Version classiqueVersion mobile

773 vies

 | 
Monica Martinat

Chapitre VII

Solidarités concurrentielles

Texte intégral

Charité bien ordonnée commence par soi-même.

1Les conflits ne sont pas les seuls éléments unificateurs qui – paradoxalement – rapprochent les membres d’un groupe. Les solidarités matérielles et immatérielles permettent également aux plus faibles de passer les caps difficiles de leur existence. Les chapitres précédents ont évoqué, à travers quelques histoires de vie de convertis, comment des stratégies d’alliance visant sans doute à renforcer la position des familles à l’intérieur de la communauté peuvent se révéler des échecs lorsque le contexte général change. Le cas de la famille Lefebvre nous a fourni quelques éléments pour comprendre la faiblesse de liens qui semblaient très forts (voir le chapitre iv). Dans ce chapitre, je voudrais aborder un aspect plus concret des solidarités communautaires capables de lier les membres entre eux, dans un tissu de rapports protecteurs fondés sur la distribution d’aides matérielles. Puisque le but de cette analyse, tout comme celui des argumentations qui précèdent, est de comprendre comment et pourquoi un individu décide de franchir le seuil de sa propre communauté religieuse pour adhérer à l’Église concurrente, il me paraît intéressant de comparer les données relatives aux aides que la communauté réformée assure à ses membres les plus fragiles à celles proposées par la compagnie de la Propagation de la foi. La piste suivie dans l’interprétation des conversions m’a amenée à les considérer comme des réponses à des situations de crise. Les ressources sur lesquelles les individus et les familles peuvent compter jouent un rôle dans ce choix et permettent de mieux baliser l’espace dans lequel l’abjuration peut prendre forme.

  • 1 BSHPF, Ms. 75, « Reiglements pour les Pasteurs et Anciens de l’Église Réformée de Lyon par eux dres (...)
  • 2 ADR, BP 3993, « Mémoire des sommes dues à Henry Moze, apothicaire, par l’Église Réformée de Lyon, (...)

2La communauté réformée dispose de ressources propres destinées à aider ses membres en difficulté. Les « Reiglements pour les Pasteurs et Anciens de l’Église Réformée de Lyon... » du 15 août 1649 précisent les modalités locales de l’organisation de l’assistance1. Les sources principales des revenus de l’Église sont de trois types : les sommes accordées par les fidèles à l’entretien des pasteurs ; les « tasses », c’est-à-dire les recettes recueillies au culte du dimanche ou à l’occasion de certaines cérémonies – mariages, baptêmes – et explicitement destinées à l’aide des pauvres ; et les legs des particuliers. La solidarité communautaire peut aussi compter sur le travail et les ressources de certains de ses membres : le pharmacien Moze, par exemple, fournit régulièrement des soins et des médicaments aux réformées malades – activité pour laquelle il reçoit des remboursements de la part de l’Église2. Des coreligionnaires hébergent des pauvres malades ou en détresse dans leur demeure, d’autres enseignent aux enfants ou accueillent des apprentis s’initiant au métier. Ce sont les fragments des comptes fournis par les anciens responsables d’une assistance organisée sur une base locale qui nous révèlent les facettes de cette activité. La ville et les faubourgs de Lyon sont divisés en cinq quartiers. Chacun d’eux est mis sous la responsabilité d’un ancien du consistoire, chargé de suivre les fidèles qui y habitent. Pour les dépenses inférieures à 20 sols, chaque ancien est autonome et peut décider sans consultation. C’est aussi le cas des pasteurs, qui ont une autonomie plus importante puisqu’ils gèrent les dépenses allant jusqu’à 3 livres. Au-delà de ces sommes, le consistoire est collectivement souverain et les propositions d’aide lui sont soumises. La plupart des comptes réguliers qui ont dû exister ont disparu avec les archives du consistoire. On peut néanmoins reconstruire un tableau assez parlant de l’activité d’assistance déployée par l’Église réformée à partir de quelques documents épars, qui nous permettent de parcourir, en pointillé, la deuxième moitié du xviie siècle – période qui coïncide avec celle d’activité de la compagnie de la Propagation de la foi.

  • 3 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Re (...)

3L’« Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon » du 25 juin 1651 consigne les noms des chefs de famille, suivis du montant de leur contribution pour l’entretien des pasteurs. Un certain nombre de ces familles ne contribuent guère et d’autres sont indiquées comme « assistées3 ». Il s’agit bien évidemment des assistés réguliers, et aucune mention n’est faite de toutes les personnes qui, dans les cinq quartiers de la ville, demandent l’aumône de leurs coreligionnaires, que ce soit au quotidien ou bien le dimanche au prêche. Cette population, souvent de passage ou peu ancrée dans la vie communautaire, représente pourtant une partie significative du monde protestant lyonnais. Elle est négligée, sans doute à cause des difficultés pour la saisir au fil des différentes archives. Malheureusement, ce document ne nous donne pas les montants des aides octroyées aux assistés. Il nous permet cependant d’esquisser le profil des demandeurs et, ainsi, de mieux définir les conditions de besoin. Des 28 personnes assistées en 1651, 14 (6 hommes et 8 femmes) ont en effet laissé également des traces dans les registres d’état civil de l’Église réformée, ce qui nous renseigne sur leurs profils.

4Les professions connues des hommes (5 sur 6) sont très modestes : aux 2 affaneurs se joignent 1 maçon, 1 cordonnier et 1 ouvrier en soie / taffetatier. On trouve également 1 affaneur et 3 ouvriers en soie ou en draps de soie parmi les maris des femmes assistées, ainsi que 2 imprimeurs.

  • 4 Simona Cerutti, Giustizia sommaria: pratiche e ideali di giustizia in una società di ancien régime, (...)

