Version classiqueVersion mobile

773 vies

 | 
Monica Martinat

Chapitre VI

Conflits

Texte intégral

  • 1 Georg Simmel, Le Conflit [1908], Sibylle Muller (trad.), Belval, Circé, 1992, p. 15.

Un groupe qui serait tout simplement centripète et harmonieux, une pure et simple « réunion », n’a non seulement pas d’existence empirique, mais encore ne présenterait pas de véritable processus de vie1.

  • 2 Alexandre Puyroche, « Liste des pasteurs de l’Église de Lyon, 1525-1788 », Bulletin de la Société (...)
  • 3 AML, 3 GG 086, « Extrait du livre des actes de l’Église Réformée de Lyon », 27 juillet 1650, pièce (...)

1Le 26 octobre 1648, le pasteur Alexandre Rouph tombe malade. Il demande alors au consistoire de la ville l’autorisation d’appeler auprès de lui son fils Samuel, afin d’obtenir une aide dans les activités cultuelles. Mais la communauté ne connaît pas Samuel et celui-ci ne semble pas avoir reçu la consécration nécessaire à l’exercice de toutes les fonctions de pasteur. Le consistoire ne donne pas suite à la requête d’Alexandre. Pourtant, environ un an plus tard, la communauté accepte : la maladie du pasteur s’est aggravée et, entre-temps, Samuel a été admis officiellement dans les rangs des ministres du culte. Il est ainsi accueilli à Lyon après avoir prêché quelques dimanches pour que les fidèles apprennent à le connaître. On décide qu’il habitera avec son père dans la maison dite « du paradis » et qu’il sera rémunéré avec une partie des 1 000 livres annuelles que l’Église verse à celui-ci. En avril 1650, on nomme à Lyon un deuxième pasteur : il s’agit d’Aaron Morus, auparavant pasteur de la communauté d’Orléans, fils d’un professeur de grec de la ville2. À son arrivée à Lyon, Aaron a environ 26 ans. C’est lui qui organise la succession d’Alexandre Rouph, qui décède peu de temps après son installation. Il convoque le consistoire et l’assemblée des chefs de famille, qui approuvent à l’unanimité la proposition de nommer, à la place du père, le fils Samuel. Celui-ci les remercie pour la confiance qu’on lui accorde et accepte la nomination. Un problème surgit néanmoins à l’évocation des clauses économiques proposées. Le consistoire lui offre le même salaire que recevait le père, mais ne prend pas en charge l’entretien de sa mère devenue veuve. Samuel refuse alors de signer son contrat à cause « des conditions portées par icelluy concernant la famille de feu Monsieur Rouph son père3 ». Après une mûre réflexion, le consistoire renonce à cette clause et la supprime du contrat. Mais le jeune pasteur relance et demande une augmentation de salaire de 200 livres par an. Le consistoire l’invite à revenir sur ses pas et à accepter les dispositions initiales. Samuel n’entend pas raison. On retire l’offre. Samuel voudrait faire marche arrière et se déclare alors prêt à accepter le salaire proposé au début des négociations ; la rupture est cependant irréversible et les anciens de l’Église, après avoir refusé de renégocier le contrat, se mettent à la recherche d’un autre pasteur qui pourrait être associé à Morus pour assurer le bon fonctionnement de la communauté.

  • 4 AML, 3 GG 086, document cité, pièce 9.

2L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais au mois de septembre, un autre élément conflictuel est introduit par Samuel Rouph lorsqu’il récuse un groupe d’anciens : les sieurs Pelloutier, Seignoret, Vuarin, Caze et Spon – ces deux derniers étant absents lors de l’assemblée du 15 septembre 1650 pendant laquelle cette requête est formulée4. On convoque alors l’assemblée des chefs de famille pour discuter du problème. La majorité des vingt-cinq convoqués vote contre la demande du pasteur, mais les divisions internes se radicalisent. Une véritable faction se forme, qui s’oppose désormais au consistoire et à ses décisions. S’ensuivent sept semaines d’attaques et de contre-attaques entre les partisans de Samuel Rouph et un consistoire qui semble compact, épaulé – selon ses dires – par la majorité de la communauté.

3Le 27 avril 1651, on décide qu’il est impossible de résoudre la question localement et que le recours à une instance extérieure à la communauté lyonnaise est nécessaire. Après de nombreuses discussions, l’affaire est présentée au synode de Bourgogne, la province ecclésiastique à laquelle appartient la communauté lyonnaise, qui se réunira avant la fin de l’année. Le consistoire rédige des instructions précises pour ses délégués, concernant l’attitude qu’ils devront tenir pendant le synode et les requêtes qu’ils devront lui soumettre. Les décisions du synode sont communiquées au mois de mai 1652 : les relations entre Samuel Rouph et la communauté lyonnaise sont définitivement arrêtées et les comptes sont soldés, avec lui et sa mère, qui peut rester dans sa résidence habituelle appartenant à l’Église, à la charge de cette dernière. La démission des anciens récusés par l’ancien pasteur est également confirmée et on procède à l’élection de nouveaux membres. On abandonne toute dénonciation envers certains membres du parti favorable à Samuel Rouph, afin de ramener un climat serein et de confiance au sein de l’Église. Le pasteur Turrettini, gracieusement prêté par la compagnie des pasteurs de Genève, contribuera de manière déterminante à la consolidation de la paix intérieure.

4Voici synthétiquement les faits. En un temps assez court, on passe donc d’une querelle pour des questions salariales, qui n’implique que l’aspirant pasteur et le consistoire, à un conflit impliquant une bonne partie de la communauté qui, après des semaines de disputes, n’arrive pas à trouver un accord et doit faire appel à une médiation externe. Pourquoi ?

5La première impression que l’on a en s’intéressant à cette affaire est qu’elle est suffisamment importante pour avoir laissé des traces éparpillées à Lyon, à Genève et à Bourg-en-Bresse dans les documents des synodes provinciaux. Ce n’est évidemment ni le premier ni le dernier des conflits qui éclatent à l’intérieur de cette petite communauté. Le choix et la nomination des pasteurs sont souvent des circonstances critiques, qui échauffent les âmes et qui dévoilent et rendent plus explicites et violentes des rivalités, des jalousies, des intérêts et des luttes pour le pouvoir à l’intérieur du groupe. À ces luttes et ces conflits contribuent aussi les pasteurs, dont les revendications ne sont pas toujours conformes aux attentes de la communauté ou à ses possibilités économiques, comme dans ce cas.

