Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Chapitre VII

L’apocalypse malgré Rome au xixe siècle : l’affaire du prophète Vintras

Texte intégral

1Le 8 novembre 1843, le peu populaire pape Grégoire XVI adresse un bref à l’évêque de Bayeux, Louis-François Robin :

  • 1 Maurice Garçon, Vintras : hérésiarque et prophète, Paris, Émile Nourry, « Bibliothèque des initiat (...)

C’est avec un sentiment profond de douleur que nous avons reconnu, d’après ces écrits pestilentiels [que vous nous avez envoyés], que les membres criminels de cette société, sous le masque de la piété et une forme de langage très captieuse, introduisent dans le bercail de Jésus-Christ des sectes de perdition. En effet, par une audacieuse et sacrilège témérité [...], ils s’arrogent une mission nouvelle qu’ils auraient reçue de Dieu, et annoncent une œuvre mensongère de miséricorde qu’ils ont inventée pour que l’Église de Jésus-Christ soit en quelque sorte régénérée par leurs soins [...]. Ils sont dignes de toute réprobation, censure et peine ecclésiastique1.

2L’originalité est qu’une année auparavant, le principal membre de cette Œuvre de Miséricorde, Eugène Vintras – aussi connu sous le nom de Pierre-Michel-Élie – a été condamné par le tribunal de Caen :

  • 2 Ibid., p. 86.

considérant qu’il est prouvé par l’instruction et par les pièces du procès, qu’il s’est formé une secte prétendant entreprendre et exécuter une œuvre prodigieuse dite l’Œuvre de Miséricorde qui aurait pour but et résultat de renouveler toute la face de la terre2.

3Les magistrats ont jugé que Vintras faisait croire que « l’ange saint Michel, saint Joseph, la Sainte Vierge et Jésus-Christ lui-même » lui apparaissaient et lui avaient révélé sa mission ; ils ont qualifié enfin, tout magistrats laïques qu’ils étaient, qu’il s’agissait d’un « pouvoir ou d’un crédit imaginaire remontant jusqu’à Dieu ». La condamnation à cinq ans d’emprisonnement portait donc sur des faits d’escroquerie à l’égard d’adeptes, Vintras disant avoir reçu du ciel la mission de publier à leurs frais une brochure en faveur de cette Œuvre.

  • 3 Cette loi reconnaît trois cultes (catholique, réformé et luthérien) pris en charge par les finance (...)

4Depuis les mesures de reprise en main de l’Église, après le concile de Trente (1545-1563), il est compliqué pour un catholique de penser se séparer de Rome et du pape, de plus en plus défini comme représentant suprême et exclusif de la Vérité, et d’être en quelque sorte un catholique sans le pape en cas de désaccord. Mais s’y ajoute, dans la France concordataire, depuis la loi de 18023 (complétée en 1808), la difficulté pour tout culte d’être toléré s’il n’appartient pas à l’un des quatre reconnus : catholique romain, luthérien, réformé et juif. L’exemple du prophète Vintras illustre ce glissement de statut de la « secte » au xixe siècle.

Itinéraire d’un prophète

  • 4 Il s’agit du périodique publié par l’Œuvre de Miséricorde.

5Rien ne semble prédisposer Eugène Vintras à devenir le possesseur de connaissances sur le monde et son avenir acquises par inspiration surnaturelle. Tout au plus dit-il de lui-même avoir été pieux dans une jeunesse difficile : enfant naturel né en 1807, il est placé à 10 ans à l’hospice général par sa mère, blanchisseuse à Bayeux, qui se remarie et meurt peu après. Il aurait été protégé par l’abbé Eudeline, prêtre de la cathédrale, puis admis dans la confrérie du Sacré-Cœur après sa première communion, recueilli enfin par sa tante près de Chevreuse vers 1819 pour être formé au métier de tailleur. C’est alors – comme il l’écrira plus tard dans la Voix de la septaine4 – qu’il s’éloigne de la religion et commence une vie d’errance entre divers petits métiers, à Paris et en Normandie, qui ne lui permettent pas de s’établir, et de petites escroqueries qui le conduisent devant les tribunaux.

