Version classiqueVersion mobile

La Réinvention de Shakespeare sur la scène littéraire américaine (1785-1857)

 | 
Ronan Ludot-Vlasak

Première partie. Shakespeare et l'émergence des premières voix américaines

Introduction

Texte intégral

1Les premières décennies qui suivent l’Indépendance laissent entendre les incertitudes, mais aussi les espoirs de la jeune république. Si la victoire politique est indéniable, la majeure partie du territoire est encore inconnue, tout reste encore à faire pour transformer les États-Unis en une grande nation, et les divergences idéologiques entre le Nord et le Sud commencent à se faire sentir, soulignant ainsi la fragilité du sentiment d’unité nationale. En outre, la culture américaine peine à trouver ses repères dans un État marchand, où aucun homme ne parvient à vivre de ses écrits, et l’émergence d’une scène littéraire semble beaucoup plus incertaine que l’avenir politique du pays. Si les critiques de l’époque dénoncent souvent l’absence d’une véritable littérature autochtone, plusieurs voix tentent de mettre en mots l’expérience américaine.

2Les trois auteurs qu’il s’agit ici d’étudier se situent chacun à leur manière à une charnière historique, politique, idéologique ou littéraire des États-Unis. Charles Brockden Brown est souvent considéré comme le père des lettres américaines. Ses romans ouvrent des espaces de frontière entre le connu et l’inconnu, l’Ancien et le Nouveau Monde, le soi et l’autre ; à l’instar de la jeune nation, ils reflètent un univers où les personnages, plongés dans l’incertitude, tentent de négocier leur identité dans un espace qui leur résiste, sans pouvoir échapper à leur héritage européen. Joseph Dennie est l’un des porte-paroles majeurs des idéaux fédéralistes au tournant des xviiie et xixe siècles. Éditeur de la revue la plus influente du Nord des États-Unis pendant la présidence de Jefferson, il est l’un des derniers anglophiles à clamer la continuité du génie anglo-saxon ; le Port Folio, qu’il crée en 1801, apparaît à plus d’un titre comme un chant du cygne et un premier pas dans l’aventure littéraire américaine. Quant à Washington Irving, il est le premier qui, non content de vivre de ses écrits, parvient à jouir d’un écho favorable au Royaume-Uni, notamment après la publication du Sketch Book en 1819 (Batt, 1986, p. 89 ; Aderman, 1990, p. 16), œuvre par laquelle il cherche à contribuer au développement de la littérature de son pays tout en s’appropriant les formes traditionnelles et les textes du canon. Trois auteurs qui se confrontent au champ multiple de l’expérience américaine tout en faisant appel à l’œuvre de Shakespeare. Ces trois exemples suggèrent que la scène littéraire des deux premières décennies du xixe siècle n’émerge pas en rupture avec Shakespeare et les modèles de la vieille Europe. Le recours à l’œuvre du dramaturge participe d’une cartographie de l’expérience et de l’identité américaines.

© Presses universitaires de Lyon, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search