Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Chapitre III

À la recherche de la secte musulmane des Assassins

Texte intégral

1La secte des Assassins a connu un retour sur le devant de la scène médiatique à l’occasion des attentats à New York en septembre 2001 : une similitude a alors été trouvée avec ce groupe de terroristes musulmans du Moyen Âge, les auteurs des attentats étant qualifiés de « Nouveaux Assassins ». C’est à cette occasion que l’étude de Bernard Lewis, écrite en 1967 et traduite en français en 1982, est rééditée. Elle avait pour nom The Assassins: a Radical Sect in Islam, qui est devenu, par les mystères de la traduction, Les Assassins : terrorisme et politique dans l’Islam médiéval. Dans ce prolongement, en novembre 2007, la société Ubisoft Montréal fait paraître son jeu vidéo à succès Assassins’s Creed (« Le credo des Assassins »), dans lequel le personnage à l’origine des scénarios successifs du jeu, Altaïr Ibn La-Ahad, est membre puis dirigeant de ce groupe et lutte au Proche-Orient contre l’Ordre du Temple pendant la troisième croisade (1189-1192).

2La comparaison n’est jamais une bonne méthode pour trouver systématiquement dans des analogies entre le passé et le présent des sources d’explication à nos maux contemporains. Ce n’est là que reprendre ce qu’écrivait Voltaire en 1736 dans L’Enfant prodigue : « Comparaison n’est pas raison. » Au mieux, entre légende et réalité, on découvre par le biais de ces Assassins que l’islam, comme toute religion, n’a pas été épargné par les dissidences internes, et ce, dès son origine.

Des sectes en islam ?

  • 1 Le Coran, ix, 122, traduction de Jean Grosjean.

3Le mot « secte » se traduit notamment en arabe par firqa, que le Coran emploie au sens de « faction » ou de « clan1 » et dont la racine évoque la différence. Nous restons proches de l’origine première du terme latin, un « courant », puisqu’il désigne un mouvement politico-religieux ou un parti que se situe au sein de l’islam, minoritaire ou majoritaire. Or, dès l’origine, l’unité de la communauté est primordiale et la discorde est décriée par le Coran :

  • 2 Ibid., ii, 118.

Si ton Seigneur l’avait voulu, il aurait rassemblé les hommes en une seule communauté. Mais ils ne cessent de diverger (ou de se dresser les uns contre les autres), à l’exception de ceux auxquels ton Seigneur a fait miséricorde2.

4L’absence d’autorité supérieure musulmane a conduit de nombreux théologiens islamiques à discuter de cette notion de division, et donc de ce qui constitue a contrario une possible unité qui transcende les factions. C’est particulièrement le cas autour des xe-xiiie siècles, alors qu’est commenté un célèbre hadith (« dits de Mahomet ») dont voici l’une des nombreuses versions :

  • 3 Hadith dit « des 73 sectes », cité dans Ibn Kathir, Les Signes du Jour dernier : dans le Qur'ân et (...)

Après Moïse, les fils d’Israël se sont scindés en 71 sectes, qui toutes sont enfermées, à l’exception d’une seule, qui est au paradis ; la communauté de Jésus s’est scindée après lui en 72 sectes, qui toutes sont en enfer, à l’exception d’une seule, qui est au paradis ; ma communauté se scindera en 73 sectes : 72 sont vouées à l’enfer, une seule entrera au paradis3.

Mais il est proclamé que, selon la tradition, Mahomet aurait justifié cet état de fait comme étant une preuve supplémentaire de la miséricorde de Dieu.

