Version classiqueVersion mobile

De sectes en hérésies

 | 
Jean-Pierre Chantin

Introduction

De l’importance des mots

Texte intégral

  • 1 André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

« Toute secte, disait Voltaire, est le ralliement du doute et de l’erreur. » C’est qu’on ne dispute que sur ce qu’on échoue à connaître. « Il n’y a point de secte en géométrie, continuait Voltaire : on ne dit point un euclidien, un archimédien. » [...] Les sciences n’ont pas besoin d’absolu. L’universel leur suffit. [...] Toute religion à l’inverse est particulière [...]. C’est ce qui énerve les sectaires. Ils sentent bien que la pluralité des sectes, qui fait partie du concept, est un formidable argument contre chacune d’entre elles. Vous êtes chrétien ; c’est donc que tous ne le sont pas. Pourquoi auriez-vous raison davantage que les autres ? [...] La secte, c’est l’Église de l’autre, quand on s’en méfie1.

  • 2 Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Éditions M (...)

1Emportés par notre société de communication rapide, nous ne prêtons plus guère attention au sens des mots que nous employons. Or la recherche en sciences humaines exige, dans cette vaste entreprise d’analyse des phénomènes qui touchent ou ont touché les sociétés, l’emploi du mot le plus juste possible. Il s’agit là d’une précaution nécessaire, comme l’ont montré les résultats des travaux rassemblés par Olivier Christin sous l’appellation de « concepts nomades en sciences humaines », des notions dont il est utile, selon lui, de connaître l’histoire pour les employer à bon escient, surtout dans des contextes différents, car elles sont source d’incompréhension culturelle2.

  • 3 Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Gallimard, « Folio actuel », 2003.
  • 4 « Quelle laïcité en Europe ? », dossier dirigé par Jean-Dominique Durand dans Chrétiens et société (...)
  • 5 Jean Baubérot, Les Laïcités dans le monde, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je  (...)
  • 6 Voir le dossier « Les mots de la “religion” » de la revue Histoire, monde et cultures religieuses, (...)
  • 7 Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, « Inter (...)
  • 8 Micheline Laliberté, « L’émergence de l’intérêt pour la religion populaire et son histoire : aux o (...)
  • 9 Gabriel Le Bras, « Déchristianisation : mot fallacieux », Cahiers d’histoire, nº 9, 1964, p. 92-97

2L’étude des faits religieux – tiraillée entre des discours relevant de différentes lectures qui ne s’entendent pas toujours sur la signification de telle ou telle notion, même si parfois elle semble aller de soi – est particulièrement soucieuse du mot juste. Évoquer par exemple la tolérance en se référant à Voltaire et l’assimiler à la laïcité, c’est oublier de mettre ces deux acceptions dans leurs contextes – même si l’on peut suivre le cheminement qui conduit de l’une à l’autre. C’est aussi confondre la tolérance civile restrictive des édits des xviie et xviiie siècles vis-à-vis des non-catholiques avec le combat de l’écrivain de Ferney pour la reconnaissance des droits des protestants et la compréhension mutuelle des religions et avec la définition juridique plus large qui est établie en France depuis 1905 sur la séparation de l’État et des cultes qui garantit la liberté de ces derniers comme de leurs contempteurs, dans la seule limite de l’ordre public établi par la loi. La notion de « laïcité » – qu’Henri Pena-Ruiz dit un peu rapidement intraduisible3 – n’a, il est vrai, pas tout à fait le même sens en italien qu’en français4, ni même lorsque le mot « laiklik » est employé par l’État turc. En revanche, elle n’est pas traduite, car non employée, dans les versions anglophones des textes internationaux, qui s’accordent quand même sur des principes démocratiques identiques dans le domaine de la gestion du religieux5, et elle est plus généralement retranscrite par le faux-ami secularism, un « État laïque » étant a secular state. Plus largement, enfin, la spiritualité n’est pas la religion – une notion au demeurant bien occidentale – et cette dernière se distingue du religieux6. Quant à la radicalisation, elle n’est pas que religieuse ni spécifiquement musulmane, comme on l’entend trop souvent ces temps-ci7. On connaît également les vastes et fructueux débats entre chercheurs qui ont tourné autour du sens du concept de « religion populaire8 » ou de la nature de la « déchristianisation9 ».