5Plusieurs assistés sont des étrangers : parmi ceux et celles dont la provenance est connue, on trouve 4 Genevois, 1 Auvergnat, 1 Stéphanois et 1 femme de Tours. Quelques indications marginales dans les registres de baptême suggèrent qu’il y a d’autres immigrés, comme Marguerite Arnaud, fille d’un « maître fustanier », qui se marie le 7 mars 1638 avec Jean Martin, affaneur : en 1640, au baptême de son fils Jacques, elle est déclarée « résidente à Lyon ». Plusieurs cas concernent des couples dont les deux conjoints sont étrangers. Gabrielle Darbilly, par exemple, est genevoise tout comme son mari, Jean de Baptista, imprimeur décédé à Lyon en novembre 1650. Léonard Dufresne et Marie Cautelet, eux aussi de Genève, immigrent à Lyon probablement avec Antoine Cautelet et Marie Dufresne, mariés à leur tour et sans doute frère et sœur des deux membres du couple précédent. La faiblesse ici est tant économique que relationnelle4 : les aides de la communauté comblent ce manque de ressources en vertu de la solidarité religieuse.

6La faiblesse des réseaux familiaux et sociaux des assistés est évidente aussi dans d’autres cas. À l’exception de deux femmes dont on ignore l’état civil, les autres sont toutes veuves. Pour deux d’entre elles, il n’y a pas de trace d’enfant. Les trois enfants de Jeanne Bergoud, veuve Duclos, sont décédés entre 1635 et 1643, tous en très bas âge. Jeanne Dubois, la veuve de l’imprimeur Nicolas Gaudin, ne baptise à Lyon qu’une fille, en janvier 1648, Anne, qui meurt cependant en décembre 1651. Les veuves ayant des enfants vivants ne peuvent pas non plus compter beaucoup sur l’aide de ces derniers. Marguerite Arnaud, veuve de Jean Martin, a mis au monde six enfants entre 1640 et 1648. En 1651, elle est seule, chargée d’une fille et de quatre garçons (un autre garçon, Nicolas, baptisé en 1642, est mort en 1644) : Françoise, l’aînée, a environ 11 ans ; Jacques est né en septembre 1640, moins d’un an après sa sœur ; Jean, Charles et Nicolas ont respectivement 6, 5 et 3 ans ; Jacques meurt en juillet 1651, Jean en mars 1652 et Françoise en 1657. Jacqueme Bertrand, quant à elle, a perdu deux des trois enfants qu’elle a eus avec Théophile Daniel alors qu’ils ont 8 mois et 3 ans. Il lui reste une fille, Pernette, qu’elle mariera en février 1656 avec un ouvrier en soie, Jean Gillard, fils d’un autre assisté de 1651, François. Jacqueme avait épousé en premières noces un épinglier, François Rey, dont elle avait eu trois enfants (en 1624, 1625 et 1627). La deuxième est sans doute morte en bas âge.

  • 5 Un seul cas est ambigu : Nicolas Manche, né à Genève vers 1572, a une fille, Sara, née vers 1631, (...)
  • 6 Elle abjure à l’Hôtel-Dieu le 25 décembre 1663, deux ans après son père.
  • 7 Il abjure le 7 août 1661.
  • 8 Trois autres enfants, nés entre 1639 et 1645, sont décédés avant 1651.
  • 9 Deux autres sont morts en bas âge.

7Les hommes assistés sont en revanche presque tous mariés et ont charge de famille5. Daniel Petitjean a eu trois enfants de Jeanne Choulat, qui est enceinte du quatrième en 1651 (elle accouche d’une fille en février 1652). Deux autres naîtront en 1655 et en 1658. De ses six enfants, seule l’aînée, Marie, sera encore vivante en 16636. François Carton et sa femme Jeanne Vautrippe ont eu sept enfants entre 1638 et 1649, dont deux seulement sont encore en vie en 1651 : David, l’aîné, et Jean-Martin, né en mai 16437. Antoine Cautelet et sa femme Marie ont trois enfants vivants et mettront au monde une autre fille en mars 16548. Le beau-frère d’Antoine, Léonard Dufresne, meurt en novembre 1651, laissant son épouse avec deux enfants à charge9. À la faiblesse de leurs relations familiales s’ajoute leur marginalité sociale par rapport à la communauté réformée. Seul Jean-Martin est sollicité en juin 1636 comme parrain de la fille d’un ouvrier en draps de soie, les autres sont complètement inactifs dans les parrainages et marrainages des réformés lyonnais.

  • 10 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles... », document cité.

8Le silence des sources nous accompagne jusqu’en 1664, lorsqu’on retrouve une bribe des comptes d’assistance du consistoire, tenus par Simon Pelloutier, un marchand drapier d’environ 60 ans, membre récurrent du consistoire – il était ancien aussi en 165110. Son relevé présente les dépenses d’assistance qu’il a engagées au nom du consistoire entre le 1er juin 1664 et le 31 mai 1665. Les 1 404 livres et 11 sols dépensés sont répartis en 34 lots, assignés à 17 femmes – certaines avec enfants –, à 16 hommes et à une fratrie, sans doute mixte. Le nombre d’assistés, très proche de celui de 1651, nous laisse penser que celui-ci comprend l’ensemble des assistés réguliers au sein de l’Église lyonnaise. Mais rien ne prouve qu’il n’y ait pas d’autres assistés et que les comptes se réfèrent à l’ensemble des quartiers lyonnais.

9Les sommes allouées varient selon les personnes et les situations : on va de 4 livres données à Antoine Cautelet, affaneur de profession, à 111 livres assignées à Marie Baille, fille d’Esaie Baille, pasteur de l’Église de Lyon entre 1604 et 1647. Trois personnes reçoivent 65 livres, cinq en reçoivent 52, quatre 26, d’autres des sommes variables, le mode (c’est-à-dire le montant qui revient le plus souvent) se fixant à 39 livres. Nous ne savons pas à quoi cet argent est destiné ni quelle est la régularité des paiements et du suivi.