6Au cours du xviie siècle, quinze pasteurs exercent à Lyon de manière plus ou moins stable, pour des périodes supérieures à un an. Ils sont parfois seuls – et dans ce cas ils sont en général aidés par des pasteurs prêtés par d’autres communautés de manière ponctuelle –, mais ils sont le plus souvent deux, rarement trois (voir le tableau 18).

Tableau 18. Les pasteurs à Lyon au xviie siècle

Année d’élection Premier pasteur Deuxième pasteur Troisième pasteur
1601 Jean de Brunes
1604 Esaie Baille
1608 Esaie Baille Antoine Le Blanc
1620 Esaie Baille Alexandre Rouph
1634 Esaie Baille Alexandre Rouph Jean Senebier
1647 Alexandre Rouph Jean Senebier
1650 Aaron Morus Samuel Rouph
1652 Isaac de Combles
1654 Isaac de Combles Louis Tronchin Pierre Mussard
1656 Louis Tronchin Pierre Mussard
1662 Pierre Mussard
1664 Pierre Isarn Pierre Mussard
1667 Pierre Mussard
1669 Jacques Hertner Pierre Mussard
1670 Jacques Hertner
1673 Jacques Hertner Jean Graverol
1678 Jean Graverol Benjamin de Joux
1681 Jean Sarasin Jean Graverol Benjamin de Joux

Source : Alexandre Puyroche, « Liste des pasteurs de l’Église de Lyon, 1525-1788 », Bulletin de la Société pour l’histoire du protestantisme français, 1863, p. 480-488.

  • 5 BEG, Cp. R.9 c., où l’on évoque des tensions entre le pasteur et la communauté, sans toutefois don (...)

7Nous connaissons au moins quatre cas, en plus de celui que nous analysons ici, où la succession est un moment critique et ambigu. Le ministère du pasteur Esaie Baille, d’une grande longévité, profite entre 1608 et 1620 de l’aide d’un deuxième pasteur, Antoine Le Blanc, qui remplit aussi pendant son mandat un rôle politique important : il est modérateur adjoint de l’assemblée politique des protestants à Bussy au mois de mars 1610. On ignore les raisons de son départ de Lyon en 1620. On sait en revanche que l’année suivante il est affecté à la communauté de Beaune où, quelque temps après, il se convertit et abandonne définitivement l’Église réformée. Le grand âge et la faiblesse de Baille poussent la communauté, sans doute marquée par cette défection largement rendue publique à Lyon pour des raisons de propagande antiprotestante, à nommer à ses côtés le pasteur Jean Senebier, le gendre de Baille. À la mort de celui-ci, Senebier ne sera pas nommé à sa place, et nous le retrouvons quelques années après, toujours à Lyon, en train de gagner sa vie comme enseignant de grec5.

  • 6 Sur les tensions de ces années-là, voir aussi AML, 3 GG 086, « Mémoire pour nos députés du Synode d (...)
  • 7 Alexandre Puyroche, « Liste des pasteurs de l’Église de Lyon, 1525-1788 », art. cité.

8Des années plus tard, le jeune Jacques Hertner, né à Lyon d’une famille originaire de Zurich, se retrouve également sous le feu des critiques et des oppositions de la part de la communauté. Parfaitement intégré à la vie lyonnaise avec sa famille, il a étudié à Paris et à Sedan avant de revenir en ville en tant que pasteur de la communauté locale. Sa nomination est ratifiée par le synode de Bourgogne en 1671, malgré l’opposition de certains membres de l’église locale. Sept ans plus tard, il sera autorisé par un autre synode provincial à quitter la communauté, « les faiblesses qui ont interrompu les fonctions de son ministère augmentant6 ». La nomination du deuxième pasteur de ces années-là, Jean Graverol, suscite elle aussi des oppositions de la part de « quelques familles allemandes » de la ville7.

  • 8 BML, fond ancien, Ms. Coste 442 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon : 1659-1687, Genèv (...)
  • 9 BEG, Arch. Tronchin, vol. 28, « Avis sur les troubles de l’Église de Lion donné à Monsieur le synd (...)

9Rien de spécial ni de nouveau, donc, en 1651 : Samuel Rouph, comme d’autres avant et d’autres après lui, subit l’opposition d’une partie de la communauté dont il devrait tenir les rênes. Les mobiles paraissent clairs, du moins au départ : d’après les documents conservés, Samuel semble avoir voulu parier sur l’acceptation de sa requête par la communauté. Mais il fait marche arrière lorsqu’il se rend compte que son bluff ne fonctionne pas. Nous ne saurons sans doute jamais ce qui l’a poussé à agir ainsi, ni ce qu’ont pu penser ceux qui ont assisté à son jeu ; mais ce sont en fin de compte des détails marginaux. Ce qui nous surprend, ce n’est pas tant le fait que le consistoire d’abord puis l’assemblée des chefs de famille refusent ses conditions et décident de rompre un contrat impliquant une confiance entre les parties qui a disparu ; mais plutôt le fait que plusieurs hommes de l’Église – et non les plus marginaux, même si tous étrangers au consistoire de ces années – le soutiennent au point d’amorcer un conflit explicite et violent avec le consistoire et la partie de la communauté qui se reconnaît dans les positions de ce dernier. Dans ce contexte, l’explication du renvoi de Samuel Rouph proposée par Odile Martin me semble improbable ou du moins insuffisante : des raisons d’ordres disciplinaire et moral – l’absence d’un congé régulier de l’Église où il exerçait auparavant et le soupçon du viol d’une domestique8 – ne justifient pas l’action du consistoire à son encontre. Il semble peu plausible que la défense d’un pasteur un peu cow-boy et un peu cochon puisse pousser ses partisans à entrer en collision avec un consistoire formé aussi de parents et d’alliés des partisans de sa cause qui, pour lui, risquent une sanction importante, comme la suspension de la Cène. De plus, comme on l’a dit, la querelle prend très rapidement une dimension extralocale, qui implique la compagnie des Pasteurs de Genève et divers personnages du monde religieux et politique de la République : un compte rendu est envoyé à l’un des syndics, Jean-Antoine Sarasin, et un avis sur les événements lyonnais est exprimé aussi par le célèbre théologien genevois Théodore Tronchin9.

  • 10 Gédéon Donis et Marie Poannier, parents de la petite Anne, baptisée le 26 février 1651, disparaiss (...)
  • 11 ADR, 3 E 6954, notaire Perrichon, « Contrat de mariage entre Jean Graverol et Catherine Philibert  (...)
  • 12 Voir supra, chapitre v.