  • 5 Maurice Garçon, Vintras : hérésiarque et prophète, op. cit., p. 13.

6Un premier tournant se produit en 1838 lorsque, « après de mûres réflexions sur les temps de sa vie chrétienne », il se rend auprès de la Vierge noire de La Délivrande, le plus ancien pèlerinage de Normandie destiné pour ses visiteurs à « avancer en sécurité à travers les dangers de ce monde5 ». Il y fait la connaissance d’un ancien notaire, Ferdinand Geoffroi, lui aussi poursuivi en justice pour ses créances et qui avait trouvé refuge chez une tante fondatrice de la communauté des Dames du Sacré-Cœur à Niort. Par cet intermédiaire, Geoffroi est entré en contact avec le baron de Gombault-Razac – sous-gouverneur des pages du roi Charles X –, qui l’a nommé secrétaire comptable. Après la révolution de 1830, Geoffroi a été nommé archiviste préfectoral à Niort. C’est sans doute lors de son séjour parisien qu’il s’est rallié aux prétentions de Karl-Wilhelm Naundorff – qui, depuis 1831, dit être l’ancien dauphin Louis XVII ainsi que thaumaturge. Geoffroi est devenu son agent dans les Deux-Sèvres, ce qui lui a valu de perdre son emploi lorsque Naundorff a été contraint à l’exil par le gouvernement. Mais l’ancien notaire est aussi affilié à un mouvement politico-mystique, apparu en 1772, et représenté par « les trois Marie de l’Évangile », trois femmes qui se disent inspirées. Cette société de saint Jean-Baptiste soutient d’ailleurs également Naundorff, tandis que sa principale responsable, Marguerite-Thérèse Bouche, a des contacts avec le visionnaire Thomas Martin, haricotier de Gallardon (Eure-et-Loir), qui a été reçu par Louis XVIII, sans succès, et s’est lui aussi rallié en 1833 aux prétentions de Karl-Wilhelm Naundorff. Pour l’heure, Vintras est devenu, grâce à Geoffroi, le gérant d’une fabrique de carton installée dans un moulin à Tilly-sur-Seulles (Calvados), entre Bayeux et Caen.

7Eugène Vintras commence sa carrière prophétique en 1839 en rejoignant les réseaux de Geoffroi. En août, il aurait reçu plusieurs fois la visite de saint Joseph, ce qui aurait déterminé la société de Mme Bouche à voir en lui le continuateur annoncé de leur Œuvre de Miséricorde. Ses visions sont dès lors quotidiennes : Joseph, Marie, l’archange Michel et enfin Jésus lui transmettent des messages à la fois politiques et religieux, en une sorte de synthèse des mouvements dont il est l’héritier, celui de la société de saint Jean-Baptiste et celui de Naundorff, alors de plus en plus contesté pour son peu de foi authentique dans l’Église du Seigneur, qu’il avait lui-même organisée. Vintras, désormais Pierre-Michel, devient « l’Organe ». Il rassemble au moulin de Tilly quelques fidèles qui s’y installent, forment la « Septaine sacrée » et reçoivent des noms d’anges : on y trouve notamment Geoffroi et son fils, l’associé de ce dernier, un ancien juge, une comtesse passionaria des chouans, la nièce d’un ancien évêque du Mans, ainsi qu’un dentiste et un tourneur de Caen, et épisodiquement un curé de Montlouis (Indre-et-Loire), Alexandre Charvoz. Non loin, le baron de Razac a aménagé dans les combles de son château de Sainte-Paix une petite chapelle également fréquentée par le groupe et qui a obtenu de l’évêché l’autorisation de conserver les saintes espèces.

