Version classiqueVersion mobile

La Réinvention de Shakespeare sur la scène littéraire américaine (1785-1857)

 | 
Ronan Ludot-Vlasak

Première partie. Shakespeare et l'émergence des premières voix américaines

Chapitre 2. Le chant du cygne : Shakespeare et le fédéralisme littéraire dans le Port Folio de Joseph Dennie (1801-1805)

Texte intégral

1À la charnière des xviiie et xixe siècles, la culture américaine ne se veut pas toujours la voix d’un républicanisme conquérant et sûr de lui. Plusieurs voix résistent à la culture émergente. Après la défaite électorale de John Adams en 1800, les fédéralistes n’ont de cesse de dénoncer la politique et les idéaux de Jefferson. Bien que, dans son discours d’investiture, le nouveau président lance un appel à l’union politique de la nation, la grande unité républicaine n’existe pas. Dans le monde des lettres, la figure la plus marquante de la pensée fédéraliste de l’époque est sans aucun doute Joseph Dennie, intellectuel charismatique de Philadelphie et éditeur du Port Folio, seule revue dont l’audience parvient, avec le Niles’ Weekly Register, à franchir les limites de sa ville d’édition à l’aube du xixe siècle (Bonnet, 1982, p. 38). Le tirage du Port Folio atteint d’ailleurs 1500 exemplaires et la revue est la première à se maintenir pendant plus de dix ans (Gilmore, « Magazines, Criticism, Essays », dans Bercovitch, 1994, p. 560, 570).

  • 1 C’est ce dont témoigne par exemple une lettre adressée à son ami Roger Vose, l’un de ses camarades (...)

2Né en 1768 à Boston et fils unique, Joseph Dennie est considéré dès son jeune âge comme un enfant particulièrement doué et conscient de ses capacités, qui éprouve un fort mépris pour le commun des mortels (Ellis, 1915, p. 24) et aime s’habiller comme un dandy (Wolf, 1990, p. 130). Envoyé à Harvard, où il se lie d’amitié avec John Quincy Adams (Wood, 1956, p. 28), il impressionne ses camarades par l’étendue de ses connaissances et sa vivacité d’esprit. Il passe néanmoins la plus grande partie de ses études à lire les ouvrages qui lui plaisent au lieu de se consacrer pleinement à ceux qui lui sont recommandés par ses enseignants. Car Dennie se veut un esprit libre, et ses difficultés à se plier à l’autorité lui valent six mois d’exclusion (ibid., p. 34-36). Pendant cette période, il ne manque jamais une occasion de critiquer avec virulence la formation dispensée à Harvard1.

3Soucieux de contribuer à la culture de son pays, il est, avec Charles Brockden Brown, l’un des premiers Américains à se consacrer uniquement aux lettres et à l’écriture. Il fait ses premières armes dans le Massachusetts Review, avant de devenir éditeur du Tablet à Boston, mais c’est en collaborant au Farmer’s Weekly Museum de Walpole (New Hampshire), dont il devient éditeur en 1796, que sa renommée commence à se faire. La revue dépose le bilan en 1798, ce qui lui donne l’occasion de gagner Philadelphie, capitale intellectuelle prospère où, dès cette époque, un certain nombre de grandes familles forme une élite financière et commerciale conservatrice, donnant à la ville un semblant de tradition aristocratique (Burt, 1963, p. 114, 169).

4C’est là qu’il fonde le Port Folio en 1801, aidé notamment par ses proches amis du Tuesday Club, qui rassemble des intellectuels fédéralistes de Philadelphie (Ellis, 1915, p. 57 ; Polfus, 1969, p. 19-20). La liste des collaborateurs est particulièrement variée. Contribuent ainsi à la revue des hommes politiques (John Quincy Adams, Richard Rusk), des romanciers (Charles Brockden Brown), ainsi que des poètes et dramaturges tels John Blair Linn et Charles Jared Ingersoll (Mott, 1970, p. 23). Cette revue, dont le premier numéro paraît le 1er janvier 1801, s’inscrit dans la tradition des revues britanniques du xviiie siècle et puise abondamment dans les possibilités qu’offre l’essai périodique. Elle devient rapidement une référence et la première publication de ce type à être diffusée dans plusieurs États. Chaque numéro du Port Folio comporte une sélection d’articles qui traitent aussi bien de politique que d’économie, de littérature ou de morale, et inclut quelques poèmes. Huit pages hebdomadaires qui abordent tous les domaines auxquels un homme cultivé et respectable de Nouvelle-Angleterre doit s’intéresser. L’entreprise se pose d’emblée comme un acte conservateur (la revue publie d’ailleurs des critiques de pièces ou quelques articles tirés de la presse britannique) et entend promouvoir l’idéal classique en terre américaine. C’est ce qu’indique le nom de plume que Dennie choisit : Oliver Oldschool. Son objectif n’est pas de prôner une culture en rupture avec la vieille Europe, mais bien de créer un forum littéraire et politique « à la façon » des prédécesseurs de l’Ancien Monde, dont le but est de contrer les idées démocratiques et la politique de Jefferson. Une étude du Port Folio suppose ainsi que l’on mette en perspective la superposition et l’interpénétration de différents types de discours – politique, littéraire, social, moral – qui s’opposent systématiquement à l’idéal jeffersonien.

5Si le Port Folio est publié jusqu’en 1825, les cinq premières années sont probablement les plus intéressantes à étudier. En effet, dès 1806, des ennuis de santé poussent progressivement Dennie à déléguer ses responsabilités éditoriales à des collaborateurs et à renoncer à ses contributions écrites (Polfus, 1969, p. vi). Affaibli par un procès intenté par Jefferson en 1803 en raison de la virulence des propos hostiles à la démocratie américaine et au président tenus dans ses colonnes, le Port Folio perd progressivement de son influence littéraire et politique sur la scène intellectuelle américaine. D’ailleurs, dès 1808, l’hebdomadaire devient un mensuel (Mott, 1970, p. 23) ; en 1809, il cesse de pourfendre les héritiers de Jefferson (ibid., p. 230) ; et à partir de 1812, il ne consacre plus un seul article aux questions politiques (Bonnet, 1982, p. 41). Il s’agit donc de se concentrer sur une période où Joseph Dennie exerce un rôle majeur dans la ligne éditoriale du Port Folio et où le débat politique s’avère particulièrement violent entre les alliés de Jefferson et les fédéralistes.

  • 2 Les grands textes fondateurs de la nation sont d’ailleurs fortement teintés de fédéralisme. Par le (...)

6Le Port Folio apparaît comme l’une des plates-formes d’expression privilégiées des fédéralistes américains, même si ces derniers ont, dès cette époque, perdu la bataille des urnes. Le credo politique de la revue s’oppose presque en tous points à l’idéal agraire des républicains-démocrates qui sont particulièrement soutenus dans le Sud, se défient de l’État fédéral et font preuve, pour la plupart, de francophilie. Majoritairement implantés dans le Nord, les fédéralistes entendent, quant à eux, tirer profit de la Constitution pour créer un véritable État dans la tradition britannique2. Cette anglophilie pousse d’ailleurs certains d’entre eux à des sympathies monarchistes (celles de Dennie sont clairement exprimées dans sa correspondance, et l’auteur voit dans le nouveau système politique américain l’explication de son manque de notoriété, ce qu’il explique notamment dans une lettre datée du 20 mai 1800 [Dennie, 1936]). Si Washington a tenu à rester à l’écart de ces conflits idéologiques pendant sa présidence, les fédéralistes ont dominé la scène politique jusqu’à la fin du mandat de John Adams. La coïncidence est révélatrice : le Port Folio publie son premier numéro le 3 janvier 1801, quelques semaines après les élections qui voient triompher Jefferson et ses alliés. La revue de Dennie prend en quelque sorte le relais afin de ménager un espace d’expression pour les fédéralistes qui se trouvent désormais privés des pouvoirs législatif et exécutif.

7Joseph Dennie et son influence sur le monde des lettres du début du xixe siècle font rarement l’objet de travaux de recherche. Peut-être parce que l’impact de la revue n’a pas survécu à la « Renaissance américaine », période privilégiée par les américanistes. Selon William C. Dowling, ce manque d’intérêt vient aussi du fait que les pères de la critique littéraire moderne aux États-Unis s’inscrivent dans une vision idéologique beaucoup plus proche d’un Jefferson ou d’un Jackson que d’un Adams (Dowling, 1999, p. XII). Dans tous les cas, Dennie est une figure qui dérange. Non seulement l’exemple du Port Folio montre bien que, dans les premières décennies de la république américaine, tous les intellectuels et artistes ne soutiennent pas la cause républicaine de manière inconditionnelle, mais il suggère aussi que le sentiment d’identité américaine – littéraire et politique – ne se forge pas nécessairement à travers un désir d’indépendance culturelle. Dennie est une note dissonante dans la partition républicaine et démocratique qui s’écrit à l’époque – un homme qui a vécu au mauvais endroit, au mauvais moment, pour reprendre les termes de Larzer Ziff (1991, p. 97).

8On s’interrogera ici sur la fonction du recours à Shakespeare – lequel est filtré par les catégories héritées du xviiie siècle – dans la définition d’une culture et d’une littérature anglo-américaines telles que Joseph Dennie et les fédéralistes les idéalisent. Préserver un idéal politique, dénoncer, exercer son plaisir d’auteur ou de lecteur : Shakespeare dans le Port Folio relève à la fois de l’esthétique, de l’idéologique et du politique, et permet aux fédéralistes d’affirmer leur identité, une fois que le pouvoir présidentiel leur a échappé.

Shakespeare, conservatoire d’une tradition littéraire

9Un des objectifs les plus nets de Dennie est de s’opposer à une culture américaine qui, principalement pour des motifs politiques, voudrait s’affranchir des modèles européens. C’est en ce sens que le Port Folio est une entreprise conservatrice qui revendique l’héritage des grands prosateurs et essayistes britanniques du xviiie siècle et qui cherche à mettre à l’honneur les écrivains du canon, en particulier Shakespeare.

10Dennie s’inscrit dans une double lignée culturelle et littéraire : Addison et Goldsmith. Il souligne d’ailleurs la continuité entre les deux auteurs dès le quatrième numéro :

  • 3 « Les écrits du Dr Goldsmith constituent un modèle admirable pour celui qui désire étudier un styl (...)

