Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Chapitre X

Des sectes définies en France par des parlementaires laïques

Texte intégral

  • 1 Rapport nº 2468, fait au nom de la Commission d’enquête sur les sectes, décembre 1995, en ligne : (...)
  • 2 Les sectes en France : rapport parlementaire, Paris, Éditions Patrick Banon, 1996, p. 64.

1En novembre 2009, le maire de Cahors invoque le principe de précaution pour refuser de cautionner dans sa commune une Marche pour la paix au motif que l’un des organisateurs, le Mouvement humaniste, figure sur la liste établie en décembre 1995 par une commission parlementaire d’enquête « sur les agissements liberticides de certaines associations dites sectes1 ». Le rapport officiel justifiait bien la dangerosité de ce mouvement en le classant, selon une grille constituée par les Renseignements généraux, parmi les « alternatifs », qui « proposent en général une organisation différente des circuits économiques, du mode de production, du commerce mondial, des rapports humains », et en lui reprochant d’inciter à la « rupture de l’adepte avec l’environnement d’origine2 ». Pourtant, en 2010, le Parti humaniste, qui émane du Mouvement, obtient en appel une condamnation pour diffamation de membres de la municipalité du 19e arrondissement de Paris qui l’avaient signalé pour ses « dérives sectaires ».

  • 3 Antoine Comte, « Enquête sur les sectes les plus actives à Lyon », La Tribune de Lyon, 6 avril 201 (...)

2Il est de bon ton, en France, pour qualifier de « secte » un groupe que l’on trouve dangereux, de faire référence à sa présence sur cette trop fameuse liste de cent soixante-douze groupes, en réalité cent soixante-treize car les Témoins de Jéhovah y sont systématiquement comptabilisés à part. C’est ce que font imprudemment les médias aujourd’hui, désorientés par le flou qui semble entourer le mot : en avril 2016 encore, on pouvait lire dans La Tribune de Lyon que ces organisations « étaient reconnues comme “sectes” par l’État [...], un qualificatif qui se base sur un rapport parlementaire de 19963 ». Ainsi a surgi une dernière définition qui dispense de toute précision en se colorant d’un parfum de légitimité : une secte en France serait un groupe reconnu officiellement comme tel car il a été placé par des parlementaires sur leur liste. Pourtant, la méthode qui consiste à établir de telles énumérations a été dénoncée par une circulaire du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, en 2005, et il paraît curieux qu’en régime de séparation entre l’État et les cultes un groupe soit ou non « reconnu » officiellement. Cette vision biaisée est en réalité riche d’enseignements sur la perception du fait religieux dans notre société.

La liste de 1995 : une piètre référence

3Ce n’est pas seulement la liste de la commission parlementaire qui serait à faire ausculter par des étudiants afin qu’ils trouvent les nombreuses erreurs et inepties qu’elle contient ; c’est le rapport tout entier, publié en 1996 sous le titre accrocheur Les Sectes en France, qui serait à décortiquer.

  • 4 Les Sectes en France : rapport parlementaire, op. cit., p. 112.

4La proposition de constituer une commission parlementaire est, en décembre 1994, une conséquence immédiate d’un contexte qui s’est tendu en septembre-octobre avec le drame qui a touché cinquante-trois membres (ou leur famille) de l’ordre du Temple solaire (OTS) retrouvés carbonisés au Canada puis dans deux chalets en Suisse. Au mois d’avril précédent, les médias avaient déjà été tenus en haleine par le siège mené pendant cinquante et un jours par le FBI autour du ranch de Waco (Texas) où s’étaient réfugiés David Koresh et ses disciples davidiens, siège qui s’était terminé par un incendie lors de l’assaut final et par la mort de quatre-vingt-deux personnes, dont le prophète et vingt et un enfants. L’exposé des motifs donne déjà l’esprit dans lequel le travail va être conduit pendant six mois à l’Assemblée : il s’agit d’enquêter sur les « agissements des sectes en ce qu’ils peuvent être considérés comme dangereux4 », tels que le refus des lois, l’escroquerie, les techniques de manipulation mentale, les possibles alliances avec des puissances financières et le danger de contamination des milieux politiques. Les résultats de ces travaux prennent la forme d’un rapport présenté en janvier 1996 à une presse aux abois, car un nouveau drame est survenu en décembre : les meurtres-suicides de treize autres adeptes de l’OTS, accompagnés de trois enfants, dans le Vercors. De manière tout à fait exceptionnelle, le rapport, augmenté d’une préface du président de la commission Alain Gest, est aussitôt publié chez un éditeur privé, sans doute pour répondre à l’une des propositions : mener une campagne médiatique de prévention sur ce sujet. Or le passage qui retient l’attention de tous est précisément la liste qui y est donnée de cent soixante-douze « organisations mères ».

