Version classiqueVersion mobile

John Keats

 | 
Caroline Bertonèche

Chapitre II. Autour de Keats

Texte intégral

Lieux de mémoire : sur quelques infidélités du cercle

  • 1 J. Derrida, Mémoires : pour Paul De Man, Paris, Galilée, 1988, p. 52.

Tout reste « en moi » ou « en nous », « entre nous » à la mort de l’autre, tout m’est confié, nous est légué ou donné, et d’abord à ce que j’appelle la mémoire, à la mémoire, le lieu de ce datif étrange. Nous paraissons voués à la mémoire, dès lors que plus rien ne semble pouvoir nous venir, n’est à venir ou avenir, de l’autre au présent1.

1Sur la question de l’intimité chez les écrivains, Jean Rousset nous rappelle qu’il y a plusieurs degrés de divulgation de leur « drame secret », entre l’autobiographie d’un « moi mutilé » ou celle d’un « trou » affectif – expressions chères à André Gide. Ainsi nourri de sa propre clandestinité, le secret en littérature se contente parfois d’une circulation restreinte. Aidé d’un cercle « parallèle », que certains qualifieraient même de réseau, l’auteur semble indéfinissable sans ses confidents de l’ombre, qu’on les nomme « récepteurs privés », médiateurs cachés ou « lecteurs d’occasion » :

  • 2 J. Rousset, « Le journal intime, texte sans destinataire ? », Poétique, no 56, 1983, p. 441.

Un frère, une fiancée, un ami, un amant, des enfants : tous appartiennent au cercle intime, ils sont connus, chéris des rédacteurs et visés individuellement ; la relation est d’ordre personnel, la communication ne rompt pas l’intimité, tout en modifiant le degré d’ouverture : la clause du secret est maintenue pour tous, mais levée au profit d’un seul. […] Voilà donc attesté un premier degré de divulgation2.

  • 3 M. Russett, Fictions and Fakes: Forging Romantic Authenticity, 1760-1845, Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 4 S.J. Wolfson, « Keats the Letter-Writer: Epistolary Poetics », Romanticism Past and Present, no 6, (...)
  • 5 J. Rousset, « Le journal intime, texte sans destinataire ? », Poétique, no 56, 1983, p. 441.
  • 6 Ibid., p. 441.

2S’appliquant à l’intervalle qui sépare la rédaction de la réception d’une œuvre, ce problème de la destination d’une parole écrite met également en jeu la question de la réputation d’un artiste. Il convient de la situer quelque part entre l’intégrité du vivant et le concept proustien d’« infidélité posthume ». À la recherche d’une vraisemblance perdue, d’abord brouillée par les portraits dénaturés, par les « fictions3 » et les mythes biographiques, nous envisageons Keats, sur ce thème, comme un cas d’école, tant il aurait subi d’outrages à sa mémoire. W.H. Auden ne s’y était pas trompé quand il prédisait, avec indignation, la persistance de la fausse « adonaisation » de Keats, définie par des mensonges moins romantiques que romancés qui allaient déterminer les formes d’analyse et d’enseignement de sa poésie. Héros d’une autre « vérité romanesque », pour le redire avec René Girard, que celle qu’il s’était difficilement construite, Keats aurait été la victime parfaite de ce crime de « lèse-vérité », et cela pour deux raisons. La première aurait à voir avec la notion figée et post-keatsienne du « cercle de Keats ». Reconnu comme tel, il est une entité désormais séparée de son seul contexte d’origine, aussi indépendante et immortelle que son créateur. Au rayonnement de cette coterie en forme de microcosme, devenue un socle de référence pour force études critiques sur le romantisme de Keats, vient s’ajouter un autre trait caractéristique du personnage : sa « poétique épistolaire4 ». Si nous savons à présent que le médecin n’est jamais loin du poète, ajoutons que Keats, épistolier philosophe ou amoureux, fait aussi partie de ces écrivains dont les lettres comptent tout autant que la substance de ses poèmes. Alors que sa correspondance énonce clairement son mépris du public, petit « ennemi » hostile face à la mémoire des grands, la sévérité du courrier s’estompe pour instaurer « une situation de réciprocité à l’intérieur du groupe intime5 ». À nous donc de sentir cette « interpénétration mutuelle6 » entre son être dévoilé et ceux auxquels il s’adresse lorsqu’il salue les destinataires d’une prose angoissée et bavarde.

  • 7 J.G. Lockhart, « The Cockney School of Poetry », Blackwood’s Edinburgh Magazine, no 3, 1818, p. 51 (...)
  • 8 « Or if, as biographers, we are considering writers like Coleridge or Keats, we dissolve their inn (...)

3Au centre de tous ces piliers de l’amitié, complétés par d’autres couloirs secrets qui forment autour de lui une vaste galerie de l’affection, le spectre de Keats oscille entre le ridicule du poète et ses amours bafoués. Assujetti à la superficialité d’actes accomplis au nom de la solidarité du cercle, victime des ruses de quelques infidèles, le Keats que nous connaissons aujourd’hui afficherait ces doubles stigmates : ceux laissés par l’hypocrisie de ses héritiers et le diabolisme qu’il insuffle parfois à son entourage, puis par ce que l’on conçoit désormais comme la gloire d’un « saint de la mémoire » romantique. En guise d’illustration de notre propos, nous retiendrons la trahison de Benjamin Bailey et sa part d’inconscience lorsqu’il fournit au bourreau de Keats, John G. Lockhart, les détails personnels dont il avait besoin pour nourrir la violence de ses assauts : « Aux dires de ses amis, Keats avait l’intention de faire carrière dans la médecine et il fut l’élève, il y a quelques années, d’un brave apothicaire en ville7. » De source sûre, le travail de l’ami-biographe aura desservi autant que servi le cheminement du jeune Keats. Par ailleurs, dans l’expression des angoisses du poète, que dissout partiellement sa co-dépendance aux autres, nous percevons aussi le risque de réduire les « névroses8 » d’un artiste à une simple anecdote. Au sein de cette domesticité-là, pourtant féconde et génitrice de mythes, il y a en effet une insuffisance à englober la complexité de ces mémoires aussi bien dans l’œuvre même qu’en dehors de l’univers restreint du poète.

Réseaux d’affluence et circulation du faux

  • 9 Lettre d’Arthur Rimbaud à Paul Demeny, dite « du voyant », 15 mai 1871, citée dans M. Butor, L’Uti (...)

Voici de la prose sur l’avenir de la poésie […]. On n’a jamais bien jugé le romantisme. Qui l’aurait jugé ? Les Critiques ! ! Les Romantiques, qui prouvent si bien que la chanson est si peu souvent l’œuvre, c’est-à-dire la pensée chantée et comprise du chanteur. Car JE est un autre9.

  • 10 G.M. Matthews (éd.), Keats: The Critical Heritage, Londres, Routledge/Kegan Paul, 1971, p. 1. Sur (...)