The writings of Dr. Goldsmith are admirable models for him, who is studious of a style, easy but not colloquial; free, but nor wanton; and exact, though not elaborate. He certainly improved upon Addison, for he is never careless, or indistinct. His vivacity diverts the imagination, and his melody soothes the ear3. (PF, 24/01/1801, p. 28)

11La mélodie même de la phrase fait écho aux deux auteurs, et plus généralement à la prose anglaise du xviiie siècle : chaque phrase est cadencée selon une logique binaire et/ou ternaire, et toute idée est nuancée ou précisée par un autre terme (son corrélat ou son contraire). Cette scène d’écriture crée délibérément une harmonie syntaxique censée refléter l’harmonie d’un système d’idées et d’un monde. Cet échantillon illustre, à l’échelle de l’énoncé, les grandes lignes de l’héritage que Dennie entend revendiquer, défendre et perpétuer.

  • 4 Edmund Burke : PF, 09/04/1803 ; Richardson : PF, 19/01/1805, 02/02/1805, 09/02/1805, 16/02/1805, 2 (...)
  • 5 Richard Glover : PF, 03/09/1803, 10/09/1803, 17/09/1803, 24/09/1803. Richard Glover (1712-1785) es (...)
  • 6 Commentaire des Géorgiques : PF, 05/02/1803, 12/02/1803, 19/02/1803, 26/02/1803 ; commentaire des (...)

12Cet héritage se laisse tout d’abord deviner dans le contenu des articles publiés. De nombreux numéros ménagent un espace non négligeable aux biographies d’hommes de lettres, lesquelles sont souvent publiées par sections dans plusieurs numéros, qui ne sont pas nécessairement consécutifs. Y figurent sans surprise Edmund Burke, Goldsmith et Richardson4. Mais le choix des personnalités évoquées n’est pas fonction de leur renommée ou de leur place dans le canon littéraire. C’est ainsi que de longues notices sur trois ou quatre numéros sont consacrées à des hommes de lettres peu connus du public : on en veut pour exemple les articles sur Richard Glover, John Scott ou J. Langhorne5. Les autres biographies peuvent tout aussi bien porter sur des écrivains et penseurs classiques français (Fontenelle, Pascal), un poète portugais (Camões), un castrat romain (Farinelli) ou même un des pionniers de la peinture américaine (Benjamin West). Aucun exclusivisme dans le type d’auteurs abordés, mais une forte tendance à se pencher sur des vies souvent peu connues du grand public, afin de redorer le blason de poètes anglais issus de la gentry. Le caractère récurrent de ces biographies ainsi que leur fragmentation en épisodes diffusent dans l’ensemble du Port Folio une atmosphère un peu désuète – en tout cas nostalgique d’un monde qui semble échapper le plus souvent aux accidents de l’histoire et au désordre. Autre signe qui, cette fois, témoigne des goûts littéraires de nombreux auteurs du xviiie siècle : la publication de textes classiques, notamment Virgile et Cicéron, ou leur analyse6.

13Le Port Folio entend également pérenniser un mode d’écriture et de lecture privilégiant le plaisir et la variété, dont le Spectator d’Addison et Steele constitue le modèle à l’époque de Dennie. Cette revue, dont plusieurs essais ont eu un impact considérable sur la critique littéraire du xviiie siècle, a été diffusée quotidiennement au Royaume-Uni entre 1711 et 1714 (avec une interruption en 1713) ; elle peut être considérée, avec le Tatler, comme l’acte fondateur de l’essai périodique anglais. L’entreprise de Dennie et de ses collaborateurs est précisément de redonner leurs lettres de noblesse aux catégories qui sous-tendent l’essai périodique addisonien. Dans une de ses lettres à son ami Roger Vose, il fait d’ailleurs l’apologie de la digression et d’une certaine forme d’errance, l’excès de méthode, selon selui, bridant le plus souvent le génie littéraire (11 mars 1790, Dennie, 1936, p. 24). En janvier 1802, une nouvelle rubrique, « The American Observer », est créée. Il s’agit d’une série d’essais périodiques en première page de la revue, où le personnage fictif livre ses considérations sur toute une série d’événements touchant à la culture, à la morale, aux pratiques sociales ou aux modes.

14L’essai inaugural précise les objectifs de l’entreprise : distraire le lecteur tout en l’instruisant afin qu’il applique les principes prônés dans l’essai ; un format et des stratégies d’écriture accessibles et attractifs permettant une vulgarisation qui reste exigeante ; une souplesse de structure (une liberté d’écriture) pour l’essayiste et une variété de sujets abordés ; un savoir envisagé comme un parcours qui n’est pas forcément linéaire (il a notamment recours à l’image du labyrinthe), diffusé par une série de petites touches qui cultivent le lecteur tout en faisant de lui un acteur. Tous les ingrédients de l’essai addisonien sont ici réunis et repris dans cette apologie d’une forme qui incarne plus que toute autre « l’esprit anglais ». Quelques numéros plus loin, c’est à une leçon digne d’Addison que l’auteur se livre lorsqu’il se propose d’inculquer à son lecteur les rudiments d’une stylistique digne de ce nom. Le court article est divisé en trois sections qui se penchent sur le rythme de la phrase, la structure de l’essai et l’art de citer avec à-propos (PF, 13/03/1802, p. 78). La première section témoigne tout particulièrement de ce souci d’harmonie :

  • 7 « La manière la plus simple d’atteindre [...] l’excellence est de noter les phrases les plus admir (...)

The easiest way of attaining […] excellence, will be to note down the most admired sentences of Addison, Junius, and Blair, to calculate the words in each member, the proportion of vowels, of consonants, the balance of long and short syllables, till your ears be so attuned to one particular measure, that your ideas may be spontaneously absorbed in the same revolving eddy of recursive harmony7. (PF, 13/03/1802, p. 78)

  • 8 Pour les séries sur Shakespeare, je renvoie aux pages qui suivent. En ce qui concerne les auteurs (...)
  • 9 Partie I : PF, 08/05/1802, 15/05/1802, 22/05/1802, 29/05/1802, 05/06/1802, 12/06/1802, 19/06/1802, (...)
  • 10 PF, 13/08/1803, 20/08/1803, 27/08/1803, 03/09/1803.
  • 11 PF, 09/01/1802, 16/01/1802, 23/01/1802.
  • 12 Voir à ce sujet l’essai du « Lay Preacher » où l’auteur se concentre sur le roman gothique et plus (...)
  • 13 Voir l’ode consacrée à ce sujet : « On Rural Happiness » (PF, 12/05/1804, p. 152). Il faut néanmoi (...)

15Ainsi, bon nombre de rubriques, d’articles ou d’anecdotes font écho à ce type de prose, notamment les chroniques régulières, comme « The American Observer », « The American Lounger », ou « The Lay Preacher ». Des regards posés sur le monde au hasard des rencontres et des pensées. La construction de séries dans plusieurs domaines est d’ailleurs une constante dans le Port Folio. Celles-ci peuvent être des biographies, des commentaires d’œuvres8 (essentiellement de Shakespeare et d’auteurs latins), des chroniques de voyage imaginaires qui permettent à l’auteur d’exprimer son point de vue sur l’état de l’Amérique (« Interesting Travels in America9 »), des écrits d’auteurs (par exemple les mémoires de Talleyrand10), ou des analyses politiques et institutionnelles (« A Friend to the Constitution11 »). Rappelant les séries des grandes revues du xviiie siècle (on pense par exemple au Spectator d’Addison et ses séries sur Shakespeare, les plaisirs de l’imagination, ou les chroniques de sir Roger de Coverly), une telle pratique permet de fidéliser le lecteur en variant les sujets – un élément central de l’esthétique du xviiie siècle (Hunt, 1976, p. 65, 68 ; Martinet, 1980, p. 12-13, 22) – et de le cultiver sans le solliciter de manière abusive. Tout comme à l’époque d’Addison ou de Goldsmith, on fustige les coquettes, on se méfie de certains romans qui ignorent les lois de la nature12 et l’on glorifie les joies de la vie champêtre13. Tous ces topoï semblent fonctionner comme des signes de reconnaissance pour le lecteur dont le goût a été forgé par la prose du xviiie siècle.

16Si l’objectif est donc bien de s’insérer dans une tradition littéraire, il ne s’agit pas pour autant d’être un épigone soumis qui ne fait que reproduire ce qu’il connaît. C’est ce que suggère la série d’essais « The American Observer ». Dans son premier numéro, l’auteur y souligne le mal qu’il a eu à trouver un titre original qui ne trahisse pas la tradition littéraire qu’il entend poursuivre (PF, 21/01/1802, p. 9). Le titre de la chronique revendique en effet une double identité anglo-américaine : une contribution nouvelle qui s’inscrit dans l’héritage addisonien du Spectator – le terme « observer » faisant écho au mode scopique du « Spectator » et proposant ainsi d’offrir au lecteur un regard sur l’Amérique. C’est là qu’est tout l’enjeu : être soi sans trahir ceux dont on se réclame. Dennie contourne l’écueil de deux manières. Tout d’abord en rappelant dans un ordre globalement chronologique les grands titres de revues du xviiie siècle. L’énumération remplit une double fonction : elle balise le sillage dans lequel l’écrivain compte s’inscrire, mais elle suggère aussi les difficultés liées au poids de cet héritage. Dans un deuxième temps, c’est en accolant l’adjectif « american » au titre de sa rubrique que Dennie cherche à concilier son projet et ses influences. Point de rupture ni de reproduction servile, mais un désir de réinvention qui va puiser dans l’œuvre des grands auteurs du canon et notamment dans le génie shakespearien, que le Port Folio envisage au travers du filtre de cette tradition littéraire du xviiie siècle britannique.

17Lecteur insatiable, Dennie connaît l’œuvre du dramaturge élisabéthain dans ses moindres détails. On en veut pour preuve sa correspondance où il accumule les citations et les clins d’œil anecdotiques, fait référence, pour parler de choses et d’autres, à des passages peu connus ou à des bribes de vers, le plus souvent sans prendre la peine d’identifier clairement ses citations, et en omettant même régulièrement l’emploi de guillemets (on note dans sa correspondance près d’une trentaine de citations ou de références intertextuelles).

  • 14 Les deux poèmes sont retranscrits en annexe, infra p. 359-361.

18En bon élève d’une école de pensée où Shakespeare est un génie inégalé et inégalable, Oliver Oldschool entend bien affirmer la suprématie du barde sur la scène de l’histoire littéraire. Deux poèmes à la gloire du poète sont publiés au printemps 180414 : « To the Genius of Shakespeare » (PF, 24/03/1804, p. 95) et « Shakespeare » (PF, 12/05/1804, p. 149). On retrouve dans les deux cas des compositions nourries de la rhétorique stratfordienne. Bien sûr, Shakespeare n’est pas qu’un simple humain : le génie se penche sur son berceau et prophétise son parcours de poète qui ne peut finir qu’au Ciel (« To the Genius of Shakespeare », v. 3-6, 21-24), et l’homme est présenté comme un être auquel aucune muse ne peut se refuser :

  • 15 « Car toi qui dans l’esprit humain/ Es gravé, tandis que sur ton trône qui n’appartient qu’à toi/ (...)

