Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Chapitre IX

Quand les médias définissent la secte : l’affaire du Christ de Montfavet

Texte intégral

1Dans son numéro de la semaine du 20 au 27 mars 1954, Paris Match titre ainsi les deux doubles pages consacrées aux adeptes du Christ de Montfavet : « La mort d’un enfant met en accusation les inquiétants “Témoins du Christ” ». Dans son commentaire des photographies de personnes qui prient les bras levés vers le ciel et les yeux clos, l’hebdomadaire (créé cinq ans plus tôt) emploie des expressions explicitement dépréciatives : il s’agit de « la dernière victime de leur foi », un autre enfant ayant été « sacrifié lui aussi à ce dieu d’ignorance et de passivité », en un mot d’une « secte ». À propos de leur dirigeant, auquel deux pages sont consacrées, il est écrit que « seul son regard étrangement inquisiteur révèle l’illuminé que rien n’arrêtera – pas même deux cadavres d’enfants », pour finir par « voici l’homme qui prétend être le Christ réincarné », alors qu’on le voit se prélassant dans son fauteuil ou à vélo, un béret sur la tête. À la même période, Le Figaro des 20-21 mars ajoute au sujet d’un procès intenté à Grenoble contre deux adeptes que « la secte pourvoit à leurs besoins et à ceux de leur propagande, ce qui indique des ressources financières déjà importantes ».

2Il y a dans ces appréciations autre chose que l’habituelle condamnation religieuse. Le terme « secte » n’est désormais utilisé que pour exprimer le danger que représente pour la société un groupe dont la démarche spirituelle importe peu ou n’est pas considérée comme la préoccupation première. Et le tournant est pris de manière spectaculaire à propos de cette affaire du Christ de Montfavet.

Un Christ en accusation

3De mars à décembre 1954, les articles se sont en effet multipliés dans la presse à chacun des rebondissements judiciaires qui ont suivi les trois décès jugés suspects d’enfants de membres du mouvement de Georges Roux, le « Christ de Montfavet ». Les victimes seraient mortes en raison d’un manque de soin induit par les préconisations de ce groupe, désigné partout de manière péjorative comme « une secte ».

4En octobre 1953, le décès d’un enfant de 13 ans, atteint depuis sa naissance de rhumatismes articulaires incurables, a conduit ses parents devant le tribunal de Gap pour non-assistance à personne en danger de mort. Acquittés en janvier 1954, ceux-ci comparaissent en appel à Grenoble au mois de mars au motif que d’autres enfants sont morts « dans des conditions analogues » : ils sont condamnés le mois suivant à six mois de prison avec sursis. On ne compte pourtant la mention que d’un autre décès, ce même mois de mars, celui de la jeune Chantal Darremont, dans la région parisienne, à la suite d’une bronchite capillaire aiguë, ce qui a provoqué la mise en examen de sa tutrice. Mais cette action judiciaire n’aboutit qu’à l’internement pour soins psychiatriques de l’accusée, dans le but de lui faire perdre « ses fausses conceptions ». Enfin, en septembre de la même année, c’est un nourrisson de trois mois qui meurt dans un train l’emmenant auprès de Georges Roux, à Avignon, pour être guéri : les parents sont un temps incarcérés puis condamnés à quelques mois de prison avec sursis. À propos d’adultes cette fois, les journalistes évoquent aussi une plainte pour exercice illégal de la médecine ou escroquerie à Strasbourg, le décès jugé suspect d’un adepte qui a eu une crise cardiaque en mars au domicile du Christ de Montfavet, ainsi que le refus d’être soigné d’un autre adepte, en juillet, à la suite d’un accident de la route, ce qui a entraîné son décès. Mais surtout, les parents accusés légitiment maladroitement devant la presse la mort de leurs enfants par la nécessité de faire connaître au monde la mission du Christ de Montfavet.

