Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Chapitre II

Quand l’Église n’est plus une secte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais lorsque le chœur sacré des apôtres eut reçu de manières différentes la fin de sa vie, et qu’eut disparu la génération de ceux qui avaient été jugés dignes d’entendre de leurs oreilles la sagesse divine, alors l’existence de l’erreur athée eut son commencement par la tromperie de maîtres hétérodoxes1.

L’évêque Eusèbe de Césarée, en Palestine romaine, marque ainsi vers 323 ce qu’est selon lui l’hérésie. Dans son Histoire ecclésiastique, la première du genre, il entend montrer que l’assemblée des croyants, qui se désigne comme « l’Église », est restée dans la voie originelle de l’enseignement du Christ, transmis par ses apôtres et leurs successeurs, les évêques, les hérésies étant des déviations ultérieures et donc illégitimes. Il reprend en réalité une représentation qui date du iie siècle, lorsque par exemple Clément d’Alexandrie (v. 150-v. 220), professeur né en Grèce, affirmait dans ses Stromates réfutant les hérésies, que l’Église est « la plus ancienne et la plus vraie » et q...

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search