Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Chapitre IV

Le mythe cathare

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est vers le milieu du xiie siècle que le mot « siecte » est employé pour la première fois en français, dans le Roman de Brut du clerc et poète normand Wace qui y retrace l’histoire légendaire des rois anglais. Mais il faut attendre la Chronique métrique de Philippe le Bel de Geoffroy de Paris, au début du xive siècle, pour que le terme devienne « secte ». Ce clerc à la chancellerie royale dénonce alors les membres de l’ordre du Temple qui viennent d’être condamnés pour leur hérésie supposée.

En 1163, c’est-à-dire à peu près au moment de l’apparition de « siecte » dans notre langue, un clerc bénédictin donne le nom péjoratif de « cathares » aux adeptes d’un groupe chrétien protestataire présent en Rhénanie (ouest de la Germanie). Cette dernière épithète, qui a perdu son caractère péjoratif originel, est très largement employée de nos jours pour désigner maints lieux touristiques, mais situés entre Toulouse et Béziers : c’est le « Pays Cathare », surtout centré sur l’Aude. La marque ...

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search