Version classiqueVersion mobile

L’islam e(s)t ma culture

 | 
Tristan Vigliano

Avertissement de l’auteur

Texte intégral

1J’enseigne le français et le latin à l’Université Lumière Lyon 2. Ma recherche porte sur les représentations de l’islam à la Renaissance. Le lundi 16 novembre 2015, il fallait donner cours : c’était au retour d’un week-end qui restera tragiquement gravé dans les mémoires.

2Mon ouvrage résulte de cette triste expérience. C’est un objet bizarre, à mi-chemin entre la leçon d’histoire littéraire et l’essai engagé post-attentats.

3Ce n’est pas un livre facile d’accès. Je sais que je demande beaucoup à mon lecteur et qu’il pourra en être déconcerté : j’aime mieux l’en avertir. Un peu comme le faisaient les humanistes, j’utilise souvent le paradoxe, parce que je suis convaincu que le paradoxe peut nous aider à penser, en dérangeant nos habitudes. Mais cette façon de procéder a ses inconvénients. On pourra facilement extraire quelques passages pour caricaturer ce que je dis.

4C’est un risque que je prends, en toute conscience me semble-t-il. Je tiens seulement à préciser que mon livre fait l’éloge de la réflexion, de la mise en contexte, d’une fermeté qui est d’abord et avant tout une exigence intellectuelle. J’y combats toute forme de simplification, de fanatisme et de haine. Se servir de ce texte pour rechercher ce qui sépare, et non pas ce qui peut réunir, ce serait être de mauvaise foi. Isoler une phrase sans expliquer en quel sens je la prononce, ce serait se méprendre complètement sur ma démarche.

5Pour le reste, j’assume les maladresses, et je crois même que mon ouvrage explique pourquoi elles étaient inévitables.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search