5Ces affaires font grand bruit. En réaction, le préfet du Vaucluse interdit en mars la tenue de réunions à ceux que Paris Match nomme « témoins du Christ », une décision qui fait suite à son refus de diffuser dans le département, que ce soit par envoi postal, par vente directe en librairie ou par colportage, les ouvrages de Georges Roux – au motif qu’ils seraient « de nature à troubler l’ordre, la sécurité et la tranquillité publics » – ainsi que des périodiques du mouvement. Par précaution, son homologue de l’Isère empêche lui aussi ces réunions au moment du procès de Grenoble, alors que le journaliste du Figaro s’étonne que les adeptes ne soient que cinq ou six dans la capitale des Alpes (mais « assez nombreux » à Lyon et Villeurbanne) et tandis que, dans la ville, « l’intérêt réprobateur est assez limité ». Des incidents à l’encontre des adeptes alimentent aussi les colonnes : Paris Match évoque des disciples molestés à Avignon et à Châteaurenard, l’interruption violente de réunions à Paris, une vitrine du local du groupe avignonnais brisée, un responsable jeté dans une fontaine publique et la propriété du Christ envahie par une foule vindicative.

  • 1 Au moment de la fermeture du cimetière de Saint-Médard sur décision du roi (voir le chapitre VI), (...)

6Forts de cette accélération médiatique, les journalistes affluent à « la Préfète », la demeure de Georges Roux à Avignon. On retrouve sous leur plume tout ce qui devient ensuite l’archétype du groupe dangereux : la mort d’enfants par manque de soins au nom d’une doctrine spirituelle qui n’est pas bien comprise – le nom du groupe n’est d’ailleurs pas connu exactement –, l’influence d’un guide manipulateur sur des adeptes fanatisés par lui et qui paraissent avoir des pratiques absurdes (comme le suggèrent les photographies), l’abondance douteuse d’argent, le trouble manifeste à l’ordre public, jusqu’au doute même qu’il s’agisse d’un mouvement réellement religieux. L’ancien résistant et journaliste Eugène Mannoni écrit même que les témoins du Christ « gardent jusque dans l’absurde ce souci extérieur de la logique, que les psychiatres connaissent bien ». Un seul périodique, Réforme, a une lecture plus nuancée, en mai 1954, quand il feint de s’étonner que l’État intervienne dans ces affaires alors qu’il ne le ferait pas pour la mort de personnes malades au cours d’un pèlerinage vers Lourdes ou Lisieux, et que par ailleurs le manque de soins n’est pas avéré. L’hebdomadaire protestant se demande alors s’il y a une « estampille officielle » qui exonérerait ces lieux catholiques, à l’inverse d’autres jugés comme « néfastes », et il ironise en inversant l’ordre prêté à Louis XV au moment de l’affaire des convulsionnaires de Saint-Médard : « permission à Dieu de faire miracle en ces lieux1 ».

Un Christ en campagne

7Avant cette année de renommée médiatique plutôt négative, les rares périodiques qui s’étaient intéressés à Georges Roux et à ses disciples n’avaient pas perçu de danger particulier : en octobre 1951, dans Le Méridional, il n’apparaît encore que comme un guérisseur mystique de ce que le journaliste nomme « la phalange des fils de Dieu ». Dans Samedi Soir, en février-mars 1951, les pratiques de Roux semblent même lancer un « défi à la médecine ». En réalité, le groupe emblématique de la sécularisation de l’estampille « secte » a lui-même été très en pointe pour diffuser son message.

8Georges Roux, inspecteur adjoint au tri des lettres du bureau de la gare d’Avignon, a révélé à sa famille à Noël 1947 être l’incarnation du Christ. Il a 44 ans et s’est fait connaître depuis la fin de la guerre comme ayant un don de guérison, d’abord dans la région puis au-delà avec la publication, en 1950, du roman d’initiation Journal d’un guérisseur, puis des Paroles du guérisseur : il annonce vouloir ainsi favoriser « le cheminement direct de l’âme vers Dieu » par une hygiène de vie naturelle et aider tout un chacun à devenir soi-même guérisseur, en évitant le recours à la médecine, accusée d’être en opposition avec la nature. Enfin, en 1951, dans Mission divine, il révèle aux quelques centaines de personnes qui sont entrées en contact avec lui qu’il est celui auquel ils doivent se rallier car il reçoit directement les ordres de Dieu pour réformer le christianisme et vaincre l’imperméabilité des hommes envers Lui. En décembre 1952 est créée, par des adeptes de Paris, l’association Église chrétienne universelle, suivie d’une autre à Avignon. Des périodiques viennent compléter l’œuvre de diffusion du message de « Georges de Montfavet », puis « Georges-Christ » : en 1951 le mensuel Messidor, puis à partir de 1953 les journaux Témoins du Christ (à Paris) et Lumière (à Toulon). Le mouvement est assez connu avant 1954 : des hommes-sandwichs inondent une cinquantaine de villes de tracts qui invitent à participer à des réunions publiques, les 5 000 adeptes font du porte-à-porte pour vendre les publications et des stands sont présents aux foires-expositions de Nancy et Strasbourg en 1953. On peut lire sur les prospectus : « Nous sommes tous des Guérisseurs ! Écoutons la Parole du Christ ! Christ est revenu à Montfavet ! Lisez ! Achetez ses publications ! », ainsi que « Hier Jésus de Nazareth, aujourd’hui Georges de Montfavet ! Mais toujours le Christ qui vient redonner aux hommes joie, lumière, santé. »