10Si l’on compare la liste nominative des assistés de 1664-1665 à celle de 1651, on trouve des personnes déjà connues : le cordonnier François Carton, dont la femme meurt en octobre 1664 ; Antoine Cautelet et sa femme Marie Dufresne ; Marie Bergeon, dont on ne connaît que le statut de veuve en 1651 ; Gabrielle Darbilly et Anne Jacquemin, cette dernière étant fille d’un orfèvre et d’une certaine Claudine Carton, dont on peut deviner un lien de parenté avec François, lui-même assisté. Ensemble, ils témoignent de la difficulté de sortir d’une position de dépendance liée aux aléas de métiers humbles et sans qualification. Léonard Dufresne et Antoine Cautelet sont les exemples mêmes de ces vies difficilement indépendantes des aides communautaires. Ils sont, comme on l’a dit, tous deux des affaneurs originaires de Genève, qui ont probablement consolidé leur rapport en épousant chacun la sœur de l’autre. À Lyon, où se trouvent aussi d’autres membres de leurs familles, ils mènent une vie à la limite de la dépendance. L’Église les assiste : Léonard, comme on l’a dit, reçoit une somme d’argent en 1651 – et sans doute même avant – et quelques mois avant sa mort, en novembre de la même année ; son frère Estienne, ouvrier en draps de soie, apparaît dans les paiements de Simon Pelloutier en 1665 comme bénéficiaire d’une aide s’élevant à 26 livres (son ménage se compose alors de son épouse, de sa fille, Françoise, née en 1661 et de lui-même). Antoine Cautelet semble en revanche réussir un petit pari, devenant maître moulinier de soie avant 1665, sans doute grâce aux relations qu’il a pu tisser dans la ville et qui lui ont permis aussi de marier son fils André avec la fille d’un « drapier drapant », en novembre 1665. L’Église lui apporte d’ailleurs une toute petite aide : 4 livres, la somme la plus basse des paiements effectués par l’ancien Pelloutier.

11Parmi les professions indiquées des hommes assistés, on compte 2 cordonniers, 3 ouvriers en draps de soie, 1 passementier, 1 mercier / pouponnier, 1 drapier drapant et 1 affaneur. Et parmi les maris des femmes assistées – sans doute décédés ou partis –, il y a 1 marchand, 2 ouvriers en draps de soie, 1 imprimeur, 1 marchand de chevaux, 1 laboureur, 1 marchand mercier, 1 apothicaire, 1 maître moulinier de soie et 1 maître horloger. Ici aussi, on trouve plusieurs étrangers.

  • 11 Elle sera suivie par sa sœur aînée en 1685. Voir dans le chapitre iv, l’histoire de Nicolas Agnès e (...)

12Les sommes engagées ne sont pas négligeables, mais sans doute faibles pour parer aux aléas de la vie des couches les plus fragiles de la population protestante. Et c’est parmi cette population fragile que se trouvent de nombreux convertis. Les individus suivants abandonnent l’Église réformée : l’une des filles survivantes de Guillaume Chrestien (Marguerite, en 1684), l’un des fils de Jean Gillard (Étienne, en 1674), ainsi que le fils d’Antoine Cautelet (André, en 1678). En 1670, c’est Daniel Claude, un maître passementier ayant reçu 52 livres par son Église en 1664, qui la quitte et abjure en mai 1670. Andrée Balexert fera de même en 1668, avec ses enfants. Le fils de François Carton, Jean-Martin, assisté aussi bien en 1651 qu’en 1664, avait renié sa foi en 1661 ; et l’une des filles de Léonard Dufresne et Marie Cautelet, Susanne, l’avait fait en 166211.

  • 12 AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des desniers des pauvres de l’esglise refformée d (...)
  • 13 Le dernier se trouve aux ADR, BP 3993, « Compte de la recepte et despense des desniers des pauvres (...)

13Dix ans plus tard, les archives nous livrent un autre compte des dépenses soutenues par le consistoire pour l’assistance aux pauvres. Il s’agit de celui de Claude Tourton12. Les comptes sont cette fois plus détaillés et permettent de mieux voir les différents postes. On dispose également de trois autres relevés de comptes, l’un datant des années 1678-1680, les autres respectivement de 1680-1682 et de 168413. On peut essayer de rassembler les informations que nous livrent ces différents documents, même s’ils sont rédigés à partir de logiques individuelles qui ne sont pas toujours uniformes.

  • 14 AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des desniers des pauvres de l’esglise refformée de (...)
  • 15 Ibid., mois de septembre. En avril 1676, cette somme est portée à 12 livres, mais le nombre d’élève (...)
  • 16 Ibid., avril 1676.

14D’une part, il y a les assistés réguliers, qui reçoivent des sommes d’argent tous les mois, allouées par décision du consistoire. D’autre part, un nombre important de dépenses ponctuelles figurent aussi dans ce compte. Celles-ci peuvent devenir récurrentes, mais sont conçues comme exceptionnelles, au point qu’il n’est même pas toujours utile d’en identifier avec précision les bénéficiaires : « deux suisses », « une fille », « un malade »... profitent de quelques sous pour continuer leur voyage s’ils sont en transit, pour se soigner ou pour compenser une perte temporaire du travail14. Nous découvrons par ce biais la présence d’un réseau interne d’assistance, composé de fidèles qui enseignent à lire aux enfants des pauvres – comme Jacques Goujon, payé 9 livres et 15 sols pour trois mois de travail dans cette fonction15 – ou qui hébergent des besogneux – « Dame Élie » accueille deux sœurs en septembre 1675, et on paie régulièrement à Jeanne Peyron ou à Fleuri Brun, d’Annonay, la pension de trois Lyonnais qui s’y sont retirés16.

15Ces comptes, présentés dans le tableau 1, nous permettent de quantifier les dépenses des subventions régulières aux fidèles en difficulté.

Tableau 22. Assistés de la communauté réformée, montants en sols (1675-1684)