4La distorsion des faits, quand les mensonges des poètes trahissent leur folie de grandeur, fut en germe bien avant la naissance du drame élégiaque mis en scène par Shelley à la mort de Keats. Si les élites contemporaines se sont longtemps focalisées sur la seule réception d’Endymion, où l’on a vu se jouer le sort irrémédiable d’un génie de l’échec, symbole d’un romantisme de l’inachèvement, il semble que ces juges hostiles aux transformations chez Keats ont décidé de ne pas accorder à leur souffre-douleur la chance de se racheter. Bien qu’encore vivant, il se faisait déjà chahuter par des camarades irrespectueux de ses choix, rivalisant d’indiscipline, se plaisant à tester le seuil de bienséance et à en ignorer les règles fondamentales. À l’heure des premières rébellions, nous vîmes Shelley assumer ouvertement sa longue croisade « adonaisante » et désobéir à un Keats en pleine ascension, le regard tourné vers une époque où il s’imposerait comme la prochaine grande figure d’autorité. Prenant pour excuse la hantise du découragement dans l’écriture, Shelley passa sous silence la vraie raison qui poussa Keats à laisser son Hypérion en suspens. Keats officiait alors dans l’ombre de Milton dont l’auteur d’Adonais allait apprendre lui-même à mesurer le poids sur sa plume d’élégiste. La démultiplication de ces médiateurs qui ont bravé la confiance de leur icône, tous réunis autour de la mémoire du défunt, reflète la quantité des « préjugés10 » sur Keats. Résultat d’un déploiement des préoccupations de chacun, à l’heure où l’individu las d’être resté trop longtemps au second plan du tableau des artistes prend le pas sur l’effort collectif, l’abondance des hommages posthumes est allée bien au-delà des intérêts du poète. Ces personnages secondaires assoiffés de reconnaissance ont excellé dans la mauvaise répartition des tâches et dans une quête de popularité au nom de l’être aimé – cette quête d’une vanité déplacée dont Keats, le visionnaire, avait pourtant tenté de s’affranchir :

  • 11 Lettre de Joseph Severn à Richard M. Milnes [c.1847-1848], citée et commentée dans R. Woof & S. He (...)

Je pourrais vous raconter quelques-unes des nombreuses histoires qui, bien qu’intéressantes, ne sont pourtant pas dans la vie de Keats par Brown, et vous expliquer pourquoi je m’oppose sérieusement à la publication de cet ouvrage, quelle qu’en soit la forme. – Comme j’étais dans le doute et n’aimais pas l’idée que mon opinion personnelle puisse vous influencer, j’ai consulté Dilke, qui me l’a amplement confirmé. – Je connais en effet plein de belles anecdotes sur Keats qui pourraient vous apporter l’inspiration nécessaire au commencement de votre œuvre11.

5Loin d’être isolé ou embryonnaire, le péché d’infidélité fit rapidement le tour des proches, incluant certains membres oubliés de la famille – le retour remarqué de la sœur de Keats dans une fratrie jusque-là bien masculine n’est pas anodin – et quelques revenants comme Charles Brown. Compagnon préféré de Keats, il se démarque des autres pour avoir été à l’origine de la plus grande désertion et de la plus grande déception, encore inexpliquées, du jeune poète :

  • 12 Lettre de Charles A. Brown à Keats, 21 décembre 1820, citée dans W. Sharp, The Life and Letters of (...)

Et donc vous souhaitez toujours que je vous accompagne à Rome ? Et moi aussi, vraiment, je le souhaite ; rien ne m’y empêche à part peut-être la prudence. Il y a peu, voire aucun avantage à abandonner sa maison en cette période de l’année. Je devrais assumer, en conséquence, une lourde dépense supplémentaire et je n’en ai guère les moyens ; à moins qu’il s’agisse là d’une nécessité, et ce n’est pas le cas puisque, avec Severn, vous êtes en très bonnes mains12.

6Les méfaits de l’entourage s’étendent du débat sur la corporéité d’un tuberculeux défiguré par les cicatrices de la maladie, au désordre linguistique des faux dévots. Sans autre égard, la compétition évince dès lors la sincérité des hommages formulés à l’ami-poète. Nous pensons notamment, sur le mode du souvenir flou mêlant le doute au délit corporel, aux chamailleries qui divisent Severn et Milnes. Ce dernier, plus tard anobli sous le titre de Lord Baron Houghton, met au défi son interlocuteur au sujet de la couleur des yeux de Keats :

  • 13 E.S.K., « Keats and Severn », Dublin University Magazine, no 96, 1880, p. 38.

Nous pouvons désormais faire glisser la discussion des œuvres de Keats à sa personne, et le peintre [Severn] vous dirait qu’il considère que Lord Houghton a fait une grossière erreur quand il a écrit que Keats avait les « yeux bleus ». Si quelqu’un était bien capable d’adresser avec certitude la question de leur couleur, c’était lui ; pour donc affirmer qu’il n’y avait pas, dans ses yeux, la moindre teinte de bleu mais qu’ils étaient gris foncé – presque marron. C’est ainsi que débuta, comme pour les yeux glauques d’Athéna (Théa Glaukopis Athéné), une sorte de dispute entre Lord Houghton et Severn, qu’ils poursuivirent dans un échange de lettres privées. Jusqu’au dernier courrier, Lord Houghton refusa de modifier sa description13.

7Quant au choix des mots couronnant une soif d’immortalité, il célèbre moins les souhaits de transparence du romantique disparu que les voix d’un groupe de beaux parleurs s’attachant à complexifier le travail de sa mémoire. Qu’ils se nomment Fanny Keats ou Shelley, Severn ou encore Trelawny, ils ont chacun laissé la trace écrite de leurs incertitudes, en nous léguant un mélange bien confus d’erreurs et d’énigmes en guise d’inscription tombale. L’acte aurait été d’autant plus déplaisant pour ces promeneurs nostalgiques, qu’ils pleuraient tous un auteur ayant vécu son art dans la répétition du détail et la pathologie des précisions, qu’elles fussent poétiques ou épistolaires :

  • 14 M. Adami, Fanny Keats, New Haven, Yale University Press, 1938, p. 164-165. Sur ce même thème de la (...)

Apparemment encore incertaine de la date, elle [Fanny Keats] préféra, pour être prudente, laisser un blanc. Elle se contenta d’écrire : « John Keats mourut dans sa 24 e année, en février 1821 », et en dessous, elle ajouta le dernier vers de la strophe vi d’Adonais : « Le lys brisé repose – la tempête est passée », et plus bas encore sur la page, la phrase suivante : « Il s’agit là des mots que Severn envoya à Trelawny en avril 1823, en suggérant une autre épitaphe pour la tombe de Keats. »14

  • 15 Citée dans R. Woof & S. Hebron, John Keats, op. cit., p. 156.
  • 16 Voir Houghton Library, Harvard Keats Collection, Adonais... with notes... by Joseph Severn [the no (...)