5On peut s’étonner de ce procédé. La commission a d’abord pris soin de préciser, après avoir examiné plusieurs pistes, qu’il n’y avait pas de définition objective du mot « secte ». Il est alors choisi d’adopter les dix critères qui ont été élaborés par les Renseignements généraux pour établir leur propre liste, en se fondant sur la dangerosité potentielle de groupes « se prétendant religieux », selon le rapport, et il est précisé que cela rejoint « le sens commun que l’opinion publique attribue à cette notion » !

Les dix critères de dangerosité retenus par la commission

• la déstabilisation mentale,
• le caractère exorbitant des exigences financières,
• la rupture induite avec l’environnement d’origine,
• les atteintes à l’intégrité physique,
• l’embrigadement des enfants,
• le discours plus ou moins antisocial,
• les troubles à l’ordre public,
• l’importance des démêlés judiciaires,
• l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels,
• les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

6Ce canevas permet de mesurer le phénomène sectaire, qui est jugé comme étant en expansion, et de reprendre peu ou prou la liste préétablie en constituant des catégories en fonction du degré de dangerosité. Il permet également de proposer une riposte en s’appuyant sur le dispositif judiciaire existant et en menant une campagne d’information intensive organisée par un observatoire interministériel rattaché au Premier ministre. Dès lors, il ne reste plus aux médias qu’à se servir des informations données comme d’un utile curseur d’appréciation afin de distinguer tel ou tel groupe comme appartenant ou pas à un « religieusement correct » rassurant.

7Les chercheurs en sciences sociales, lors d’une conférence de presse qui a fait suite à la présentation du rapport, se sont aussitôt montrés très inquiets de l’ampleur prise par un travail qui, en réalité, pose beaucoup de questions. Ils relèvent d’abord de nombreuses erreurs dues au manque de préparation du dossier, mais aussi sans doute à l’absence d’audition des universitaires spécialistes de ces sujets : les davidiens de Waco sont devenus des « davidsoniens », le délit de « plagio » (« assujettissement » en italien, abrogé en 1981) a été transformé en « piaggio » (nom d’une célèbre marque de vélomoteurs), la « secte Moon » est « représentative des mouvements évangéliques purs », le patronyme de Lucien Engelmajer (fondateur de l’association Le Patriarche pour les toxicomanes) est déformé en « Engelmajet »... Quatre points importants sont cependant plus inquiétants. Le choix de désigner des groupes comme dangereux en eux-mêmes, sans se référer à une quelconque mesure judiciaire préalable, est avant toute chose une remise en cause de la nécessaire neutralité de l’État, d’autant plus qu’on oppose aux « sectes » – dans l’appel au sens commun pour conserver cette appellation – des « religions reconnues », en opérant même un tri peu clair avec des « sectes » non dangereuses, comme les mormons et les baptistes. Les critères retenus ne sont pas plus probants : certains éléments sont effectivement d’ordre délictuel ou criminel, comme les troubles à l’ordre public ou les atteintes à l’intégrité physique, mais il est difficile de juger du « caractère exorbitant des exigences financières » sans un jugement pour escroquerie, de la « rupture induite avec l’environnement d’origine » qui pourrait toucher des congrégations catholiques cloîtrées, de « l’embrigadement des enfants » qui est le propre de tout groupe religieux souhaitant transmettre sa foi, ou de la manipulation mentale déjà si compliquée à retenir en justice dans les cas d’abus de faiblesse et sujette à de nombreuses interprétations. L’importance accordée aux chiffres est problématique, au-delà de la difficulté du recensement alors que toute statistique religieuse est prohibée : on constate que le nombre total d’adeptes et de sympathisants donné ne représente en réalité que 0,53 % de la population, et 80 % sont composés des seuls Témoins de Jéhovah. Enfin, la liste elle-même aurait dû alerter les médias. Outre qu’elle livre à la vindicte des noms de groupes non condamnés – mais condamnables selon l’appréciation de la seule commission –, elle comporte des associations qui ne relèvent pas de la sphère spirituelle mais qui ont été critiquées par des usagers (Le Patriarche ou L’Arbre au milieu étudié par Nathalie Luca et Frédéric Lenoir), elle cite certains mouvements rosicruciens et pas d’autres sans nous donner la raison de ce choix, et aucun groupe de la mouvance terroriste islamique n’y figure, alors que le Groupement islamique armé (GIA) a été responsable de plusieurs attentats en France tout au long de l’année 1995.

