Version classiqueVersion mobile

La Réinvention de Shakespeare sur la scène littéraire américaine (1785-1857)

 | 
Ronan Ludot-Vlasak

Première partie. Shakespeare et l'émergence des premières voix américaines

Conclusion

Texte intégral

1Chez les trois auteurs étudiés ici, Shakespeare s’inscrit au cœur de l’expérience américaine. Il offre aux deux narrateurs de Brown la possibilité de négocier leur rapport à un inconnu hostile et angoissant, tout en révélant dans le même mouvement les forces inavouables qui sommeillent en chacun d’eux. Dans l’entreprise éditoriale de Joseph Dennie, les nombreux clins d’œil, références et parodies tentent de préserver une vision de la culture et de la société devenue minoritaire aux États-Unis. Quant à Irving, c’est en partant à la recherche du poète sur les terres de la vieille Albion qu’il parvient à créer une scène d’écriture qui réconcilie américanité et héritage. Dans une jeune Amérique, Shakespeare incarne ainsi, pour ceux qui l’utilisent, le connu ; il constitue un référent autour duquel le discours américain peut se construire et se dire. Mais s’il permet la construction d’une identité et l’ouverture de nouvelles voies littéraires, il donne lieu à des explorations différentes qui offrent la possiblité à ces auteurs de négocier leur expérience de l’Amérique.

2Dans tous les cas, l’utilisation de l’œuvre du barde soulève des questions identitaires, à la fois politiques, idéologiques et ontologiques, qui se jouent dans ces textes et leurs transactions avec Shakespeare. Si angoisse il y a, elle naît moins de la figure d’un Shakespeare tout puissant, dont le génie inégalable interdirait toute nouvelle création qui ne serait pas – peu ou prou – une pâle imitation de l’œuvre originale, que d’une difficulté de mettre en mots l’expérience américaine. Cette référence commune donne à ceux qui l’exploitent un point d’ancrage afin de ménager leur propre scène d’écriture. Alors que Shakespeare permet aux narrateurs de Brown de transformer l’espace de l’Amérique en un lieu – illusoire, il est vrai – et de cartographier leurs expériences innommables, et que Dennie convoque les vers du dramaturge pour étayer et appuyer un discours idéologique, Crayon réinvestit un lieu de la bardolâtrie pour le faire advenir dans son propre espace d’écriture ; il transforme la carte en récit, en proposant à une scène littéraire émergente une forme de réinvention qui ne voit pas nécessairement dans l’exploration des auteurs du canon un acte d’imitation.

3En outre, les modalités selon lesquelles Brown et Irving inscrivent Shakespeare dans une graphie de l’imaginaire américain ne sont pas les mêmes. Cela tient principalement à la différence de nature des moyens littéraires mis en œuvre. Dans les esquisses d’Irving, le recours à Shakespeare relève souvent du spéculatif : l’auteur y expose des idées, livre ses réflexions sur le poète. Si la prose de l’auteur s’imprègne de l’œuvre du dramaturge, ce dernier reste également un objet du discours. La prose de Brown est, quant à elle, ventriloque : elle fait parler Shakespeare de l’intérieur et le reconfigure plus amplement ; cette voix du passé cartographie les expériences des personnages, mais aussi un imaginaire romanesque. À partir des années 1820, le développement du nationalisme littéraire amène au contraire de nombreux romanciers, critiques et dramaturges à voir dans Shakespeare un obstacle à l’émergence d’une scène d’écriture autochtone.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search