8Dans cette symphonie mortuaire, si fidélité il y eut, ce fut au rôle, même arbitraire, que chaque individu du chœur a bien voulu s’arroger, se permettant de reprendre des notes égrenées par Keats, mais qui ont perduré, après lui, sous une direction plus contestée. Se prenant au jeu et au sérieux, Severn ne s’est jamais complètement défait de son costume d’ami attitré. Il s’est rêvé proche du poète qu’il vit mourir dans ses bras, moment d’une cristallisation du lien dont témoigne encore sa pompeuse épitaphe : « À la Mémoire de Joseph Severn, ami dévoué et compagnon au chevet de John Keats qu’il verra, après sa mort, devenir un des Poètes Immortels de l’Angleterre15. » Severn a profité de voir son vieux corps jumelé à la mémoire d’une âme jeune pour s’autoriser les quelques libertés nécessaires à l’abus de ses droits. Après avoir déploré la « fausseté » des derniers mots de Keats, pourtant scrupuleusement choisis par un mourant connaissant mieux que quiconque les états de sa « vie posthume », Severn « se ridiculise16 » bien davantage que son protégé en multipliant les impairs. Connu pour ses nombreuses étourderies, fruits d’une insouciance dans la compilation des données, ainsi que pour son mépris de la bonne date et du bon chiffre, le peintre va de mal en pis lorsqu’il veut modifier seul les décisions de Keats ou de son cercle. Plutôt que d’atténuer certaines bizarreries qu’il déplore, le voici pris au piège de sa propre rengaine, ajoutant une couche d’incorrection à sa dialectique de l’emphase et du reproche. Coupable d’offense, portant atteinte à la mémoire encore fraîche du poète, il se trompe à deux reprises sur la date puis sur l’âge de sa mort :

  • 17 Keats est décédé le 24 et non le 20 février 1821, à l’âge de 25 ans et non de 23.
  • 18 Citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 162.

Cette tombe
Contient la dépouille mortelle
De John Keats
Un jeune poète anglais
Qui mourut à Rome, le 20 février 1821, âgé de 23 ans17.
Sa courte existence
Fut tellement envenimée par le découragement et la maladie
Qu’il désira graver ces mots sur sa tombe
« Ci-gît un homme dont le nom est écrit dans l’eau. »
Le temps
Ayant inversé sa peine
Ses amis et admirateurs
Inscrivent désormais son nom
Dans le Marbre
185918.

9Si Charles Dilke rejoint Severn sur ce qui dorénavant s’avère être une « anomalie » dans l’anonymat de Keats, il s’empresse de démontrer à son contemporain que bâtir un nouveau monument au mort n’aurait d’autre dessein qu’une falsification plurielle de son histoire. Fort de cette incompatibilité entre la célébrité de Keats, plus de trente ans après son décès, et ce qu’il envisageait comme la transparence liquide de son nom, l’argument que Dilke présente à Milnes ressemble fortement à un dilemme cornélien dont les modes de division dans l’héritage se déclinent sur la base d’un format récurrent. Il oppose le devoir de réajustement universel d’un génie de la mémoire romantique à cette voix d’outre-tombe appelant aux sentiments de loyauté envers Keats. Aussi souhaite-t-il longue vie aux aspirations premières du défunt que ce cercle de descendants ne saurait, en âme et conscience, faire mine d’ignorer :

  • 19 Lettre de Charles Dilke à Richard M. Milnes, présentée à la Keats-Shelley Memorial House à Rome en  (...)

Si vous pensez qu’un autre monument en l’honneur de Keats devrait être érigé, ou à Rome, ou à Londres, je serais ravi d’apporter ma contribution, mais en détruisant l’ancien pour en construire un nouveau sur le même site, nous risquons de falsifier l’histoire. Si, comme le dit Severn, cette pierre inconvenante a été érigée lorsqu’il y avait très peu de gens qui chérissaient la mémoire de Keats et moins encore qui connaissaient son génie, et si Keats fut tellement envenimé par le découragement qu’il désira graver ces mots sur sa tombe, alors la pierre inconvenante raconte bien l’histoire de sa vie. Si la gloire de Keats est désormais universelle, il s’agit là d’une autre anomalie, que je suis tout à fait disposé, dans un effort commun, à immortaliser sur un autre monument. En ce qui concerne l’inscription qui a été proposée, elle ne me plaît guère ; mais si vous l’approuvez, je renoncerai alors à mes objections, en espérant que vous ayez raison.19.

10Prise entre deux feux, dans l’ombre des personnalités de Dilke et de Milnes qui se sont peu à peu imposées comme les colosses du cercle de Keats, Fanny Keats, seule fidèle parmi les infidèles, n’est d’abord qu’une intermédiaire. Arrivée très tardivement sur le devant de la scène et longtemps intimidée par son statut, elle se tient à l’écart pendant un temps, pour devenir ensuite un instrument de contact indirect et fragmentaire. Elle doit se satisfaire, au début, d’une participation de second plan et de documents qui lui parviennent ou trop tard ou par morceaux, et elle a du mal à trouver sa place. Prisonnière des mêmes mythes sur son frère que les lecteurs les moins instruits, Fanny Keats fait de Milnes son principal médiateur. À partir de ses échanges sur le sujet Keats, elle arrive à mener à bien son enquête sans jamais fermer l’œil sur les zones d’ombre. La subtilité de son talent est telle qu’elle parvient à accéder à des sources inconnues pour y déterrer enfin quelques vérités nouvelles sur le seul poète de la famille. Sans plus tarder, la sœur de Keats va se forger un destin unique au sein de cette confrérie d’adoption et redéfinir la féminité de son nouveau rôle avec discrétion, mais également avec détermination. Au fur et à mesure des tâches qui lui sont confiées, elle se propose de corriger l’impair sans néanmoins trop divulguer l’information. Gardienne méfiante mais instinctive de cette fraternité, elle devient plus keatsienne encore que certains autres membres, « capable » de froideur et de distance tant elle saura convaincre, comme son aîné, qu’il y a une vertu à la « négativité » des mystères d’une vie :

  • 20 Lettre de Fanny Keats à H. Buxton Forman, 25 juillet 1877, citée dans ibid., p. 181. Le questionne (...)

Monsieur, en réponse à votre lettre du 6, je suis désolée de vous annoncer que je ne peux pas vous fournir la moindre information concernant les noms des personnes mentionnées dans la lettre de mon cher Frère ; mais j’ai l’intime conviction que la jeune femme à laquelle il fait allusion n’est pas Miss Brawne, puisqu’elle n’était pas d’origine indienne, et n’avait pas non plus, à cette période, de Grand-père encore vivant20.

  • 21 W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 255.
  • 22 Voir A. Bennett, Romantic Poets and the Culture of Posterity, Cambridge, Cambridge University Pres (...)
  • 23 J. Severn, « Journal-Entry for 29th October [1863] », cité dans W. Sharp, The Life and Letters of (...)
  • 24 « Her [Fanny Keats] letters show the basis on which her friendship with Buxton Forman was founded. (...)

11Plus à l’aise quand il s’agit de mettre à l’honneur la relation entre frères, cette conseillère prudente s’attache à apprivoiser tout ce qui ne lui était auparavant qu’étrangement familier. Élevée à son tour au rang de « médiatrice21 » essentielle, elle incarne, pour ces hommes attachés au nom de Keats, moins une aide qu’un gage de continuité familiale. Séduite par les avantages d’une nouvelle fraternité avec Severn, parfois aux dépens de la seule mémoire de son frère de sang, elle perd en indépendance de jugement ce qu’elle gagne en témoignages. Ainsi happée par cette « culture de la postérité22 », elle fait vibrer son esprit au travers d’un huis clos d’écrits infrapoétiques : « Hier soir, elle [Fanny Keats] et lui [Severn] discutèrent de tous leurs soucis et de tous leurs bonheurs comme frère et sœur23. » De conseils en confidences, quand les apartés de Fanny à Severn ne diffèrent en rien de l’attachement qui l’unit à Harry Buxton Forman, il ne reste qu’elle pour fournir aux amis de Keats le « dernier lien24 » d’un cercle imparfait.