For thou within the human mind
Fix’d, as on thy peculiar throne
Sit’st as a Deity inshrin’d;
And either muse is all thy own15. (« Shakespeare », v. 17-20)

19Ces deux poèmes anonymes empreints de bardôlatrie s’inscrivent dans un contexte particulier, celui de la publication de la première édition variorum de Shakespeare sous la direction de Dennie. En effet, c’est en 1804 que cette édition, qui inclut des notes et des notices des grands critiques britanniques du xviiie siècle, est mise sous presse. La stratégie commerciale est indéniable. Mais pour Dennie, Shakespeare est beaucoup plus qu’un objet de profit. Sa valeur n’est pas marchande : elle fonde une vision de la culture, vision que Dennie exprime dès le premier numéro du Port Folio, lorsqu’il propose une analyse de trois misanthropes shakespeariens : Hamlet, Timon et Jacques. L’éditeur suggère ainsi d’emblée que le dramaturge sera au centre des préoccupations littéraires de la revue et, selon la tradition, le décrit comme celui qui sait peindre avec minutie la nature (« that accurate painter of nature », PF, 03/01/1801, p. 5), qualité que l’on associe à Shakespeare depuis Dryden (De Grazia, 1991, p. 45).

  • 16 Pour La Tempête, voir les numéros suivants du Port Folio : 14/02/1801, 21/02/1801, 28/02/1801, 07/ (...)

20Si le Shakespeare d’un Johnson, d’un Addison ou d’un Dennie préside au panthéon de la littérature, c’est tout d’abord parce qu’il est « fidèle à la nature » et que ses personnages ainsi que ses intrigues répondent à un souci de cohérence et refusent l’invraisemblable. Presque tous les articles évoquant le dramaturge insistent sur ce point, et plus particulièrement les trois séries consacrées à l’étude d’une pièce16. Dans le deuxième article de la première série, l’auteur souligne qu’il appelle « les œuvres de Shakespeare le Dictionnaire de la nature, dans lequel il est possible de trouver chaque passion, objet ou souhait du cœur humain dépeint avec vérité » (PF, 21/02/1801, p. 59). C’est moins par l’observation du monde qui nous entoure que par la lecture de Shakespeare que l’on peut forger sa connaissance de la nature. C’est en raison de sa « fidélité à la nature » que La Tempête est considérée comme une grande pièce (PF, 28/02/1803, p. 67), que la deuxième scène de Comme il vous plaira est dramatiquement efficace (PF, 2/03/1803, p. 83) ou que les comparaisons du troisième acte de la même pièce sont pertinentes (PF, 23/04/1803, p. 130).

21Toute l’œuvre de Shakespeare ne suit pourtant pas systématiquement ces « règles de la nature ». Qu’à cela ne tienne, on pardonne cet écart au poète pour l’occasion. Le cas est particulièrement frappant dans l’article consacré à l’analyse du Songe d’une nuit d’été (PF, 11/05/1805, p. 137), où il est précisé que le caractère fantasque de l’intrigue n’enlève rien au caractère plaisant (« pleasing ») de la pièce. L’argument est surprenant, surtout quand on pense que les romans gothiques sont largement critiqués pour ces mêmes raisons dans un numéro de 1803 (PF, 16/07/1803, p. 226). On voit ainsi comment le recours aux catégories esthétiques sert plus le « génie » qui se dégage de l’œuvre de Shakespeare qu’il n’aide à le déterminer.

22L’analyse du rôle de Jacques dans l’intrigue de Comme il vous plaira est tout aussi significative (PF, 12/02/1803, p. 51). L’auteur y voit le seul exemple dans l’histoire du théâtre où le personnage le plus intéressant de la pièce se révèle n’avoir aucun lien avec la progression de l’intrigue. Tout autre dramaturge aurait été critiqué pour ce manque de cohérence et d’unité dans la structure de la pièce. Mais ici, cette particularité devient la marque même de l’originalité de Shakespeare. Le respect des critères prônés par la critique est la preuve qu’il est le plus grand des poètes, mais à l’inverse, toute transgression des règles témoigne de la liberté du génie shakespearien qui s’affranchit du carcan de la norme (PF, 05/02/1803, p. 46).

  • 17 Voir par exemple le recueil édité par D. Nichol Smith (1963), notamment les textes de John Dennis (...)

23Quelles conclusions tirer de cette approche ? De manière paradoxale, Shakespeare représente un modèle (c’est en cela qu’il est unique), mais son génie transcende ces mêmes modèles (et là encore, c’est en cela qu’il est unique). Ici, le Port Folio ne fait que reprendre une attitude typique de la critique britannique du xviiie siècle17 : refuser toute faille dans l’œuvre du dramaturge ; tout faire pour que rien ne vienne porter atteinte au bel édifice construit par la rhétorique stratfordienne ; et voir les signes du génie dans ce qui serait considéré comme un manque de talent chez d’autres auteurs. Mais si Shakespeare est une – ou plutôt la – référence, ce n’est pas tant en raison du plaisir esthétique qu’il procure que de la dimension morale de l’œuvre.

24Pour toute une école critique, dont on trouve encore des échos aujourd’hui (l’ouvrage de Harold Bloom, Shakespeare. The Invention of the Human, en réaction aux écoles déconstructionniste et postmoderne, est révélateur de cette attitude), la grandeur de Shakespeare réside dans sa capacité à peindre l’âme humaine dans toute sa diversité. La fonction de cette grande fresque est d’apprendre au lecteur des vérités sur la vie, les comportements sociaux ou l’exigence éthique. Bien qu’il soit produit sur de nombreuses scènes, c’est un Shakespeare vidé partiellement de sa dimension dramatique qui émerge également à partir du milieu du xviiie siècle. Il s’agit avant tout d’adaptations (étudiées en détail par Michael Dobson dans son ouvrage The Making of the National Poet) où le texte original se voit purgé de ses allusions grivoises, de ses scènes trop violentes, et où les « imperfections » dramatiques sont souvent « améliorées ». Par exemple, la version du Roi Lear de Nahum Tate, que l’on représente jusqu’au xixe siècle, se conclut par une fin heureuse, où Cordélia épouse Edgar. Il apparaissait en effet insoutenable pour un auditoire de l’époque que les « bons » personnages se voient réserver le même sort que les scélérats. Les ouvrages consistant en une sélection de morceaux choisis de l’œuvre du poète prolifèrent également au Royaume-Uni (Taylor, 1990, p. 150). Ces recueils livrent au lecteur des vers sortis de leur contexte et sélectionnés pour leur caractère édifiant. Shakespeare devient une source inépuisable de lieux communs érigés en règles morales immuables sur la nature humaine. C’est cette tradition que le Port Folio entend perpétuer.

25Shakespeare peut ainsi servir à illustrer la valeur morale d’un récit. C’est ce que montre par exemple une petite histoire sans titre publiée sous une rubrique intitulée « Pathetic » (PF, 19/09/1801, p. 299-300). Harriot, fille d’un homme d’église, tombe sous le charme d’un jeune officier de passage. Les deux jeunes gens désirent se marier, mais le père de la demoiselle s’oppose à l’union car il a déjà quelqu’un en vue pour sa fille. Le couple d’amants décide d’abord d’ignorer cet obstacle, mais Harriot cède finalement à son père. La catastrophe survient soudainement. Le jeune militaire éconduit tue sa bien-aimée dans un accès de folie, se fait arrêter et est exécuté. Une courte introduction renseigne le lecteur sur la visée didactique du récit, défini comme « un simple récit » révélant « les horribles maux engendrés par une passion non réfrénée » (ibid., p. 299). La morale de l’histoire se devine facilement : il s’agit de fortement déconseiller aux jeunes filles de s’amouracher du premier venu et de les inviter à ne rien cacher à leur père, sous peine de s’attirer des ennuis. Or c’est à la lumière de Shakespeare que l’histoire est contée. Tout d’abord par une citation approximative du dramaturge sur le mariage tirée de 1 Henri VI, qui vient cautionner le propos développé dans cette histoire :

  • 18 Le début de la citation dans l’édition d’Oxford est le suivant : « Marriage is a matter of more wo (...)

Marriage is sure a matter of more worth
Than to be subject for attorneyship. [...]
For what is wedlock forced but a hell,
An age of discord and continual strife !
Whereas the contrary bringeth forth bliss,
And is a pattern of celestial peace18.

26Le titre de la pièce n’est pas mentionné : c’est l’idée avancée dans le passage qui importe et non la fonction de ce dernier dans la pièce dont il est tiré. En outre, la citation fait abstraction de la situation dramatique des personnages de la pièce historique. L’auteur de cette historiette utilise les vers de Shakespeare non pas comme des paroles de personnages imaginaires mais comme des règles morales universelles dont l’autorité tient au fait qu’elles ont été écrites par le dramaturge élisabéthain. L’absence de référence au titre de la pièce vient renforcer cet aspect. Plus loin dans le récit, c’est à une Desdémone qu’Harriot est comparée, lorsqu’elle tombe amoureuse de son officier. L’auteur cite d’ailleurs le texte original avec quelques libertés (Oth, I.iii.127-141) en décrivant comment « les combats, les sièges, les fortunes qu’il avait traversés » lui permirent de gagner son cœur (PF, 19/09/1801, p. 299). En effet, au xviiie siècle, Othello n’est pas considéré comme la tragédie d’un homme trahi qui commet l’irréparable, mais plutôt comme une leçon morale : l’histoire d’une jeune fille qui n’a pas écouté son père et qui a commis un acte contre-nature (Eastman, « Shakespearean Criticism », dans Andrews, 1985, p. 733-756). L’utilisation de Shakespeare participe ainsi directement d’une entreprise didactique de la fiction littéraire.

  • 19 « Souligner certaines des beautés du plus grand des poètes, et inciter les autres à contempler ses (...)