5La controverse, parfois violente, entre les différentes écoles et parmi les multiples communautés porte donc sur les moyens d’identifier le groupe qui devrait être sauvé, car authentiquement musulman, c’est-à-dire considéré comme étant dans la ligne de Mahomet et de ses premiers compagnons, alors que l’on s’éloigne de leur temps et que de nouveaux contextes socioculturels apparaissent avec la conquête qui mène l’islam, au contact de la philosophie grecque et du dualisme iranien entre autres, hors d’Arabie. Il s’agit de montrer qui sont les vrais croyants, même si le dissident doit être sauvé selon un autre précepte – quels que soient ses actes et quelles que soient ses opinions doctrinales –, à la différence du mécréant (kafir, déchu par jugement de son appartenance à l’islam), qui est voué à l’enfer, celui qui rejette l’ordre voulu par Dieu, qu’il soit déviationniste, rebelle, innovateur, exagérateur ou hypocrite (qui apostasie dès qu’il le peut). En réalité, les préceptes établis pour en juger varient selon les différents groupes, même s’il existe un noyau de croyances commun à tous qui se forme peu à peu : Dieu est unique, Mahomet est le dernier de ses envoyés et le Coran est sa seule parole. Remettre l’un de ces préceptes en cause expose à l’exclusion. La bataille dite « du chameau », en 656, une vingtaine d’années après la mort de Mahomet, et la disparition de nombreux témoins des origines de l’islam, alors que l’on cherche un successeur au troisième calife Othman mort assassiné, représente un tournant historique. À ce moment s’ouvre « la Grande Discorde » : discussions partisanes et religieuses mais avant tout sociopolitiques qui vont s’élaborer jusqu’au xe siècle avant de se cristalliser en doctrines concurrentes. On peut ajouter que l’effort de réflexion (ijtihad), qui est valorisé, a conduit à l’apparition dès les viiie-ixe siècles d’écoles juridiques oscillant entre rigorisme plus ou moins strict et mouvement plus libéral, tandis que la rencontre avec des traditions locales de plus en plus éloignées a fait naître des tendances qui se sont singularisées par des pratiques plus ou moins acceptées de tous.

6Un aspect de cette diversité apparaît clairement à travers l’origine de la secte dite « des Assassins ». Il s’agit d’une composante de la communauté des Nizaris, elle-même issue de l’ismaélisme, un mouvement dissident du chiisme. Ce dernier représente l’une des trois tendances qui se sont affrontées pour désigner un successeur (« calife ») à Mahomet au viie siècle. Le chiisme (« groupe des partisans ») se revendique des droits du cousin et gendre de Mahomet, Ali (assassiné en 661), puis de ses descendants. Il s’oppose à ceux qui ont une vision d’abord élective parmi les compagnons de leur prophète (puis qui privilégient une succession chez les Omeyyades) et deviennent des sunnites aux viiie-ixe siècles (de sunna, « la voie de la Tradition », car ils se disent orthodoxes) ; ainsi qu’aux kharidjites (« ceux qui sont sortis » des partisans d’Ali pour défendre « les droits de Dieu ») qui revendiquent l’accès à ce poste du meilleur parmi les musulmans, tous égaux en droits cependant. Cette question, d’abord politique, se double peu à peu de différences doctrinales puisque les chiites jugent que le Coran sunnite est le résultat d’une falsification du texte originel par les premiers califes, une compilation écrite ayant été commandée par Othman en 647, avant que la destruction de tout autre texte concurrent soit ordonnée, afin de créer l’unanimité. Pour eux, les dirigeants issus de la famille de Mahomet sont des imams (« guides »), gardiens de la foi et de son interprétation ainsi que du sens caché de la révélation, car ils sont inspirés par Dieu. De son côté, le futur sunnisme établit que le Coran ne peut être compris que par certains savants, gardiens de la tradition (« oulémas »), à la lumière des hadith (complétés entre 875 et 900) et de l’action de Mahomet, ou dans une moindre mesure de celle de ses compagnons. Le chiisme, enfin, a été persécuté dès l’origine par le courant majoritaire sunnite qui s’est installé à Damas et il a vu nombre de ses imams disparaître tragiquement, ce qui a développé une tradition du martyr glorifiée lors des flagellations publiques qui veulent rappeler ces tragiques épisodes.

Le rôle des imams selon le livre chiite Al-Kafi, recueil des hadith de Mouhammad ibn Yacoub Al-Kuleini (mort en 950)

« Un homme demanda à l’imam Abu Ja’far ce qui suit : “Qu’Allah mette mon âme au service de votre cause, qu’est-ce que vous êtes exactement ?” L’imam répondit : “Nous sommes les trésoriers de la connaissance d’Allah. Nous sommes les traducteurs des révélations d’Allah. Nous possédons l’autorité divine sur tout ce qui est sous les cieux et aux dessus de la terrea.” »

« Allah, le Très Saint, le Très-Haut, a deux sortes de connaissances. La première est la connaissance que nul autre que lui ne connaît. La deuxième connaissance est ce qu’il a enseigné à ses anges et à ses messagers. Tout ce qui est parvenu aux anges et aux messagers, nous [les imams] le savonsb. »

« Rien ne nous est révélé de la part d’Allah, le Très Saint, le Très-Haut, sans que cela ne parvienne en premier au Messager d’Allah, puis Amir al-Mouminine Ali, puis les imams les uns après les autres, pour faire en sorte que le dernier d’entre nous ne soit pas plus savant que le premierc. »

a. Mouhammad ibn Yacoub Al-Kuleini, Al-Kafi, chap. 11.
b. Ibid., chap. 44.
c. Ibid., chap. 43.