12La loyauté du culte que Fanny porte à un frère absent se situe entre un devoir de courtoisie et une passion pour la vérité que l’on pressent notamment dans la pudeur de ses convictions qu’elle exprime au travers d’une sensibilité juste sans être fade. Sachant donner le meilleur d’elle-même, capable d’ignorer les calomnies ainsi que de mener la vie dure aux inexactitudes, sa défense de Keats se distingue des témoignages de Shelley et de Severn par son authenticité et son « désintéressement ». Toujours respectueuse des préceptes qui ont mené au sacre du poète et qui vont de pair avec son amour de la famille au sens large, elle bannit le spéculatif pour faire la part belle à l’empathique, allant presque jusqu’à vivre le prétendu alcoolisme de son aîné comme une insulte personnelle. Pleine de scrupules car partagée entre ses élans de colère et son désir de patience, elle prend tout de même le temps de consulter Severn. Il ne donnera néanmoins pas suite à ce courrier qu’écrit une Fanny soucieuse de ne pas simplement dissocier le faux du vrai, mais d’étayer de preuves solides la trame de sa dénonciation :

  • 25 Lettre de Fanny Keats à Joseph Severn, 3 septembre 1877, citée dans W. Sharp, The Life and Letters (...)

Je vous fais parvenir ici une lettre qui m’a été envoyée par le petit-fils de mon frère George, et dont le contenu m’est fort désagréable. Je n’ai pas encore vu l’autobiographie de Haydon, mais de ce qu’en dit mon neveu, elle contient une calomnie qui couvre de honte mon cher frère. Bien que je sois intimement persuadée que tout cela est faux et sans fondement, je n’ai pas les moyens de pouvoir y répondre et de fournir des preuves contre cette erreur. Dites-moi, est-ce que la force d’une réponse suffirait à se défaire d’une souillure qui est venue entacher la mémoire d’un être pur et noble ou doit-on endurer tout cela avec patience ? Il semble que mon neveu ait l’intention d’écrire une autre biographie. Je suis désolée de l’apprendre. […] J’ai mentionné le nom de M. Gladstone car il serait bien susceptible de m’aider, pour toute l’admiration qu’il porte à mon frère et à son illustre génie. Même s’il n’occupe pas de poste de pouvoir, il doit néanmoins connaître des personnalités influentes. Vous feriez bien également de vous adresser à Lord Houghton, qui pourrait peut-être se sentir concerné et proposer son aide25.

13En réponse aux devoirs de solennité chez la jeune génération contre un Haydon qui jette l’opprobre sur la sainte noblesse du caractère de Keats, Fanny se fait experte dans l’art de réconcilier des esprits qui divergent ; un rôle qu’elle prend à cœur lorsqu’elle s’empresse de rectifier une fausse information pour faire taire la rumeur d’un frère alcoolique :

  • 26 Lettre de John G. Speed à Fanny Keats, 29 juillet 1877, citée dans W. Sharp, The Life and Letters (...)

Quand je vous dis que je suis un des petits-fils de George Keats, je pense qu’il n’est alors pas nécessaire que je vous présente mes excuses de m’adresser à vous ainsi. Au vu des récentes publications sur John Keats, y compris l’autobiographie de Haydon, ainsi que de plusieurs articles de journaux, dont un est inclus dans ce courrier, un intérêt peu commun s’est développé pour l’histoire de votre frère. Un grand nombre de ces articles ont ravivé des souvenirs qu’il aurait été plus sage de ne jamais révéler ; mais comme il est déjà trop tard pour cela – les écrits en témoignent –, il me semble essentiel que la vérité de ces histoires soit préservée, sinon rétablie. Dans son autobiographie, Haydon dit que pendant la dernière année de sa vie, Keats était presque toujours en état d’ébriété et que son humeur était soit euphorique soit mélancolique selon ses libations. Vous remarquerez, dans une des lettres dans le journal que je vous envoie, que John Keats a écrit à son frère George, au sujet de Haydon, qu’à cause du peu d’importance que ce dernier accordait à ses activités et obligations de poète, il ne le considérait désormais plus comme un ami26.

14En reprenant chaque ligne de la chronologie d’une vie, Fanny rappelle à la coterie d’artistes-biographes enclins aux disputes, que ce romantique-là ne vécut aucune de ses bacchanales comme des dépendances. Il s’agit bien de Keats et non du corps opiacé de De Quincey ! L’auteur des odes aimait le vin, certes, mais ne succomba pas au vice de la boisson, sachant apprécier, même en fin de vie, ces plaisirs liquides, sans que des excès ne viennent contaminer le temps de la dégustation.

  • 27 « This heavy misfortune gave me the idea of endeavouring to procure a pension as a means of educat (...)

15Ne concédant rien sur ce point comme sur d’autres, Fanny Keats, presque plus marginalisée que son frère à cet égard, récolta peu en termes de récompense. Bien que souvent irréprochable, sa méthode ne plut guère. Et Fanny, l’ingénue, pour avoir trop souvent courtisé les puristes tout en négligeant les ambitieux, vit la droiture de ses bonnes (mais quelque peu naïves) intentions subir elle aussi les lâchetés du cercle. Elle rencontra, par exemple, un désintérêt de la part de l’amicale keatsienne pour sa « vraie situation27 » de famille ainsi qu’une cupidité unanime sur la question de ses finances. Face aux confessions d’une sœur nécessiteuse et après s’être penché de près sur les testaments d’un poète que l’on canonisa d’abord en vie puis enterré, force est de conclure sur le dysfonctionnement, matériel et moral, d’un réseau limité. On perçoit certaines déficiences que l’on peine à justifier. La postérité s’essouffle, symptôme d’une fatalité qui se consume, se répète mais ne guérit pas. Parmi les méprises qui touchèrent Keats sur plusieurs paliers générationnels, on retiendra l’absence de plusieurs membres du « cercle de Keats » quand survint la tragédie atavique de son histoire : le récit d’une pathologie en forme de « diaspora » et d’une famille décimée, précarisée mais reconstruite à travers les frontières du temps.

Questions d’héritage : le salut d’un Keats cosmopolite

  • 28 Houghton Library, Harvard Keats Collection, On the Adversities of Keats’s Fame by Joseph Severn, M (...)

C’est un plaisir singulier pour les quelques amis proches de Keats en Angleterre (qui devront probablement continuer à le défendre contre de vieilles calomnies bien désuètes) de savoir qu’en Amérique il a toujours été couronné d’une gloire unanime et libre de tous ces vieux préjugés anglais28.

  • 29 G.L. Marsh & N.I. White, « Keats and the Periodicals of his Time », Modern Philology, vol. 32, no  (...)