27Les commentaires détaillés de deux pièces (La Tempête et Comme il vous plaira), publiés sur plusieurs numéros, témoignent de cette approche morale du texte littéraire. Y sont prônés certains types de comportement. C’est ce que la série d’essais consacrés à La Tempête s’efforce de mettre en place. En effet, la majeure partie des analyses se concentre sur Miranda, qui est dépeinte comme un modèle de vertu. Le critique voit en elle un idéal esthétique et moral : « l’innocence non affectée, une sensibilité délicate et la vertu même de la compassion » (PF, 14/03/1801, p. 82). Tout dans le portrait de la jeune fille suggère l’idée d’harmonie et d’équilibre. On croirait lire un portrait du Spectator. Selon l’auteur, si ce personnage est une réussite complète, c’est qu’il semble – du moins dans l’interprétation qui en est faite – cadrer avec une cartographie des sexes dans laquelle la femme se voit confier la gestion de la sphère de l’intime. Elle est l’ange de la maison, comme se plairont à dire les Victoriens, celle qui, dans l’ombre et le silence, s’occupe de son père, puis de son conjoint et de sa progéniture, pour faire du foyer un havre de paix et de sécurité. Même lorsqu’il s’agit d’amour, sa conduite reste exemplaire (PF, 28/03/1801, p. 100) et participe d’une naturalisation des différences entre les sexes ; paradoxalement, Miranda n’est jamais envisagée comme un être sexué, un être de désir, mais comme une forteresse de la vertu que la luxure ne pourra jamais prendre. C’est justement ce que le critique apprécie dans La Tempête : aucune violence des sentiments, une jeune fille qui se garde bien de tomber amoureuse dès le premier regard. Pas de passion dévorante, comme dans tant de romans de l’époque, mais au contraire, la naissance progressive d’un amour désincarné que la fureur des corps se garde bien de perturber (PF, 28/03/1801, p. 101). Il se dégage ainsi l’idée que La Tempête est un modèle moral tout autant qu’esthétique. La conclusion du dernier article consacré à la pièce montre comment ces deux points se complètent et se mêlent : « to point some of the beauties of the chief of bards, and to lead others to contemplate his delightful and instructive pages. I propose nothing to my readers but amusement19. » (PF, 04/04/1801, p. 107) Instruire en divertissant, comme le prônait Addison.

28La seconde série shakespearienne, consacrée à Comme il vous plaira, n’échappe pas à cette vision de la fonction du texte littéraire. Mais dans ces essais, le critique s’intéresse avant tout à la peinture des sentiments. La pièce est présentée comme une fresque plus vraie que nature des aléas de l’âme et de l’esprit. On a déjà vu que l’écart qui s’opère entre la progression dramatique et la figure de Jacques – alors que ce dernier est l’un des personnages les plus marquants de la pièce – était vu non pas comme une imperfection mais comme une preuve supplémentaire de la supériorité de Shakespeare sur ses semblables. Une seconde explication réside peut-être dans le fait que Dennie et ses collaborateurs ont été moins intéressés par l’efficacité dramatique de l’œuvre – et le plaisir que le spectateur en tire – que par sa dimension morale ; la pièce n’est pas envisagée comme une pièce destinée à la représentation, mais avant tout comme un texte écrit, un traité illustré sur l’être humain. Si une telle vision morale de Shakespeare s’inscrit dans le sillage des critiques du xviiie siècle, cette tendance à vider l’œuvre du dramaturge élisabéthain de sa théâtralité rappelle également une approche typique des contemporains de Dennie. Charles Lamb, par exemple, se demande si Le Roi Lear ne perd pas de sa force au théâtre, la représentation ne pouvant rendre compte de la totalité du texte (Lamb, 1935, p. 289-303 ; Arac, 1987, p. 209-220).

  • 20 « The parable of the prodigal son », analyse de I.i, PF, 12/03/1803, p. 82 ; « the importance of t (...)
  • 21 « [...] la nature ne put ni mettre un terme à sa carrière, ni la limiter. »

29Par conséquent, la plupart des scènes de Comme il vous plaira sont interprétées comme l’illustration d’un concept ou d’une idée. La première scène devient une nouvelle version de la parabole du fils prodigue ; certaines sont supposées montrer la nature fondamentalement égoïste de l’être humain, ou bien la nécessité pour les jeunes gens de faire preuve de tempérance ; et d’autres constituent des portraits fidèles de la femme amoureuse ou de l’humilité de l’amant qui se sent rejeté par sa bien-aimée20. Dans tous les cas, la scène vaut par son caractère exemplaire. Les centaines de personnages qui apparaissent dans l’œuvre du dramaturge sont considérées comme un échantillon représentatif de l’humanité. Shakespeare et son œuvre échappent à toute limite ou contingence, même – c’est le comble – aux lois de la nature : « nature could neither stop nor circumscribe his career21. » (PF, 23/06/1804, p. 197) C’est dans cette perspective de célébration du poète – qui révèle aussi un désir de contribuer au développement culturel et littéraire de l’Amérique – que l’on peut envisager le grand projet éditorial lancé par Dennie en 1803.

Éditer Shakespeare : la première édition variorum américaine de Shakespeare

30Dennie n’a de cesse de déplorer la pauvreté de la culture américaine au tournant des xviiie et xixe siècles ainsi que le refus des Américains de s’inscrire dans la continuité du génie britannique. Les responsables désignés de cet état de fait sont toujours les mêmes : les républicains-démocrates. D’où un souci constant chez l’éditeur d’aider au développement culturel de sa nation. Son entreprise la plus conséquente – et probablement celle qui lui tint le plus à cœur – fut la première édition variorum américaine de l’œuvre théâtrale de Shakespeare. Quelques éditeurs publient ses œuvres après l’Indépendance. Une première édition paraît en 1795 à Philadelphie et une seconde (en sept volumes) à partir de 1802 à Boston. Mais ces deux réalisations laissent peu de place aux notes et essais critiques élaborés par les auteurs britanniques du xviiie siècle. L’édition de Joseph Dennie, qui est publiée en 1805, apparaît ainsi comme le premier variorum américain, même si elle reprend exclusivement des textes critiques de la vieille Albion publiés au xviiie siècle (Westfall, 1939, p. 84-85, 96, 104). Toute la genèse de cette édition est largement couverte dans le Port Folio sous la forme d’annonces. Parsemant la revue pendant plus d’une année, celles-ci permettent de faire la promotion de l’objet, mais elles sont aussi un moyen d’inscrire cette entreprise éditoriale dans un héritage tout en soulignant l’originalité de cette dernière.

31Dans la première annonce, qui paraît en 1803, l’auteur s’indigne du fait qu’aucune édition américaine de Shakespeare digne de ce nom n’ait encore vu le jour, alors que des éditions britanniques du dramaturge « sont publiées presque chaque mois » et permettent de « perpétuer les écrits de ce sublime auteur ». Il espère ainsi que les Américains ne se montreront « pas oublieux de Shakespeare » (PF, 16/04/1803, p. 127). Il s’agit également de faire un constat amer, celui du désert culturel américain. Le manque d’intérêt dont les Américains font preuve, non seulement au sujet des choses de l’esprit, mais aussi de la culture britannique, attriste indubitablement Dennie. Se joue ici la conviction d’une continuité entre les deux génies nationaux. Contribuer à la diffusion et à l’analyse critique de l’œuvre du dramaturge qui devient, au xviiie siècle, le symbole littéraire le plus manifeste de l’anglicité, ne peut que profiter au développement du Royaume-Uni. Mais faire de même en territoire américain, c’est aussi donner à une culture émergente ses premières lettres de noblesse. Ainsi, en manifestant son désir de voir publier la première édition américaine de Shakespeare, Dennie exprime à la fois un espoir – le développement d’une culture littéraire aux États-Unis – et un regret – le fossé qui se creuse de part et d’autre de l’Atlantique entre la jeune république et le Royaume-Uni.

32Faire paraître cette nouvelle édition, c’est justement combler partiellement ce fossé. Dennie considère qu’en se chargeant eux aussi de la pérennité de l’œuvre du dramaturge, les Américains créent un héritage culturel commun avec leurs frères britanniques. Ils participent tous du génie anglo-saxon qui n’est pas cantonné à un seul espace géographique, appartiennent à une communauté de valeurs culturelles unifiées avant tout par la langue. Dès les premiers numéros, l’éditeur souligne d’ailleurs sa fierté d’être anglophone et par conséquent de ne pas voir sa compréhension de Shakespeare réduite par une barrière linguistique (PF, 21/02/1801, p. 59). Cette possible continuité/unité est clairement exprimée à l’occasion d’un nouvel avis annonçant la parution imminente des volumes, dans lequel il est souligné qu’il est « tout à fait délectable » de voir Shakespeare migrer « des rives de l’Avon […] à celles du Delaware ; et ce dans un habit américain, une fois de plus, chargé d’une puissance transcendante, contribuant à l’instruction et au plaisir de milliers » d’Américains (PF, 05/11/1803, p. 359). Bien qu’il soit un anglophile convaincu, on voit ici comment Dennie entend mener son entreprise en territoire américain. Il ne se fait pas simplement le chantre de la littérature britannique, mais cherche à promouvoir le rayonnement culturel et littéraire de sa propre patrie tout en l’inscrivant dans la continuité d’un canon pour lui assurer son succès.

  • 22 Le principe est souligné par Addison dans l’un des essais les plus célèbres du Spectator, où le Sp (...)

33Ce désir de grandeur et de beauté se retrouve également dans l’intérêt porté à la réalisation matérielle de l’édition. Pour un Shakespeare, rien ne doit être négligé. Il est précisé dans une annonce que les caractères utilisés pour « cette splendide édition » ont été spécialement conçus pour l’occasion, que la typographie est d’une grande élégance et la reliure de qualité supérieure (PF, 11/02/1804, p. 46) : c’est sur un tapis rouge que Dennie entend faire entrer son Shakespeare dans les bibliothèques américaines. En témoigne le souci d’élégance, l’apparence des volumes devant refléter la valeur littéraire des textes ; mais le souci de variété et de rentabilité n’est pas pour autant ignoré. En proposant trois formats, il est suggéré au citoyen américain que Shakespeare est accessible à plusieurs types de bourses et qu’il conviendra à tous les goûts. L’annonce reprend à la fois des catégories du xviiie siècle (la diversité) et les valeurs marchandes (élargir son marché, faire circuler les biens) véhiculées dans la presse whig britannique à partir d’Addison. En outre, l’entreprise entend viser le plus grand nombre. Il s’agit de faire entrer la littérature dans le monde de la cité et vice versa22. D’ailleurs, lorsque la livraison du premier volume commence à se faire attendre, le Port Folio met en avant le désir d’offir au public un objet soigné (la vérification des éléments typographiques ou des citations) pour expliquer le retard de parution.