9Un « Appel à tous », largement distribué, informe des intentions du nouvel envoyé :

Au moment où le monde est divisé, hostile, incapable de se gouverner et à l’Approche d’un grand danger se dresse encore le Fils de l’Homme, hier Jésus de Nazareth, aujourd’hui Georges de Montfavet, le Christ, un Envoyé divin parmi les hommes de la Terre, un Fils de Dieu ayant Mission au nom de son Père de nous redonner les lois de la vie que nous avons perdues. Pas plus que Jésus, il n’apporte une nouvelle Religion, mais l’alliance de tous les hommes entre eux dans l’Amour de la Vie selon les Lois réelles de la Terre.

10Cet avertissement prémonitoire est ajouté au verso : « Attention, il ne s’agit pas d’une Secte, ni d’une Religion, mais de la Vérité une et totale, redonnée par le Canal divin à l’Humanité en Faillite : le Christ fait homme afin que sa lumière se multiplie en tous pour éviter l’Imminent Péril. »

11Roux est présenté comme une forme humaine sous laquelle Dieu intervient pour redonner aux hommes le message originel, la « loi d’amour », qu’ils ont oublié alors qu’avant lui, ils avaient déjà été avertis par le Bouddha, par Krishna et enfin par Jésus dont la nature divine est rejetée car il a échoué dans sa mission. L’objectif du nouveau Christ est donc de parvenir à une libération intégrale du genre humain, que les hommes en lui obéissant deviennent « prêtres de Dieu » et reçoivent eux aussi le don de guérison car la maladie est une « absence de Dieu ». Il faut enfin revenir à des valeurs fondamentales de la nature, retrouvées grâce à Georges Roux, à la prière et à la bénédiction.

Le « Notre Père » composé par le Christ de Montfavet

« Notre père, qui êtes partout,
Que votre présence soit adorée,
Que votre lumière nous inonde,
Que notre bonne volonté soit faite
Nous ferons aujourd’hui le pain de chaque jour,
Nous éviterons toute offense
sur la terre comme la vôtre en l’univers.
Et nous agirons devant vous guidés par votre amour.
Bénissant votre loi,
Nous nous efforcerons seulement vers le bien
Afin que soit chassé tout le mal de la terre.
Ainsi soit-il. »

12Après la fin du monde, les « enfants de Dieu » peupleront seuls la Terre, délivrés de la mort et de la douleur. Des catastrophes sont d’ailleurs exploitées (rupture de digues en Hollande en février 1953, séisme dans les îles grecques en août) afin de lancer cet appel à suivre les préceptes et à obtenir le pardon des fautes et des erreurs du genre humain. Une conversion en masse doit permettre l’arrivée de l’âge d’or, la fin du monde étant prévue pour le 15 août 1954. En décembre, Georges Roux a démissionné de son emploi afin de se consacrer pleinement à sa mission, mais il n’apparaît pas en public et préfère rester dans sa propriété, où il reçoit ses adeptes. Des groupes de disciples se sont constitués dans une trentaine de villes, dont beaucoup du Sud et de l’Est, ainsi que dans une dizaine de communes de la région parisienne.

