Version classiqueVersion mobile

773 vies

 | 
Monica Martinat

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu du mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR), préparé sous la direction d’Anna Bellavitis, une collègue et une amie fondamentale depuis bien des années. À Anna vont mes premiers remerciements, ainsi qu’aux autres membres du jury : Renata Ago, Alain Cabantous, Michèle Clément, Bernard Hours, Brigitte Marin. Les discussions auxquelles leurs lectures de mon travail ont donné lieu m’ont permis de lever quelques ambiguïtés et d’enrichir le texte.

2Daniela Solfaroli Camillocci a été une lectrice attentive qui m’a évité bien des erreurs et a questionné de manière profonde et intelligente mes perspectives interprétatives : l’ai-je convaincue ? J’aimerais que ce livre soit capable de convaincre aussi David Drevon – et bien d’autres étudiants que j’ai le bonheur de croiser à l’Université Lumière Lyon 2 – que l’histoire du peuple est aussi intéressante et riche que celle des élites, voire plus.

3Pauline Bernard, Eleonora Canepari, Nicolas Guyard, Thierry Jacob, Élodie Oriol et Marie Panter sont intervenus sur le texte avec leurs précieuses compétences linguistiques et graphiques et avec leur profonde intelligence. Leur disponibilité continue de m’émouvoir. Anne Béroujon a patiemment relu, corrigé et commenté, de manière toujours perspicace, plusieurs versions de ce texte.

4Je doute que Silvia Moretti lise un jour ces pages, mais elle y trouverait des traces de nos discussions, tout comme Ida Giordano – qui a toujours été là pour moi et dont la culture infinie embrasse aussi bien l’histoire que la littérature – et Anna Mirabella.

5L’achèvement du manuscrit a bénéficié du regard lumineux et de la lecture intelligente d’Elisa Andretta : je n’ai pas pu prendre en compte toutes ses remarques, mais elles ont ouvert la porte à des discussions, à peine ébauchées, que nous allons sans aucun doute prolonger : le sens profond de notre métier d’historiennes est dans ce dialogue jamais terminé.

6La phase finale de mise en forme de ce livre a été accompagnée d’une conversation virtuelle avec un groupe d’amies italiennes éparpillées dans le monde : merci à Jacqueline, Silvia, Carolina, Caterina, Gloria et aussi à Davide et Andrea – qui subissent ici, pour une fois, l’impérialisme du féminin – d’avoir rendu léger et agréable ce moment de travail intense. Un grand merci à Isabelle Dorland à qui rien n’échappe et qui a rendu mon texte beaucoup plus lisible.

7Les questionnements qui ont porté cette recherche ont mûri à l’intérieur de la famille multiculturelle que nous avons bâtie, mon mari et moi, avec nos enfants, Noemi et Isaac. Mais ils viennent de plus loin, d’une expérience de vie qui m’a amenée à habiter, depuis ma naissance, des mondes intensément peuplés de catholiques, de protestants, de juifs : des mondes qui m’ont persuadée que la cohabitation est possible et que l’identité est nécessairement plurielle. Ainsi, au moment de clore ce texte, une pensée reconnaissante va à mes grands-mères, Maria et Gigina, qui ont réussi à faire cohabiter avec sagesse le protestantisme et le catholicisme sans les mettre en concurrence ; à Clara, ma nounou adorée et trop tôt disparue, sans qui je ne serais pas la même ; à Helga et Simon, Raia et Grisha, qui ont fait passer l’amour au-dessus des préjugés.

8La place centrale dans ces remerciements revient toutefois à mes parents, Marisa et Nene, qui ont su rendre évidente et douce la composition de tous mes mondes. C’est à eux que ce livre est dédié, avec une gratitude infinie pour la belle vie qu’ils m’ont offerte.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search