Hommes 1675-1676 1678-1680 1680-1682 1684 Femmes 1675-1676 1678-1680 1680-1682 1684
Jacques Olivier 20 20, 25 (juin 79) Anne Balan (veuve Champagna) 21 20 25 25
Jean Boulé et famille 20, 30 (janv. 76) 20, 25 (1680) 25 30 Pernette Duperril (veuve Robert), à Genève 15 20
Jacques Colomb 30 25 25 30 Françoise Duvivier (veuve Antelme) 30 20, 25 (1680) 25 30
Pierre Colombet 30 15 15 Gabrielle Darbilly 20
Estienne Dufresne 15 15 Jeanne Jassaud 10 10 20
Jean Gillard et famille 15 15 15 25 Jeanne Bussière 15 15 20 25
Jean Deschamps et sa femmea 20 15 Estiennette Coutenot (veuve Guillaume Chrestien) 20 20
Jean Deshourches 10 15 15 45 Claudine Albert (veuve Jamet) 15 15
Claude Jourdet 10, 15 (juill. 76) 15 ? (veuve Isaac Ledoux) 15 15
Daniel Lalossière 15 20, 24 (janv. 79), 30 (déc. 79), 25 (mai 80) 30 40 Isabeau Dufresne (femme Nicolas Agnès) 10
Claude Roy 10 25 10 15 Marguerite Luca 20 20 20 20
René Bouchet 20 25 20 Isabeau Attenor (femme Jean Petit) ? 10
Pierre Perisselb ? Madelaine Lebeau 15 15 15 15
Sieur Bernardoz 40c Élisabeth Bernard (femme Daniel Meilan) 20
Jacques Chrestien 15 10 ? (veuve Pierre Jourdet) 15 20
Nicolas Agnès 10 10 Marie Cautelet 20 20 20 30
Daniel Meilan 15 ? (veuve Romane) 20
Nozaret et sa femme 35 Mye Couchet 15, 20 (janv. 76), 12 (juill. 76) 16
Jean Ponchard 15, 20 (avr. 79) Louise Nourry 15 15
« le maconnais qui tremble » 10, 20 (août 79), 10 (févr. 80) Jeanne Muret 10
Pierre Dart 15 15 ? (veuve M. Rouph, pasteur) 30
Nicolas Girard 40 Jacqueline Barlet (veuve avec enfants), de Neufchatel, au fbg de Vaise 5
Louis de Gouy et sa femme 30 Marguerite Mac 10
Jacques Villemot et sa femme 15 15 ? (veuve Jean Ponchard) 20
Pierre Lacoche 10 Françoise Camet 10
Barthélemy Goujon ? La Petigny et sa famille 30 30 30
Cordonnier de Vaise 160d Marie Lebeau (veuve Faverolle) 15, 30 (1679) 30
Sieur Faranel 30, 40 (juin 81) La Bouffard 10 10
Charles Bouffard 15 ? (veuve Goujon) 20 20 30
Pierre Cost 15 Susanne Cuna 10 10 15
Daniel Merlier 30 Marguerite Nicolas 20
? (mère de Marguerite Nicolas) 10
Marie Jullien (veuve Pierre Colombet) 15 15
Françoise Carton 15 20
Françoise Camet 10 10
Susanne Luco 20 20
? (veuve Nozaret) 25 30
Claude Varambier, vieille fille 40
La Paterné 30
Louise de Gouy 15
Marie Beau 10
Dame Élie 30
Jeanne Surrot (Lurrot) 20
Marie Lalonde 5
a. Sa femme meurt avant 1678.
b. Il est en pension à Annonay aux frais de la communauté.
c. Cela correspond aux frais de sa pension.
d. Pour sa nourriture, sa couche et son chauffage.
  • 17 On peut imaginer qu’elle est postérieure à 1665, si on suppose que la liste de Simon Pelloutier es (...)

16En 1675-1676, 38 individus ou familles reçoivent donc des sommes allant de 10 à 40 sols par semaine : 15 hommes, avec ou sans leurs femmes et enfants, et 23 femmes, souvent veuves. Ils sont presque tous assistés régulièrement depuis un certain temps : si Jacques Olivier, Estienne Dufresne, Jean Deschamps, Claude Roy, l’une des sœurs Lebeau, Mye Couchet ainsi que Gabrielle Darbilly et Claudine Albert se trouvaient déjà dans la liste de 1664-1665, la plupart des subsides donnés aux autres sont indiqués comme une continuation d’allocations préalables dont on ne connaît pas la date de mise en place17. Seulement 3 personnes – 1 homme et 2 femmes – sont de nouveaux arrivants, inclus cette année-là dans les subsides réguliers.

  • 18 Il s’agit d’un fond mis à disposition par l’Église réformée française et destiné à l’assistance de (...)
  • 19 Élisabeth est veuve en 1669, lorsqu’elle présente au baptême son premier petit-fils né en décembre (...)
  • 20 Elle en aura encore six, dont au moins cinq qui ont sans doute survécu à l’enfance.

17On retrouve des veuves de personnes assistées précédemment, comme Estiennette Coutenot, originaire du Dauphiné, veuve de Guillaume Chrestien, mort en 1668, « allocataire » du consistoire en 1664-1665, et qui reçoit désormais 20 sols par semaine jusqu’à sa mort, le 30 mai 1677. Que le veuvage soit une position fragile, nous le savions. Ces données le confirment à nouveau. Pernette Duperril est la fille d’un maître ouvrier en draps de soie de Genève ayant épousé un maître tailleur d’habits de Lyon qui en était à son troisième mariage. À ses noces, célébrées vers 1666, elle « hérite » sans doute des quatre enfants des premiers mariages de son époux, nés entre 1652 et 1662. En 1675, nous la retrouvons veuve, avec deux enfants à elle, baptisés au temple de Saint-Romain en 1667 et en 1669 : elle est retournée à Genève, où elle est assistée par la bourse française18, mais elle reçoit également 15 sols par mois du consistoire de Lyon, portés à 20 en 1678. Elle disparaît ensuite des comptes de l’Église. Claudine Albert avait obtenu 39 sols par l’intermédiaire de Simon Pelloutier : en 1675 et jusqu’en 1680, elle bénéficie d’une subvention régulière de 15 sols par mois. Élisabeth Levasseur est une Genevoise née vers 1629, veuve d’un tisserand – Isaac Roux – qui meurt avant 166919. Au début des années 1670, elle a deux enfants encore vivants, dont une fille, Susanne, mariée depuis mai 1669 avec un maître ouvrier en draps de soie, Jean Lacoche. Quand Élisabeth reçoit les subventions de l’Église réformée, sa fille est encombrée de grossesses et de deuils : le premier enfant naît en décembre 1669 et quatre autres suivent avec régularité – en 1670, 1671, 1672 et 1674 –, décédant tous en bas âge20. L’état économique du jeune couple ne semble pas permettre une prise en charge de la mère, Élisabeth Levasseur.

  • 21 L’éventuel décès n’est pas documenté et la famille peut avoir quitté Lyon pour poursuivre ses affa (...)