  • 10 Actes publiés dans Jacques Le Goff (dir.), Hérésies et sociétés dans l’Europe pré-industrielle : x (...)
  • 11 Susanna Elm, Éric Rebillard & Antonella Romano (dir.), Orthodoxie, christianisme, histoire, Rome, (...)
  • 12 Dossier « Hérétiques ou dissidents ? Réflexions sur l’identité de l’hérésie au Moyen-âge », Heresi (...)
  • 13 Jean-Pierre Chantin, « Anticoncordataires ou Petite Église ? Les oppositions religieuses à la loi (...)

3C’est dans cet esprit qu’il est proposé ici de naviguer entre les perceptions plurielles des notions d’« hérésie », de « dissidence religieuse » et surtout de « secte ». Ne parcourir que les définitions proposées par les dictionnaires peut se révéler problématique. Ainsi, l’« hérésie » se voit opposée à l’« orthodoxie » car elle serait une opinion qui diffère des croyances établies, ce qui impliquerait sa condamnation. Chacun d’entre nous visualise d’ailleurs très bien tel ou tel bûcher d’hérétiques sanctionnés par l’Inquisition pour leur erreur, et on compatit aujourd’hui davantage pour ce sort, que l’on juge inhumain, que pour l’injustice de l’accusation. Or on a pris la précaution, depuis l’important colloque de Royaumont de 196210, de rappeler que cette désignation était celle de l’autorité ecclésiastique qui avait condamné comme tels des groupes qui contestaient son autorité, et que cela n’induisait pas que sa position plus qu’une autre était dans la « voie droite » de l’héritage chrétien. Comme l’ont souligné les auteurs de l’ouvrage Orthodoxie, christianisme, histoire, ce sont davantage deux processus concomitants et parallèles qui s’alimentent réciproquement en s’opposant11. Les médiévistes contemporains ont proposé d’utiliser le terme « dissident », car il serait plus neutre et induirait la notion de « choix12 ». Cependant, tous les exclus qualifiés ainsi trop rapidement l’ont parfois été contre leur volonté : les anticoncordataires conservateurs, qui refusent la légitimité de l’Église qui se constitue en France après l’accord de 1801, ne font que rester fidèles à leurs évêques « démissionnés » par un coup de force de Rome, ainsi qu’aux « traditions de nos pères » ; ainsi récusent-ils l’étiquette de « Petite Église » qui leur est accolée et se présentent-ils comme appartenant à l’Église universelle, ce que Rome reconnaît d’ailleurs aujourd’hui13.

  • 14 Alain Dierkens & Anne Morelli (dir.), « Sectes » et « hérésies », de l’Antiquité à nos jours, Brux (...)
  • 15 Jean-François Mayer, « Orthodoxie et dissidence : réflexions d’historien autour des sectes et de l (...)

4La littérature a été très abondante à propos du mot « secte », terme éminemment dépréciatif de nos jours et qui semble s’opposer de plus en plus à celui de « religion », comme en témoignent les nombreuses pages électroniques émanant de groupes « antisecte » qui entendent tous faire une œuvre salutaire. Ce terme sera notre fil conducteur tant l’évolution de son emploi s’est révélée un marqueur intéressant pour notre recherche sur ces exclusions, volontaires ou non. Reprenant la précaution énoncée par Alain Dierkens et Anne Morelli en introduction du livre qu’ils ont dirigé, il ne s’agit pas de porter un jugement de valeur sur tel ou tel groupe, ni de savoir si sa position est licite ou non et si elle mérite « l’honorable label de religion14 », d’autant que ce jugement a évolué dans le temps, comme le montre l’exemple donné par Jean-François Mayer à propos de l’Armée du salut, discréditée car vue comme une « secte » à la fin du xixe siècle en Suisse romande et considérée tout à fait honorablement aujourd’hui15. Et que penser des Témoins de Jéhovah, emblématiques pour beaucoup de ce qu’est une « secte », mais dont le caractère cultuel a été reconnu en France par le Conseil d’État en 2000 et dont les aumôniers ont obtenu le droit de se rendre dans les prisons en 2013 ?

