de François Dufornet, propriétaire à Saint-Clément.

3Antoine Bérodan fils, cultivateur, a déclaré que son père, sa mère, sa sœur et son frère avaient été traités par Françon et qu’ils étaient morts. Ni l’un ni l’autre n’ont été saignés. Le fils Pierre a été malade trois à quatre jours, a été saigné et [est mort] au bout de quatre jours. La fille a été également saignée dans le cours de sa maladie qui avait duré six semaines à deux mois. Sa sœur, qui habite encore la maison paternelle et qui se trouve toujours malade, en convalescence a été saignée également par Françon.

4Marie Dupain, veuve Jourdan, et son fils ont déclaré que leur époux et père avait été malade l’espace de trois semaines et avait été traité par Françon qui lui avait administré des remèdes et lui avait posé des sangsues en grand nombre sur l’estomac et qu’il était mort après trois semaines. La petite Mirette, petite-fille de la veuve, âgée de 9 ans a été malade pendant l’espace de trois semaines, a été saignée et est morte quelques jours après.

5Veuve Jourdan et Anne Perrier, demeurant au Parent, commune de Saint-Clément, ont déclaré que Philiberte Girardon, 20 ans, avait été malade un mois, que le sieur Françon lui avait posé des sangsues et qu’elle était morte quelques jours après.

6Marie Chermette, femme Soly, a déclaré que son mari était absent, qu’il était convalescent et que Françon l’avait traité pendant sa maladie environ six semaines et qu’il l’avait saigné deux fois pendant ce temps, lui avait donné différents remèdes et que voyant que son mal augmentait, il le décida à demander Monsieur le docteur Poulat qui dit en voyant le malade que Françon ne traitait pas la maladie de Soly et que depuis qu’il ne le traitait plus, il allait beaucoup mieux étant administré par M. Poulat.

7Charles Devaux, propriétaire au hameau de La Mattière, a déclaré que sa femme avait été malade et que Françon lui avait fait faire différentes boissons et même qu’il lui avait conseillé de poser des sangsues. Il n’a pas voulu en dire davantage, mais il dit un jour au cabaret qu’il avait bien payé Françon pour sa femme. Cela est rapporté par le sieur Perrier, conseiller municipal, il dit qu’il ne voudrait rien déclarer ici mais qu’en justice il dirait la vérité.

8Jean-Marie Laurent, cultivateur granger à Saint-Clément, qu’il avait été malade deux fois et traité par Françon, qu’il l’avait saigné deux fois dans la dernière maladie et qu’on lui avait posé les sangsues dans la première et qu’il n’avait été malade qu’environ trois semaines pour les deux maladies et l’a traité pour un mal [au] genou.

9Nous avons été dans beaucoup d’autres maisons où il y eut des personnes malades et mortes mais on nous a répondu qu’elles n’avaient pas eu de médecins autres que Duthel, Pistre et Poulat. Ce qui nous prouve que cela a été fait à dessein, c’est que nous avons trouvé des parents de Françon qui étaient dans presque toutes les maisons et, lorsque nous y étions, l’on ne voulait rien nous dire ou du moins peu de choses, ce qui nous donne à penser que le mot était donné de ne rien déclarer. Sur ce, voyant que nous ne pouvions plus découvrir d’autres faits, nous nous sommes retirés.

Notes de bas de page

1 ADR, Uv 1210, Tribunal correctionnel de Villefranche, Dossiers de procédure (juillet-septembre 1832).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.