34L’entreprise pourrait apparaître particulièrement valorisante pour Joseph Dennie. Si ce dernier s’avère être un homme conscient de ses talents, il n’entend pas pour autant faire du Port Folio un espace lui permettant de mettre en valeur sa propre personne. C’est du moins ce que laisse entendre la promotion de l’édition de Shakespeare. La volonté de Dennie de contribuer à la diffusion de la littérature et des choses de l’esprit est très nette, mais, en dépit du rôle qu’il joue dans l’établissement des volumes, toute la publicité faite dans son propre journal à l’occasion de la sortie du variorum américain ne mentionne son nom à aucun moment, même lors de l’annonce officielle de la parution prochaine de l’édition (voir le texte complet en annexe, p. 359). C’est sur Johnson que le varorium s’ouvre ; il accumule ensuite les références aux grands éditeurs britanniques de Shakespeare, dont le travail est ici rassemblé par Dennie. Le double mouvement qui se met en place est manifeste : jouer un rôle majeur dans la diffusion et la production culturelle et littéraire, créer une – ou plutôt la – référence américaine en matière d’édition de Shakespeare, mais sans mise en valeur vaine du moi.

35L’originalité et la création supposent ainsi que l’on continue la construction d’un édifice cohérent, fondé sur une communauté linguistique, idéologique et esthétique. Il n’est pas anodin qu’un article de 1803 souligne que même le prince des poètes ne peut ignorer ses prédécesseurs du canon littéraire (PF, 12/02/1803, p. 51). Si Shakespeare lui-même doit s’accommoder de ses aïeux, qui pourrait en faire autrement ? Créer, ici, ce n’est pas faire surgir ex nihilo un nouvel objet ou offrir à une culture émergente de nouvelles lignes de fuite, mais revisiter un patrimoine commun à la lumière de son propre génie et faire de son œuvre un objet unique qui puisse se réclamer d’une lignée. Et c’est uniquement dans cette perspective que la culture américaine pourra, selon Dennie, gagner ses lettres de noblesse, être elle-même sans renier ses origines, ménager un espace à ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette nouvelle Amérique dominée par l’idéal jeffersonien.

36Shakespeare apparaît donc comme le symbole du génie et une référence constitutive de l’identité littéraire anglo-américaine, mais son œuvre est également utilisée à des fins beaucoup plus politiques et polémiques. En effet, si, dans le Port Folio, le dramaturge est l’expression du beau, et donc par extension du bien et du vrai, l’idéologie jeffersonienne apparaît, quant à elle, comme l’incarnation du mal, du faux et du laid. C’est ainsi que l’utilisation de l’œuvre du barde participe directement du combat politique de la revue et s’inscrit dans une tradition britannique qui remonte aux années 1730, période à partir de laquelle l’appropriation de Shakespeare se joue également en dehors des théâtres (Bate, 1989, p. 64).

De la lutte politique à la construction d’un espace d’écriture

37Dans le Port Folio, la culture est à la fois le fondement et le prolongement d’une pensée politique. Les deux se légitiment réciproquement : la politique est affaire de culture et la culture (notamment littéraire) ne peut s’interpréter en dehors d’une ligne idéologique et politique fédéraliste (le discours que Dennie tient sur Wordsworth est tout à fait révélateur à ce sujet : si l’éditeur est l’un des premiers Américains à promouvoir l’œuvre du poète anglais aux États-Unis, il ne tarde pas à déplorer ses tendances démocratiques et cesse finalement de parler de son œuvre au bout de quelques années : Randall, 1973, p. 69, 75). Le texte et la figure de Shakespeare participent de cette stratégie et dépassent largement le cadre littéraire : le dramaturge élisabéthain permet de déterminer des critères et un idéal esthétiques pour les lettres américaines, mais il est aussi une arme que Dennie et ses collaborateurs utilisent pour combattre les formes d’une culture américaine à la fois émergente et dominante.

38D’un point de vue politique, la ligne éditoriale de Joseph Dennie est plus que claire : le Port Folio déplore l’anglophobie qui règne en Amérique et voit dans l’esprit révolutionnaire une source de discorde pour la nation. Bien accueilli par les élites britanniques pour des raisons évidentes, Dennie voit, comme on l’a déjà fait remarquer, la cause même de ses échecs littéraires et éditoriaux dans la Révolution américaine. Il dénonce sans concession le système républicain américain ainsi que la démocratie, ses critiques se cristallisant sur la figure honnie du président Jefferson. Si celui-ci tend à qualifier les fédéralistes d’ennemis de la nation en raison de leur anglophilie affichée, ses détracteurs se font un plaisir de lui rendre la pareille et n’ont de cesse de vilipender une politique qui, selon eux, ne peut mener le pays qu’à sa perte. Le journal défend une vision politique et culturelle élitiste et se défie de la masse, s’opposant ainsi clairement à un idéal qui rejette les valeurs aristocratiques et prône une égalité complète entre les citoyens, invités à participer au progrès de la civilisation (Onuf, 2000, p. 7, 25 ; Malone, 1962, p. 266). Les toutes premières lignes du Port Folio sont d’ailleurs sans ambiguïté : Dennie déclare que la publication ne sera pas impartiale et qu’il « ne cherchera pas à plaire à la populace » en infusant dans « les esprits faibles un sentiment de jalousie envers les dirigeants, l’amour de l’innovation » ou bien « la liberté, l’égalité et les droits de l’homme » (PF, « Prospectus », p. 1). Que les opinions exprimées dans le Port Folio plaisent ou non, son éditeur entend bien les défendre jusqu’au bout. L’ennemi, c’est le désordre. Et le désordre, à cette époque, vient particulièrement de l’esprit révolutionnaire, notamment de l’un de ses penseurs, Thomas Paine, et du président à abattre, Jefferson.

  • 23 « Picture of France in 1801 », PF, 01/10/1803, p. 317-318. Il ne faut pas pour autant en conclure (...)

39La revue soutient que les élans révolutionnaires conduisent nécessairement au chaos et à l’anarchie. Dennie y voit pour preuve la situation de la France. Un court article non titré (inclus dans une rubrique intitulée « Miscellaneous Paragraphs ») cherche à contrer les accusations selon lesquelles le pouvoir royal serait un pouvoir despotique (PF, 16/04/1803, p. 127). L’objectif pour Dennie n’est pas tant de convaincre ses opposants du bien-fondé de ses idées que de conforter ceux pour qui ces considérations relèvent de l’évidence. Le terrain a déjà été préparé au début du même numéro, avec un article intitulé « Murder of Louis XVI », où le monarque est décrit comme un être à l’apparence, aux manières et au langage irréprochables (ibid., p. 121). Dans un article sur l’état de la France, l’auteur dresse un tableau accablant de la situation du pays dans tous les domaines23 (finances, agriculture, prisons, transports, orphelinats et instruction). En fait, les attaques politiques dirigées contre la France s’inscrivent dans une lutte géographiquement plus proche : il s’agit bien de s’élever contre l’évolution de la situation politique aux États-Unis.

  • 24 La publication de Common Sense en janvier 1776 joue un rôle déterminant car l’ouvrage convainc la (...)

40D’un point de vue chronologique, le premier responsable de cet état de fait est le théoricien dont les républicains américains se réclament le plus : Thomas Paine, penseur britannique qui fustige la monarchie et encourage les Américains à proclamer leur indépendance, notamment dans l’appendice qui fait suite à Common Sense24 (Paine, 1945, p. 41). Il s’agit en effet de l’un des personnages les plus détestés du Port Folio. La présentation de l’article qui lui est consacré en 1802 est sans ambiguïté (PF, 04/12/1802, p. 382). Paine y est décrit comme un agitateur, un jacobin, un ennemi de l’ordre, du sentiment national et de la chrétienté : tous les ingrédients sont réunis pour faire du révolutionnaire l’homme à abattre.

  • 25 Une telle position n’est pas étonnante : si Washington entend se placer au-dessus des partis, il n (...)
  • 26 Les vues de Jefferson sur l’esclavage sont en fait plus ambiguës. S’il en dénonce le caractère mor (...)

41Si la nation américaine va mal, c’est que ces idées révolutionnaires sont effectivement mises en pratique. En fait, ce n’est pas tant l’indépendance politique des États-Unis et la création d’une république qui indignent Dennie que la rupture qui s’est opérée avec l’héritage politique de Washington lorsque Jefferson est élu. Les conceptions de ce dernier ont trahi les idées du premier président américain qui, pour le Port Folio, semble être le seul homme politique dont la légitimité soit indéniable25. C’est ainsi que le journal va systématiquement s’efforcer d’étaler au grand jour les incohérences et les insuffisances de la politique jeffersonienne. Le cas de l’esclavagisme est particulièrement révélateur et constitue un cheval de bataille pour le Port Folio. En effet, les prétentions égalitaires d’un Jefferson ne prennent en considération que la population blanche – une attitude prévisible de la part d’un riche planteur de Virginie, lui-même propriétaire d’esclaves26. L’une des attaques les plus mordantes à l’égard des idées de Jefferson est une petite fiction écrite sur un mode théâtral (PF, 30/07/1803, p. 145-146 : voir annexes p. 361-363). Un planteur du Sud, ironiquement prénommé Fraternal, s’écoute parler en faisant l’apologie de l’égalité entre tous les hommes. Arrive alors un esclave qui malencontreusement bouscule son maître. La sentence est immédiate : le pauvre hère est condamné à être fouetté et s’enfuit, poursuivi par Fraternal qui le frappe avec son journal. L’attaque contre Jefferson et ses alliés est évidente (Jefferson fut d’ailleurs accusé d’avoir pour concubine Sally Hemings, une de ses esclaves, dont il aurait eu plusieurs enfants. La presse fédéraliste de l’époque révèle la rumeur en septembre 1802 : Fohlen, Heffer & Weil, 1997, p. 146-154). Dennie entend dénoncer l’hypocrisie d’un système et le décalage qui, selon lui, existe entre les grands principes moralisateurs qui rassurent les foules – mais qui sont vite oubliés lorsqu’il s’agit de faire du profit – et les faits. Dans un article de 1804 consacré au rachat de la Louisiane, il rappelle ironiquement à ses lecteurs, en citant la Déclaration d’indépendance, que le président est un propriétaire « de nombreux esclaves, que la nature a fait ses égaux » (PF, 07/01/1804, p. 7). Quelques mois plus tard, le Port Folio décide de s’attaquer aux écrits mêmes du chef de l’État, afin de souligner les dysfonctionnements de sa pensée et des principes qu’il prône (PF, 04/08/1804, p. 244 ; 11/08/1804, p. 250-252 ; 25/08/1804, p. 268-269). Le titre de la chronique indique d’emblée le contenu du propos : « Observations upon Certain Passages in Mr Jefferson’s Notes on Virginia, which Appear to Have a Tendency to Subvert Religion, and Established a False Philosophy ». En effet, selon Dennie, la nation américaine a perdu tous ses idéaux, sombre dans un mercantilisme stérile et cet appât du gain généralisé détruit tout intérêt pour les belles lettres et les choses de l’esprit dans la jeune république. Selon cette logique, la spéculation foncière, corollaire de l’idéal jeffersonien, ne peut mener qu’à une désagrégation du corps social et au triomphe d’un individualisme matérialiste (Dowling, 1999, p. 23).

