Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 5-8


Texte intégral

1Durant des décennies, faire l’histoire du peuple consistait à le considérer lorsqu’il se manifestait en groupes. Les grèves, les troubles frumentaires, les fêtes villageoises puis la psychologie des foules focalisaient l’attention des historiens. Puis vint le temps de l’utilisation des diverses formes de l’écriture de soi en vue de reconstituer l’itinéraire de gens du peuple. Malheureusement, les sources, en ce domaine, se révélaient extrêmement rares : quelques autobiographies, telles celles de Martin Nadaud ou de Norbert Truquin, plusieurs journaux, notamment ceux de cultivateurs présentés par Jean Vassort et Anne Fillon, le récit de vie d’un fabricant de fusils de la région de Liège étudié par Carl Havelange, ainsi que celui du menuisier Joachim Martin qui écrivit sous les planches d’un parquet et qu’évoque Olivier Faure dans son ouvrage.

2Cela ne concernait qu’un pourcentage infime des individus du passé. Fallait-il se résigner, alors, à ne jamais faire l’histoire de ceux que l’on regroupait sous le vocable de « peuple » ? Pas totalement. Le livre d’Olivier Faure indique une autre voie : celle qui consiste à manier une brassée d’archives, de toute sorte, en vue de reconstituer les itinéraires d’individus qui n’ont pas pratiqué l’écriture de soi. À ce titre, « l’aventurier de la médecine » dont Olivier Faure retrace le parcours est d’une grande importance historiographique.

3Par chance, on le suit : les administrations françaises du xixe siècle, fort méticuleuses, ont enregistré sans relâche les hommes – mais pas les femmes – de ce temps. De ce fait, une longue patience permet de suivre un grand nombre d’individus à la trace. C’est à ce type de traque que s’est livré Olivier Faure dans les dépôts d’archives municipaux, départementaux, nationaux, riches de documents, notamment de nature judiciaire et professionnelle. En outre, il a utilisé une foule de données concernant les instances d’exclusion et de régulation qui fonctionnaient au sein de la profession médicale.

4Mais la reconstitution de l’itinéraire de Jean-Pierre Françon n’était possible que posée sur de robustes fondations ; et, tout d’abord, sur l’histoire de la médecine dont Olivier Faure est, actuellement, le plus grand spécialiste français. Sa connaissance approfondie des médecins du xixe siècle l’autorisait à explorer les marges de la profession et à convaincre son lecteur que celles-ci constituaient, encore, à l’aube de ce temps, l’essentiel de la pratique médicale.

5Cela n’aurait pas suffi à la réussite du projet. Olivier Faure se fonde aussi sur une solide connaissance du social tel que les historiens l’analysaient au milieu du xxe siècle, ce dont témoignent les travaux de Gilbert Garrier, ici utilisés. Les territoires parcourus, les individus fréquentés par Jean-Pierre Françon sont étudiés par Olivier Faure d’une manière précise. Sans cela, il eût été impossible de suivre et de comprendre le nomadisme professionnel de son héros. Le « territoire d’exercice » de Jean-Pierre Françon se caractérisait par un conservatisme qui a servi de tremplin à cet aventurier dont le flair lui a permis de jouer sur de multiples théâtres, ici clairement présentés.

6À mon sens, trois constats s’imposent, à la lecture du livre. En premier lieu la manière, savante et inlassable, dont Olivier Faure a mené sa traque, toute de subtilité et de complexité. Sa quête des traces pourra servir de modèle.

7D’autre part, la conviction que l’itinéraire de Jean-Pierre Françon s’inscrit dans une culture et résulte de façons de faire qui sont celles de l’Ancien Régime finissant, en deçà de la Révolution. Ici, l’inertie, ce que Jacques Le Goff qualifiait « d’épaves de culture », est primordiale ; Olivier Faure, en son domaine restreint, s’inscrit dans la descendance d’un Tocqueville. Le jeu de l’effraction et de la dérogation mené par Jean-Pierre Françon, son itinéraire atypique, le chemin tortueux qu’il a suivi ne pourraient s’expliquer sans cette persistance du passé. Celui qui fut, successivement ou tout à la fois, dentiste, chirurgien improvisé maniant lancette et scalpel, médecin des maladies simples, celui que l’on ne sait s’il faut le qualifier de charlatan ou d’autodidacte, plein d’aplomb, audacieux acteur de son destin, a su s’introduire, subrepticement, dans une profession médicale aux frontières encore incertaines.

8Il est un autre apport essentiel de cet ouvrage, qui, celui-là, relève de l’histoire sociale. Olivier Faure dresse le portrait d’un individu qui se situe au sein de « l’infranotabilité », monde fort important, trop longtemps oublié des historiens. Au cœur de la province de ce temps, Jean-Pierre Françon n’est pas seul. Là circulent de malheureux docteurs en médecine, sans renom, dont la clientèle, constituée de gens simples, est fondée sur la confiance réciproque, comme celle de notre personnage. Cela, contrairement à celle de certains médecins de la ville qui soignent des notables, profitant, notamment, des maladies de femmes, de celles de l’élite, qu’ils visitent chaque semaine et qui constituent une ressource stable. À côté des petits médecins du peuple végètent en cette province des avocats sans grand nombre de causes, des petits rentiers trop tôt retirés, de pauvres employés de l’enregistrement ou du fisc, des hongreurs et bien d’autres oubliés.

9Or Jean-Pierre Françon, que l’on peut qualifier de « petit entrepreneur de santé », a su, lui, acquérir la richesse ou, du moins, l’aisance ; sans oublier le prestige social attesté par son accession au grade de capitaine de la garde nationale et de membre du conseil municipal. En bref, cet « aventurier de la médecine », issu du peuple et en possédant toutes les caractéristiques, est finalement parvenu à s’en extirper.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.