8La liste est quand même abondamment reproduite dans les journaux, d’où son succès, et est par ailleurs envoyée par le Garde des Sceaux aux tribunaux. Enfin, cette liste de référence est favorisée par les associations antisecte, qui ont été largement auditionnées par les parlementaires et qui leur ont apporté leur documentation à charge ; ces associations sont surtout désignées par le ministère de la Justice comme des interlocuteurs privilégiés.

Une nouvelle perception d’un danger sectaire

9La question des « sectes » a connu une relance à partir des années 1970, et l’emballement de 1996 n’en est que l’aboutissement. Le nombre de publications en français sur le sujet augmente d’ailleurs significativement dès 1977.

10En 1978, après deux échecs en 1974 et 1975, une première demande de constitution d’une commission d’enquête a été déposée à l’Assemblée nationale, mais c’est une simple mission d’information au sein de la commission des lois qui est lancée à propos des sectes, jusqu’à ce qu’elle disparaisse avec les élections de 1981. Les associations pour la défense de la famille et de l’individu (ADFI) apparaissent à partir de 1974 dans un contexte d’arrivée de nouveaux groupes en provenance des États-Unis. Au premier rang de ceux-ci se trouvent l’Église de l’unification, de Sun Myung Moon, ciblé par la toute première ADFI qui l’accuse d’embrigader des jeunes, et qui devient l’archétype de la « secte » ; et l’Association internationale pour la conscience de Krishna, dont les membres sont communément appelés « Hare Krishna » à cause de la formule sacrée chantée par ses adeptes. Dès lors, les ADFI mènent une campagne d’information pour dénoncer le danger de ces nouveaux groupes et reçoivent, à partir de 1977, une subvention du ministère de la Santé. Et c’est de 1978 que date le premier procès intenté à Paris condamnant pour escroquerie des dirigeants français et le fondateur de l’Église de scientologie, une décision annulée par la suite. Cette même année, le groupe des Enfants de Dieu du prophète étatsunien David Berg est dissous en France pour racolage et prostitution. En décembre, enfin, survient le suicide collectif / meurtre au Guyana de neuf cent douze adeptes étatsuniens du Temple du peuple, qui marque fortement les esprits. En 1979, le romancier Roger Ikor écrit Je porte plainte, après le suicide de son fils, membre d’un groupe « zen macrobiotique » pendant que de nombreux cas « d’embrigadement » et même « d’enlèvement » de jeunes sont relatés par la presse.

11Il y a bien une nouveauté dans l’apparition de ce qui est bientôt nommé les « nouveaux mouvements religieux » : issus de la protestation culturelle globale des années 1960 au sein de la crise des sociétés occidentalisées dans lesquelles les autorités sont remises en cause à tous les niveaux, ils ne se constituent pas de prime abord en opposition aux Églises chrétiennes traditionnelles qui, par ailleurs, connaissent elles-mêmes une crise d’autorité car elles ne jouent plus de rôle important dans ces sociétés. Ces recherches spirituelles, qui dépassent les Églises, touchent d’abord les jeunes des classes moyennes, individualistes mais à la recherche d’un groupe et d’un « maître », que l’on appelle bientôt « gourou » (en déformant le sens du mot indien) ; elles sont centrées sur la réalisation de soi par cette aide collective. Ces jeunes découvrent des chemins peu empruntés jusque-là : groupes à parfum oriental, relancés par l’engouement pour l’Inde et le Tibet dont les moines sont arrivés en France après 1959, relents syncrétistes, voire ésotériques, comme pour les pèlerins d’Arès (Gironde) et le visionnaire Michel Potay, à partir de 1974, et même explication scientifique sur fond de science-fiction avec le passage au Grand Échiquier de Jacques Chancel en 1974 de celui qui est devenu Raël. On note que les groupes les plus anciens, comme les Témoins de Jéhovah, ne sont alors pas inquiétés par les associations antisecte car ils apparaissent comme issus de la mouvance chrétienne et donc comme moins dangereux.