42Les fédéralistes se savent néanmoins vaincus politiquement et ont peu d’illusions sur l’impact de leurs idées élitistes dans l’ensemble du pays. Toutes ces attaques contre Jefferson et ses alliés n’en sont pas moins particulièrement féroces. Cette attitude s’inscrit dans une stratégie générale de la presse fédéraliste qui se déchaîne dans ses articles, à défaut de pouvoir contrer la politique du président au Congrès. Jefferson ne prend d’ailleurs pas la question à la légère et réagit en février 1803. Selon lui, parce qu’ils n’ont pas réussi à détruire la liberté de la presse, les fédéralistes utilisent ce droit en attaquant les républicains avec la plus grande virulence. La sanction ne se fait pas attendre éternellement, et pour faire un exemple, Jefferson décide de poursuivre Dennie en justice pour propos séditieux (Cunningham, 1987, p. 270). Mais deux ans plus tard, l’éditeur est déclaré non coupable et ne manque pas de signaler sa victoire dans le Port Folio en fustigeant la démocratie, un « démon bien plus terrible que ceux jamais invoqués par l’imagination des poètes classiques depuis les vastes profondeurs de leur enfer païen » (PF, 07/12/1805, p. 383). Mentionner les poètes classiques n’est pas sans incidence. En effet, la lutte menée par les fédéralistes se déplace progressivement de la scène politique pour trouver refuge dans la sphère littéraire (Dowling, 1999, p. IX) – c’est en ce sens que le Port Folio est un espace où les auteurs se retirent dans un monde qui représente les valeurs de la société qu’ils ont désiré voir advenir et qu’ils n’ont pu réaliser. La revue est le reliquat littéraire d’un rêve déçu et consommé, où le recours à Shakespeare est indissociable de l’expression d’une pensée politique.

  • 27 « I do remember well a fed’ralist/ And he in Walpole dwells, whom late I noted,/ With bloated chee (...)

43Le discours tenu sur le dramaturge élisabéthain dans le Port Folio s’inscrit dans un espace idéologique et politique bien déterminé. Utiliser Shakespeare à des fins politiques ou pour dénoncer ses adversaires n’est cependant pas le seul privilège de fédéralistes comme Dennie. Alors éditeur du Farmer’s Museum, ce dernier avait d’ailleurs été lui-même victime des attaques de ses ennemis dans une parodie des propos que Roméo tient sur l’apothicaire, publiée dans The Independent Chronicle et reproduite dans de nombreuses revues27.

44Face à une Amérique mercantile, le poète est supposé incarner une valeur non marchande et universelle qui transcende les intérêts particuliers. Cette vision s’inscrit dans le fil direct d’une construction culturelle héritée du xviiie siècle, où Shakespeare devient, à force d’adaptations et d’éditions commentées, l’incarnation du génie littéraire de la belle Albion. Glorifier ce dernier est un acte éminemment politique et témoigne d’un refus de rompre avec l’héritage britannique, ainsi que d’un désir de ne pas être une nation de pionniers, mais le prolongement – original – d’une civilisation européenne. Le recours au dramaturge est non seulement une arme politique qui permet d’illustrer les idées défendues dans le journal, mais également un moyen de porter un regard sur le monde de la politique et sur ses agitations.

45Dennie cherche tout d’abord à dénoncer l’attitude de ses opposants politiques. Ainsi, une citation peut, sortie de son contexte, faire écho, non sans ironie, à l’Amérique de l’époque. Dans un article du 8 mai 1802, il publie une série de vers shakespeariens qu’un lecteur lui aurait fait parvenir pour rendre compte de l’état de la nation américaine :

  • 28 « Un jeune président de la commission du budget :/ “Si je sais comment ou en quel sens débrouiller (...)

A juvenile Chairman of a Committee
of Ways and Means
“If I know
How or which way to order these affairs,
Thus disorderly thrust into my hands,
Never believe me.”
King Richard II28

  • 29 « Des miliciens :/ “Ces hommes au cœur vide, tels des chevaux ardents,/ Au départ semblent plein d (...)

Militia soldiers
These hollow men, like horses hot at hand,
Make gallant show and promise of their mettle,
But when they should endure the bloody spur,
They fall their crests, and, like deceitful jades,
Sink in thetrial.
Julius Caesar29

  • 30 « Un politicien qui joue au poker :/ “Comment avez-vous pu, Cassio, oublier ainsi/ Qu’ainsi vous d (...)

A political brag player
How comes it, Cassio, you are thus forgot,
That you unlace your reputation thus,
And spend your rich opinion for the name
Of a night brawler? Give me answer toit.
Othello30 (PF, 08/05/1802, p. 143)

46Désordre, inefficacité et lâcheté des hommes, État rongé par la corruption : les thèmes développés dans ces quelques vers font écho à tous les maux dont Jefferson et ses amis sont accusés par les fédéralistes. Le choix même des pièces n’est pas innocent : un drame historique où le roi est déchu, une pièce romaine où celui qui se voudrait souverain est victime d’un complot auquel même son fils adoptif participe, et une tragédie où l’amour d’un Maure pour une jeune fille innocente se transforme en meurtre brutal et animal. Dans tous les cas, l’auteur semble mettre en garde ses lecteurs comme ses opposants et leur dire de ne pas s’étonner si tout ceci se termine dans le sang et le chaos. Néanmoins, le ton qui se dégage ici est moins celui de la dénonciation virulente que de la moquerie – certes agacée – qui veut garder un visage amusé et distant vis-à-vis des choses.

47Mais le recours à l’œuvre du dramaturge n’est pas uniquement un instrument qui, parodié, permet de rendre la lutte politique du journal plus attractive et divertissante. Durant la première année de parution de la revue, la rubrique de politique internationale est toujours accompagnée d’une citation légèrement adaptée d’une des tirades les plus célèbres de Lear :

  • 31 « Nous parlerons des nouvelles,/ De qui perd et qui gagne, de ce qui est au goût du jour et de ce (...)

We’ll talk of news;
Who loses, and who wins, what’s in, what’s out
And take upon, the mystery of things31.

48Le choix du passage peut sembler incongru aux yeux du lecteur qui se remémore la scène. Lear et Cordélia, capturés par les hommes d’Edmond, viennent de se retrouver et sont sur le point d’être emprisonnés. À ce moment proche du dénouement, Lear s’imagine avec sa fille, tel un oiseau en cage qui s’amuse de l’agitation vaine des hommes et préfère explorer ce qui se cache sous la surface des choses.

49À l’instar de nombreux hommes de lettres cultivés, Dennie vide en fait la citation de son contexte dramatique en l’arrachant à son espace littéraire d’origine, ce qui ici sert principalement deux visées. Dans la mesure où Shakespeare est peint, à cette époque, comme le plus grand des génies littéraires, le citer revient à revendiquer une certaine forme de culture et à conférer une valeur à ses propos. Il devient une caution pour le Port Folio. Mais si l’on prend en compte le contenu même de la citation, évoquer ce passage du Roi Lear, c’est aussi considérer la politique (notamment internationale) comme un spectacle où les puissants sont des acteurs et où l’écrivain est un témoin distant qui préfère substituer à la pratique du politique une pensée plus profonde qui se joue dans les livres. Il ne s’agit donc pas d’un simple jeu formel ; l’objectif est de dénoncer la grande mascarade de la scène politique américaine. En janvier 1802 (PF, 23/01/1802, p. 24), Dennie rappelle ainsi qu’un membre du Congrès a écrit peu de temps auparavant que la majorité parlementaire du pays ne fait que jouer Beaucoup de bruit pour rien. Si la référence à la comédie de Shakespeare sert, au travers du jeu de mot sur le titre, une dénonciation satirique amusée de la vie politique du pays, l’auteur souligne que le dramaturge ne s’est pas contenté d’écrire des pièces qui se terminent bien et que les politiciens pourraient bien être tentés d’élargir leur répertoire au genre tragique. Elle montre aussi le regard de plus en plus détaché que portent les fédéralistes sur les affaires américaines. Ce monde n’est plus le leur ; il n’est qu’une fiction éloignée dont les proches de Dennie sont les spectateurs – ou peut-être même des Cassandre que personne ne remarque. Dès les premiers numéros, l’éditeur ne souligne-t-il pas « qu’approche à grands pas la crise que l’auteur de ces remarques a prédite depuis longtemps et dont il a averti ses compatriotes et ses concitoyens avec le même succès que Cassandre » (PF, 17/01/1801, p. 8) ?

50Encore la bataille politique n’est-elle plus qu’une bataille d’idées, et les collaborateurs de Dennie savent qu’ils ne peuvent plus espérer gagner que sur la scène de l’écrit. Hormis la branche judiciaire, les institutions et les organes du pouvoir sont désormais hors de portée. C’est pourquoi, de manière paradoxale, cette lutte ménage en même temps une retraite de la sphère politique (« une retraite de l’histoire » pour reprendre les termes de Dowling, 1999, p. IX) où le Shakespeare de Dennie, filtré par la culture britannique et une tradition critique du xviiie siècle, joue un rôle central. Immortel et immuable, il semble échapper au temps qui passe. Quel autre poète aurait pu symboliser aussi bien le désir d’un auteur fédéraliste et de ses compagnons d’échapper aux bouleversements historiques qu’ils déplorent ? Ce moule rhétorique et idéologique ne témoigne pas seulement d’une soumission complète à une tradition littéraire conservatrice. Shakespeare devient une métaphore du monde dont ils rêvent. D’un monde qui échappe à la contingence. Peut-être aussi un chant du cygne pour un système d’idées et de principes qui se sait condamné. C’est sous cet éclairage que l’on comprend mieux le nombre conséquent de parodies et pastiches publiés dans le Port Folio.

51Shakespeare a beau régner en maître parmi les grands hommes de lettres, son œuvre n’est pourtant pas pétrifiée ou fossilisée par sa gloire. De nombreuses scènes et tirades sont réinvesties et remodelées dans des parodies parfois surprenantes qui « applique[nt], le plus littéralement possible, un texte noble singulier à une action […] fort différente de l’action d’origine » (Genette, 1982, p. 192-193). Plusieurs exemples sont particulièrement révélateurs. Dans un numéro de 1802, on trouve une parodie de la grande tirade d’Othello où celui-ci raconte à son auditoire comment il a séduit Desdémone. Dans le texte publié dans le Port Folio, le célèbre soldat se saoule avec son beau-père et les récits fantastiques de ses batailles destinés à séduire sa belle ne sont que pure invention pour l’épater :

  • 32 « Son père m’aimait – se saoulait souvent avec moi ;/ Capitaine, s’exclamait-il, venez nous racont (...)