Un message apocalyptique catholique

8Ce qui ne paraît être qu’un groupuscule sans grand rayonnement inquiète cependant très vite les autorités civiles et religieuses. Après 1842, des septaines se forment dans de nombreuses villes : outre Paris et Tilly, Nancy, Avignon, Carpentras, Lyon, Poitiers, Angers, Montpellier, Caen, Cahors, Falaise, Bayeux, Le Mans, Château-Gontier, Montmorillon, Niort, Agen, Cahors et Castres sont touchées. C’est ce qui va motiver les condamnations ecclésiastiques la même année, ainsi que des poursuites judiciaires dans une trentaine de départements.

9Parmi les raisons de ce succès, il faut surtout noter que le groupe, qui diffuse abondamment les procès-verbaux des communications par courrier, entend rester dans une rassurante orthodoxie catholique, à l’inverse du mouvement naundorffien. Dans leur publication officielle, on trouve ce genre de message :

  • 6 Voix de la septaine, t. iii, « Extrait de la vision du 12 avril 1843 », p. 408.

Alors les larmes et le repentir arrêtèrent le temps de la sentence ; un Sauveur fut promis : il viendrait rendre aux êtres coupables, aux hommes à naître, l’amour qu’ils avaient perdu ; et quand les hommes auraient compris cet amour, cette alliance du feu divin avec la grâce de la pénitence, le malheur de l’homme cesserait, et la femme n’aurait plus de servitude ; quand le Sauveur aurait réconcilié les hommes avec la majesté divine, la femme aurait alors écrasé la tête du serpent ; c’est-à-dire que la femme prenant dans l’amour de Dieu la force qui communique cet amour, elle briserait les chaînes de son esclavage, en précipitant le mal et la dégradation auxquels l’assujettissent sa faiblesse et son attribut d’amour, dans l’abîme puissant où lui serait offert l’amour nécessaire pour fortifier son être et remplir l’obligation de son attribut6.

10L’abbé Charvoz déclare ainsi dans l’un de ses écrits :

  • 7 Abbé Alexandre Charvoz, Opuscule sur des communications annonçant l’œuvre de la Miséricorde, 1841, (...)

Ne croyez pas que cet avenir doive rien changer à cette Église de Jésus-Christ, à ses dogmes, à ses sacrements, à sa morale, à son culte, même à sa discipline générale. Non ! Le Rédempteur l’a fondée aussi invariable qu’infaillible. [...] Ce n’est pas une autre religion, mais le triomphe de cette Religion Apostolique, Catholique et Romaine7.

  • 8 Maurice Garçon, Vintras : hérésiarque et prophète, op. cit., p. 95-96.

11Face aux poursuites de 1843, une profession de foi est rédigée et envoyée à l’évêque de Bayeux. Elle proclame classiquement que les membres de l’Œuvre ont des croyances conformes aux dogmes catholiques et qu’ils obéissent « à notre premier pasteur, en tant qu’il est l’expression de la volonté de l’Église catholique ». Ils n’ajoutent que leur foi dans « les lumières actuelles », qu’ils publient « par ordre de Dieu » afin d’éclairer « les hommes droits de cœur et de bonne volonté » et qu’ils soumettent au jugement de la « sainte et infaillible Église romaine8 ».

12Mais les révélations faites à Pierre-Michel fournissent surtout des réponses aux inquiétudes politiques et religieuses de ceux qui se sentent exclus des pouvoirs depuis la Révolution : légitimistes en mal de légitimité, déçus par les concessions libérales opérées par Louis XVIII, notamment dans le domaine religieux avec le maintien de la pluralité des cultes ; ou catholiques qui ne retrouvent pas la foi de leurs pères et qui se préoccupent du dépérissement de la religion et de l’augmentation de l’incroyance, tout en défendant ardemment les droits de la papauté. En ce sens, l’aventure vintrasienne n’est que l’une des réponses surnaturelles apportées à ces malaises dans ce qu’on a appelé le « siècle prophétique » : les recueils de prédictions, les comptes rendus de visions ou de communications célestes circulent parmi les cercles dévots, comme les révélations à une religieuse de Belley, d’autres à une trappistine des Mauges ou la prophétie d’Orval qui est diffusée à partir de 1839. D’ailleurs, la révolution de 1830, qui chasse les Bourbons, et l’épidémie de choléra renforcent l’impression de vivre les malheurs annoncés pour la fin des temps. Ce temps est aussi celui de l’élan donné à une piété mariale qui cherche la consolation auprès de la mère du Christ, seule capable d’atténuer le courroux de son fils : la médaille miraculeuse, lancée avec succès en 1832, est issue des visions de la rue du Bac, en 1830 à Paris ; comme l’apparition de La Salette de 1846, ces visions sont liées à des messages d’avertissement de la fin des temps avant un grand châtiment.

