Version classiqueVersion mobile

Sur les traces de Jean-Pierre Françon

 | 
Olivier Faure

Annexes

Annexe 3

Médecin mais toujours épicier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jugement du juge de paix du canton de Tarare, audience du 5 juillet 18321

Entre veuve Merle, rentière demeurant à L’Arbresle, demanderesse, et Françon, médecin à Saint-Clément-sous-Valsonne, et Usson-Tournus demeurant à Valsonne, défendeurs.

La veuve Merle les a fait citer aux fins de les condamner à payer la somme de 46,20 [francs] pour huile et vinaigre vendus par Gounin. En cette audience, Françon a dit ne rien devoir à Gounin, qu’il avait payé à Tournus chaque fois qu’il lui apportait de la marchandise.

Le sieur Usson-Tournus a déclaré qu’il ne se rappelle pas s’il a pris pour le compte de Françon les objets qu’on lui réclame mais est bien mémoratif qu’il a pris de l’huile dont le sieur Françon lui a payé le montant de l’huile réclamée par la citation. Le sieur Blanc, cafetier à Tarare, agissant comme procureur fondé de la veuve Merle, s’est présenté pour la demanderesse et a déclaré accepter l’argent offert et déposé sur le bureau par Tournus mais a déféré tant à ce dernier qu’à F...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search