16En raison des « préjugés » de l’Angleterre, il aura fallu attendre plus d’un siècle après la mort de Keats pour que certains écrits, issus des périodiques de l’époque, soient soumis à une deuxième lecture sans que le plaisir de leur redécouverte ne soit gâché par l’incohérence des mythes passés : « Les auteurs de cet article, alors qu’ils travaillaient chacun de leur côté (M. White ayant bénéficié de l’aide précieuse de sa femme), ont retrouvé un certain nombre de critiques des œuvres de Keats dans les périodiques de l’époque qui n’ont pas été étudiées ou alors mal étudiées29. » Rappelons, à ce propos, que les revues de diffusion européenne dirigées par Leigh Hunt lancèrent la carrière de plus d’un romantique. Nous pensons à Byron ou encore à Hazlitt qui bénéficièrent tous deux de la réussite de The Liberal à sa sortie en Italie. Par ailleurs, quand Hunt publia sa série d’articles « On the Young Poets » dans The Examiner, le 1er décembre 1816, la renommée de l’éditeur servit à Shelley, autre fils de la « New School of Poetry », bien autant qu’à Keats. Mais là où l’un fut épargné, l’autre étouffa sous le poids d’une machine critique aussi hostile au patronage de Hunt que célèbre pour ses tentatives d’humiliation sociale. Facilement influençable, le lecteur de Keats a bien souvent été trompé par une certaine presse qui a trop longtemps fermé les yeux sur la valeur du magazine contemporain comme instrument de publication. Il y a, à cet égard, une immédiateté de l’édition, ici respectueuse de l’imagination du poète. L’art de Keats n’est plus réservé aux recueils inaccessibles mais se répand, à force de compliments et de compassion, par les voix de l’érudition et les directives d’un journal à l’écoute de sa nouvelle poésie :

  • 30 Anonyme, « La Belle Dame sans Merci by John Keats », Arcturus, no 3, janvier 1842, p. 158.

UN POÈME INÉDIT DE KEATS
La dernière édition de Keats, publiée cette année par Smith à Londres, contient, nous semble-t-il, toute une poésie qui est accessible au lecteur. Ayant découvert un autre poème dans l’édition originale de l’Indicator, qui est désormais une pièce rare, nous avons pensé que le plaisir de certains de nos amis lecteurs serait aussi grand que le nôtre de posséder ainsi quelques autres de ces belles images et rêveries du poète. Ses louanges, que nous n’avons pas finalement chanter trop ardemment dans nos derniers écrits, nous sommes ravis de les retrouver ici, dans les voix et les réjouissances de la presse. Non pas que nous ayons cru un instant avoir glorifié Keats avec trop de ferveur, ou que nous attendions l’approbation de notre jugement par d’autres, mais pour toutes ces questions de goût et de sentiment, la moitié du plaisir éprouvé se trouve dans une certaine forme d’empathie. Par ailleurs, un magazine parle tout autant au nom des autres qu’en son nom propre. Il représente une sorte d’élément constitutif de la littérature. Une fois encore, nous accueillons à bras ouverts l’enthousiasme des journaux30.

  • 31 H.E. Rollins, Keats’s Reputation in America to 1848, Cambridge, Harvard University Press, 1946, p. (...)

17Ce soutien éditorial – de la maison Galignani, entre autres – apporté aux poèmes de Keats fut, comme ses sources, d’origine franco-italienne. Mais l’éloge d’un auteur reconnu pour la beauté de ses vers taillés dans la pierre, dès lors salué comme un rare « spécimen » et un « bijoutier de la littérature31 », vint surtout des magazines américains. D’abord mise en avant par Severn puis par Rollins, cette bienveillance envers la « réputation » de Keats fut telle que ses représentants firent l’effort de la transporter, autant que possible, hors des espaces préjudiciables de l’aristocratie anglaise. Il s’agit là d’une critique d’exception, certes. Pourtant, bien que généreuse, elle aurait perdu de son charme, non pas en prévoyant l’ascension de Keats, mais en intégrant les restes d’un mythe féminisé. Nous en voulons pour preuve l’image d’une odalisque, allongée sur son divan, occupée à la lecture de poèmes imprimés avec soin, dont la typographie et la finesse du support en papier suffisent à faire palpiter les fibres de sa féminité. Avec la postérité américaine, un mythe en a presque remplacé un autre. Le fantasme d’une plus grande tolérance culturelle, colporté par la vision des artistes du « nouveau monde », est venu chasser, selon Severn, le spectre des critiques qui planait sur Keats. Dans cette représentation aussi exaltée que subjective de l’indépendance du « peuple américain », ce sont les peintres, amateurs de poésie – Severn, le keatsien, et Allston, le coleridgien –, qui ont le beau rôle. Ce désir d’« accouplement » entre les pays et les arts, ils le retrouvent dans la prévision d’une deuxième genèse dont la nature se lit dans la même mixité des genres que celle qu’avait confectionnée Keats de son vivant :

  • 32 Houghton Library, Harvard Keats Collection, On the Adversities of Keats’s Fame by Joseph Severn, M (...)

Il était évident que la fraîcheur encore juvénile de cet art poétique allait trouver en l’Amérique et la jeunesse du Nouveau Monde une âme bienveillante, un endroit où il n’y aurait pas, comme en Angleterre, un ouragan « Tory » prêt à l’emporter dans son souffle, ou encore des savants bien instruits mais à l’esprit étriqué, se gaussant de l’auteur et de sa méconnaissance du grec. Il n’y avait pas en Amérique de tels obstacles et Keats, pour ses œuvres, reçut un accueil chaleureux chez ce peuple américain indépendant, presque comme un poète natif du pays, un modèle de taille dans une tradition à imiter. J’en veux pour preuve singulière le grand artiste américain, Washington Allston, qui, au moment de la publication des œuvres de Keats, fut le seul juge critique parmi ceux qui ne connaissaient pas le jeune poète. À l’époque, il avait osé avouer que les poèmes n’étaient faits que d’une matière brute ; toutefois il avait ajouté, « certes, mais la matière brute d’une poésie authentique et il est clair que Keats deviendra également un authentique poète ». Il prononça ces paroles en 1818. Je me souviens très bien d’avoir été frappé par la clarté et l’indépendance de son propos, de la façon dont il s’était exprimé, en se démarquant ainsi du ridicule universel dont Keats était jadis accablé32.

18Pourtant, malgré le déracinement de l’« exception » keatsienne d’un territoire à l’autre, certains conservateurs du patrimoine de Keats – comme son neveu, John G. Speed – n’ont pas épargné à cette nouvelle géographie du mythe son corrélat d’approximations biographiques :

  • 33 M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 179 & 179n. Chariman est le nom que Keats donnait à Miss Jane (...)

Il [J.G. Speed] lui [F. Keats] précisa également qu’en Amérique, il avait remarqué « un intérêt peu commun » pour l’histoire de Keats, et il avait inclus des articles de journaux qui faisaient un portrait erroné et haut en couleurs des origines du poète et de la relation que John [Keats] entretenait avec son frère, George, autour notamment de la question de l’argent. Il y avait, par ailleurs, des références trompeuses au rôle de « Chariman » dans la vie de Keats33.

  • 34 « I [J.T. Fields] think with you [J. Severn] that the publication of those letters to Fanny Brawne (...)
  • 35 « Throughout its preparation [the edition of Keats’s letters to Fanny Brawne] the utmost secrecy w (...)
  • 36 M. Arnold, « John Keats », dans T.H. Ward (dir.), The English Poets, 4 vol., Londres, Macmillan, 1 (...)