13Le succès qui semble se dessiner repose aussi sur des cérémonies très simples et qui restent proches du catholicisme, mais sans hiérarchie : récitation de prière et « communion de l’Esprit » (que l’assemblée reçoit debout et mains tendues en l’air), trois sacrements le dimanche (baptême par immersion des enfants dans l’eau tiède, confirmation-communion, mariage), « communion de l’à Dieu » pour le décès. Enfin, des messages venus des disparus sont publiés dans les périodiques de l’Église, ainsi que de nombreuses lettres ouvertes adressées à des occultistes, des prêtres, des évêques et jusqu’au pape auprès de qui Roux aurait envoyé des adeptes. L’Église chrétienne universelle, qui attire sur elle toute l’attention médiatique en 1954, n’est pourtant pas la seule organisation de ce type. À cette date subsiste encore le groupe du Suisse Émile Zenhder, qui a convaincu vers 1933 quelques paysans du Haut-Rhin qu’il était l’incarnation du Christ Dieu sous le nom de Jésus-Zéboath-Jéhovah. Il existe également celui, près de Falaise, de l’agriculteur Ernest Thirouin, décédé en 1944, qui s’est annoncé à l’Exposition universelle de Paris de 1937 comme l’incarnation de la divinité, le « Sauveur du Monde » et le messager de la paix et s’est présenté aux élections législatives en proposant d’appliquer un système d’assurances sociales pour que la Terre redevienne le Jardin d’Eden. En 1932, le titre de l’un de ses livres est explicite : Les partisans de la science et de la politique comme de toutes les religions, en dépassant la limite de leur droit et de leur devoir, sont les auteurs naturels de tous les maux de l’humanité.

14Mais aucun n’a eu la renommée de Georges Roux, dont les partisans ont su, avec son accord, élaborer une véritable stratégie de communication.

Un Christ symptôme

15La destinée du mouvement de « Georges-Christ », qui devient l’archétype de la « secte », rencontre une triple conjonction qui marque une nouvelle époque de l’histoire des dissidences religieuses en France.

  • 2 Henri-Charles Chéry, L’Offensive des sectes, Paris, Éditions du Cerf, « Rencontres », 1954, p. 31.
  • 3 Voir Marie-Benoît Lavaud, Sectes modernes et foi catholique, Paris, Aubier, « Les Religions », 195 (...)

16En 1954 sort le livre que le dominicain Henri-Charles Chéry intitule L’Offensive des sectes. Il s’agit des résultats d’une enquête sur ce que l’auteur désigne comme un « pullulement agressif » depuis la fin de la guerre d’une vingtaine de groupes se réclamant en France « plus ou moins de la Bible2 », mais dont la plupart sont issus en réalité du vaste ensemble protestant étatsunien ; il y fait bien entendu une place à Georges Roux. Chéry, comme son confrère Marie-Benoît Lavaud3 la même année, décrit avec minutie les affiches qui se multiplient sur les murs pour l’envoi gratuit du Nouveau Testament, les tracts qui remplissent les boîtes aux lettres, le colportage incessant et les fréquentes réunions. Parmi ces mouvements, les Témoins de Jéhovah, qui viennent de renouveler leur organisation, s’implantent durablement en France en diffusant abondamment leur discours apocalyptique : le nombre de leurs « proclamateurs » triple par rapport à l’avant-guerre. La période est aussi celle d’une certaine conjoncture surnaturelle, avec quatorze apparitions de la Vierge en France entre 1946 et 1953, dont quatre sont condamnées par l’Église catholique et une seule reconnue depuis. On peut en ajouter d’autres, antérieures, qui attirent encore des fidèles dans ces années 1950, comme Kérizinen (Finistère) et les visions de Jeanne-Louise Ramonet, depuis 1938, qui ne sont divulguées qu’en 1947, ce qui oblige à construire un petit oratoire en 1955 afin d’accueillir les nombreux pèlerins, mais sans l’accord des autorités catholiques, plutôt réticentes.

  • 4 François Ars, « Les apparitions “mariales” de Plescop : 1947-1948 », Bulletin et mémoires de la So (...)
  • 5 Antoine Delestre, Clément XV : prêtre lorrain et pape à Clamecy, Nancy, Presses universitaires de (...)