7C’est cette existence d’une autorité suprême qui crée au sein du chiisme nombre de nouvelles scissions politico-religieuses. Ainsi, à la mort du cinquième successeur d’Ali, en 765 à Médine, la question est de savoir si l’héritier qu’il a désigné, son fils aîné Ismail, est encore vivant, s’il a été caché pour être protégé ou s’il a été déshérité en raison de ses choix trop « révolutionnaires » ; il faut donc décider si c’est son frère cadet qui doit devenir imam. Les ismaéliens sont les tenants de la première option, mais, minoritaires, ils restent longtemps dans la clandestinité et développent une pensée théologique et ésotérique poussée, organisant un réseau actif de missionnaires en terres sunnites, avec une fidélité sans faille à leur imam et à ses successeurs qui demeurent, selon eux, cachés et dont ils attendent le retour. Leur bonne organisation leur permet d’être, à partir de 909, à la tête d’un État qui s’étend peu à peu sur l’Afrique du Nord, puis la Sicile, l’Égypte, la côte ouest de l’Arabie et la Syrie, dirigé par la dynastie des Fatimides. Ubayd-Allah, premier calife fatimide (descendant d’Ali et de son épouse Fatima, fille de Mahomet) qui se dit être le nouvel imam ismaélien, met ainsi fin à l’occultation et se proclame à la fois calife, en concurrence avec son homologue sunnite de Bagdad, et mahdi (« personne guidée par Dieu »).

8C’est du problème de succession du huitième calife fatimide et imam ismaélien, décédé en 1094, que naît la scission des Nizaris, le fils aîné Nizar ayant été dépossédé du pouvoir au Caire par le vizir du calife décédé au profit de son frère cadet, par ailleurs beau-frère du haut dignitaire, le tout dans un contexte de déliquescence de l’État face aux intrusions dans le califat des Turcs, ralliés au sunnisme au siècle précédent.

Nizaris et Assassins

9C’est un fidèle de Nizar qui fonde le groupe connu ensuite comme la secte des Assassins. Hassan ibn al-Sabbah est né en Perse, à Qom (au sud de Téhéran), à une date incertaine du premier tiers du xie siècle, dans une famille de commerçants chiites aisés (tendance majoritaire, dite « chiisme duodécimain »), d’origine yéménite et qui s’est établie à Ray (près de l’Afghanistan). C’est un brillant étudiant coranique qui supporte mal l’occupation de son pays par les Turcs de la dynastie des Seldjoukides qui imposent l’islam sunnite aux Perses chiites. Hassan adhère à l’ismaélisme en 1071 après avoir rencontré des prédicateurs et quitte son pays six ans plus tard afin de rejoindre l’Égypte fatimide et de terminer sa formation. Au Caire, il serait devenu un proche de Nizar et aurait envisagé avec lui de mener des actions en Perse pour en chasser les Seldjoukides. Après dix années, Hassan repart dans son pays natal comme prédicateur nizari. Dans son périple à travers le Proche-Orient, il suscite des controverses avec des sunnites en niant le droit de leurs muftis (jurisconsultes dans les domaines juridique et religieux) d’interpréter les écrits, cette prérogative étant réservée à l’imam, conformément à l’approche chiite. Recherché, comme tous les prédicateurs ismaéliens, il choisit comme base arrière la forteresse d’Alamut (« nid de l’aigle »), un site réputé imprenable au sud de la mer Caspienne, dans une région isolée mais déjà largement parcourue par les missionnaires ismaéliens. Hassan l’achète ou la prend par la ruse en 1090 pour en faire la tête de pont d’une principauté dissidente qu’il couvre de forteresses qui résistent par la suite aux attaques des Turcs. Mais en Égypte, dans sa lutte armée contre son frère et les partisans de celui-ci, Nizar est fait prisonnier et meurt, sans doute avec son fils, en 1097.