19La polémique issue de la publication des lettres à Fanny Brawne, avilissantes et pathétiques aux dires des critiques, inaugure l’extension, dans le temps et dans l’espace, des préjugés romantiques puis de la pudibonderie victorienne. Nous souhaitons donc revenir une dernière fois sur cette correspondance, facteur important de division au sein du cercle, qui pose le double problème de la morbidité du dévoilement épistolaire d’une part – lettres très privées, certaines encore scellées, d’autres enterrées avec le corps du poète –, et des difficultés que présente l’universalisation de l’écriture personnelle d’autre part. Autrement dit, comment répandre la bonne parole amoureuse et l’immortaliser noblement en la rendant compatible avec le génie du défunt ? La question de la mémoire transmise par l’épistolier en entraînerait une autre : celle de la nécessité de freiner consciemment le déchaînement des confidences et de limiter le processus, plus journalistique qu’esthétique, du « tout divulguer ». L’écho américain d’un phénomène britannique révèle un certain mimétisme dans l’abondance des réponses et des paradoxes autour de ce courrier. À ce sujet, James T. Fields, résidant à Boston, nous paraît être un correspondant divisé, dans sa lettre du 3 février 1879, entre un « intérêt » presque fétichiste « pour tout ce qui touche et concerne Keats » et une certaine réserve quant à l’étalage de ses affaires de cœur. Sous la forme de politesses, les charges d’exhibitionnisme sont alors subtilement masquées. Bien qu’outré, Fields se joint au pathos de la « foule ébahie34 » en admettant de se référer aux lettres et à la valeur d’illustration de ce vestige privé lorsqu’il traite publiquement de la mémoire du poète. Peut-être, en effet, que cette ultime provocation ressemblerait autant à l’art qu’à la vie passée d’un Keats qui n’aurait pas attendu de mourir pour choquer les esprits. Nous sommes ici les témoins d’un déplacement du propos et, à nouveau, les spectateurs d’un amalgame de mythes porteurs de transgression. N’ayant jamais tenu sa coterie à l’écart de ses amours, Keats avait souhaité, sur ce terrain-là, un partage restreint de ses affections. Le débat éditorial suit de près la trahison d’un « secret35 », là où le rapport d’infidélité s’immisce dans le cercle des confidences. Péchant par excès de curiosité, les lecteurs d’une correspondance aussi « inexcusable36 », pour le dire avec Matthew Arnold, qu’indigne de Keats, ne détournent pas le regard de ces lettres. Pire encore, ils en font un sujet d’importance allant bien au-delà de sa simple valeur biographique. Il s’ensuivrait une deuxième tache originelle sur la renommée de Keats, née de la plume du polémiste Harry Buxton Forman lorsqu’il publie sa première collection des lettres au Nouvel An 1878. Un soupçon d’infériorité vient dès lors s’ajouter aux discours sur la fébrilité du poète. Les détournements de Forman en témoignent. Pourtant soucieux d’éviter ce genre de perversion, il s’attache à un désir qu’il considère très keatsien de tout dire et de ne rien regretter. Il s’agit, selon lui, de savoir apprécier une complétude dans l’analyse, d’effacer les erreurs et les imperfections d’histoires personnelles imprimées à l’échelle universelle, quand le privé est ainsi rendu public :

  • 37 Lettre de H. Buxton Forman à Fanny Keats, 9 mai 1877, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., (...)

[Je suis convaincu] après y avoir longuement réfléchi que la seule histoire complète de la vie de Keats devrait être rendue publique, car nous ne pourrons faire honneur à la mémoire du poète qu’en partageant avec ses lecteurs chacun des faits connus de sa vie. Je pense que, si Keats lui-même avait eu le choix, il en aurait décidé ainsi. Plutôt que des versions fausses ou imparfaites, l’histoire entière doit être relatée. [Et je refuse] de me laisser corrompre par toutes ces critiques dans la presse, qu’elles nous arrivent de ce côté de l’Atlantique ou de l’autre37 […].

20Pris entre un devoir de « justice » et les injonctions d’un éditeur accusé d’en avoir trop dit, Forman livre un propos hanté par les méprises liées à cette publication. Ajoutons que Severn, alors pris dans le tourbillon des mondanités, tout séduit qu’il fut par les honneurs d’une dédicace et d’un frontispice en son nom, a aussi une part de responsabilité dans ces déperditions. Le peintre, aveuglé par sa vanité, opta pour le confort d’une opinion sans réelle consistance en laissant à Forman le droit de flatter son ego sans risquer de trop prendre parti. Il avait en outre exprimé sa satisfaction de voir cette correspondance offerte à tous, heureux qu’elle puisse être illustrée par le dernier dessin qu’il fit du poète. S’il avait bien su dissimuler ses réserves pendant la préparation de ladite édition, Severn étonna tout le monde par son changement de ton lorsqu’elle fut publiée. Il avait effectué une lecture des lettres dans la douleur, sachant qu’elles apportaient surtout le témoignage des souffrances affectives du poète. Par ailleurs, encore incertain de la réaction des autres lecteurs, il avait délaissé son empathie initiale pour une neutralité de façade. Si l’on se souvient de la virulence de la réponse de James T. Fields au courrier de Severn à propos des lettres, nous pouvons imaginer que le peintre, alternant deux discours, se serait adressé à son réseau américain sur un mode un peu plus critique. Alors que Severn semblait incarner, à lui seul, l’inconstance de ces morceaux de vie dévoilée, Charles Dilke, plus discipliné, fit preuve d’une certaine droiture dans le schéma de ses accusations :

  • 38 C. Dilke, « Our Library Table », The Athenaeum, no 2625, 16 février 1878, p. 217.

Nous avons reçu les lettres de John Keats à Fanny Brawne, écrites tout au long des années 1819-1820, « aujourd’hui livrées sous la forme de manuscrits d’origine avec introduction et notes » par M.H. Buxton Forman (Reeves & Turner). Souvenons-nous que Miss Brawne, dix ans après la mort de Keats, alors que l’une de ses premières biographies allait être publiée, avait si peu de foi en la force de sa réputation poétique qu’elle écrivit à M. Dilke : « Le plus sage serait de le laisser reposer en paix car les circonstances de la vie l’ont condamné à rester dans l’obscurité. » Et pourtant « le tourbillon du Temps a pris sa revanche ». M. Forman nous dit que « quand le monde a décidé que Keats ne devait pas rester dans l’obscurité », Fanny [Keats] a répliqué, plus d’une fois, que les lettres du poète contenues dans ce volume, et sur lesquelles elle ne s’était pas auparavant prononcée, devraient être soigneusement préservées « car, un jour, elles aur[aie]nt de la valeur ». Aujourd’hui donc, ses représentants ont décidé que « le jour » était enfin venu. L’annonce, en effet, que « les propriétaires de ces lettres se réservent le droit de les reproduire et de les traduire » est bien la preuve que ces lettres d’amour, comme toute autre propriété littéraire, ont pris de la valeur après l’application, à l’international, des droits d’auteur (International Copyrights Acts). Leur publication n’est-elle donc pas, vu les circonstances, la plus grande forme de dénigrement du sentiment qu’une femme peut avoir de sa sensibilité féminine dans toute l’histoire de la littérature ? L’extraordinaire préface de M. Forman n’est guère plus digne en termes de dégradation morale, vice dans lequel l’éditeur s’est engouffré. Comment se fait-il que la classe la plus élevée des hommes de lettres se laisse si facilement aveugler par la stupidité quand bien même les classes les moins éduquées se distinguent par leur délicatesse ? Publier les lettres d’amour d’un homme mort qui, s’il était encore en vie, s’y opposerait violemment et du plus profond de son âme, crierait au scandale, semble pourtant faire l’unanimité parmi ceux qui, au nom de la gloire, s’en prennent, comble de l’offense, aux affections du poète38.