17Les messages mariaux fournissent un point commun à ce bouillonnement spirituel. À Plescop (Morbihan), en 1947, Marie aurait dit « Priez beaucoup pour la France et pour les pécheurs4 ». À Bouxières-aux-Dames (Meurthe-et-Moselle), depuis 1936, les messages concernent « les malheurs qui se sont abattus sur le monde et les événements à venir5 », et ce thème se retrouve encore dans les quatre apparitions de 1947 : l’Île-Bouchard (Indre-et-Loire), Arcachon, Plescop (Morbihan) et l’Île-Napoléon (Haut-Rhin). Le contexte international et hexagonal explique l’inquiétude que l’on perçoit, comme dans le cas du Christ de Montfavet, dans une recherche de monde meilleur par-delà les malheurs du temps. De cette année 1947 date le début de la guerre froide qui fait réapparaître les craintes d’un conflit nucléaire définitif et remet en question les certitudes acquises depuis le début du siècle sur les bienfaits de la science. La crise en France est aussi politique – avec le départ des ministres communistes du gouvernement – et économico-sociale en une période d’émeutes pour le pain, de mouvements de grève qui aboutissent à la « grande peur » d’automne, une grève générale marquée par les incidents et les sabotages, dont celui du train Paris-Lille qui fait une vingtaine de morts. Le sentiment de malaise est encore perceptible avec le trop fameux hiver 54 lorsque l’abbé Pierre lance, en février, son vibrant appel en faveur des nombreux sans-abri et mal-logés durement touchés par le froid.

  • 6 Voir Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayar (...)
  • 7 Ibid., p. 429.
  • 8 Yves Congar, article « Dissident », dans Gabriel Jacquemet, Catholicisme : hier, aujourd’hui, dema (...)

18Enfin, l’après-guerre est celle des débuts de ce que l’économiste Jean Fourastié a nommé « une révolution invisible6 », liée aux mutations de la société de consommation. L’un de ses symboles est l’évolution de la presse écrite, qui est renouvelée après 1945 : les news magazines à l’américaine, tels L’Express et France observateur, sont créés en 1953 et 1954, alors que 90 % des foyers ont désormais la radio. Mais surtout commence à se produire ce qu’Yves Lambert voit, dans son importante étude Dieu change en Bretagne (1985), comme une transformation du catholicisme vécu, avec la fin programmée de la civilisation paroissiale dans une France qui vient de devenir urbaine sur laquelle l’Église catholique a de moins en moins prise. L’examen des sectes du père Chéry, mené depuis 1951, part d’ailleurs de son inquiétude, partagée par nombre de responsables catholiques qui ont montré, depuis les travaux de sociologie pastorale du chanoine Boulard menés à partir de 1945, qu’un tiers seulement des Français sont des catholiques pratiquants réguliers. Si le dominicain Marie-Benoît Lavaud rappelle au même moment qu’il y a incompatibilité avec la « vraie foi » garantie par le « magistère de l’Église », Chéry propose pour sa part d’en tirer des leçons pour l’Église elle-même en posant cette question simple : « Des indifférents sont devenus des militants non dans l’Église, mais dans les sectes. Pourquoi7 ? » En interrogeant des adeptes de Georges Roux, il constate – comme pour répondre à sa propre question – qu’ils évoquent leur insatisfaction envers une Église jugée trop peu humaine et trop imprégnée de mystères difficilement compréhensibles, ce qui les a d’abord fait osciller entre protestantisme et occultisme, car ils trouvent dans ces courants davantage de chaleur et de réponses à leurs préoccupations du moment. Son travail examine donc l’institution, alors qu’Yves Congar, autre dominicain, voit au-delà, en tant que défenseur de l’œcuménisme, et rappelle, lui aussi en 1954, la distinction qu’il a proposée entre « dissidents » – c’est-à-dire des chrétiens qui se situent en dehors de la communion de l’Église catholique « par leur naissance ou leur appartenance sociologique » – et les réels fautifs, « hérétiques » ou « schismatiques8 », ce qui est une nuance nouvelle dans la perception par l’Église des protestations en son sein. Mais dans ce cas, Georges Roux est bien classé dans la catégorie des fautifs.