10À Alamut, Hassan organise ce qui devient la secte des Assassins, un groupe dont le réseau s’étend parmi les communautés ismaéliennes jusqu’à la Syrie. Après la scission de 1094, il aurait accueilli le petit-fils de Nizar, dont la lignée est alors devenue celle des imams cachés, pour une « nouvelle prédication ». Une nouvelle politique basée sur la terreur est inaugurée : il s’agit d’envoyer des adeptes, les fedayin (« prêts à se sacrifier »), pour tuer les représentants les plus éminents de ses adversaires. En effet, dès 1092, le vizir des sultans seldjoukides en Iran, Nizam al-Mulk, est assassiné. Les meurtres sont parfois perpétrés dans le cadre d’une alliance tactique avec les ennemis des victimes – par exemple les clans rivaux au sein du sultanat –, sans que l’on sache d’ailleurs si les Assassins en sont toujours responsables. Ils sèment en tout cas le trouble parmi les dirigeants, qui répliquent en organisant des massacres d’ismaéliens, comme à Bagdad en 1093. Mais le territoire contrôlé par Hassan s’étend jusqu’à Ispahan en 1101 et les Nizaris y multiplient les conversions parmi les mécontents d’un islam trop politique, à la recherche d’une proposition de société juste et non soumise aux Turcs. Dans ce contexte, les Nizaris voient l’arrivée au Proche-Orient des armées chrétiennes, à partir de 1097, comme une source bienvenue d’affaiblissement du pouvoir seldjoukide qui les aidera dans l’établissement d’un État idéal. Dans ce but, Hassan ibn al-Sabbah instaure pendant ses trente-cinq années de pouvoir une organisation mystique stricte, reposant sur le concept de l’autorité absolue. Il se dit le porte-parole de l’imam caché qui est, dans une logique chiite classique, inspiré de Dieu et infaillible, seul dispensateur des vérités ésotériques qui ne sont connues que d’un petit nombre de privilégiés. L’ordre des Assassins est divisé en trois classes : les prédicants sont chargés de répandre, lors de leurs missions, la vraie foi nizarie chez les autres musulmans ; les compagnons sont des initiés qui dirigent les places fortes et épaulent Hassan dans son commandement ; et les fedayin, les exécutants de la volonté du maître, suivent un entraînement rigoureux et ont une vie austère, comme celle de leur chef, parallèlement à une éducation religieuse et intellectuelle qui les convainc de se sacrifier pour leur foi.

11C’est à cette époque que leurs adversaires sunnites ont commencé à propager des rumeurs malveillantes sur leur compte et que le nom d’« Assassins » leur a été attribué. Selon ces détracteurs, de jeunes hommes étaient kidnappés et conduits à Alamut contre leur gré ; ils y étaient privés de sommeil et de tout contact avec leurs proches puis intoxiqués par l’usage de drogues, tels le haschisch mais aussi l’opium et le vin, afin d’en faire des adeptes dévoués. Le nom donné serait emprunté à l’arabe hashishiyya, « consommateurs de haschisch », peut-être pour dénigrer le groupe et indiquer qu’il est composé d’intoxiqués excessifs. Mais d’autres origines sont avancées, sans que la question soit tranchée : le terme pourrait aussi dériver de Hassanites, pour « ceux qui suivent Hassan », ou de Assassiyine, qui signifie « fondamentalistes », ou encore de hassa, qui veut dire « mettre en pièces ». C’est en tout cas ce mot qui est européanisé par les croisés, d’abord en italien avec assassino, d’où est issu notre moderne « assassin » qui apparaît en français à la fin du xiie siècle.