12Dix ans plus tard, le débat est relancé après le drame au Guyana. Le député Alain Vivien se voit confier par le Premier ministre Pierre Mauroy l’élaboration d’un rapport sur les sectes, en 1982, qui est achevé l’année suivante mais publié seulement quatre ans plus tard. Il est apparu que les autorités manquaient d’informations à ce sujet, mais aussi que les autorités religieuses « traditionnelles » étaient inquiètes pour leur liberté si la puissance publique venait à légiférer à ce propos. D’ailleurs, ces dernières se présentent comme les adversaires et les garde-fous naturels contre les mouvements jugés déviants. Le rapport est suivi d’une enquête des Renseignements généraux et il connaît un petit écho médiatique avec un Droit de réponseconsacré au sujet par Michel Polac en 1986. Cet écho est renforcé deux ans plus tard par l’interdiction en justice d’un reportage d’Antenne 2 dans lequel une mère racontait une guérison avec arrêt du traitement médical au sein du groupe Invitation à la Vie, fondé trois ans plus tôt. En 1990, enfin, les médias se délectent des fastes de la cérémonie se déroulant dans la cité monastique du Mandarom, près de Castellane, au cours de laquelle Gilbert Bourdin révèle qu’il est le messie cosmoplanétaire chargé de rétablir l’unité des visages de Dieu. L’année suivante, le trio comique Les Inconnus brocarde ce type de groupe dans une parodie de reportage qui le décrit comme une gigantesque et redoutable escroquerie pouvant attirer d’authentiques chercheurs de foi. Mais le 20 décembre 1993, la Commission nationale consultative des droits de l’homme propose dans son avis cette définition intéressante de la « secte » : il s’agit selon elle d’un « groupement se présentant ou non comme une religion, dont les pratiques constatées sont susceptibles de tomber sous le coup de la législation protectrice des droits des personnes ou du fonctionnement de l’État de droit5 ».

  • 6 Laurent Chambrun & Sylviane Stein, « Les 172 sectes qui ont envahi la France », L’Express, 18 janv (...)

13Il faut également replacer ce que les médias qualifient bientôt d’« envahissement6 » des sectes dans un renouveau plus vaste du questionnement au sujet du religieux. C’est aussi à cette période qu’ont eu lieu les premières interrogations à propos de l’islam, cristallisées à partir de ce que l’on a désigné comme « l’affaire des foulards » au collège Gabriel-Havez de Creil, en 1989. À ces années de crise économique et sociale correspond surtout la déprise achevée des grandes structures religieuses qui ouvre de fait le champ de possibles recherches spirituelles alternatives. Il n’y a ainsi pas de retour du religieux, mais plutôt une redirection et une nouvelle visibilité qui étonnent plus d’un observateur habitué à ne plus traiter de cette question. Il s’agit d’une nouvelle forme d’adhésion, d’un choix individualiste qui s’effectue non pour contester une Église ou une tradition religieuse (qu’on ne connaît plus), mais pour donner un sens à sa vie, plus qu’à l’au-delà, par la quête de nouvelles vérités répondant mieux aux interrogations habituelles qui naissent d’un mal-être. Il n’y a pas non plus d’adhésion unique et définitive : les sociologues ont employé la métaphore du « supermarché du religieux » où chacun prend ce qui lui convient dans les différents rayons et se fait sa propre recette, avant d’en changer à nouveau. Les modalités de cette affiliation peuvent en outre être trouvées dans un éventail bien plus large de choix, permis par la multiplication des sources d’information et leur ouverture mondiale. À l’inverse, d’autres personnes entreprennent une redéfinition identitaire en revenant aux traditions religieuses de leur famille ou de leur culture, parfois sur un mode intransigeant. Mais ces derniers n’entrent pas, on l’a vu, dans le champ de ce qui est alors qualifié de « secte ». En effet, et surtout par le biais des associations de lutte contre les sectes, une distinction nette s’effectue désormais. C’est ce qu’illustrent les propos sur les « nouvelles sectes » du psychiatre Jean-Marie Abgrall, fervent adversaire de ces groupes, rapportés par Nathalie Luca et Frédéric Lenoir :

  • 7 Nathalie Luca & Frédéric Lenoir, Sectes : mensonges et idéaux, Paris, Bayard, 1998, p. 69.