*

19On le voit, le positionnement des autorités catholiques n’accompagne pas, cette fois-ci, la réprobation publique. Les journaux évoquent d’ailleurs peu de réactions d’évêques, si ce n’est Paris Match, qui signale rapidement que le titulaire d’Avignon, Gabriel de Llobet, a défendu l’accès des églises aux « témoins du Christ réincarné » et que le pape Pie XII, à qui Roux a écrit une lettre ouverte pour qu’il se reconnaisse comme son vicaire, a refusé de recevoir des émissaires. La question s’est en quelque sorte sécularisée avec un nouveau contour donné au concept de « secte » qui émerge dans ces années 1950 à l’occasion des affaires autour du Christ de Montfavet. Il s’agit donc d’un groupe dont on précise qu’il se prétend religieux, car on peut douter du bien-fondé de ses objectifs, qui est considéré comme présentant un danger pour la société et dont les adeptes ont perdu toute capacité de jugement sensé par l’adhésion aux doctrines d’un chef charismatique qui les a trompés sur ses intentions ou dont l’équilibre mental peut être mis en doute. Cette nouvelle perception va de pair avec le nouveau paysage religieux qui se dessine peu à peu, dans lequel des catholiques, par tradition culturelle, cherchent d’autres voies chrétiennes ou proches du christianisme, comme Roux, avant de fureter, dix ans plus tard, vers des solutions orientales ou ésotériques. Quant aux disciples de Montfavet, les candidats qu’ils présentent à diverses élections dans six départements en 1955 et 1956, en proclamant « Un candidat : Dieu », recueillent près de 10 000 voix. Mais devant l’échec de l’échéance apocalyptique annoncée, Georges Roux a fait savoir que sa mission était achevée et il a délégué définitivement la gestion du mouvement aux membres de sa famille. Chéry constate par ailleurs qu’en 1959 il n’y a plus qu’un seul lieu de réunion à Paris, peu fréquenté. Une nouvelle date de fin du monde est quand même prédite pour 1980, Roux est proclamé en 1973 « Dieu manifesté » et, deux ans après son décès, en 1981, son Église devient l’Alliance universelle. L’association culturelle réunirait encore 2 000 personnes pour une vingtaine de groupes en France et quelques autres à l’étranger.

Bibliographie

Bouflet Joachim, Faussaires de Dieu, Paris, Presses de la Renaissance, 2000.

Bourseiller Christophe, Les Faux Messies : histoire d’une attente, Paris, Fayard, « Enquêtes », 1993.

Chantin Jean-Pierre, Des « sectes » dans la France contemporaine, 1905-2000 : contestations ou innovations religieuses ?, Toulouse, Privat, « Hommes et communautés », 2004.

Dericquebourg Régis, Georges Roux dit « le Christ de Montfavet » : ésotérisme, écologisme et guérison, Bruxelles, E.M.E. Éditions, « Terra incognita sciences humaines », 2015.

Desroche Henri, Dieux d’hommes : dictionnaire des messianismes et millénarismes du ier siècle à nos jours, Paris, Berg international, 2010.

Fimbel Alain-Paul, Histoire du Christ de Montfavet, Lyon, Éditions Merry world, 2010.

Vauchez André (dir.), L’Attente des temps nouveaux : eschatologie, millénarismes et visions du futur, du Moyen Âge au xxe siècle, Turnhout, Brepols, 2002.

Weber Eugen, Apocalypses et millénarismes : prophéties, cultes et croyances millénaristes à travers les âges, Paris, Fayard, 1999.

Notes

1 Au moment de la fermeture du cimetière de Saint-Médard sur décision du roi (voir le chapitre VI), un plaisantin aurait inscrit sur la porte « de par le roi, défense est faite à Dieu de faire miracle en ce lieu ».

2 Henri-Charles Chéry, L’Offensive des sectes, Paris, Éditions du Cerf, « Rencontres », 1954, p. 31.

3 Voir Marie-Benoît Lavaud, Sectes modernes et foi catholique, Paris, Aubier, « Les Religions », 1954.

4 François Ars, « Les apparitions “mariales” de Plescop : 1947-1948 », Bulletin et mémoires de la Société polymathique du Morbihan, 1998, p. 321.

5 Antoine Delestre, Clément XV : prêtre lorrain et pape à Clamecy, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1985, p. 124.

6 Voir Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979.

7 Ibid., p. 429.

8 Yves Congar, article « Dissident », dans Gabriel Jacquemet, Catholicisme : hier, aujourd’hui, demain, Paris, Letouzey et Ané, 1950, vol. 3. Il fait référence à son étude de 1937 Chrétiens désunis.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search