21À la tête, depuis 1869, de journaux tels que The Athenaeum et Notes and Queries, Charles Dilke usa de son nouveau rang pour qu’une rhétorique de la dénonciation se glisse à l’intérieur du cercle de Keats et se substitue enfin à la menace d’une démythification de son sujet. En citant Fanny Keats, il s’est fait le miroir éditorial des mots de la sœur, dernière flamme d’une famille presque complètement éteinte et vestale guerrière qui s’est acharnée à sauver la vertu d’un poète violé dans son intimité. Mais Dilke n’eut pas à forcer la main de son principal soutien car il est aujourd’hui admis de tous que, quelles que soient les réticences qu’exprimèrent les hommes du cercle, la cohésion d’ensemble contre la discorde fut éminemment féminine. Par la force de l’homonymie, les deux Fanny, la cadette et la bien-aimée, se sont retrouvées unies autour des lettres d’amour. Malgré le demi-siècle qui sépare leur prise de parole, elles nous ont transmis toutes deux autant d’angoisses et de passions que certains des écrits de Keats. Harcelée par les questionnements de Brown sur les lettres manquantes, Fanny Brawne avait fini par céder à ses requêtes, peu après la mort de son amant. Elle avait ainsi ouvert le pas à l’« enthousiasme » et à l’« adoration » de l’autre Fanny. Plus sanguine dans ses modalités d’action, elle réagissait vite si, par mégarde, on s’en prenait aux sacrements du frère – femme-symbole, sur ce thème également, dont le degré de persévérance impressionne encore, à l’image de l’énergie qu’elle a déployée pour préserver Keats de l’indifférence :

  • 39 Lettre de Fanny Keats à H. Buxton Forman, 6 mai 1877, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., (...)

J’ai reçu votre aimable courrier ainsi que le livre et je vous en remercie sincèrement. Pour être tout à fait franche, je dois vous avouer que ma première réaction, quand on m’a fait part de la publication des Lettres, fut un sentiment de douleur et, dans le feu de ma peine, j’ai confié mes impressions à Sir Charles Dilke mais sans avoir la moindre idée que mon opinion serait ainsi rendue publique. Dans la lettre que je vous ai adressée, je n’ai fait aucune remarque sur la publication, car j’avais eu, dès lors, le temps de réfléchir et de me dire que, comme les Lettres ne m’appartenaient guère, celui qui les avait en sa possession avait tous les droits de les publier, à condition qu’il soit fidèle aux copies d’origine, ce qui est manifestement le cas, comme j’ai pu le constater. La force de mon enthousiasme et l’adoration que je porte à mon cher frère sont aujourd’hui les mêmes qu’au temps où le sang de la jeunesse coulait dans mes veines. Est-ce donc étrange que je sois si réticente, parce que je sais combien sa sensibilité était vive, à l’idée que ses sentiments les plus sacrés puissent être étudiés de près par des personnes qui n’ont que faire de son mérite ? Ayez donc la gentillesse de me répondre et de me dire si j’ai perdu votre respect par mes conclusions trop hâtives. Si cela devait être malheureusement le cas, je vous assure que j’en suis profondément désolée39.

22Manipulée par l’éditeur, la substance de cette diatribe est aussitôt diagnostiquée par son destinataire : signe, à nouveau, des cycles d’un remaniement consistant à transformer en contre-arguments des paroles favorables au poète. Pour n’avoir pas été suffisamment attentif au discours de la sœur plaintive, Dilke n’a pas su prendre l’ascendant sur Forman ni redéfinir ces échanges afin d’imposer sa propre édition. Les formules sont les mêmes, pourtant le sens initial a changé. Cette manipulation ne questionne plus mais célèbre désormais le sacre de la sensibilité chez Keats. Fanny s’est efforcée de laisser une trace, la sienne, et l’ironie d’un tel contraste veut que ses acolytes aient immortalisé l’œuvre pour sa rhétorique, son énergie et la puissance de ses effets contraires :

  • 40 H.B. Forman, « Introduction », dans J. Keats, Letters of John Keats to Fanny Brawne, H.B. Forman ( (...)

Le volume dépeint une « seule et profonde passion » aussi parfaitement que possible, si tant est qu’une telle passion puisse être dépeinte sans révéler de détails trop intimes et sacrés, même lorsqu’ils sont exposés au regard d’un public honorable et respectueux, tout en nous permettant de mieux comprendre les raffinements d’une nature bien trop ardente et sensible à la douleur, aux blessures ainsi qu’à la violence inhérente à la réalité du monde40.

  • 41 Lettre de Fanny Keats à H. Buxton Forman, 27 mars 1978, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit.(...)

23Il est regrettable néanmoins que Fanny ait fini par abdiquer au terme d’un processus de circularité dans ces détournements. Triste aveu que celui de l’inutilité des mots lorsque c’est le travail de médiation et non le sujet en soi, la mise en circulation et non la qualité du propos, que l’on retient. Concluant une lettre bien plus négative que d’habitude, dépourvue des quelques fioritures qui polluaient souvent son style, Fanny ne cache guère le nouveau visage de son désenchantement : « Je suis désolée d’apprendre que le peu d’informations que j’ai pu vous fournir ne vous est désormais plus très utile, car votre ouvrage a déjà été publié et j’en ai reçu hier une copie de mon ami Sir Charles Dilke41. » En perte d’influence, la couche de bonhomie familiale fut, petit à petit, submergée par les conflits éditoriaux. Par ailleurs, la mémoire de Keats, en cours d’universalisation, ne pourrait être honorée que par ceux capables de faire le tri – ceux qui auront su établir une filiation authentique entre les modes d’interprétation critique, les systèmes de superposition textuelle liant l’art à sa source, ainsi que toutes les autres grilles de lecture encore intactes, produits d’un organisme déjà imperméable à la corruption et au travestissement.

Notes

1 J. Derrida, Mémoires : pour Paul De Man, Paris, Galilée, 1988, p. 52.

2 J. Rousset, « Le journal intime, texte sans destinataire ? », Poétique, no 56, 1983, p. 441.

3 M. Russett, Fictions and Fakes: Forging Romantic Authenticity, 1760-1845, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 37, 46, 120 et 140.

4 S.J. Wolfson, « Keats the Letter-Writer: Epistolary Poetics », Romanticism Past and Present, no 6, 1982, p. 43-61 ; et J.N. Cox, « John Keats, Coterie Poet », Poetry and Politics in the Cockney School: Keats, Shelley, Hunt and their Circle, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 82-122.

5 J. Rousset, « Le journal intime, texte sans destinataire ? », Poétique, no 56, 1983, p. 441.

6 Ibid., p. 441.

7 J.G. Lockhart, « The Cockney School of Poetry », Blackwood’s Edinburgh Magazine, no 3, 1818, p. 519.

8 « Or if, as biographers, we are considering writers like Coleridge or Keats, we dissolve their inner anxieties about what the poet is still able to do, within other, more personal forms of reductionism: Coleridge was struggling again with opium or his neuroses generally; Keats was having trouble with Fanny Brawne or memories of his dead parents, and was therefore having his own pessimistic moments. » W.J. Bate, The Burden of the Past and the English Poet, Cambridge, Harvard University Press, 1999, p. 10.