10Des relations d’amitiés et d’alliances familiales ont très probablement pesé sur les positions prises par certains chefs de famille qui se sont rangés du côté de Samuel dans ces années difficiles. Certains avaient eu des relations plus étroites que d’autres avec son père, le pasteur Alexandre. D’après les registres paroissiaux, dans la période comprise entre 1634 et 1643, Alexandre avait présenté au baptême neuf nouveau-nés. Parmi eux, quatre sont les fils d’hommes qui prendront solidement position pour Samuel : Jacob Aceré, Jean de La Font, Jean Moze et Ulrich Fitler. Des deux parrainages de Samuel que l’on connaît, un concerne le fils de Paul Delor, qui sera l’un de ses soutiens, l’autre celui du fils d’un Alsacien probablement de passage dont on perd rapidement la trace à Lyon10. Les relations personnelles que les pasteurs entretiennent avec les membres de la communauté semblent provoquer souvent des tensions à l’intérieur de celle-ci. Une certaine hostilité surgit à l’égard de tous ceux qui cherchent à approfondir des relations plus personnelles au sein du groupe. Jean Senebier, comme on l’a dit, est le mari de la fille du premier pasteur, qui est aussi le parrain de l’un de ses enfants. L’autre pasteur qui exerce avec lui, Alexandre Rouph, présente au baptême un autre de ses fils. Le réseau de Senebier est aussi formé par un certain nombre de personnes importantes qui pèsent à l’intérieur du groupe réformé : Jacob Aceré, Mathieu Spon, ainsi que diverses femmes qui représentent d’autres familles centrales dans le milieu protestant – les Vimar, les Moze, les Caze, les Grueber. Les pasteurs Graverol et Hertner, contestés à leur tour, présentent au baptême respectivement six et huit enfants de la communauté, tandis que les pasteurs Mussard et Baille n’en présentent que trois et deux (ses petits-enfants pour ce dernier) : ces pasteurs ne semblent pas avoir attisé les âmes de leurs ouailles. Et comme Senebier, Graverol et Hertner ont des relations familiales fortes au sein de la communauté. Le premier est le fils d’un procureur de la « cour de Monsieur le sénéschal et siège présidial de la ville de Nîmes » et il épouse en 1676 Catherine Philibert, fille d’Alexandre, un marchand et bourgeois de la ville de Lyon. À la dot importante de la future épouse – 20 000 livres, la totalité de ses droits sur l’héritage de sa mère –, les parents de Jean ajoutent encore 10 000 livres11. Le père et la mère de Jean Graverol habitent Nîmes et sont absents lors de la rédaction du contrat de mariage de leur fils ; ils se font représenter à Lyon par Jacques Got, marchand et banquier originaire de cette ville, mais résidant à Lyon. Le pasteur Graverol s’inscrit ainsi dans une élite protestante méridionale qui est en train de s’affirmer dans ces années-là, après un conflit avec la composante la plus ancienne de la communauté réformée locale, comprenant une partie suisse et allemande importante, à laquelle appartient aussi le second, Jacques Hertner. Jean-Martin Hertner, le père de Jacques, avait poursuivi une stratégie d’alliances au sein du monde marchand lyonnais, soignant surtout ses rapports avec le monde germanique d’où il venait et avec le milieu genevois : ses filles avaient épousé un banquier et un marchand de Francfort résidents à Lyon, un banquier de Genève – qui rentrera à Genève en emmenant sa femme avec lui – et avec un marchand bourgeois de Saint-Gall, dont l’activité commerciale était basée à Lyon12. Les mariages des garçons, tous célébrés après le décès de Jean-Martin, servent au contraire à consolider la position sociale de la famille dans les réseaux lyonnais : Vincent épouse en 1664 la fille d’un bourgeois de la ville, Susanne Hiervadel, et Jacques convole en noces cinq ans plus tard avec Susanne Regnaud, fille d’un pharmacien de Lyon, membre du consistoire de la ville au moment du conflit dont nous parlons ici. Toutes les unions des enfants Hertner soulignent leur position au sein de la haute société urbaine, parmi les couches les plus riches, avec des dots qui tournent autour de 12 000 à 15 000 livres et dans un réseau professionnel et social à cheval entre le monde germanique et le monde lyonnais.

11Ainsi, lorsque les pasteurs resserrent des alliances familiales à l’intérieur d’une communauté formée de personnes provenant d’horizons différents du point de vue culturel et linguistique, et lorsqu’ils sont impliqués dans des réseaux d’intérêts et d’affaires spécifiques, les problèmes les guettent. Inévitablement, ces alliances risquent de compromettre un équilibre précaire entre les parties, qui doivent constamment composer entre des instances et des intérêts mouvants d’un groupe composite que la religion commune, seule, n’est pas capable de maintenir soudé.

12Les problèmes évoqués servent à mettre en lumière une constante : la difficulté du groupe à harmoniser ses composantes, prêtes à s’élever les unes contre les autres dès qu’un déséquilibre apparaît, comme lorsqu’un pasteur est trop impliqué auprès de la communauté qu’il est censé gérer de manière impartiale. Il a été dit précédemment qu’il s’agit d’une communauté complexe, où les différences entre les membres sont professionnelles, sociales, d’origine, d’âge... L’ensemble de ces différences représente une microsociété dans laquelle toutes les parties ne trouvent ni voix ni représentation équivalente. On peut néanmoins y tisser des liens, provisoires ou stables, mettant en relation des personnes de milieux très variés. Toutefois, ces liens sont faibles et se défont souvent : aucune des formes de solidarité que l’on estime habituellement solides ne semble dominer ni créer des relations pérennes de pouvoir à l’intérieur du groupe. Il ne s’agit pas d’une communauté dans laquelle seraient présents des groupes de pouvoir, familiaux ou autres, qui domineraient de façon systématique la vie de la communauté. La versatilité des alliances prend en compte les différentes appartenances et fidélités des membres, mais n’arrive pas à imposer une structure figée à des fronts qui, à tour de rôle, s’opposent les uns aux autres. La recherche d’une logique précise de division entre le « parti pro-Rouph », d’une part, et celui du consistoire, d’autre part, se heurte justement à l’impossibilité de reconnaître des caractéristiques discriminatoires fixes entre les groupes. Il peut néanmoins être utile de mettre ensemble les informations que nous avons sur les hommes qui composent les deux fronts et sur les relations qui les lient les uns aux autres. On peut ainsi tenter d’expliquer la variabilité des positions et d’obtenir une image plus nette du groupe dans son ensemble, ainsi que de ses dynamiques.

  • 13 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue R (...)