  • 16 Henri Desroche, Les Religions de contrebande : essais sur les phénomènes religieux en époques crit (...)
  • 17 Thierry Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève : des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, (...)
  • 18 Sur ce concept de « marge », voir Jean-Pierre Chantin (dir.), Les Marges du christianisme : « sect (...)

5L’objet de cette étude n’est pas de proposer un tour d’horizon exhaustif des hérésies, dissidences et sectes. Si on a souvent privilégié le contexte français pour les besoins de l’analyse, on a essayé de s’évader aussi du côté des divers christianismes, des autres monothéismes, voire des religions orientales. L’intention a été de suivre ce qu’ont été les méandres des accusations à travers quelques cas particulièrement représentatifs d’une certaine évolution, depuis l’Antiquité, lorsque se forgent les mots et les concepts, jusqu’à la période la plus contemporaine. Tous les cas présentés ici sont étiquetés aujourd’hui avec plus ou moins de précautions comme « sectes », en dehors de leur contexte, avec une lecture trop actuelle et donc biaisée. Proposer un parcours sur une longue durée permet de constater la mutation non seulement du sens des mots, mais aussi des attitudes des différents acteurs, au gré des flux et reflux de l’autorité des uns et des autres ou, pour le dire autrement, du poids des hiérarchies religieuses confrontées au pouvoir politique ou à l’évolution plus récente du monde moderne qui voit se multiplier les possibilités de choix en dehors ou à côté d’elles. Il s’agit aussi in fine d’une remise en perspective du monolithisme trop souvent affirmé en matière de foi à travers les âges : il y a toujours eu ce qu’Henri Desroche a analysé comme « des phénomènes religieux critiques vis-à-vis des phénomènes religieux organiques16 », et il est particulièrement difficile de cerner ceux qui sont dans un entre-deux, non exclus ou non partis et pourtant insatisfaits ou dans le doute, tels ces « fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle » débusqués par Thierry Wanegffelen17. C’est également en pensant à ces « marges intérieures18 » – que l’on ne discerne que lorsque certains subissent ou ont osé provoquer une rupture avec les autorités – que ce cheminement peut être emprunté.

6Enfin, et malgré l’étendue des polémiques des années 1990-2000 portant sur les « sectes », on ne peut que constater que cette vue d’ensemble n’a pas souvent été proposée, comme le montre assez bien la bibliographie qui suit. Les ouvrages collectifs apportent d’utiles précisions sur tel ou tel groupe à une époque donnée, et ce sont les introductions et les conclusions qui fournissent d’indispensables analyses générales. Nous faisons le pari que l’étude présentée ici suit davantage l’évolution des concepts à travers les périodes qu’elle ne fait le tour de la question pour chaque groupe décrié a posteriori comme une « secte », une « dissidence » ou une « hérésie ». Et tel était bien l’objectif premier de ce travail.

Bibliographie

Albert Jean-Pierre, Brenon Anne & Jiménez Pilar (dir.), Dissidences en Occident, des débuts du christianisme au xxe siècle : le religieux et le politique, Toulouse, Presses universitaires du Midi, « Méridiennes », 2016.

Azria Régine & Hervieu-Léger Danièle (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige », 2010.

Brouwer Christian, Dye Guillaume & Van Rompaey Anja, Hérésies : une construction d’identités religieuses, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions », 2015.

Desroche Henri, Les Religions de contrebande : essais sur les phénomènes religieux en époques critiques, Tours, Mame, « Bibliothèque Repères. Sciences humaines, idéologies », 1974.

Dierkens Alain & Morelli Anne (dir.), « Sectes » et « hérésies », de l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions », 2002.