Her father lov’d me—oft got drunk with me;
Captain, he’d cry, come tell us your adventures
From year to year; the scrapes, intrigues, and frolics
That you’ve been vers’d in.
I ran them through, from the day I first wore scarlet,
To the very hour I tasted his first claret32. («Parody on Othello’s Account of His Courtship», PF, 04/12/ 1802, p. 384)

52Deux autres textes sont adaptés du célèbre monologue d’Hamlet. Dans l’un, il s’agit de se demander s’il vaut mieux garder une dent enflammée ou se la faire arracher :

  • 33 « Se la faire arracher ou pas ? Telle est la question./ Est-il plus facile pour un homme de souffr (...)

To have it out or not? that is the question;
Whether ’tis easier for a man to suffer
The throbs and shootings of a raging tooth,
Or take up courage to sit down at once,
And by extraction end them33. (PF, 08/05/1802, p. 139)

53L’autre transforme la question d’Hamlet en « Lire ou ne pas lire » :

  • 34 « Lire ou ne pas lire, telle est la question./ Est-il plus noble pour l’esprit d’étudier/ Le goût (...)

To read or not to read?… that is thequestion;
Whether ’tis nobler in the mind to study
The taste and learning of the classic age,
Or take up vile and circulating trash
To pass a rainy day…34 (PF, 26/05/1804, p. 166)

54Pour son auteur, il faut donc choisir entre l’étude exigeante des classiques et la paresse intellectuelle. On devine facilement la réponse à la question, dans un journal qui ne cesse de promouvoir la connaissance des classiques et l’effort intellectuel.

55Comme le souligne Genette, « la déformation parodique s’attache volontiers […] à des titres ou clichés caractéristiques et aisément reconnaissables » (Genette, 1982, p. 54). Ces parodies, qui s’appuient sur des passages particulièrement connus de Shakespeare, n’échappent pas à la règle. Elle servent, on le voit, deux visées différentes : dans les deux premières, c’est le jeu et le plaisir qui priment, et dans la troisième, une vision de la culture qui dénonce les amusements faciles des contemporains et voit le salut dans la connaissance. Mais ces deux aspects, loin d’être exclusifs, sont les deux moteurs qui semblent guider les collaborateurs du Port Folio : divertir tout en instruisant. La culture selon Dennie nécessite de l’effort et de la discipline pour son acquisition, mais la récompense de cet investissement personnel est justement le plaisir que procure la littérature, plaisir élitiste indissociable d’un désir de rester entre soi, c’est-à-dire entre personnes cultivées qui, en parodiant les textes du canon, font état de leur culture tout autant qu’elles en jouent.

56En outre, si elles font des textes canoniques des modèles à imiter, ces parodies montrent également que la littérature, loin d’être un lieu où les choses se fossilisent, est un espace plein de vie. Shakespeare n’est pas qu’un dieu intouchable révéré par les grands textes de la critique. Il est un matériau que tout homme lettré peut manipuler, adapter ou parodier – en suivant, bien sûr, certaines règles de composition. Il permet à un certain type de culture et à un mode d’écriture de s’inventer – ou plutôt de se réinventer. Les grands du canon littéraire doivent pouvoir être convoqués à chaque instant de l’existence : pour illustrer, dénoncer, apprendre, penser ou simplement divertir son esprit tout en le faisant travailler – mais surtout afin d’affirmer et façonner sa propre identité. Le beau, le vrai et le bien participent du même mouvement, en constituant un rempart contre ce que le temps présent a de laid, de faux et de mauvais.

57Dans l’entreprise de Dennie, la littérature – et plus particulièrement Shakespeare – permet ainsi au lecteur de comprendre la vie mieux que les querelles politiciennes. Elle donne accès à un univers protégé, constitue le plus sûr refuge des fédéralistes à l’époque et trouve peut-être sa meilleure illustration dans un court texte qui reprend le topos du theatrum mundi. L’auteur y compare le monde à une pièce écrite par le hasard, dont les différents rôles sont distribués par la fortune. Les machines sont, quant à elle, actionnées par les hommes politiques et les théologiens, tandis que les philosophes occupent la place des spectateurs. Il conclut son propos en affirmant qu’« ainsi va la farce du monde » et que « celui qui choisit de s’en divertir devrait prendre place dans un coin obscur où, sans être observé, il puisse être un spectateur de toute la représentation et en rire en toute sécurité » (PF, 19/11/1803, p. 375). Sans que la célèbre tirade de Jacques sur les sept âges de l’homme soit explicitement invoquée, l’écho est tout à fait perceptible. On retrouve la thématique chère à Shakespeare des liens qui se tissent entre l’illusion théâtrale et la vie. Jacques, on l’a dit, est un personnage fétiche du Port Folio, ce qui n’est pas très surprenant : mélancolique, ne participant pas à l’action directement, il se méfie de ses semblables et préfère exprimer seul son vague à l’âme. Il devient ainsi un symbole des fédéralistes et de leur retraite du monde. La lutte est finalement vaine ; il vaut mieux se faire spectateur-philosophe, contempler le spectacle que les hommes offrent et avoir pour seuls compagnons ses semblables et les grands auteurs du canon. Re-garder : exercer sa vision à la lumière d’un héritage que personne ne symbolise mieux que Shakespeare et se donner l’illusion que l’on échappe ainsi à l’histoire.

58Les positions politiques, littéraires et morales de Dennie sont particulièrement dérangeantes, tant pour ses contemporains que pour le critique d’aujourd’hui, du fait de leur intransigeance et de leur refus de tout compromis avec l’idéologie jeffersonienne. Et s’il avait vécu plus longtemps, on peut supposer que l’éditeur du Port Folio n’aurait pas été enthousiasmé par la poésie d’un Whitman ou la prose d’un Melville. Dennie s’interroge néanmoins sur la place de la littérature et invite le lecteur à contempler le monde à travers elle. Certes, la dénonciation politique joue un rôle de premier plan, mais c’est finalement dans des textes du canon que l’auteur trouve un refuge où il parvient à s’accommoder de la société dans laquelle il doit vivre en oubliant l’histoire et en se laissant bercer par une prose bien cadencée (PF, 13/03/1802, p. 78). Dans toute cette entreprise, Shakespeare est un objet esthétique au service d’une idéologie constamment filtrée par des catégories esthétiques héritées du xviiie siècle, mais également un objet qui incarne particulièrement cette idéologie dont il est le signe visible. Il y a en outre quelque chose de vital, d’existentiel dans ce Shakespeare de Dennie, dont le recours oscille entre plaisir et révérence. Un dernier souffle de vie qui s’apparente à un chant du cygne (on sait que Dennie, dont la santé a toujours été fragile, tombe malade dès 1806). Shakespeare constitue peut-être alors la musique la plus appropriée pour exprimer un idéal qui se sait condamné, à l’aube d’un nouveau départ pour la nation américaine.

59Dans les années qui suivent, et malgré la guerre de 1812, l’anglophilie n’est pourtant pas incompatible avec l’émergence d’une voix nationale : premier écrivain dont l’œuvre parvient à franchir l’Atlantique, Washington Irving se veut à la fois un admirateur du génie anglais et un promoteur de la littérature américaine.

Notes

1 C’est ce dont témoigne par exemple une lettre adressée à son ami Roger Vose, l’un de ses camarades de promotion (Dennie, 1936, p. 8).

2 Les grands textes fondateurs de la nation sont d’ailleurs fortement teintés de fédéralisme. Par le biais d’une rhétorique habile faisant appel aux sentiments nationalistes de l’époque, les auteurs du Fédéraliste parviennent à convaincre des modérés – qui envisagent leurs idées avec un certain scepticisme – d’accepter la Constitution. Ils avancent en effet l’idée qu’une complète indépendance des États de l’Union rendrait ces derniers beaucoup plus dépendants des grandes puissances européennes (voir à ce sujet les essais IX et X du Fédéraliste et l’analyse de Cathy D. Matson et Peter S. Onuf, 1990, p. 127, 138).

3 « Les écrits du Dr Goldsmith constituent un modèle admirable pour celui qui désire étudier un style simple sans être familier ; libre, sans être licencieux ; précis, sans être pour autant compliqué. Il a indéniablement dépassé Addison, car il n’est jamais négligent ou imprécis. Sa vivacité divertit l’imagination tandis que sa mélodie apaise l’oreille. »

4 Edmund Burke : PF, 09/04/1803 ; Richardson : PF, 19/01/1805, 02/02/1805, 09/02/1805, 16/02/1805, 23/02/1805, 02/03/1805, 09/03/1805, 16/03/1805, 23/03/1805, 30/03/1805, 06/04/1805, 13/04/1805, 27/04/1805 ; Goldsmith : PF, 29/06/1805, 06/07/1805, 13/07/1805, 27/07/1805.

5 Richard Glover : PF, 03/09/1803, 10/09/1803, 17/09/1803, 24/09/1803. Richard Glover (1712-1785) est un marchand whig qui s’est opposé à la politique pacifiste de Walpole et a publié plusieurs œuvres, dont un poème sur Isaac Newton (1728) et une œuvre épique intitulée Leonidas, éditée dans les années 1730.
John Scott : PF, 01/10/1803, 08/10/1803, 15/10/1803. Poète et écrivain, John Scott (1730-1783) a publié des vers dans le Gentlemen’s Magazine dans les années 1750, un poème intitulé « Amwell, a Descriptive Poem » en 1776. Ses œuvres poétiques complètes paraissent en 1782. J. Langhorne : PF, 01/12/1804, 08/12/1804, 15/12/1804, 22/12/1804. Poète et traducteur, John Langhorne (1735-1779) a écrit de nombreux articles dans diverses revues (The Grand Magazine, The Monthly Review) et publié plusieurs œuvres littéraires (Genius and Valour : A Scotch Pastoral et Prophecy of Famine, 1763) ainsi que des sermons (1764). Informations recueillies sur le site du Oxford Dictionary of National Biography : http://www.oxforddnb.com.

6 Commentaire des Géorgiques : PF, 05/02/1803, 12/02/1803, 19/02/1803, 26/02/1803 ; commentaire des discours de Cicéron : PF, 07/07/1804, 14/07/1804, 28/07/1804, 04/08/1804, 12/08/1804, 18/08/1804, 01/09/1804, 29/09/1804, 06/10/1804, 13/10/1804, 01/12/1804, 08/12/1804, 15/12/1804, 22/12/1804, 29/12/1804 ; extraits de Virgile : PF, 31/12/1803.