13Commençons par les partisans de Rouph, qui se présentent et sont reconnus par leurs adversaires comme un véritable parti. Le tableau 2 expose la liste de tous ceux qui sont cités comme partisans du pasteur dans les différents documents décrivant le conflit, pendant toute la durée de son développement. Le nom et le prénom sont accompagnés des informations biographiques tirées d’autres documents, comme la profession, l’origine ou l’âge, qui figure, lorsqu’il est connu, dans la deuxièm colonne. La troisième colonne recense la contribution payée par chaque foyer pour l’entretien des pasteurs d’après l’« Etat general des familles... » de 165113. Même si les montants versés ne sont pas nécessairement proportionnels à la richesse des contribuables, ils permettent d’avoir une idée de leur place à l’intérieur de la hiérarchie interne du groupe.

Tableau 19. Partisans de Rouph

Personne Âge Cotisation
pour l’Église (1651), en livres
Sept. 1650 Oct. 1650 Nov. 1650 Déc. 1650 Mai 1652
Jacob Aceré
Marchand banquier de Loudun
59  50 X X X X
David Couvreur
Marchand banquier de Francfort,
gendre de J.-M. Hertner-Clée
> 32  30 X X X
Jean de La Font
Marchand de soie
62  45 X X X X X
Paul Delor
Marchand mercier de Mizoëns
48  15 X X X X
Henri Gonsebat (ou Consebat)
Marchand de Saint-Gall
52 X X
Jean-Martin Hertner-Clée
Négociant et bourgeois de Zurich
61  60 X X
Jean Moze
Maître apothicaire de Lyon
52  16 X
Ulrich Fitler
Marchand de Saint-Gall
env. 50 52 X X
Samuel Gervais
Contrôleur à la douane de Lyon,
du Languedoc
env. 55 6 X X X
Crottier-Desmarest 10 X X X
Jean-Barthélemy Sollicoffre
Marchand de Saint-Gall
52 X X
Jean Berard
Marchand de Mizoën
4 X
Joffray
Marchand de Mizoën
4 X
Claude Tourton
Marchand confiseur, du Vivarais
12 X
Jean Vieux
Marchand de Mizoën
8 X
Marc Mourillard
Maître orfèvre de Lyon
env. 30 4 X
Louis Mallein
Marchand de La Grave
env. 47 8 X
Pierre Cointaut
Maître-gantier de Montauban
45  6 X
Louis Granger
Muletier à Lyon
absent X
Mathieu Clot
Balancier
3 X
Louis Nadal
Marchand à Lyon
42  8 X
Jean Chabrol
Potier d’étain de St-Bonnet-le-Chateau
> 35  absent X
David Patron 15 X
  • 14 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 9 octobre 1650, nº 11.

14Ce parti se déclare pour la première fois lors de l’assemblée des chefs de famille convoquée après le prêche du dimanche au temple de Saint-Romain de Couzon le 25 septembre 1650 pour voter le renvoi du pasteur. Sur les vingt-cinq présents, sept s’opposent à la décision du consistoire. Ce sont « les sieurs Hertner, Aceré, de La Font, Couvreur, Gonsebat, Moze et Delor 14», tous des marchands ou des négociants, à l’exception d’un pharmacien, Jean Moze, dont la présence parmi les partisans de Rouph semble temporaire – il disparaît des sources concernant le conflit après cette première mention. Ils représentent les bons contribuables de la vie économique de l’Église, payant des sommes qui vont de 15 livres (Paul Delor) à 60 livres (Jean-Martin Hertner-Clée). Cinq ne sont pas originaires de Lyon, mais viennent des différentes parties du royaume de France ou de l’espace suisse-allemand. Ils ont presque tous des liens de parenté : David Couvreur est le gendre de Jean-Martin Hertner-Clée qui, de son côté, a épousé la sœur de la femme de Jacob Aceré. Les échanges de parrainages sont également fréquents au sein de ce groupe. Seul Paul Delor semble être un chevalier solitaire, pris dans un réseau de relations internes au groupe de famille de merciers originaires de Mizoën : presque tous les parrains et les marraines choisis pour ses dix enfants nés avant le conflit font partie d’un même noyau familial comprenant les familles Delor, Vieux, Horard, Berard, Joffray (voir le chapitre v). Les deux seules exceptions concernent le « lecteur » de l’église réformée de Saint-Romain et le pasteur Samuel Rouph, qui présente son nouveau-né au mois d’avril 1651.

  • 15 AML, 3 GG 086, 11 octobre 1650.

15Le 11 octobre 1650, quatre d’entre eux signent, avec six autres chefs de famille, un document considéré par le consistoire comme « fabriqué par des personnes passionnées et portées à former une division en cette église, lesquelles prennent pretexte de vouloir garder le sieur Samuel Rouph après qu’il eût demandé son congé et qu’il lui a été accordé15 ». Les nouvelles recrues sont Samuel Gervais, Ulrich Fitler et son associé Sollicoffre, les seigneurs Berard et Joffray ainsi qu’un représentant de la famille Crottier-Desmarest. Certains ont avec le groupe initial des liens de parenté plus ou moins proches – c’est sans aucun doute le cas des Berard et des Joffray, parents de Paul Delor, et celui d’Ulrich Fitler, mari d’une petite-fille de Jean Moze. Jean de La Font est le parrain d’un des fils de Samuel Gervais. Il n’y a que le membre de la famille Crottier-Desmarest – dont l’identification précise est impossible – qui ne semble pas avoir de liens internes à la communauté réformée avec les autres membres du parti pro-Rouph.

16Le recrutement de cette faction continue dans les mois suivants. En novembre, on trouve huit nouveaux adhérents. Certains d’entre eux sont encore directement liés au noyau initial : aux Delor, Berard, Joffray est rattaché Jean Vieux, marchand de Mizoën comme les autres ; Louis Mallein, du village de La Grave en Dauphiné, a quelques connexions distantes avec ce groupe, auquel est également lié le balancier Mathieu Clot. Claude Tourton a des relations avec Jean-Martin Hertner-Clée et avec un nouvel arrivant, Pierre Cointaut, qui est aussi en relation avec la famille Gonsebat. Les trois autres, pour ce que nous en savons, n’ont aucun lien visible avec ceux qui les ont précédés dans la défense du pasteur. Louis Nadal et Marc Mourillard sont beaux-frères. Louis Granger nous est en revanche totalement inconnu. Nous savons seulement qu’il est muletier.

17Dans le document final de 1652, à côté de Jean de La Font – le seul des « vieux » soumis à une motion de censure – apparaissent deux nouveaux personnages : Jean Chabrol, parent de Marc Mourillard, et David Patron, dont les parrainages le lient à certaines personnes déjà rencontrées : de La Font, Mourillard et Pierre Cointaut.