  • 9 Ibid., p. 45.
  • 10 Ibid., p. 36.

13Les messages diffusés par l’Œuvre de Miséricorde afin de ranimer le courage défaillant des adeptes correspondent en tout point à ces thèmes. Ils sont de surcroît augmentés d’explications théologiques de l’abbé Charvoz. Le constat est d’abord établi de l’état déplorable du catholicisme, la foi étant obscurcie par un excès de pompes dans les cérémonies et par le peu de sincérité des fidèles, mais aussi par le contrôle de l’Église asservie par le pouvoir d’un roi « constitutionnel », ce qui est à la fois la dénonciation du régime concordataire et la déclaration de l’illégitimité de Louis-Philippe. La vengeance de Dieu est donc inéluctable, mais par l’intermédiaire de la Vierge Marie, qui est une médiatrice apaisante auprès de son fils. Une nouvelle société et un peuple régénéré seront alors préservés du chaos sous la conduite d’un « Saint Pontife et un Monarque fort9 » qui rétabliront toute chose dans le règne du Saint-Esprit. En attendant, la mission de l’Œuvre de Miséricorde est de préparer les hommes à ces événements selon les indications reçues par les révélations. Les fidèles prévenus se voient proposer de porter comme signe distinctif une « croix de grâce », déjà révélée à Naundorff, dotée de vertus particulières, notamment le don d’« une force invincible contre le démon10 » dans les temps difficiles, comme le dit la prière révélée qui lui est dédiée. En 1841, un ruban bleu brodé des mots « Marie est vierge, immaculée, pure et sans tache » est ajouté, au moment où a lieu un fort mouvement pour la reconnaissance de l’Immaculée Conception de la Vierge comme dogme, ce qui sera fait en 1854. Enfin, les autels du groupe sont consacrés au Sacré-Cœur de Jésus ou à la Vierge. On distingue cependant un développement moins orthodoxe : les hommes sont des anges déchus qui doivent retrouver leur plénitude et leur esprit par une existence chrétienne. Cela induit que Jésus n’a pas pris l’entièreté de la nature humaine et que Marie est un ange de catégorie supérieure dont seul le corps a été formé dans le sein de sa mère et dont l’esprit émane directement de Dieu.

14C’est un nouvel épisode miraculeux qui apporte sa notoriété au groupe. En 1840, l’une des hosties consacrées par un prêtre fidèle puis consommées réapparaît sur l’autel de Tilly, ce que les messages surnaturels interprètent comme le signe de la présence de Jésus au milieu du groupe. Le curé de Tilly puis l’évêque de Bayeux en sont avertis, et un prêtre vient célébrer une messe, consacrer l’hostie et la consommer. À partir de ce moment, les assistants constatent que des taches de sang, disposées en croix, restent sur la nappe de l’autel. Par la suite, deux hosties tachées de sang sont rapportées de la septaine d’Agen à Tilly, le sang redevient frais et y forme un cœur sanglant avec des flammes, un phénomène qui se renouvelle ensuite avec d’autres hosties apparues de manière miraculeuse. L’interprétation est, là encore, donnée par voie surnaturelle : il s’agit des hosties consacrées par des impies qui les ont profanées et qui trouvent ainsi refuge dans un lieu privilégié. À la suite de ces miracles et de la publication, en 1841, de l’Opuscule sur des communications annonçant l’Œuvre de Miséricorde de l’abbé Charvoz, dont la presse nationale se fait l’écho, les adhésions se multiplient, dont celles de prêtres, et les autorités commencent à s’inquiéter.