9 Lettre d’Arthur Rimbaud à Paul Demeny, dite « du voyant », 15 mai 1871, citée dans M. Butor, L’Utilité poétique, Saulxures, Circé, 1995, p. 117-118.

10 G.M. Matthews (éd.), Keats: The Critical Heritage, Londres, Routledge/Kegan Paul, 1971, p. 1. Sur la « persistance » d’une image erronée du poète et sur le rôle que jouèrent les contemporains dans sa divulgation, voir également G.L. Marsh & N.I. White, « Keats and the Periodicals of his Time », Modern Philology, vol. 32, no 1, 1934, p. 52-53.

11 Lettre de Joseph Severn à Richard M. Milnes [c.1847-1848], citée et commentée dans R. Woof & S. Hebron, John Keats, op. cit., p. 174.

12 Lettre de Charles A. Brown à Keats, 21 décembre 1820, citée dans W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 78.

13 E.S.K., « Keats and Severn », Dublin University Magazine, no 96, 1880, p. 38.

14 M. Adami, Fanny Keats, New Haven, Yale University Press, 1938, p. 164-165. Sur ce même thème de la profanation épitaphique quand les visions des héritiers supplantent l’authenticité originelle du cadre funèbre, nous pourrions également citer le discours de Trelawny. Il nous livre, en effet, dans sa lettre à Mary Shelley du 27 avril 1823, un croisement morbide entre la symbolique faussement picturale de la lyre sans cordes chez Severn et l’image effroyable de la « dépouille », gisant sous et sur terre, de Keats. Voir E.J. Trelawny, Letters, H.B. Forman (éd.), Londres, H. Frowde, 1910, p. 53.

15 Citée dans R. Woof & S. Hebron, John Keats, op. cit., p. 156.

16 Voir Houghton Library, Harvard Keats Collection, Adonais... with notes... by Joseph Severn [the notes only], MSS ; Rome, 30 August 1873, 4.16.3.

17 Keats est décédé le 24 et non le 20 février 1821, à l’âge de 25 ans et non de 23.

18 Citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 162.

19 Lettre de Charles Dilke à Richard M. Milnes, présentée à la Keats-Shelley Memorial House à Rome en 1907, et transcrite intégralement dans J. Keats, The Keats Letters, Papers and Other Relics, G.C. Williamson (éd.), Londres, John Lane, 1914, p. 94.

20 Lettre de Fanny Keats à H. Buxton Forman, 25 juillet 1877, citée dans ibid., p. 181. Le questionnement auquel répond Fanny Keats est né de la description d’une femme anonyme dans la lettre de John à George Keats du 29 octobre 1818. Il s’agirait, non de Fanny Brawne, mais d’une certaine Miss Jane Cox, originaire d’Inde et cousine des Reynolds qui l’auraient présentée à Keats. Forman faisait donc fausse route en supposant que cette référence était à Miss Brawne et fit de suite amende honorable en citant Fanny Keats comme sa source de référence, reconnaissant ainsi qu’elle avait elle-même pris soin de le corriger. Voir H.B. Forman, « Introduction », dans J. Keats, Letters of John Keats to Fanny Brawne, H.B. Forman (éd.), Londres, Reeves & Tuner, 1878, p. xxxi.

21 W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 255.

22 Voir A. Bennett, Romantic Poets and the Culture of Posterity, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

23 J. Severn, « Journal-Entry for 29th October [1863] », cité dans W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 255.

24 « Her [Fanny Keats] letters show the basis on which her friendship with Buxton Forman was founded. Through his practical kindness he soon became her confidential friend and adviser, “the last link”, as she said, “which binds me to England”. For him she was the last living link with Keats. » M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 192.

25 Lettre de Fanny Keats à Joseph Severn, 3 septembre 1877, citée dans W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 254-255. La « biographie » du neveu de Keats à laquelle Fanny fait référence serait l’œuvre de John G. Speed : J. Keats, Letters and Poems of John Keats, John G. Speed (éd.), 3 vol., Londres, Dodd Mead & Co, 1883.

26 Lettre de John G. Speed à Fanny Keats, 29 juillet 1877, citée dans W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 253.

27 « This heavy misfortune gave me the idea of endeavouring to procure a pension as a means of educating these fine talented children as mine have been educated. Having been a friend of the Dilkes from my childhood I thought no person was more likely to serve me than the grandson of my guardian, and consequently I wrote to Sir Charles explaining my wishes. He answered me very kindly, but from his political position was unable to serve me, he however recommended me to write to Lord Houghton… hitherto I have received no answer… I give you these details that you may know my true situation and my motives for acting as I have done. » Lettre de Fanny Keats à H.B. Forman, 14 mai 1878, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 191-192.

28 Houghton Library, Harvard Keats Collection, On the Adversities of Keats’s Fame by Joseph Severn, MSS ; Rome, [25 December] 1861, 4.16.2 ; et J. Severn, Letters and Memoirs, G.F. Scott (éd.), Aldershot, Ashgate, 2005, p. 609.

29 G.L. Marsh & N.I. White, « Keats and the Periodicals of his Time », Modern Philology, vol. 32, no 1, 1934, p. 37.

30 Anonyme, « La Belle Dame sans Merci by John Keats », Arcturus, no 3, janvier 1842, p. 158.

31 H.E. Rollins, Keats’s Reputation in America to 1848, Cambridge, Harvard University Press, 1946, p. 16.

32 Houghton Library, Harvard Keats Collection, On the Adversities of Keats’s Fame by Joseph Severn, MSS ; Rome, [25 December] 1861, 4.16.2 ; et J. Severn, Letters and Memoirs, op. cit., p. 610.

33 M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 179 & 179n. Chariman est le nom que Keats donnait à Miss Jane Cox, souvent confondue par les lecteurs de Keats avec Fanny Brawne – personnalité beaucoup plus importante, bien évidemment, dans la vie de Keats. Voir W. Sharp, The Life and Letters of Joseph Severn, op. cit., p. 91.

34 « I [J.T. Fields] think with you [J. Severn] that the publication of those letters to Fanny Brawne is an outrage on the poet’s memory, and I say so in my lecture every time I read it. To tear his heat out in this way, and exhibit it to the gaping crowd is pitiful indeed. » M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 184-185.

35 « Throughout its preparation [the edition of Keats’s letters to Fanny Brawne] the utmost secrecy was preserved about it. [...] and even Severn repeatedly consulted, had to ask its nature, and when told was apparently given to understand that it must not be disclosed, for he wrote promising to maintain the secret. » Ibid., p. 182.

36 M. Arnold, « John Keats », dans T.H. Ward (dir.), The English Poets, 4 vol., Londres, Macmillan, 1880, vol. 4, p. 43-44.

37 Lettre de H. Buxton Forman à Fanny Keats, 9 mai 1877, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 188-189.

38 C. Dilke, « Our Library Table », The Athenaeum, no 2625, 16 février 1878, p. 217.

39 Lettre de Fanny Keats à H. Buxton Forman, 6 mai 1877, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 188.

40 H.B. Forman, « Introduction », dans J. Keats, Letters of John Keats to Fanny Brawne, H.B. Forman (éd.), Londres, Reeves & Tuner, 1878, p. ix-xii.

41 Lettre de Fanny Keats à H. Buxton Forman, 27 mars 1978, citée dans M. Adami, Fanny Keats, op. cit., p. 187.

© Presses universitaires de Lyon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search