12À la mort d’Hassan, en 1124, l’un de ses lieutenants prend sa suite à Alamut, mais le successeur de ce dernier, Hassan II, dévoile en 1164 pour tous les croyants, et au nom de l’imam caché, le message ésotérique ; il lance alors « la Résurrection des Résurrections », c’est-à-dire la levée des lois islamiques qui, selon lui, ne sont plus nécessaires, afin de faire régner la justice jusqu’à la fin du monde physique et le retour de l’imam. Son fils Muhammad II se proclame descendant de Nizar, et donc imam, mais son successeur annonce en 1210 le retour à la clandestinité et le rétablissement des lois, tout en composant, du moins en apparence, avec le sunnisme. Enfin, en 1258, Alamut est prise par les envahisseurs mongols, qui la rasent et massacrent ses habitants. Mais l’imam caché en aurait réchappé et la communauté nizarie persane, persécutée, se maintient ensuite dans la clandestinité en rejoignant d’autres communautés, moins exposées mais proches de leur recherche mystique et louant un islam plus populaire et rural, telles les confréries soufies qui prônent la pratique du pèlerinage aux tombeaux des saints, la dévotion à la famille de Mahomet et l’exaltation des épisodes de la vie de celui-ci. Il faut attendre 1273 pour que les places fortes de Syrie tombent à leur tour devant le sultan mamelouk d’Égypte.

De l’histoire à la légende

13C’est avec les croisades que naît en Occident le mythe de la secte des Assassins, fondé essentiellement sur l’histoire du groupe nizari de Syrie. L’ordre est présent au début du xiie siècle sur les marges des États chrétiens (principauté d’Antioche, comté de Tripoli), à leur frontière montagneuse avec la Syrie. Son centre est la forteresse de Masyaf, au nord du célèbre Krak des Chevaliers, mais la communauté nizarie est aussi importante à Alep et même à Damas. L’apogée de ces Assassins-là se situe entre 1162 et 1193, avec la direction d’un Perse envoyé d’Alamut : Rachid al-Din Sinan. Mais celui-ci devient vite assez autonome par rapport au centre persan après la mort d’Hassan, tout en perpétuant son mode de vie austère et sa politique de terreur vis-à-vis des autorités sunnites, notamment de Saladin, sultan d’Égypte et de Syrie, qu’il échoue à plusieurs reprises à faire éliminer. C’est ce qui explique que des alliances tactiques, dont le motif n’est pas religieux mais pécuniaire et politique, se soient parfois nouées avec les croisés, dont les Templiers, auxquels, selon le chroniqueur Jean de Joinville au début du xive siècle, les Assassins préféraient verser un tribut car ils savaient qu’il leur était inutile d’éliminer leur responsable qui serait aussitôt remplacé. Pourtant, des actions contre les chrétiens sont entreprises tardivement : après l’assassinat, en 1152, du comte Raymond II de Tripoli, peut-être à l’instigation de sa femme, c’est surtout l’élimination de Conrad de Montferrat, qui vient juste d’être élu roi de Jérusalem et qui est poignardé mortellement en 1192 à Tyr par deux Assassins (sans doute à la demande de Saladin), qui a un grand retentissement en Europe.

14Le rapport d’un envoyé de l’empereur germanique Frédéric Ier Barberousse, en 1175, donne le ton de l’étonnement qui marque les Occidentaux à propos de ce groupe qu’ils découvrent :

  • 4 Cité dans Bernard Lewis, Les Assassins : terrorisme et politique dans l’Islam médiéval, Bruxelles, (...)

Sachez qu’aux confins de Damas, d’Antioche et d’Alep, il existe dans les montagnes une certaine race de Sarrasins qui, dans leur dialecte, s’appellent Heyssessini, et en romain segnors de montana. Cette race d’hommes vit sans lois ; ils mangent de la viande de porc contre la loi des Sarrasins et disposent de toutes les femmes, sans distinction, y compris leurs mères et sœurs. Ils vivent dans les montagnes et sont presque inexpugnables car ils s’abritent dans des châteaux bien fortifiés [...]. Ils ont un maître qui frappe d’une immense terreur tous les princes sarrasins proches ou éloignés, ainsi que les seigneurs chrétiens voisins, car il a coutume de les tuer d’étonnante manière4.

15On note que ces curieuses pratiques, notamment pour des musulmans, ont cours lors de la période de l’abolition des lois proclamée depuis Alamut. Les autres récits de chroniqueurs occidentaux ont en général le même ton et participent à l’élaboration de la légende des Assassins. Les dirigeants de ce groupe, réputés farouches, très cultivés et autoritaires, sont connus sous le nom de « Vieux de la Montagne ». Ils envoient leurs hommes assassiner des cibles choisies en leur donnant un couteau en or et en les droguant. La soumission de ces envoyés leur serait totale : Arnold de Lübeck, chroniqueur bénédictin du début du xiiie siècle, rapporte que, recevant un émissaire ou un haut dignitaire, Sinan lui aurait montré leur obéissance absolue en leur ordonnant de sauter du point culminant de la forteresse, ce qu’ils firent. C’est ce que résume l’archevêque Guillaume de Tyr, chroniqueur des croisades (v. 1130-1184) :

  • 5 Ibid., p. 38.