Comment un mouvement devient une secte

15Face à cette proposition spirituelle, on perçoit l’embarras de certains à travers les lignes de Maurice Barrès dans La Colline inspirée qui paraît bien plus tard, en 1913, après une longue enquête auprès des derniers témoins :

Il n’est bruit dans les journaux que d’un homme extraordinaire, un certain Pierre Michel Vintras et de son Œuvre de Miséricorde. Il passe pour un grand prophète. [...] L’Œuvre de Miséricorde serait l’accomplissement de la promesse faite aux hommes par le Sauveur de leur envoyer Élie pour rétablir et reconstituer toutes choses. Que valent ces idées ? Là-dessus, je fais toutes réserves, car on dit que ce Vintras n’est pas tendre pour Nos Seigneurs les Évêques. Mais enfin, il donne un beau et grand rôle au cœur. Intelligent comme vous l’êtes, vous devriez aller voir.

  • 11 Ibid., p. 72-73.

16Mis en possession dès 1841 du livre de l’abbé Charvoz pour examen, l’évêque de Bayeux Louis-François Robin le fait analyser par un professeur de théologie puis décide d’adresser une circulaire aux prêtres du diocèse. L’association, qualifiée de secte, « prétendue religieuse » et formée par un « soi-disant prophète » y est condamnée ; il est relevé que certains principes sont contraires à l’enseignement et à la foi de l’Église catholique, « que les Miracles, dont on veut se prévaloir, ne sauraient venir de Dieu11 », sans plus de précision ; enfin, ses adeptes sont déclarés indignes de participer aux sacrements. La circulaire est ensuite transmise au pape. Son premier succès correspond à la rétractation du baron de Razac et de son épouse, auxquels deux émissaires de l’évêché ont rendu visite en avril 1842, et cette déclaration est aussitôt publiée dans la presse locale et envoyée dans les diocèses de Tours, Poitiers et Montpellier, qui semblent alors les plus concernés. Le mandement est approuvé par Rome la même année et, comme on l’a vu, un bref vient confirmer la condamnation en novembre 1843.

  • 12 Ibid., p. 86-88.

17Le relais a été aussitôt pris par les autorités judiciaires. Une information civile est ouverte en avril 1842 pour abus de confiance, mais le défenseur de Vintras avance à l’audience qu’il s’agit d’une initiative venue du gouvernement, inquiet du soutien apporté à Naundorff, alors que le parquet précise qu’il s’agit de la suite d’une plainte pour charlatanisme. Quoi qu’il en soit, l’affaire prend une ampleur inattendue quand la maison de Tilly est investie par la gendarmerie, perquisitionnée avec celle d’un adepte de Caen. Vintras, Geoffroi et deux autres membres de la Septaine sacrée sont arrêtés et écroués. À l’issue du procès, Pierre-Michel est condamné sévèrement à cinq ans de prison et Geoffroi à deux, peines confirmées en appel et en cassation en 1843. Le motif invoqué est que Vintras, par des manœuvres jugées frauduleuses, a « surpris la bonne foi » de quelques personnes « pour persuader d’un pouvoir ou d’un crédit imaginaire remontant jusqu’à Dieu12 » et obtenir de l’argent. Il s’agit là d’un argumentaire assez nouveau dans lequel un magistrat laïque se permet d’évaluer le bien-fondé de manifestations surnaturelles, qui se veulent catholiques de surcroît, et de leur but, ce qui n’est pas très loin des jugements moraux portés non par l’Église catholique, mais par la société civile, sur ce que l’on nomme les « sectes ».

Comment un mouvement se marginalise

18Les condamnations religieuses et civiles du groupe renforcent la détermination de celui-ci. Cela n’arrête en tout cas pas les adhésions, puisque les frères Baillard, tous trois prêtres, et quelques-uns de leurs fidèles de Sion (Meurthe-et-Moselle), dont l’aventure a inspiré Barrès, se rallient à Vintras après avoir eu l’avis en 1849 d’Antoine Madrolle, auteur de Le Grand Prophète et le Grand Roi et disciple de Vintras depuis plusieurs années. Il est vrai que l’aîné, Léopold, suivait déjà les avis d’une religieuse visionnaire locale.