  • 16 Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français (BSHPF), Ms. 75, « Reiglements po (...)

18Le parti adverse est composé avant tout des hommes du consistoire. D’après les textes officiels, celui-ci doit être formé de douze hommes, associés aux pasteurs dans la gestion de la communauté16. Ils ont entre 30 et 60 ans environ. Ce sont des marchands pour la plupart, mais on trouve également un fermier général des gabelles, un avocat, un banquier, un pharmacien, un médecin et un maître horloger – le seul à avoir une profession artisanale, même si elle est prestigieuse et avec un haut niveau de spécialisation (voir le tableau 20).

Tableau 20. Les anciens de l’Église en 1651

Nom Âge Profession Origine Cotisation en livres (1651)
Jean Brunenc 45 Marchand St-Léger en Gévaudan 40
Jean Caze 43 Fermier général des gabelles Montpellier 60
Tobie Delor 54 Marchand mercier Mizoën (Dauphiné) 15
Isaac Fourmy 58 Marchand bourgeois Montpellier 20
Jacques Got ? Banquier Nîmes 20
Jean Huguetan 52 Avocat Lyon 30
Christophe Mandonnet 50 Marchand bourgeois Annonay 16
Simon Pelloutier 46 Marchand drapier ? 18
Jacques Regnaud 35 ? Apothicaire Bresse ? 16
Étienne Seignoret 29 ? Marchand Lyon 20
Charles Spon 42 Médecin Lyon 20
Jacques Vuarin 51 ? Maître horloger ? 16
  • 17 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe (xve- xixe siècle), Paris, Albin Michel, 1993, (...)
  • 18 Ils sont par ailleurs presque systématiquement absents des baptêmes de leurs filleuls, se faisant (...)
  • 19 Un membre de la famille Moze, allié grâce à une cousine, était un ancien du consistoire en 1648-16 (...)

19Les relations de parenté qui lient les anciens les uns aux autres sont nombreuses. Jean Brunenc est lié à Isaac Fourmy et à Charles Spon par ses deux mariages. Jean Huguetan côtoie dans le consistoire les maris et le veuf de ses trois sœurs. Simon Pelloutier est le mari de la cousine d’Étienne Seignoret, dont la sœur était la femme du médecin Charles Spon... Le groupe des anciens est donc dense du point de vue des relations de parenté et d’alliance. Seulement quatre personnes échappent, du moins apparemment, à des liens directs de parenté : Tobie Delor, Jacques Got, Jacques Regnaud et Jacques Vuarin. Ils sont tous « étrangers », chacun ayant une forme d’enracinement spécifique dans la ville. Nous avons déjà rencontré Tobie Delor, dont les sentiments et les intérêts sont toujours tournés vers son lieu d’origine, mais qui dispose d’un réseau d’affaires qui se déploie entre le Dauphiné, Lyon et Genève17. Le cœur de Jacques Got bat toujours pour Nîmes, sa ville natale, où il s’est marié et où il maintient des relations de parenté et d’affaires solides, qui ne portent pas préjudice à son insertion dans la vie économique et sociale lyonnaise. Les parrains et les marraines de ses trois premiers enfants, nés à Lyon dans ces mêmes années, sont tous de Nîmes18, mais à partir de 1653 on commence à trouver, dans le réseau tissé autour des baptêmes, des Lyonnais, parmi lesquels trois membres du consistoire : Charles Spon, Simon Pelloutier et Étienne Seignoret. Jacques Regnaud arrive à Lyon de la Bresse, très probablement grâce aux contacts établis par le mariage d’une cousine avec un pharmacien lyonnais, en 1641. Ce sont ces mêmes contacts qui favorisent sa cooptation dans le consistoire19. Jacques Vuarin, quant à lui, s’insère dans la société locale et dans le secteur de l’horlogerie grâce à son mariage avec la fille d’un marchand de la ville de cette profession.

20Ce groupe représente le premier et le principal adversaire des partisans de Rouph. On peut le comprendre en étudiant le déroulement du conflit. Dans les instructions que le consistoire donne à ses délégués au synode de Bussy pour défendre la position officielle de l’Église dans cette affaire, voici ce qu’on lit :

  • 20 BML, fond ancien, Ms. Coste 442, « Instructions du consistoire de l’Église réformee de lyon pour le (...)

Quant au reproche que lesdits adherans font aux anciens, qu’ils sont pour la pluspart parens, ce qui donne lieu a former des brigues entre eux : les deputez representeront audit synode comme hors quelques alliances contractées par affinité, pas un de ceux qui sont aujourd’hui dans ledites charges ne se touche de parentage, bien loin de se toucher aux degrez que la discipline mesme permet, comme ils offrent de verifier20.

  • 21 Voir les remarques sur ces familles de colporteurs et leurs stratégies d’intégration dans les vill (...)

21Dans la négation de l’illégalité des liens de parenté au sein du groupe, le consistoire confirme la présence de nombreuses alliances, même s’il les minimise et ne considère pas qu’elles jouent un rôle important et discriminatoire. Et il a raison, à partir du moment où les fronts de parenté sont divisés entre les deux camps et où de nombreuses relations de parenté ou d’affinité relient les membres du consistoire avec des membres du parti opposé. Certains anciens sont en effet les parents ou les alliés des principaux protagonistes de la fronde. Jacob Aceré est le mari de Marie Spon ; la première épouse de Jean-Martin Hertner-Clée était Françoise Spon, sœur de Marie et de Charles, membre du consistoire. L’ancien Tobie Delor est aussi l’oncle de Paul, qui se trouve de l’autre côté de la barricade. Ces exemples sont suffisants pour démontrer la continuité des relations familiales entre des personnes qui peuvent toutefois prendre des positions opposées dans un conflit interne à l’Église. Les cartes familiales se mélangent avec les cartes politiques, sans qu’il soit possible, pour nous, de percevoir une logique unitaire. On a parfois l’impression que les relations familiales sont la clé du recrutement des factions : on peut par exemple penser que Jean-Martin Hertner-Clée a fait pression sur David Couvreur pour qu’il se range du côté du pasteur Rouph, grâce aux conditions de paiement de la dot de sa fille. L’exemple des Delor mélange cependant à nouveau les cartes : en dépit de son homogamie et de la solidité de ses relations exclusives de parenté et de travail, la famille se trouve, dans ce conflit, partagée entre les deux camps. Est-ce le résultat des sympathies de l’un (l’oncle Tobie) et de l’autre (le neveu Paul) pour deux partis opposés ? Y a-t-il des éléments d’antipathie et de rivalité entre les deux Delor ? Ou bien sommes-nous face à une stratégie commune, familiale, qui vise à occuper des places dans tous les camps et dans tous les champs de la vie de la communauté lyonnaise, dans une logique totalement opportuniste21 ? Les éléments dont nous disposons sont trop peu nombreux pour apporter une réponse tranchée et dissiper les doutes, mais ces questions méritent d’être posées.