Elm Susanna, Rebillard Éric & Romano Antonella (dir.), Orthodoxie, christianisme, histoire, Rome, École française de Rome, 2000.

Heresis, revue d’histoire des dissidences européennes, articles de l’atelier thématique « Orthodoxie et dissidence de l’Antiquité à nos jours », nº 46-47, 2007.

Jablonka Ivan, Jaspert Nikolas, Schreiber Jean-Philippe & Tolan John Victor (dir.), Religious minorities, integration and the state – État, minorités religieuses et intégration, Turnhout, Brepols, « Religion and Law in Medieval Christian ans Muslim Societies », 2016.

Le Boulluec Alain (dir.), La Controverse religieuse et ses formes, Paris, Éditions du Cerf, « Patrimoines. Religions du Livre », 1995.

Mouvements religieux, revue de l’Association d’étude et d’information sur les mouvements religieux.

Yardeni Myriam (dir.), Modernité et non-conformisme en France à travers les âges, Leiden, E. J. Brill, « Studies in the history of Christian thought », 1983.

Notes

1 André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

2 Olivier Christin (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Éditions Métailié, 2010.

3 Henri Pena-Ruiz, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Gallimard, « Folio actuel », 2003.

4 « Quelle laïcité en Europe ? », dossier dirigé par Jean-Dominique Durand dans Chrétiens et sociétés, nº 2, 2003.

5 Jean Baubérot, Les Laïcités dans le monde, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 2007 ; Léandre Mve Ella, « Laïcité, fait religieux et droit international », dans Fanny Grabias, Gaëlle Marti & Laurent Seurot (dir.), Le Fait religieux en droit public : contribution des doctorants de l’IRENEE, Nancy, Presses universitaires de Nancy / Éditions universitaires de Lorraine, 2014, p. 53-75.

6 Voir le dossier « Les mots de la “religion” » de la revue Histoire, monde et cultures religieuses, nº 26, juin 2013, p. 5-127.

7 Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, « Interventions », 2014. Voir surtout son chapitre introductif « Sens et enjeux de la notion de radicalisation », p. 7-32.

8 Micheline Laliberté, « L’émergence de l’intérêt pour la religion populaire et son histoire : aux origines d’un débat (1960-1970) », Rabaska, nº 7, hors-série, 2009, p. 7-26.

9 Gabriel Le Bras, « Déchristianisation : mot fallacieux », Cahiers d’histoire, nº 9, 1964, p. 92-97.

10 Actes publiés dans Jacques Le Goff (dir.), Hérésies et sociétés dans l’Europe pré-industrielle : xie-xviiie siècles, Paris / La Haye, Mouton, 1968.

11 Susanna Elm, Éric Rebillard & Antonella Romano (dir.), Orthodoxie, christianisme, histoire, Rome, École française de Rome, 2000.

12 Dossier « Hérétiques ou dissidents ? Réflexions sur l’identité de l’hérésie au Moyen-âge », Heresis, nº 36-37, 2002.

13 Jean-Pierre Chantin, « Anticoncordataires ou Petite Église ? Les oppositions religieuses à la loi du 18 germinal an X », Chrétiens et sociétés, xvie-xxie siècles, nº 10, 2003, p. 95-107.

14 Alain Dierkens & Anne Morelli (dir.), « Sectes » et « hérésies », de l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions », 2002, p. 9.

15 Jean-François Mayer, « Orthodoxie et dissidence : réflexions d’historien autour des sectes et de la religiosité parallèle », Heresis, nº 36-37, 2002, p. 166-168.

16 Henri Desroche, Les Religions de contrebande : essais sur les phénomènes religieux en époques critiques, Tours, Mame, « Repères », 1974, p. 17.

17 Thierry Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève : des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 1997.

18 Sur ce concept de « marge », voir Jean-Pierre Chantin (dir.), Les Marges du christianisme : « sectes », dissidences, ésotérisme, Paris, Beauchesne, 2001, p. viii-ix.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search