La notion de secte telle qu’on l’approche aujourd’hui n’est plus attachée à l’idée d’une idéologie religieuse minoritaire par rapport à une idéologie religieuse dominante. Elle est désormais liée à la notion de groupe fermé, à visée criminelle, ou à visée d’intérêt personnel. Elle ne se situe plus dans une thématique religieuse7.

14C’est précisément ce type de raisonnement qui a été repris sans précaution par les parlementaires et surtout les médias. Ceux-ci, au lieu d’informer, se sont contentés de reproduire des stéréotypes, faute de trouver les bons interlocuteurs – en l’espèce les chercheurs spécialistes de ces questions. Les activistes antisecte, qui ont néanmoins leur utilité dans le soutien aux familles désorientées par le choix d’un de leurs membres, leur ont de plus apporté un aspect émotionnel particulièrement prisé par le public et dont tout un chacun peut se sentir proche. À titre de contre-exemple, peu de médias ont évoqué le massacre de plusieurs centaines d’adeptes du Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu, en Ouganda, alors que tous les journaux s’excitaient en cet an 2000 du bruissement des annonces de fin du monde lancées par le couturier mystique Paco Rabanne.

Des sectes aux dérives sectaires

15Il y a pourtant depuis une évolution des autorités, et par là même de l’opinion publique, dans le traitement du phénomène sectaire, même si les mauvaises habitudes restent bien ancrées.

  • 8 Observatoire interministériel sur les sectes, « Rapport annuel 1997 », Paris, La Documentation fra (...)
  • 9 Loi nº 2001-504 du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements (...)

16Dès le 9 mai 1996, faisant suite à une proposition du rapport du mois de décembre précédent, un Observatoire interministériel sur les sectes est créé. Il se situe dans la droite ligne de la commission parlementaire puisqu’on y retrouve les élus qui ont participé à celle-ci, des fonctionnaires des différents ministères concernés, ainsi que des « personnalités qualifiées » – qui ne sont autres que des membres ou des proches des organisations antisecte auditionnés – et toujours pas de chercheurs spécialistes de la question. Chargé de l’observation et du suivi du phénomène sectaire et d’actions d’information et de lutte contre les dérives sectaires8, son rapport de l’année suivante ne fait qu’actualiser le précédent, mais on note que l’avis des spécialistes a enfin été recherché. Avec le changement de majorité parlementaire, une nouvelle Mission de lutte contre les sectes est chargée, en novembre 1998, en conservant les mêmes personnalités, d’avoir un rôle plus offensif. Mais dans son troisième rapport, en 2001, une distinction est opérée entre les « sectes absolues », avec qui tout dialogue est impossible, et les autres groupes, dont seuls certains aspects seraient inacceptables et avec qui « on peut engager un dialogue pour qu’ils respectent la loi », tels les Témoins de Jéhovah. Cependant, une loi dite « About-Picard » est votée en mai pour renforcer le dispositif disponible, allant à l’encontre de ce que préconisaient les différents rapports, mais dans le sens des demandes des groupes antisecte : elle permet de dissoudre une personne morale « si son but ou l’effet de ses activités est de créer, maintenir ou exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui y participent9 » et si elle est l’objet de deux condamnations précises. Dans le même temps, les associations de lutte contre ce phénomène sont déclarées aptes à se porter partie civile.

17À ce stade, la politique de l’État français est vivement discutée. Les autorités catholiques et protestantes hexagonales font part de leurs vives inquiétudes car aucune définition juridique de la secte n’est donnée ; elles peuvent donc être tout autant concernées et les interprétations sont nombreuses en ce qui concerne la sujétion psychologique, ce qui la rend donc peu opérante. Au niveau international, alors que la Chine se félicite d’une telle mesure (au moment où elle réprime le mouvement Falun Gong), les États-Unis la dénoncent au nom de la liberté religieuse. Enfin, dès 2002, le Parlement européen demande à la France de revoir la loi About-Picard dans une résolution sur la liberté de religion et des minorités religieuses. L’orientation est de fait plus nuancée depuis, avec la création de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES). Il ne s’agit plus, selon son intitulé même, de poursuivre des groupes mais des agissements, en privilégiant les notions de trouble à l’ordre public et d’atteinte aux lois. C’est ce qu’exprime son président Jean-Louis Langlais, lorsqu’il pose en 2003 cette question significative :

  • 10 Discours introductif de Jean-Louis Langlais pour l’ouverture du séminaire universitaire « Sectes e (...)