  • 22 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 20 avril 1651, nº 17.

22En revanche, ce qui frappe dans le consistoire de ces années-là, c’est l’absence de tout représentant du monde suisse et allemand, pourtant très actif dans l’économie de la ville et dans le monde réformé. Le parti pro-Rouph en compte au moins quinze, parmi lesquels Hertner-Clée et son gendre Couvreur, Henri Gonsebat, Ulrich Fitler et Jean-Barthélemy Sollicoffre. Le consistoire, peut-être pour éviter que le conflit ne se transforme en une rivalité fondée sur les origines, cherche rapidement l’appui de marchands étrangers, ce qui se voit à travers la composition du groupe qui le soutient explicitement. Du point de vue du consistoire, il ne s’agit pas d’un conflit légitime mais d’une fronde organisée par des personnes particulièrement actives contre les anciens et l’opinion de la majorité ; le parti du consistoire est donc moins visible et identifiable dans la documentation partisane que nous utilisons, puisqu’il tend à s’autoreprésenter comme la très grande majorité de la communauté. Il faut attendre le 24 avril 1651 pour voir le consistoire tenter une médiation. Trois chefs de famille sont nommés pour représenter la « plus saine partie de ceste Église22 » : le médecin Henri Gras, le marchand Jean-Henri Grueber et l’orfèvre Marc Perachon (voir le tableau 21).

  • 23 BML, fond ancien, Ms. Coste 443, 16 octobre 1651.

23Le 16 octobre de la même année, une lettre adressée à « Messieurs les Pasteurs et Anciens des Esglises reformées du synode de Bourgogne assemblés par permission du Roy à Bussy » est signée par trente chefs de famille qui se définissent comme les représentants de la « plus grande partie des principaux chefs de famille de l’Église reformée de Lion23 ».

24Comme on peut le voir dans le tableau 21, construit également en suivant deux phases de recrutement – la première correspondant à la première vague de ralliement des chefs de famille en faveur de la décision du consistoire, dès le mois de septembre 1650, la seconde aux ralliements suivants –, le consistoire peut compter depuis le début sur l’appui d’une vaste représentation de chefs de famille dont certains membres sont parmi les plus en vue de la communauté : les Fermont et les Hervarth, par ailleurs parents, le libraire Jean-Antoine Huguetan, les deux médecins protestants qui, avec Charles Spon, font partie du collège de médecine de la ville.

25Dans ce cas aussi, on peut deviner les critères de recrutement des partisans de la cause consistoriale, fondés sur des relations professionnelles et familiales. Les médecins bâtissent un front commun, peut-être par solidarité avec leur collègue Charles Spon. Et dans le monde de l’artisanat, nous pouvons reconnaître des chaînes de relations qui fonctionnent aussi dans le secteur politique. C’est le cas par exemple de l’adhésion de Jean-Pierre Bourget, un horloger qui a des relations avec Pierre Montmain, bien plus âgé que lui et défini comme « marchand horloger », dont la famille participe à plusieurs baptêmes des enfants de Jean-Pierre. Ici, celui-ci prend la défense du consistoire avec le vieux Montmain.

  • 24 AML, 3 GG 086, « Mémoire pour nos Deputés au Synode de Buxi », 7 juin 1671.

26La référence aux origines étrangères de plusieurs membres du parti pro-Rouph ne semble pas pertinente dans la définition des partis, comme ce sera le cas dans un autre conflit qui adviendra vingt ans plus tard24. Elle est toutefois utile pour expliquer quelques-unes des dynamiques du conflit.

Tableau 21 : Partisans du consistoire : les chefs de famille

Phase Nom Âge Profession Origine Cotisation en livres (1651)
Phase 1 David Allègre > 30 Marchand à Lyon Provence 20
Nicolas Buet > 35 Maître confiseur ? 6
Nicolas Fermont 39 ? Conseiller secrétaire du roi ? 40
Henri Gras 56 Médecin Lyon 24
Jean-Henri Grueber 60 Marchand bourgeois de Lyon ? 45
Jean-Henri Hervarth >45 Bourgeois de Lyon Genève ? 100
Jean-Antoine Huguetan >31 Marchand libraire, bourgeois de Lyon Lyon 30
Jean-Antoine Manlich 47 ? Marchand à Lyon, banquier Augsbourg 40
Pierre Montmain 74 Maître et marchand horloger ? 8
Claude Pellissari 76 Marchand à Lyon, bourgeois Grisons 12
Antoine Pelloutier 64 Marchand à Lyon, bourgeois Orange ? Lyon ? 21
Marc Perachon 57 Marchand-orfèvre Lyon ? 45
Pierre Seignoret 45 Marchand à Lyon Dauphiné 10
Louis Serre 62 Médecin Lyon 24
Jacques Vareilles 42 Marchand Mende 30
Phase 2 Sebald Amond env. 35 Marchand à Lyon Francfort absent
Nicolas Gaudemar Marchand Arles 10
Aymard? / Aymon  ? ?
Étienne Bizot env. 46 Contrôleur à la douane de Lyon 20
Honoré Buet 12 ?
Isaie Bonenfant ? Contrôleur à la douane de Lyon Lyon 10
Jean-Pierre Bourget Maître horloger 6
Pierre Crassel env. 45 Banquier et bourgeois de Lyon Aquisgrana (Allemagne) 60
Cyprien de La Salle env. 36 Chirurgien à Lyon Lyon ? Suisse ? 10
Jean Desmarest env. 21 ? Arles ? 10
Jean Giraud env. 31 Maître boutonnier ? 8
Pierre Marquis env. 43 Faiseur de coussin Lyon 5
André Penin 43 Marchand Lyon 4
Sarra ? ? ? ? ?
Stoppa ? ? ? ? 10
  • 25 Sur les difficultés à tenir des synodes après 1632, voir Catherine Martin, Les Compagnies de la Pr (...)
  • 26 BEG, Arch. Tronchin, document cité.
  • 27 Aucun des noms de parents ou alliés de Sarasin n’apparaît dans la documentation relative au confli (...)
  • 28 BEG, Arch. Tronchin, vol. 28, « Advis sur les troubles », f. 156. Cet avis de Tronchin est égaleme (...)