18Parmi les femmes assistées, il y a aussi des femmes temporairement seules, laissées par leurs maris, qui tentent de faire fortune ailleurs. Nicolas Agnès (voir son histoire au chapitre iv) part en 1675 dans l’armée, laissant à Lyon sa femme et ses enfants, qui sont pris en charge par le consistoire. Cela ne donne pas les résultats espérés : on le retrouve bénéficiaire direct du consistoire en 1678. Isabeau Attenor, femme de Jean Petit avec lequel elle a eu trois enfants – une est morte en bas âge –, a rejoint Genève, mais est assistée par l’église de Lyon, à la fois en 1675 et en 1678-1680, pour 10 sols par semaine. Élisabeth Bernard, la femme de Daniel Meilan, marchand mercier à Lyon, reçoit 20 sols par semaine en 1675-1676. Son mari s’est sans doute éloigné pour ses affaires et l’a laissée seule avec ses trois enfants, Susanne, Élisabeth et Daniel, nés en 1663, 1664 et 1671. À son retour, c’est lui qui perçoit une subvention, un peu inférieure à celle que percevra sa famille sans lui : il obtient 15 sols par semaine. Il s’agit alors de stabiliser une situation fragile, qui semble s’améliorer par la suite, car le nom des Meilan disparaît des registres des assistés21. Madelaine Lebeau, fille de Philippe, « géographe du Roi », est la seule de la fratrie Lebeau qui touchait une subvention en 1651 et en 1664-1665 à bénéficier encore d’une pension régulière jusqu’en 1684, fixée à 15 sols par semaine. Née en 1606, elle peut être désormais considérée comme une femme âgée et sans doute une « vieille fille », tout comme Claudine Varambier, ainsi définie par l’ancien qui rédige la liste des subventionnées lorsqu’elle commence à en faire partie en 1680 (elle est née en 1599). Françoise Camet n’est sans doute pas mariée non plus ; elle a droit à 10 sols par semaine en 1670-1680.

19On pourrait continuer ainsi et découvrir au fil de ces listes les histoires un peu sombres de femmes demandant des aides au consistoire pour leur permettre de faire face à une condition en voie de dégradation... La liste des femmes qui reçoivent une subvention augmente au fil des années plus que celle des hommes : 14 hommes sont assistés en 1680-1682, contre 17 femmes ; en 1684, on retrouve 11 hommes et 20 femmes, dont 6 nouvellement admises à l’assistance entre 1682 et 1684 (contre 3 hommes admis à la même période). La fragilité augmente-t-elle donc surtout chez les femmes ? Ce n’est pas sûr. Les hommes disposent sans doute d’autres options en plus de l’assistance de l’Église : non seulement par le biais du travail, mais aussi à travers l’émigration ou la conversion. La présence de la compagnie de la Propagation de la foi, en particulier avec les subventions qu’elle entreprend de distribuer à tous les convertis ou postulants à la conversion, introduit un élément nouveau dans l’éventail des possibilités. Plusieurs assistés se tournent en effet vers celle-ci : Françoise Duvivier, la fille de Jean Gillard, René Bouchet, Nicolas Agnès et sa femme, Isabeau Dufresne, , Daniel Meilan, Barthélemy Goujon, Daniel Merlier... font tous et toutes partie des abjurants de la Compagnie. Y trouvent-ils plus d’assistance que dans leur ancienne Église ?

20Les registres des assemblées hebdomadaires de la Compagnie permettent d’estimer les dépenses soutenues pour les convertis. J’ai essayé de reprendre les différents éléments proposés et de les étudier dans le détail. Quelques difficultés ont accompagné cette analyse. Ne s’agissant pas de registres comptables, les dépenses sont souvent notées de façon imprécise ou non quantifiable. On peut délibérer sur l’achat d’habits ou d’outils de travail pour un converti, sans préciser le montant engagé, ni même indiquer si et quand la dépense a réellement été effectuée. Les sommes mentionnées sont parfois prévisionnelles, engageant de l’argent que l’on ne dépense pas dans l’immédiat. C’est notamment le cas des apprentissages, pour lesquels figure un montant total, sans qu’il soit toujours possible de savoir si et quand il a été procédé aux paiements. L’identification des bénéficiaires est aussi très compliquée. Il est également difficile de faire la différence entre les sommes données à des convertis ou potentiellement tels et celles versées à ceux qui les hébergent ou les transportent. Et certaines aides sont données à des convertis « anonymes ». En dépit des précautions que l’on doit prendre pour lire ces données, je pense qu’il y a un véritable intérêt à analyser ces registres.

21On peut commencer en regardant les différents chapitres de dépenses qui figurent dans le premier registre des assemblées hebdomadaires de la Compagnie, qui couvre les dix premières années de son exercice (voir le tableau 23).

Tableau 23. Répartition des dépenses de la compagnie de la Propagation de la foi (1659-1669)

Catégories de dépenses Montant (en livres) %
Subventions directes ou prêts en argent 1 505 28
Apprentissage, éducation, aide à la maîtrise 1 030 19
Pensions 940 17
Habillement et fournitures diverses 463 8
Voyages 271 5
Gages 107 2
Outils de travail 91 2
Dots 60 1
Dépenses diverses 1 011 18
Total 5 478 100
  • 22 ADR, 45 H 12, 4 février 1664.
  • 23 ADR, 45 H 12, 10 mars 1664.
  • 24 ADR, 45 H 12, 1er octobre 1664 et 22 décembre 1664.