Qui légitime l’État à créer ainsi des structures successives d’« observation », de « lutte », de « vigilance et de lutte », chargées d’observer le phénomène sectaire ?  [...] À l’évidence c’est la définition d’un état laïque du xxie siècle qui peut seul – ou non – légitimer la vigilance contre les groupes sectaires10.

  • 11 Angélique Négroni, « Il faut une nouvelle liste des mouvements sectaires », entretien avec Georges (...)

18En 2005, la circulaire du Premier ministre entérine le changement d’orientation en déclarant la constitution de listes de groupes peu appropriée, car celle de 1995 se montre « de moins en moins pertinente », au grand dam des organisations antisecte qui continuent de la diffuser via leurs sites électroniques. Cependant, un relais est trouvé chaque année dans les médias, non sans écho, par la mise en avant dans chaque rapport de MIVILUDES d’un problème précis : protection des mineurs en 2005, formation professionnelle en 2006, dérives psychothérapeutiques en 2007, etc. À titre d’exemple, en 2009, les journaux titrent très majoritairement sur le dossier qui concerne le marché de l’épanouissement personnel, mais surtout sur les propos du très médiatique président de la MIVILUDES, Georges Fenech, qui a annoncé une augmentation du nombre de mouvements sectaires, ce que certains traduisent par l’annonce d’une « nouvelle liste des mouvements sectaires11 ». On note aussi que le site internet de la MIVILUDES continue de diffuser la liste des critères établie en 1994 comme un faisceau d’indices permettant de détecter la dérive sectaire. Voici d’ailleurs comment cette dérive est définie sur le site :

Il s’agit d’un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l’ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes. Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société12.

  • 13 Voir Arnaud Esquerre, La Manipulation mentale : sociologie des sectes en France, Paris, Fayard, «  (...)

19Les missions interministérielles se focalisent donc sur un rôle qui pourrait être préventif, mais, comme l’a remarqué Nathalie Luca, sans réels moyens documentaires ni ouverture aux travaux d’analyse des chercheurs, ce qui les cantonne plutôt dans une position accusatrice. Cette tendance est renforcée par la proximité des personnalités qui y siègent depuis 1995 avec les associations d’aide aux victimes et le rôle quasi exclusif d’information donné à celles-ci. La pierre angulaire des accusations, qui a donné naissance à la loi About-Picard en 2001, est toujours la question de la « manipulation mentale », défendue tant par les associations que par les missions interministérielles, au besoin pour s’opposer aux conclusions des représentants des administrations d’État, comme le montre Arnaud Esquerre13. Ces défauts sont peut-être in fine le signe ultime d’une perception particulière de la laïcité dans l’hexagone. Comme l’écrit Nathalie Luca :

  • 14 Nathalie Luca, Individus et pouvoirs face aux sectes, Paris, Armand Colin, « Sociétales », 2008, p (...)

Le problème posé par les sectes n’est plus uniquement celui de leur dangerosité intrinsèque et leur risque de dérive [...]. Les organisations mises en cause par les autorités comportent des traits religieux, philosophiques, idéologiques, spirituels, éducatifs ou thérapeutiques qui remettent en cause l’idée que chaque société se fait de la place que doivent tenir les religions en son sein14.

*

20Il est en effet impossible de définir une « secte » en régime de laïcité, et ce, d’autant moins en l’absence de toute condamnation judiciaire – comme c’était le cas pour le premier rapport de 1996 – et par opposition à des « Églises » qui n’ont pas plus d’existence légale en tant que telles depuis 1905. Depuis 1999, l’accent est donc mis sur les dérives sectaires, au risque d’y inclure des éléments relevant de toutes les structures religieuses. La solution viendrait-elle de la justice ? S’il y a eu une augmentation du nombre de procédures pénales, seules quelques-unes ont abouti à une condamnation : sur deux cent quatre-vingts procédures engagées de 1986 à 2000, ce ne sont que quarante-huit condamnations qui ont été prononcées. Quant aux Témoins de Jéhovah, c’est uniquement par ce biais qu’ils ont obtenu leur reconnaissance en tant qu’association cultuelle puis le droit de présenter des aumôniers pour les prisons. Pour beaucoup cependant, et même si ce thème est de moins en moins traité à la une des informations, la « secte » reste un mouvement jugé dangereux et œuvrant dans un domaine plus ou moins spirituel, qu’il ait subi une condamnation ou non. C’est là une confirmation de ce que représente cette notion pour les chercheurs en sciences sociales : un groupe, religieux ou non, qui, à une période donnée et dans un espace donné, est considéré comme présentant un danger pour la société. Mais tout groupe peut être jugé comme tel, grand ou petit, ancien ou non, que ses doctrines paraissent absurdes ou pas, et ce statut est évolutif dans le temps et l’espace. Bien au-delà de cette question spécifique, la réflexion devrait porter de manière plus large sur notre façon de gérer la pluralité des choix de religion, dont la question des « sectes » n’est finalement qu’un aspect.