7 « La manière la plus simple d’atteindre [...] l’excellence est de noter les phrases les plus admirées d’Addison, de Junius et de Blair, de compter le nombre de mots dans chaque segment, la proportion de voyelles, de consonnes, l’équilibre entre les syllabes courtes et longues, jusqu’à ce que vos oreilles soient si bien accoutumées à une cadence particulière que vos idées puissent être absorbées spontanément dans ce même tournoiement harmonieux et ininterrompu. »

8 Pour les séries sur Shakespeare, je renvoie aux pages qui suivent. En ce qui concerne les auteurs classiques, on peut prendre l’exemple du commentaire des Géorgiques intitulé « Original Criticism : Review of the Georgics of Virgil », qui se poursuit sur plusieurs numéros (05/02/1803, 12/02/1803, 19/02/1803, 26/02/1803).

9 Partie I : PF, 08/05/1802, 15/05/1802, 22/05/1802, 29/05/1802, 05/06/1802, 12/06/1802, 19/06/1802, 26/06/1802, 03/07/1802, 10/07/1802, 17/07/1802, 24/07/1802, 31/07/1802, 07/08/1802, 15/08/1802, 22/08/1802 ; partie II : PF, 29/08/1802, 04/09/1802, 11/09/1802, 18/09/1802, 25/09/1802, 02/10/1802, 09/10/1802, 16/10/1802, 23/10/1802, 30/10/1802, 06/11/1802 ; partie III : 1 PF, 3/11/1802, 20/11/18802, 27/11/1802 ; partie IV : PF, 04/12/1802, 11/12/1802, 18/12/1802, 25/12/1802, 01/01/1803 ; partie V : PF, 08/01/1803, 15/01/1803, 22/01/1803, 29/01/1803.

10 PF, 13/08/1803, 20/08/1803, 27/08/1803, 03/09/1803.

11 PF, 09/01/1802, 16/01/1802, 23/01/1802.

12 Voir à ce sujet l’essai du « Lay Preacher » où l’auteur se concentre sur le roman gothique et plus particulièrement l’œuvre d’Ann Radcliffe (PF, 16/07/1803, p. 226).

13 Voir l’ode consacrée à ce sujet : « On Rural Happiness » (PF, 12/05/1804, p. 152). Il faut néanmoins remarquer que cette célébration de la vie à la campagne ne s’inspire pas de la pastorale jeffersonienne, mais d’une vision conservatrice et organiciste de la société, telle qu’elle peut être défendue par Goldsmith dans ses poèmes et récits, ou par Edmund Burke dans Reflections on the Revolution in France and on the Proceedings in Certain Societies in London.

14 Les deux poèmes sont retranscrits en annexe, infra p. 359-361.

15 « Car toi qui dans l’esprit humain/ Es gravé, tandis que sur ton trône qui n’appartient qu’à toi/ Tu es établi comme une divinité consacrée ;/ Et chacune des deux muses est entièrement tienne. »

16 Pour La Tempête, voir les numéros suivants du Port Folio : 14/02/1801, 21/02/1801, 28/02/1801, 07/03/1801, 14/03/1801 ; 28/03/1801, 04/04/1801 (les deux premiers articles, même s’ils font partie de la même série, consistent en des considérations générales sur Shakespeare et n’abordent pas directement la pièce). Pour Comme il vous plaira, voir : PF, 12/02/1803, 19/02/1803, 26/02/1803, 05/03/1803, 12/03/1803, 19/03/1803, 26/03/1803, 09/04/1803, 23/04/1803, 30/04/1803, 07/05/1803. Les essais consacrés au Songe d’une nuit d’été sont inclus dans la série « The American Lounger » des numéros suivants : PF, 04/05/1805, 11/05/1805.

17 Voir par exemple le recueil édité par D. Nichol Smith (1963), notamment les textes de John Dennis (p. 23), d’Alexander Pope (p. 44) et de Lewis Theobald (p. 68).

18 Le début de la citation dans l’édition d’Oxford est le suivant : « Marriage is a matter of more worth/Than to be dealt in by attorneyship. » (1HVI, V.vii.55-65) « Le mariage est affaire de tant de dignité/ Qu’on ne peut pas ainsi la traiter par courtage. […] Vu qu’un mariage forcé n’est rien d’autre qu’un enfer,/ Une vie de discorde et de guerre incessante,/ Alors que le contraire, c’est la béatitude,/ À l’image de la paix qui règne dans les cieux. » (Histoires, vol. 2, p. 195-197)

19 « Souligner certaines des beautés du plus grand des poètes, et inciter les autres à contempler ses pages ravissantes et instructives. Je ne propose à mes lecteurs que de les divertir. »

20 « The parable of the prodigal son », analyse de I.i, PF, 12/03/1803, p. 82 ; « the importance of temperance in youth » et « the selfish nature of man », analyse de II.iii, PF, 19/03/1803, p. 90 ; « the doubts and anxiety of a woman in love », analyse de III.iv, PF, 23/04/1803, p. 130 ; « the humility of the lover, when the feeble beams of hopes are expiring », analyse de III.v, PF, 23/04/1803, p. 130-131.

21 « [...] la nature ne put ni mettre un terme à sa carrière, ni la limiter. »

22 Le principe est souligné par Addison dans l’un des essais les plus célèbres du Spectator, où le Spectateur s’enorgueillit d’avoir « sorti la philosophie des placards, des bibliothèques, des écoles et des collèges » et de l’avoir amenée « dans les clubs et les assemblées, autour des tables à l’heure du thé ou dans les cafés » (Addison & Steele, 1988, p. 210).

23 « Picture of France in 1801 », PF, 01/10/1803, p. 317-318. Il ne faut pas pour autant en conclure une quelconque francophobie de la part du Port Folio. Si la revue s’attaque à la Révolution française et aux bouleversements politiques qui déstabilisent le pays, elle consacre des articles à la littérature et à la culture françaises. On en veut pour preuve la publication en français et en traduction d’un poème de Fontenelle (PF, 19/03/1803), des essais sur Madame de Sévigné (PF, 15/06/1805, 22/06/1805) et des textes du vicomte de Ségur sur les femmes (PF, 20/07/1805, 27/07/1805, 02/08/1805, 10/08/1805), ainsi que la biographie de Pascal (PF, 07/01/1804, 21/01/1805).

24 La publication de Common Sense en janvier 1776 joue un rôle déterminant car l’ouvrage convainc la majorité du premier Congrès continental de se prononcer pour l’indépendance (Ezran, 2004, p. 61, 70-72).

25 Une telle position n’est pas étonnante : si Washington entend se placer au-dessus des partis, il n’en reste pas moins un fédéraliste. En 1791, il donne raison à Hamilton dans ses querelles avec Jefferson sur la création d’une banque nationale, et deux ans plus tard, Jefferson quitte son poste de secrétaire d’État (Kaspi, 1986, p. 118).

26 Les vues de Jefferson sur l’esclavage sont en fait plus ambiguës. S’il en dénonce le caractère moralement inacceptable, l’homme est propriétaire d’esclaves. Il est en revanche en faveur de leur déportation et non de leur intégration dans la société américaine (Malone, 1981, p. 316-327).

27 « I do remember well a fed’ralist/ And he in Walpole dwells, whom late I noted,/ With bloated cheek, red nose, and fiery eyes,/ Coining fell despotism…/ Noting this lordling, to myself I said,/ If love of England, monarchy, or gold,/ Could bribe a native to betray his country,/ There sits a pampered wretch would sell her to him. » (Cité par Ellis, 1915) Ellis indique également qu’en 1799, Dennie se met lui aussi à parodier des passages de Shakespeare à des fins politiques (ibid., p. 103). Pour le passage en question, voir RJ, V.i.

28 « Un jeune président de la commission du budget :/ “Si je sais comment ou en quel sens débrouiller ces affaires/ Qu’on m’a jeté ainsi sur les bras pêle-mêle,/ Traitez-moi de menteur.” Richard II » (Histoires, vol. 1, p. 285-287)

29 « Des miliciens :/ “Ces hommes au cœur vide, tels des chevaux ardents,/ Au départ semblent plein de fougue et de promesses ;/ Mais quand il faut souffrir sous l’éperon sanglant,/ Ils perdent leur panache, haridelles trompeuses/ Qui tombent à l’épreuve.” Jules César » (Tragédies, vol. 1, p. 797) L’édition d’Oxford donne « But hollow men », traduit par « Mais les hommes au cœur vide ». Hormis cette variante, j’ai gardé la traduction de la collection « Bouquins », fondée sur l’édition d’Oxford.

30 « Un politicien qui joue au poker :/ “Comment avez-vous pu, Cassio, oublier ainsi/ Qu’ainsi vous détruisez votre réputation,/ Sacrifiant votre renommée, pour vous faire appeler/ Fauteur de tapage nocturne ? Répondez-moi.” Othello » (Tragédies, vol. 2, p. 119) L’édition d’Oxford donne « How comes it, Michael, that you are thus forgot ». J’ai donc modifié la traduction du premier vers pour qu’elle concorde avec la version citée dans le Port Folio et gardé celle de la collection « Bouquins » pour la suite de la citation.

31 « Nous parlerons des nouvelles,/ De qui perd et qui gagne, de ce qui est au goût du jour et de ce qui ne l’est plus/ Et nous entreprendrons d’expliquer le mystère des choses. » La citation exacte de Shakespeare est : « So we’ll live,/ And pray, and sing, and tell old tales, and laugh/A t gilded butterflies, and hear poor rogues/ Talk of court news, and we’ll talk with them too—/ Who loses and who wins ; who’s in, who’s out,/ And take upon’s the mystery of things. » (KL, V.iii ; Tragédies, vol. 2, p. 539-541 ; je souligne)

32 « Son père m’aimait – se saoulait souvent avec moi ;/ Capitaine, s’exclamait-il, venez nous raconter vos aventures ;/ Année par année : les éraflures, les intrigues, les ébats/ Auxquels vous êtes rompus./ Je les relatais toutes, du premier jour où j’endossai un uniforme rouge/ Jusqu’au moment où je goûtai son meilleur rouge. » Pour le texte original, voir Oth, I.iii.127-168.

33 « Se la faire arracher ou pas ? Telle est la question./ Est-il plus facile pour un homme de souffrir/ Les élancements et les douleurs lancinantes d’une rage de dents,/ Ou de s’armer de courage, de finalement s’asseoir,/ Et par une extraction, y mettre fin ? »

34 « Lire ou ne pas lire, telle est la question./ Est-il plus noble pour l’esprit d’étudier/ Le goût et le savoir de l’âge classique,/ Ou de ramasser de viles inepties qui circulent/ Pour s’occuper un jour de pluie ? »

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search