Le lien de soumission et d’obéissance qui unit ces gens à leur chef est si fort qu’il n’y a pas de tâche si ardue, dangereuse ou difficile que l’un d’entre eux n’accepte d’entreprendre avec le plus grand zèle à peine le chef l’a-t-il ordonné5.

Les chroniqueurs louent aussi l’habileté des tueurs, qui emploient mille ruses, se déguisent, se font admettre dans l’entourage de leur victime pour parvenir à leurs fins et ne s’enfuient pas une fois leur forfait accompli.

  • 6 Cité par Bernard Lewis, mais extrait de Frank M. Chambers, « The Troubadours and the Assassins », (...)

16L’image est reprise très tôt par les troubadours en Occident. Dès la fin du xiie siècle, ils font référence à ces Assassins pour évoquer la fidélité aveugle de celui qui serait capable de tuer par amour, la loyauté absolue étant un idéal : « Je suis votre Assassin qui espère de gagner le Paradis en exécutant vos ordres6. » Mais c’est surtout Marco Polo qui fait connaître ce groupe, un siècle plus tard, dans le Livre des merveilles. Il popularise l’idée de l’emploi de drogue par le Vieux de la Montagne, qui fait ainsi croire aux jeunes gens qu’ils sont au Paradis dans le merveilleux jardin qu’il a fait réaliser à Alamut, avant de les envoyer tuer un opposant.

Les Assassins selon Marco Polo en 1298

« Mulecte est une contrée où, d’après ce qu’on en dit, demeurait anciennement certain très méchant prince qu’on appelait le Vieux de la Montagne. En quel pays demeuraient des hérétiques selon la loi sarrazine. Car ce nom de Mulecte veut dire un endroit où demeurent des hérétiques dans la langue des Sarrazins. De par l’endroit sont appelés les hommes Mulehetici, c’est-à-dire hérétiques de leur loi [...]. Et maintenant, vous conterai toute son affaire, selon ce que je, Messire Marco Polo, ai ouï conté à plusieurs hommes. Le vieux était appelé en leur langue Alaodin, et, avec tout le peuple qu’il commandait, était un fidèle de la loi de Mahomet. Si rêvait-il d’une méchanceté inouïe, à savoir comment il tournerait de ses hommes en audacieux meurtriers ou spadassins, de ceux qu’on nomme communément assassins, par le courage desquels il pourrait tuer qui il voudrait et être craint de tous. Il habitait une très haute vallée entre deux très hautes montagnes ; il y avait fait faire le plus vaste et superbe jardin qui jamais fut vu [...].

Le Vieux donnait entendre à ses hommes que ce jardin était le Paradis ; il l’avait fait en telle manière qu’en son temps Mahomet fit entendre aux Sarrazins qu’iraient en Paradis ceux qui feraient sa volonté ; ils y trouveraient tous les délices et plaisirs du monde, autant de belles femmes qu’ils souhaiteraient pour leurs ébattements, et ces beaux jardins pleins de rivières de vin, de lait, de miel et d’eau, courant séparément à pleins bords. C’est pourquoi les Sarrazins de ce pays croyaient fermement que ce jardin fut le Paradis. Quant au Vieux, il voulait leur donner à entendre qu’il était un prophète et pouvait faire entrer qui il voulait au Paradis [...].

Et quand le Vieux veut faire occire un grand Sire, il met à l’épreuve parmi ses Assassins ceux qui semblent les meilleurs. Il envoie dans les environs, mais à distance non trop grande, plusieurs des jeunes hommes qui ont été en Paradis et leur commande d’occire tel homme qu’il leur décrit. Ils y vont sur-le-champ et font le commandement de leur seigneur. Ceux qui en réchappent, ils retournent à la cour ; certains sont pris et massacrés après avoir occis leur homme. Mais celui qui est pris, il ne souhaite que mourir, pensant qu’il va bientôt rentrer en Paradisa. »

a. Marco Polo, Le Livre des merveilles, xli.