Bibliographie

Champion Françoise & Cohen Martine (dir.), Sectes et démocratie, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

Chantin Jean-Pierre, Des « sectes » dans la France contemporaine, 1905-2000 : contestations ou innovations religieuses ?, Toulouse, Privat, « Hommes et communautés », 2004.

Esquerre Arnaud, La Manipulation mentale : sociologie des sectes en France, Paris, Fayard, « Histoire de la pensée », 2009.

Étienne Bruno, La France face aux sectes, Paris, Hachette, « Littératures », 2002.

Hervieu-Léger Danièle, La Religion en miettes ou la Question des sectes, Paris, Calmann-Lévy, 2001.

Luca Nathalie, Individus et pouvoirs face aux sectes, Paris, Armand Colin, « Sociétales », 2008.

Luca Nathalie & Lenoir Frédéric, Sectes : mensonges et idéaux, Paris, Bayard, 1998.

Lucas Phillip Charles & Robbins Thomas (dir.), New Religious Movements in the 21st Century: Legal, Political and Social Challenges in Global Perspective, New York / Londres, Routledge, 2004.

Messner Francis (dir.), Les Sectes et le droit en France, Paris, Presses universitaires de France, « Politique d’aujourd’hui », 1999.

Ollion Étienne, Raison d’État : histoire de la lutte contre les sectes en France, Paris, La Découverte, 2017.

Notes

1 Rapport nº 2468, fait au nom de la Commission d’enquête sur les sectes, décembre 1995, en ligne : www.assemblee-nationale.fr/rap-enq/r2468.asp (juin 2018) et publié par La Documentation française en 1996.

2 Les sectes en France : rapport parlementaire, Paris, Éditions Patrick Banon, 1996, p. 64.

3 Antoine Comte, « Enquête sur les sectes les plus actives à Lyon », La Tribune de Lyon, 6 avril 2016.

4 Les Sectes en France : rapport parlementaire, op. cit., p. 112.

5 Cité par La Croix, « Les sectes en France », 21 septembre 2012,en ligne : www.la-croix.com/Actualite/France/Les-sectes-en-France-_EP_-2012-09-21-855953 (juin 2018).

6 Laurent Chambrun & Sylviane Stein, « Les 172 sectes qui ont envahi la France », L’Express, 18 janvier 1996, p. 38.

7 Nathalie Luca & Frédéric Lenoir, Sectes : mensonges et idéaux, Paris, Bayard, 1998, p. 69.

8 Observatoire interministériel sur les sectes, « Rapport annuel 1997 », Paris, La Documentation française, 1998, p. 7-8 (introduction).

9 Loi nº 2001-504 du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, article 22, en ligne : www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000589924&categorieLien=id (juin 2018).

10 Discours introductif de Jean-Louis Langlais pour l’ouverture du séminaire universitaire « Sectes et laïcité », 8 octobre 2003, en ligne : www.prevensectes.com/mivi2.htm (juin 2018).

11 Angélique Négroni, « Il faut une nouvelle liste des mouvements sectaires », entretien avec Georges Fenech, Le Figaro, 15 mai 2009, en ligne : www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/05/19/01016-20090519ARTFIG00072-il-faut-une-nouvelle-liste-des-mouvements-sectaires-.php (juin 2018).

12 www.derives-sectes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire (juin 2018).

13 Voir Arnaud Esquerre, La Manipulation mentale : sociologie des sectes en France, Paris, Fayard, « Histoire de la pensée », 2009.

14 Nathalie Luca, Individus et pouvoirs face aux sectes, Paris, Armand Colin, « Sociétales », 2008, p. 15.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search