22Les bénéficiaires de la Compagnie sont souvent pris en charge presque complètement par celle-ci, qui répond à leurs besoins en nourriture, en vêtements, en logement, en formation professionnelle, en outils de travail, en déplacements ou encore par une assistance en cas de maladie. Les aides leur parviennent à la fois sous forme de donations ou de prêts d’argent directement versé aux intéressés, ou bien sous des formes différentes : il peut s’agir d’habits achetés directement par la Compagnie puis donnés aux bénéficiaires ou d’une prise en charge directe de leurs frais de pension ou de voyage, sans remise d’argent aux convertis. La préférence de la Compagnie va sans doute à cette deuxième modalité, indirecte, qui lui permet de contrôler de près les bénéficiaires, qui doivent exposer leurs nécessités et donc maintenir un contact étroit avec ses officiers. Cela n’est pas toujours possible et finit par concerner un nombre relativement limité de personnes qui se réduit essentiellement à celles assistées de manière continue et régulière. Pour la majorité des protégés occasionnels, la remise d’argent est la voie la plus simple. Le montant fixé à chacun des postulants est très variable, allant le plus souvent d’une pièce de 30 sols à 6 voire 12 livres. Le mode (c’est-à-dire l’allocation la plus courante) s’élève à 3 livres, versées en une seule fois, mais cette somme peut être allouée à plusieurs reprises à une même personne. Nous pouvons constater ces variations, sans toujours réussir à les expliquer. Pourquoi, par exemple, le 2 février 1664, on donne 6 livres « à Catherine Jullien de Grenoble qui a abjuré depuis deux ans à Crémieux22 » et, un mois plus tard, on en donne 12 à André Pontet « crocheteur de cette ville, converti depuis dix ans23 » ? Nous ne pouvons pas exclure des logiques prenant en considération le statut des personnes. C’est plus évident dans le cas des dépenses pour les pensions des convertis ou des postulants, qui peuvent révéler des standards de vie proportionnels à leur position sociale. Ainsi, la pension (qui comprend sans doute l’hébergement) de Jacquemine Vallier coûte 6 livres par mois, celle de Mlle de Valmalette un peu plus de 8 livres par mois et celle de Catherine Pellissari, sans doute la plus haut placée des trois, 10 livres par mois24.

  • 25 Le calcul et les estimations sont trop compliqués à faire et n’apportent pas grand-chose.
  • 26 ADR, 45 H 12, 3 septembre 1663.
  • 27 ADR, 45 H 12, 17 mars 1664

23À côté des subventions ponctuelles représentées ici, et qui correspondent à 28 % des dépenses soutenues par la Compagnie, il faut ajouter les subventions hebdomadaires régulières qui sont décidées pendant les assemblées25. Le 3 septembre 1663, on octroie par exemple à un garçon de Danzig 40 sols « jusqu’à ce qu’il soit converti et en condition26 » ; visité par un prêtre suisse au début du mois suivant, sans doute pour des raisons de langue, il est absous du luthéranisme et l’abjuration a lieu le 4 novembre. Entre-temps, en plus de la somme allouée, il reçoit à deux reprises 5 livres supplémentaires. À Estiennette Bousson, venue du pays de Gex en mars 1664, on accorde une allocation de 30 sols pendant deux ou trois mois27. Il en va de même pour Claudine Coursan, Jeanne Girard et Pierre Coulonge, qui obtiennent tous des montants compris entre 30 et 40 sols.

24Dans une catégorie à part, mais correspondant à la même signification, on peut compter les 107 livres dépensées par la Compagnie pour récupérer des biens engagés par les convertis. L’achat d’outils de travail ou la contribution sous forme de prêt à leur achat vise bien évidemment à rendre autonomes les néophytes. La Compagnie les aide par ailleurs à trouver du travail en mobilisant ses réseaux de connaissances. Un secteur d’investissement important, quantitativement, est celui que l’on pourrait qualifier de « formation professionnelle » des jeunes – et parfois des moins jeunes, comme ce René Bouchet, qui doit se reconvertir de boutonnier en tailleur d’habits et qui doit avoir au moins une cinquantaine d’années au moment de son changement de profession. On se soucie d’obtenir des contrats d’apprentissage pour les convertis et on les paie, en prévoyant de toucher une partie des gains futurs qu’ils obtiendront une fois installés. Certains legs faits à la Compagnie par des bienfaiteurs sont spécialement destinés à cette fonction. Les prêts d’argent pour permettre l’achat d’une maîtrise et l’installation qui suit sont aussi inclus dans cette catégorie de dépenses. La conversion peut donc devenir une étape importante dans un parcours de promotion sociale, surtout lorsque l’accès aux échelons supérieurs des professions se ferme aux protestants sous l’impulsion d’une législation royale de plus en plus discriminatoire.

25Les voyages, auxquels sont associés parfois des frais complémentaires – les repas des passagers et des accompagnateurs, par exemple – servent à conduire les convertis d’un lieu de résidence à un autre, ou bien à financer les voyages de ceux et celles qui, originaires d’une autre ville ou d’un autre village, déclarent vouloir rentrer chez eux sans en avoir les moyens.

  • 28 ADR, 45 H 12, 22 septembre 1664.

26Dans les dépenses diverses sont comptabilisés des frais qui ne vont pas directement dans les poches des convertis, mais qui servent essentiellement à la vie de la communauté et éventuellement à son financement. C’est le cas des frais pour la location d’une maison pour les nouvelles converties, pour l’achat de lits, pour le rafraîchissement des matelas et des paillasses, ou encore pour les dépenses lors de procès qui impliquent quelques convertis ou pour poursuivre des débiteurs insolvables, afin de récupérer auprès des protestants les legs assignés par testament à des convertis avant leur conversion. M. de La Font, par exemple, est poursuivi à plusieurs reprises pour verser les 60 livres que sa mère décédée avait léguées à Pierre Feautrier en 1658, peu avant l’abjuration de ce dernier28. Legs volontaires et legs forcés par la justice constituent d’ailleurs l’une des principales sources de financement de l’activité de la Compagnie.

  • 29 ADR, 45 H 11, « Le quatrième [sic] journal de la Compagnie de la Propagation de la foy establie a L (...)
  • 30 ADR, 45 H 11, 14 avril 1681.

27Le deuxième registre des réunions hebdomadaires de la Compagnie commence le 15 mai 1679 et se termine le 11 août 168729. Il croise les transformations de la législation royale concernant les subsides à donner aux convertis, en particulier la mise en place de la caisse des conversions introduite par Pellisson. On en a un écho direct à l’assemblée du 14 avril 1681, pendant laquelle on retranscrit en entier un « Memoire des precautions et des moyens dont il faut se servir pour pouvoir exiger quelques secours du Roy au subjet des nouveaux convertis envoyé par monsieur Clement30 ». Un certain nombre de conditions doivent être remplies : chaque famille ou individu doit recevoir moins de 100 livres au total ; les évêques ou ceux qui travaillent en leur nom doivent anticiper ces sommes lorsque l’occasion de les dépenser se présente ; il faut que les distributions ne concernent que les nouveaux convertis, non pas ceux qui se seraient déjà convertis ; il faut réserver ces subventions de préférence aux habitants du diocèse et, au cas où des étrangers viendraient postuler, ils doivent avoir des attestations du curé de leur paroisse d’origine (avec éventuellement une confirmation de l’évêque). Ces indications signalent la mise en place d’un système d’assistance qui se juxtapose à l’activité de la compagnie de la Propagation de la foi, touchant une population très différente puisque, comme on l’a vu, le gros des efforts de celle-ci vise les étrangers et non les locaux.