19Alors que la discrétion était plutôt de mise jusque-là, la Septaine sacrée de Tilly, toujours en contact avec Vintras emprisonné, passe à l’offensive. Elle diffuse désormais à Caen un périodique gratuit, la Voix de la septaine, qui relate les miracles et les visions qui se poursuivent par l’entremise de l’Organe. Une réponse au bref papal, sous forme de protestation, est aussi publiée en novembre 1844, À l’univers chrétien. On y déplore que la défense des accusés n’ait pas pu être écoutée, on y renouvelle la profession de foi de catholicité de l’Œuvre et on y signale que les faits surnaturels ne sont pas du ressort du pape. La profession de foi a d’ailleurs été adressée à l’évêque de Bayeux dès janvier 1843 pour qu’elle soit lue en chaire dans les églises du diocèse, sans succès. Enfin, un ordre des chevaliers de Marie est créé afin d’assurer l’entraide entre les membres de l’Œuvre et de protéger celle-ci partout où ce sera nécessaire : il comprend une hiérarchie et un cérémonial précis. Pour terminer, en 1846, l’abbé Charvoz, sous le nom de La Paraz, fait paraître Les prisons d’un prophète actuel poursuivi par les pouvoirs pour défendre Vintras. Mais cette mise en ordre de bataille ne se fait pas sans difficulté, à cause notamment de l’absence de Pierre-Michel : en 1845, un adepte du diocèse de Versailles, l’abbé Maréchal, se dit lui aussi inspiré et réorganise le groupe de Tilly en y instituant des pratiques licencieuses, bientôt avec l’appui de Geoffroi, qui vient d’être libéré. Cette orientation est critiquée en interne et Charvoz, après avoir tenté à Londres de convertir Naundorff au catholicisme puis cherché une défense à Rome, remet de l’ordre dans la Septaine sacrée et resserre les liens entre les groupes hexagonaux puis italiens.

  • 13 Ibid., p. 132.

20Ces évolutions sont assez caractéristiques des groupes religieux réprouvés et poursuivis. Le schéma se retrouve, par exemple, dans un autre cas contemporain, celui du Petit Bon Dieu des Béguins. Situé près de Saint-Étienne, il s’inscrit dans la lignée du jansénisme convulsionnaire (voir le chapitre VI). L’emprisonnement pour son activité prophétique, entre 1846 et 1848, de Jean-Baptiste Digonnet, précurseur du Christ, provoque là encore des réactions immédiates puis des dissensions entre les groupes de la Loire, de Paris et de Nantes. Mais les vintrasiens prennent acte de leur condamnation, malgré leurs marques renouvelées d’orthodoxie, et se lancent dans une fuite en avant vers une inévitable scission, les adeptes n’étant plus acceptés aux tables de communion. La rupture se produit après la libération de Vintras, en mars 1848, à la suite des événements révolutionnaires parisiens. Après une visite infructueuse à Naundorff, réfugié aux Pays-Bas, il est annoncé par Charvoz, théologien du groupe, que Vintras est Élie, prophète précurseur de l’imminent retour du Christ, et qu’il doit rétablir la religion chrétienne « intégrale », celle de Jésus-Christ, « sans fraude, sans fausse interprétation ». Pierre-Michel prend la tête de cette Église en mai 1848 ; il en devient le « pontife adorateur et pontife d’amour13 », toujours favorisé d’apparitions et de miracles. De nouveaux rites sont institués, proches de ceux de l’Église romaine mais en français, et il fait de sept prêtres qui le suivent des « pontifes divins », chacun étant responsable de septaines. C’est alors que Vintras revêt la tenue qui lui a donné une certaine notoriété : une vaste chasuble rouge portée sur une aube blanche, avec deux bandes devant et derrière qui forment une croix renversée, symbole de la fin du règne du Christ souffrant et de l’avènement du Christ glorieux.