27Pendant la négociation entre les deux partis, en avril 1651, les partisans du pasteur contesté, étant donné l’impossibilité de convoquer rapidement le synode de Bourgogne dont l’Église lyonnaise dépend25, demandent que le conflit soit discuté et réglé par l’un des consistoires de Paris, Zurich ou Genève plutôt que par d’autres synodes des provinces françaises. Et c’est en effet avec Genève que communique au moins l’un des partis, en envoyant tout d’abord un mémorial présentant un compte rendu « des choses passées en novembre et décembre 165026 ». Nous ne savons pas qui l’a envoyé et nous ne connaissons pas non plus le contenu précis du texte, qui nous aurait très probablement permis d’envisager avec plus d’exactitude les raisons du conflit et nous aurait offert d’autres éléments factuels concernant son déroulement. Nous savons toutefois que le document a été envoyé à l’un des syndics de la ville, Jean-Antoine Sarasin, bien qu’il n’y en ait aucune trace dans la documentation officielle des autorités genevoises. Le recours à Sarasin a très probablement été fait à titre privé, peut-être parce qu’il avait une connaissance directe et indirecte de la communauté locale, grâce à son mariage avec une Lyonnaise – Marie Vimar – et à la présence à Lyon de l’un de ses frères, un marchand drapier qui y exerce une bonne partie de son activité. Sarasin semble super partes, du moins du point de vue des alliances27. Nous constatons aussi une certaine réticence de la part des hommes de Genève sollicités à s’exprimer sur la question. L’avis du théologien Tronchin sur l’affaire lyonnaise est très posé. On perçoit qu’il ne souhaite soutenir explicitement ni l’une ni l’autre partie. Il se dit favorable à l’envoi d’une personnalité extérieure à Lyon, de préférence provenant d’une communauté voisine, ayant la capacité d’écouter les raisons des deux parties et de les convaincre « afin que par ordre chacun se rangeant à son devoir l’Église en toutes ses parties soit restablie en sa premiere tranquillité28 ». Cette neutralité pourrait être le signe du poids social du parti pro-Rouph. Celui-ci ne peut pas être liquidé sommairement parce qu’il est animé par des personnages d’un certain poids relationnel, social et économique, tant à l’intérieur de la communauté qu’à l’extérieur, à travers les liens tissés entre elles par les familles des marchands et des négociants. Les contributions des chefs de famille versées aux finances communautaires confirment l’impression d’équilibre entre les deux partis. Ce qui s’oppose aux affirmations répétées du consistoire, qui se présente toujours comme le porte-parole de la majeure et meilleure partie de la communauté – « meilleure » ici concerne l’évaluation économique plus que l’évaluation morale : mais dans les deux partis sont représentées les principales professions exercées par les protestants lyonnais, surtout par son élite, employée notamment dans le commerce et dans la banque.

  • 29 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 15 décembre 1650, nº 19.
  • 30 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 15 décembre 1650, nº 19.

28Ainsi, ni les rapports familiaux, ni l’amitié, ni les origines, ni la condition socioprofessionnelle des individus ne sont des facteurs en mesure d’expliquer, seuls, les logiques des fronts qui se forment dans ce conflit. En dépit de sa violence, ce n’est pas un conflit qui affecte de manière durable les relations plus profondes de solidarité familiale et d’alliance stratégique. La querelle de ces années reste circonscrite dans un espace limité et ne déborde pas de ce cadre. C’est la raison pour laquelle les choix de chaque acteur sont difficiles à expliquer et ne s’insèrent pas dans un schéma défini et univoque : on ne prend pas position uniquement par amitié, par parenté, par origine géographique commune, par solidarité de génération, par liens professionnels ou économiques. Mieux : on peut prendre position pour toutes ou pour l’une de ces raisons. Chaque protagoniste du conflit semble en effet choisir, à l’intérieur de son espace social, la solidarité qui lui paraît la plus opportune à un moment donné, au détriment d’autres solidarités possibles. Cela donne lieu à des groupes formés de réseaux hétérogènes qui réussissent à cohabiter parce que l’espace de la dispute n’affecte pas d’autres aspects de la vie de chacun. Il ne remet en cause ni les amitiés, ni les parentés, ni les alliances : il se mélange à celles-ci et les fait valoir aussi à l’intérieur du conflit. Au cours de celui-ci, par exemple, les membres de la faction pro-Rouph, craignant d’être exclus des sacrements, agissent en anticipant la réaction potentielle du consistoire : un document daté du 15 décembre 1650 rapporte que les seigneurs Hertner-Clée, Aceré, de La Font, accompagnés de quatre autres hommes, cherchent à recueillir les signatures des membres du consistoire dans le but d’affirmer qu’ils n’ont jamais rien fait qui puisse les exclure de la Cène29. Pris par surprise – disent-ils –, le pasteur Morus et deux anciens (Regnaud et Delor) signent ce document, avant d’être reniés par les autres, qui décident de n’approuver aucun document provenant de « personnes qui causent une division en nostre esglise et rompent l’union d’icelle30 ». Au même moment, ils se déclarent cléments et charitables et nient vouloir imposer des sanctions contre leurs adversaires. Ici aussi, dans les réactions des hommes du consistoire, nous pouvons observer des attitudes spécifiques qui cherchent à éviter de pousser le conflit jusqu’au point de non-retour. La clémence et la charité sont sans doute cultivées dans le jardin des relations familiales et professionnelles qui lient entre elles les familles marchandes, afin d’éviter de faire sombrer parents et alliés, ne serait-ce que pour ne pas mêler sa propre famille ou les affaires à des sanctions hautement symboliques.

  • 31 BEG, Arch. Tronchin, « Reiglemens pour les pasteurs... », document cité ; Odile Martin, La Convers (...)
  • 32 BEG, Arch. Tronchin, « Reiglemens pour les pasteurs... », document cité., art. 1.
  • 33 Élisabeth Labrousse, La Révocation de l’édit de Nantes : une fois, une loi, un roi ?, Paris, Payot, (...)