  • 31 ADR, 45 H 11.

28L’analyse quantitative des dépenses soutenues par la Compagnie pendant cette période n’ajoute pas grand-chose à ce que l’on vient de voir : on retrouve plus ou moins les mêmes chiffres, et la façon dont ceux-ci sont présentés rend le travail de synthèse plus compliqué. En revanche, le détail annuel des dépenses peut être intéressant à analyser. J’ai choisi comme exemple celui de 168031 (voir le tableau 24).

Tableau 24. Répartition des dépenses de la compagnie de la Propagation de la foi (1680)

Type de dépense Montant (en livres) %
Divers 469 37
Loyers 270 21
Pain 98 7
Voyages 21 2
Subventions, pensions... 420 33
Total 1 278 100

29Les dépenses de fonctionnement – comprenant les loyers et les dépenses diverses – représentent plus de la moitié des dépenses totales pour l’année 1680 (58 % environ). Le reste est destiné au soulagement des convertis, sous des formes différentes : pour leurs voyages (pour rejoindre des parents, pour retrouver un époux...), pour l’hébergement, pour l’apprentissage ou les dépenses courantes, dont l’argent semble être donné directement au bénéficiaire. Il est souvent difficile de connaître les montants précis correspondant aux diverses dépenses ; mais il est sans doute aussi superflu de vouloir détailler les aides avec plus de précision. Les 420 livres des subventions, qui incluent donc pensions, contributions directes, apprentissages... et les 21 livres des voyages, qui représentent environ 35 % des dépenses de la Compagnie, sont réparties entre 30 bénéficiaires, dont 20 femmes. Les sommes individuellement reçues varient selon les individus sur la base d’une analyse des besoins ponctuels de chacun – qui doit être logé ou mis en apprentissage, qui a besoin simplement d’un coup de pouce. En général, la somme proposée est de 1 livre et 10 sols par paiement, mais il est difficile de connaître la fréquence des paiements. Je pencherais pour des subventions mensuelles, car tous les calculs que l’on peut faire à partir d’autres séries documentaires convergent plus ou moins vers cette estimation.

  • 32 Loin de les identifier avec précision, souvent on les indique de façon très vague : un « chirurgien (...)

30Un autre point important à retenir est que plusieurs éléments nous empêchent de parvenir à des estimations quantitatives précises : la discrétion avec laquelle les aides sont distribuées, l’absence de règles précises sur l’allocation de fonds versé à l’une ou l’autre convertie, l’opacité concernant les ressources effectives de la Compagnie, la diversité des cas individuels, sans oublier la difficulté d’identifier avec précision les bénéficiaires d’une subvention ou d’un prêt32. Cependant, du point de vue des personnes voulant abjurer pour profiter des aides offertes, l’absence de règle laisse la place à une négociation qui peut être profitable.

31Concluons néanmoins par une certitude : la conversion n’est pas une source d’enrichissement. Les aides sont pensées par l’institution comme un moyen de remplacer les pertes engendrées par l’éloignement des réseaux préexistants. Ce sont des compensations visant à éviter que la conversion ne coûte à celui ou à celle qui souhaite poursuivre ce chemin, mais pas des instruments pour changer sa vie. Le respect des hiérarchies sociales existant au sein du groupe des convertis stabilise d’ailleurs la situation et suggère la grammaire sociale intériorisée par les institutions. Si l’on compare les sommes proposées aux convertis par la Compagnie et celles octroyées par l’Église réformée à ses assistés, on doit conclure que les subventions régulières proposées par l’Église réformée sont supérieures à celles offertes, en moyenne, par la Compagnie. Le problème est celui de l’accès à ces aides, réservées de manière régulière à ceux et celles qui font partie de cette communauté construite autour des quelque 200 foyers représentés dans l’« Etat general des familles » de 1651. Pour tous les autres, en particulier pour les étrangers, la Compagnie est un canal d’accès à l’assistance préférentiel, voire exclusif.

32Cette comparaison ne doit toutefois pas faire oublier les avantages indirects que la Compagnie offre aux convertis : l’accès aux autres formes d’assistance catholique présentes à Lyon, une mobilité plus confortable au sein du monde catholique si l’on veut partir de la ville, les connexions et les réseaux ouverts grâce à l’abjuration et à l’entrée dans l’univers catholique, bien plus vaste que le milieu protestant. Les calculs proposés ici ne donnent donc que des ordres de grandeur qui permettent de circonscrire les hypothèses et de les alimenter avec des données matérielles et tangibles. On comprend sans doute un peu mieux pourquoi les Lyonnais inscrits dans les réseaux d’assistance de l’Église réformée ne sont pas aussi nombreux à se tourner vers la Compagnie, tandis que les nouveaux arrivants peuvent se satisfaire des subventions proposées par celle-ci. Le temps d’accès au réseau permanent de la communauté protestante peut être plus long, alors que la mission assurée par la Compagnie peut garantir une mise en route rapide.

33Le gain matériel que les convertis peuvent tirer de leur abjuration ne semble donc pas extraordinaire. On peut conclure que celui-ci est essentiellement relationnel, pas seulement dû aux subsides immédiats, mais plutôt à l’ouverture de possibilités plus vastes que celles offertes par les milieux catholiques. En d’autres termes, la conversion n’est pas une très bonne affaire, même si elle peut permettre de survivre et d’organiser une nouvelle vie dans une ville nouvelle. Par ailleurs, la Compagnie est fidèle à l’idée exprimée dans ses statuts et inscrite dans ses principes : fournir une assistance matérielle conçue principalement pour remplacer les pertes éventuelles dues à la conversion. La concurrence entre les deux Églises, au niveau local, ne se joue donc pas sur la solidarité matérielle, mais plutôt sur l’enracinement de l’action de la Compagnie dans le tissu urbain de l’assistance et sur la visibilité des abjurations au sein d’une population protestante de plus en plus repliée sur elle-même.