  • 14 Ibid., p. 158.

21Comme le groupe ne faiblit pas et se réorganise, l’Église romaine reprend l’offensive. Le concile provincial de Rouen le condamne une nouvelle fois en 1850 ; la démarche est là encore approuvée par Rome l’année suivante et un bref du pape Pie IX est envoyé en ce sens à l’évêque de Nancy, le tout étant rendu public en 1853 par un mandement de l’archevêque de Rouen. Dans les diocèses, d’autres conciles font de même (Paris, Rennes, Avignon, Albi) et les prêtres qui ont soutenu Vintras sont suspendus, non sans heurts, comme à Sion-Vaudémont, le fief des frères Baillard, où en mars 1851, leurs fidèles sonnent l’angélus à contretemps alors que le prêtre lit le bref de Rome, ce qui conduit à l’intervention de la force publique. Dans le Vaucluse, l’affaire des prodiges réalisés en 1850 par l’intermédiaire d’une visionnaire stigmatisée, qui est dite à tort adepte de Vintras, prend une ampleur nationale, déclenche les passions et provoque la condamnation de Rosette Tamisier pour outrage à la religion. Des opposants enfin, parfois anciens adeptes, font courir les bruits les plus sombres sur la moralité des réunions du groupe de Tilly, sans fondement semble-t-il. Comme souvent dans ce siècle concordataire, les mesures civiles suivent les difficultés rencontrées par les autorités ecclésiastiques reconnues. En mars 1852, alors que le nouveau prince-président Louis-Napoléon Bonaparte entend favoriser l’Église catholique et que les élections législatives ont été pour lui un franc succès, le préfet du Calvados engage des poursuites contre la Septaine sacrée de Tilly pour scandale « contraire tout autant aux nécessités d’ordre, qu’à la religion et à la connaissance populaire14 », en ajoutant qu’un culte non reconnu ne peut pas se tenir sans avoir souscrit aux obligations de la loi sur les simples associations. Cette « prétendue religion de l’Œuvre de Miséricorde », qualifiée ainsi par le fonctionnaire, est dispersée aussitôt et ses occupants sont arrêtés, sauf Vintras qui a fui en Belgique ; tout ce que contient le moulin est confisqué afin que rien de religieux n’y subsiste.

  • 15 Du nom donné par Vintras lui-même à ses chapelles, probablement en référence à Élie.

22Les septaines demeurent cependant actives après 1852, une vingtaine de pontifes exerçant désormais, en lien avec Pierre-Michel. Celui-ci, réfugié à Londres et entouré de quelques disciples, crée en 1859 une université et une chapelle « éliaques15 ». Le groupe dirigeant évolue vers le spiritisme pour les communications surnaturelles, un mouvement qu’Allan Kardec a popularisé deux ans plus tôt avec son Livre des esprits et qui fonde une religion à prétentions scientifiques. À partir de 1862, alors que les relations de l’Empire avec l’Église catholique se sont distendues, Vintras revient en France et visite les différents groupes de son organisation, pour laquelle il consacre de nouveaux pontifes, et pousse son périple jusqu’en Italie et en Espagne. Ayant fait de Lyon le nouveau grand centre de son Église, il y meurt en décembre 1875. Mais l’abbé Boullan, un prêtre suspendu qui prétend lui succéder, donne au mouvement une orientation mystique et érotique qui multiplie les dissensions internes. À partir de là, on a du mal à connaître la destinée des septaines : encore présentes à la fin du siècle, il semble que celles qui ont résisté aux condamnations se soient refermées sur elles-mêmes dans une prudente discrétion.

*

  • 16 Discours à la chambre des députés, 19 mai 1868, publié le 20 mai dans le Moniteur universel.