17C’est alors que le mot devient synonyme de « tueur à gages », après avoir été repris de l’italien. Mais il y a bien longtemps que les Assassins de Syrie ont disparu eux aussi, battus en 1273 par le sultan turc Baybars, celui-là même qui a pris le Krak des Chevaliers aux croisés deux ans plus tôt.

*

18Finalement, cette secte des Assassins, groupe de dissidents issu d’autres groupes dissidents, est surtout connue, comme pour toute secte moderne, en raison de la mauvaise réputation qui lui a été faite par ses adversaires ; une image qui va, au xixe siècle, devenir celle de l’archétype des sociétés secrètes avec le diplomate et orientaliste autrichien Joseph von Hammer-Purgstall et son Histoire de l’ordre des Assassins, entre francs-maçons, illuminés et autres templiers. On ne s’étonne donc pas que dans l’un des premiers romans de Dan Brown, Anges et démons, ce soit un tueur qui se dit héritier des Assassins qui est engagé par les Illuminati pour enlever les cardinaux favoris à la succession du pape. Quant à la destinée des Nizaris, on assiste à une résurgence du mouvement dans l’ouest de l’Iran au xve siècle, dans la bourgade d’Anjedan, et à de multiples scissions. En 1818, Hassan Ali Shah, présenté comme le quarante-cinquième imam, reçoit du shah d’Iran le titre d’Aga Khan (« seigneur »). Par la suite, ses successeurs – qui ont combattu aux côtés des Britanniques aux Indes – se voient reconnaître par l’administration de la reine Victoria un rôle spirituel et le titre d’altesse en 1866. Les adeptes de ces imams se trouvent depuis en Iran mais aussi en Inde, où ils sont établis, ainsi qu’en Afghanistan et au Pakistan.

19Ce n’est là qu’un des nombreux aspects de la diversité de l’islam. Le vaste ensemble sunnite, au-delà même de ses différentes écoles juridiques, est lui aussi varié, entre sa version d’Afrique subsaharienne – qui intègre le culte populaire aux tombeaux des marabouts – et un pôle indonésien qui a composé avec des pratiques antérieures.

Bibliographie

Amir-Moezzi Mohammad Ali (dir.), Dictionnaire du Coran, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2007.

Cahen Claude, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, Aubier, 2010.

Ducellier Alain, Chrétiens d’Orient et Islam au Moyen Âge : viie-xve siècle, Paris, Armand Colin, « Collection U », 1996.

Jambet Christian, La Grande Résurrection d’Alamût : les formes de la liberté dans le shî’isme ismaélien, Lagrasse, Verdier, 1990.

Laoust Henri, Les Schismes dans l’islam : introduction à une étude de la religion musulmane, Paris, Payot, 1977.

Lewis Bernard, Les Assassins : terrorisme et politique dans l’Islam médiéval, Annick Pélissier (trad.), Bruxelles, Éditions Complexe, « Historiques »,‎ 2001.

Millimono Christine, La Secte des Assassins : xie-xiiie siècles : des « martyrs » islamiques à l’époque des croisades, Paris, L’Harmattan, « Comprendre le Moyen-Orient »,‎ 2009.

Premare Alfred-Louis de, Les Fondations de l’islam : entre écriture et histoire, Paris, Éditions du Seuil, « L’univers historique », 2002.

Sfeir Antoine, L’Islam contre l’Islam : l’interminable guerre des sunnites et des chiites, Paris, Librairie générale française, « Le livre de poche », 2014.

Notes

1 Le Coran, ix, 122, traduction de Jean Grosjean.

2 Ibid., ii, 118.

3 Hadith dit « des 73 sectes », cité dans Ibn Kathir, Les Signes du Jour dernier : dans le Qur'ân et la Sunnah, Paris, Al-Bustane, 2005, p. 21.

4 Cité dans Bernard Lewis, Les Assassins : terrorisme et politique dans l’Islam médiéval, Bruxelles, Éditions Complexe, 2001, p. 37.

5 Ibid., p. 38.

6 Cité par Bernard Lewis, mais extrait de Frank M. Chambers, « The Troubadours and the Assassins », Moderne Language notes, vol. 64, nº 4, 1949, p. 245-246.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search