34Le portrait de la communauté réformée que j’ai esquissé peut nous aider à imaginer les difficultés d’insertion et de participation à une culture de l’Église dominée par des élites marchandes, riches et puissantes, bien que bienveillantes et souvent solidaires à l’égard des faiblesses des moins bien dotés, par des membres appartenant à d’autres milieux sociaux et immergés dans d’autres mondes de relations. Quelques passerelles fédératrices s’installent au sein de la communauté, servant de pont entre des gens que tout sépare, à l’exception d’une confession partagée. Cet élément commun n’est pas toujours suffisant pour maintenir des liens solides à l’intérieur du groupe : diverses circonstances, biographiques ou conjoncturelles, peuvent les briser et pousser certains au départ. La pression est forte de la part du monde catholique, et la Compagnie met en place une stratégie complexe visant à isoler de plus en plus et à fragiliser les protestants. Deux dispositifs complémentaires font partie de cette stratégie : d’une part, on cherche à rendre plus dure la vie quotidienne des protestants, en réduisant leur marge de manœuvre et leurs possibilités de carrière ; d’autre part, on met en scène de manière systématique leur abandon, en faisant des abjurations des actes marquant la vie de la cité. Plusieurs cèdent à ces pressions, comme l’atteste l’augmentation relative du nombre des conversions dès les années 1670 ; mais la victoire n’est pas indiscutable et les résultats mitigés obtenus induisent la Compagnie à modifier en cours de route sa propre stratégie.

Notes

1 BSHPF, Ms. 75, « Reiglements pour les Pasteurs et Anciens de l’Église Réformée de Lyon par eux dressez selon qu’il est ordonné en l’article troisième du troisième chapitre de la discipline des Églises Reformées de France ».

2 ADR, BP 3993, « Mémoire des sommes dues à Henry Moze, apothicaire, par l’Église Réformée de Lyon, 1681 ».

3 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon », 25 juin 1651.

4 Simona Cerutti, Giustizia sommaria: pratiche e ideali di giustizia in una società di ancien régime, Torino, 18° secolo, Milan, Feltrinelli, 2003 ; Simona Cerutti, Étrangers : étude d’une condition d’incertitude dans une société d’ancien régime, Montrouge, Bayard, 2012.

5 Un seul cas est ambigu : Nicolas Manche, né à Genève vers 1572, a une fille, Sara, née vers 1631, à Genève aussi. On ignore si sa femme, Lucresse Bene, est toujours vivante en 1651. Sara se marie en février 1655 avec Antoine Marie, l’un des dix enfants de Jean Marie et Anne David, né en 1637, qui exerce la profession de faiseur de coussins.

6 Elle abjure à l’Hôtel-Dieu le 25 décembre 1663, deux ans après son père.

7 Il abjure le 7 août 1661.

8 Trois autres enfants, nés entre 1639 et 1645, sont décédés avant 1651.

9 Deux autres sont morts en bas âge.

10 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles... », document cité.

11 Elle sera suivie par sa sœur aînée en 1685. Voir dans le chapitre iv, l’histoire de Nicolas Agnès et de sa femme Isabeau Dufresne.

12 AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des desniers des pauvres de l’esglise refformée de Lyon donc l’exercisse se fait a St Romain commencé le vingt huitième juillet 1675 tenu par mot, Claude Tourton (l’un des anciens de l’Église) ».

13 Le dernier se trouve aux ADR, BP 3993, « Compte de la recepte et despense des desniers des pauvres de l’Église réformée de lyon commencé le 28 juin par mot Jean Berard l’un des anciens de ladite église, 1684 ».

14 AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des desniers des pauvres de l’esglise refformée de Lyon donc l’exercisse se fait a St Romain commencé le vingt huitième juillet 1675 tenu par mot, Claude Tourton (l’un des anciens de l’Église) », document cité.

15 Ibid., mois de septembre. En avril 1676, cette somme est portée à 12 livres, mais le nombre d’élèves a augmenté.

16 Ibid., avril 1676.

17 On peut imaginer qu’elle est postérieure à 1665, si on suppose que la liste de Simon Pelloutier est complète, ce qui n’est pas forcément le cas.

18 Il s’agit d’un fond mis à disposition par l’Église réformée française et destiné à l’assistance des pauvres ou des malades originaires de France qui se trouvent à Genève.

19 Élisabeth est veuve en 1669, lorsqu’elle présente au baptême son premier petit-fils né en décembre du mariage de Susanne et de Jean Lacoche. Aucune indication n’est disponible sur le décès d’Isaac.

20 Elle en aura encore six, dont au moins cinq qui ont sans doute survécu à l’enfance.

21 L’éventuel décès n’est pas documenté et la famille peut avoir quitté Lyon pour poursuivre ses affaires ailleurs.

22 ADR, 45 H 12, 4 février 1664.

23 ADR, 45 H 12, 10 mars 1664.

24 ADR, 45 H 12, 1er octobre 1664 et 22 décembre 1664.

25 Le calcul et les estimations sont trop compliqués à faire et n’apportent pas grand-chose.

26 ADR, 45 H 12, 3 septembre 1663.

27 ADR, 45 H 12, 17 mars 1664

28 ADR, 45 H 12, 22 septembre 1664.

29 ADR, 45 H 11, « Le quatrième [sic] journal de la Compagnie de la Propagation de la foy establie a Lyon ».

30 ADR, 45 H 11, 14 avril 1681.

31 ADR, 45 H 11.

32 Loin de les identifier avec précision, souvent on les indique de façon très vague : un « chirurgien de l’Hôtel-Dieu », « les estrangers huguenots logés chez mons. D’André », « un jeune homme de Lyon qui est venu d’Annonay ou il a fait abjuration », « une nommée Susanne » ou encore « une convertie sortie de prison », pour ne donner que quelques exemples tirés de ADR, 45 H 12, 15 novembre 1660, 22 août 1661, 18 décembre 1662, 5 novembre 1663.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search