23La destinée du groupe de Vintras montre bien qu’un tournant a eu lieu en France au xixe siècle pour ce qui est dénoncé comme une « secte ». Désormais, et même si un mouvement entend rester fidèle à l’Église catholique, la décision de rejet des autorités ecclésiastiques provoque les poursuites des autorités civiles. Nous sommes bien dans l’esprit du régime dit « concordataire » des cultes reconnus. L’Église catholique d’abord, et les cultes réformés, luthériens et juifs, se sont vu reconnaître une utilité sociale de régulateurs des esprits, en échange de leur organisation et d’un contrôle par l’État français. Aucun autre groupe ne peut entrer dans ce schéma et, comme on l’a vu, la qualité même de « religion » du groupe de Vintras lui est contestée, son statut ne relevant que de la législation sur les simples associations. On peut tirer une autre leçon de cet épisode. La Révolution française a distendu un peu plus le lien entre les fidèles et une hiérarchie ecclésiastique qui entend s’imposer. Les manifestations de piété populaire ou les recherches d’un surnaturel rassurant peuvent se faire sans la caution d’un clergé que certains considèrent de plus en plus comme fonctionnarisé. Si cela ne touche pas encore la majorité des catholiques, ces tendances vont alimenter, parmi ce que Sainte-Beuve a appelé « le grand diocèse des esprits émancipés16 », les croyances de ceux qui ne se reconnaissent plus dans l’une ou l’autre des Églises, sans perdre pour autant la foi, leur foi.

Bibliographie

Airiau Paul, L’Église et l’Apocalypse du xixe siècle à nos jours, Paris, Berg international, « Faits et représentations », 2000.

Appolis Émile, « Du nouveau sur la secte de Vintras, la doctrine, les adeptes », dans Éventail de l’histoire vivante : hommage à Lucien Febvre, Paris, Armand Colin, 1953, vol. 1, p. 231-243.

Appolis Émile, « Les rapports entre deux “prophètes” du xixe siècle : Vintras et Towiański », Revue d’histoire et de philosophies religieuses, nº 45, 1963, p. 335-336.

Bercé Yves-Marie, Le Roi caché : sauveurs et imposteurs, mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, « Nouvelles études historiques », 1990.

Castelli Jean, Autour des Baillard ou chronique de la colline offensée, Haroué, Gérard Louis, 2005.

Garçon Maurice, Vintras : hérésiarque et prophète, Paris, Émile Nourry, « Bibliothèque des initiations modernes », 1928.

Guillet Claude, La Rumeur de Dieu : apparitions, prophéties et miracles sous la Restauration, Paris, Imago, 1994.

Martin Philippe, « Une “hérésie” en Lorraine ? Les frères Baillard à Sion », Annales de l’Est, nº 2, 2006, p. 121-145.

Marx Jacques, Le Péché de la France : surnaturel et politique au xixe siècle, Bruxelles, Espace de libertés, « Laïcité », 2005.

Notes

1 Maurice Garçon, Vintras : hérésiarque et prophète, Paris, Émile Nourry, « Bibliothèque des initiations modernes », 1928, p. 92.

2 Ibid., p. 86.

3 Cette loi reconnaît trois cultes (catholique, réformé et luthérien) pris en charge par les finances publiques, contre leur soumission à l’État. Le culte « israélite » les rejoint en 1808.

4 Il s’agit du périodique publié par l’Œuvre de Miséricorde.

5 Maurice Garçon, Vintras : hérésiarque et prophète, op. cit., p. 13.

6 Voix de la septaine, t. iii, « Extrait de la vision du 12 avril 1843 », p. 408.

7 Abbé Alexandre Charvoz, Opuscule sur des communications annonçant l’œuvre de la Miséricorde, 1841, p. 7.

8 Maurice Garçon, Vintras : hérésiarque et prophète, op. cit., p. 95-96.

9 Ibid., p. 45.

10 Ibid., p. 36.

11 Ibid., p. 72-73.

12 Ibid., p. 86-88.

13 Ibid., p. 132.

14 Ibid., p. 158.

15 Du nom donné par Vintras lui-même à ses chapelles, probablement en référence à Élie.

16 Discours à la chambre des députés, 19 mai 1868, publié le 20 mai dans le Moniteur universel.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search