29Pour rendre compte et raison de ce conflit, il nous reste une dernière piste à suivre : celle du conflit de pouvoir au sein d’un groupe qui est en train de redéfinir ses contours et ses règles. En 1649, le consistoire de Lyon produit et approuve des « reiglemens pour les pasteurs et anciens de l’Église reformee de Lyon, par eux dressez, selon qu’il est ordonné en l’art. 3eme du troisieme chapitre de la discipline31 ». Ce ne sont sans doute pas les premiers règlements existants. Au cours de ces années, on ressent en effet le besoin d’organiser la structure du groupe et d’en définir les responsabilités de gestion. Le règlement divise la ville en cinq quartiers, chacun étant confié à un ancien qui doit s’occuper des fidèles qui y résident en les visitant, en les assistant si besoin et en percevant deux fois par an les contributions « que chaque fidele donne volontairement pour l’entretenement des pasteurs ». Puisque les anciens sont au nombre de douze, on précise d’autres charges, de nature économique et de contrôle des comptes et des registres paroissiaux. Le but principal de ces règlements est sans doute de rationaliser et de parfaire le soin individuel de tous les fidèles de la part de personnes reconnues pour leur moralité, afin que « leurs mœurs soient chretiennes et qu’ils facent leur devoir de frequenter les saintes assemblees et y profiter32 ». On insiste en particulier sur la nécessité de visiter les prisonniers et les pauvres enfermés à l’hôpital de l’Aumône générale. Les risques de conversions sont plus forts lorsqu’on se trouve dans des situations fragiles, quand on vit dans des institutions fermées et contrôlées par le clergé catholique. Les débats au sein du monde protestant international des premières décennies du siècle – desquels avaient émergé deux positions théologiques et morales bien définies, plus ou moins rigoristes – avaient eu un rôle important dans la redéfinition des caractères du calvinisme français, qui avait trouvé une via media au cours du synode national de Charenton, en 164433. Les discussions avaient été animées et avaient provoqué, au niveau local, une exigence renouvelée de contrôle de l’orthodoxie des fidèles. Dans le même temps, la politique de tolérance relative à l’égard des réformés mise en place par l’édit de Nantes commençait à souffrir de nouvelles attaques. De nouvelles campagnes de conversions des protestants étaient organisées dans l’ensemble du royaume. Le climat était devenu plus sombre, même s’il était encore difficile d’apercevoir la tempête à venir. Ces éléments peuvent expliquer la volonté de préciser les tâches et les fonctions de l’organe qui doit s’occuper de la moralité des fidèles et de leur assistance, ainsi que celle de diriger, avec les pasteurs, une communauté fortement diversifiée et stratifiée.

  • 34 BML, Ms. Coste 442, « Instructions du consistoire... pour les deputez au synode », 14 octobre 1651

30Les moments de restructuration et de réorganisation que connaissent les groupes peuvent remettre en question des pratiques et des coutumes consolidées, redéfinir des hiérarchies internes et marginaliser des membres qui avaient été centraux à d’autres moments. Les nouvelles coutumes peuvent déplaire, ne plus satisfaire les exigences des fidèles et déplacer plusieurs d’entre eux aux marges d’une communauté en profonde transformation. Dans une période fluide comme celle qui caractérise les premiers temps de la Réforme, le mécontentement pouvait facilement inciter à un retour à la confession originaire. Un siècle après, le choix est plus complexe : la religion de naissance est, pour ces mécontents, la religion réformée, et le statut juridique des individus est désormais lié à leur appartenance religieuse. On ne change pas aisément, et les membres d’une même Église doivent s’accommoder des différences. La bataille est toutefois rude et peut amener à la contestation de certains et à l’éloignement silencieux d’autres. Des indices nous font penser que nous sommes devant une situation de ce genre au milieu du siècle. Les partisans de Rouph, en 1650, s’approprient des prérogatives que le règlement rédigé un peu plus d’un an auparavant réservait aux anciens, nommant à leur tour des « receveurs des deniers de l’Église » qui récoltent les subventions des fidèles à la place des membres du consistoire, sans doute pour payer les gages de leur protégé, et organisent des assemblées publiques pour contester les autorités ecclésiastiques34. Ils agissent en reprenant à leur compte les règles, en se mesurant aux anciens dans un rapport de force dont ils sortiront perdants, mais pas détruits.

  • 35 AML, 3 GG 086, « Mémoire pour nos Deputés au Synode de Buxi », 7 juin 1671.
  • 36 Mark S. Granovetter, « The Strenght of Weak Ties », The American Journal of Sociology, vol. 78, nº (...)
  • 37 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? 1970, Yasmin Hoffmann (trad.), Paris, Pocket, 1993. (...)
  • 38 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, op. cit., p. 9.
  • 39 Ibid., p. 11.
  • 40 Ibid., p. 163.

31Les tensions qui parcourent de manière systématique et organique la communauté ne sauraient donc pas la briser. Bien au contraire. On a vu comment des chefs de famille se livrent une guerre acharnée pendant un moment tout en tissant, quelques années après, des liens personnels et familiaux qui mélangent une fois de plus les cartes des solidarités et des oppositions. Ce sont ceux qui ne prennent pas part aux conflits qui sont les vrais exclus : ils ne participent pas à ces moments de tension, mais sont également à l’écart des dynamiques de fabrication d’un sens collectif qui se nourrit aussi des disputes et des rencontres récurrentes qui les accompagnent. Selon la perspective mise en évidence, entre autres, par Georg Simmel, le conflit produit la vie communautaire ou au moins une bonne partie de celle-ci. On a vu que, en 1651, les affrontements imposent aussi une mise au point des frontières communautaires, avec la réalisation d’un document qui fixe le nombre de familles considérées comme faisant partie du groupe. Nous ne savons pas, une fois de plus, comment les gens réagissent à cette définition, ni d’ailleurs si une division se produit parmi les chefs de famille. Nous en sommes encore une fois réduits à des hypothèses. Lorsque j’ai commencé à regarder la documentation relative au conflit de 1651, j’ai suivi une piste suggérée par les acteurs d’une autre dispute qui divise la communauté vingt ans plus tard : celle d’un conflit opposant des hommes nouveaux, jeunes, à ceux installés en ville depuis longtemps. Le résumé des faits proposé par le consistoire à l’intention du synode provincial, qui aurait dû encore une fois trancher et régler le problème, suggère que les origines géographiques différentes ont compté dans la mise en place des alliances : les hommes du Sud s’opposent aux Genevois et aux Suisses, désormais bien intégrés dans des dynamiques lyonnaises et tenant les rênes du pouvoir35. J’ai alors commencé à étudier le conflit, bien plus documenté, de 1651 à partir d’une clé interprétative analogue, mais appliquée à une situation dans laquelle les exclus et les bagarreurs sont précisément les Genevois et les Suisses, gagnants par la suite. Cette interprétation s’est rapidement révélée inopérante. Le clivage au sein de la communauté qui se dessine de manière récurrente lors des changements de pasteur ne repose pas sur les origines des protagonistes. On ne trouve jamais une faction de Suisses contre une autre qui serait dominée par les Lyonnais, les Dauphinois ou les Languedociens. Si on cherche des groupes structurés par la profession ou par la position sociale, on doit également reconnaître que ce n’est pas non plus la bonne direction. Il en est de même si l’on considère les fronts parentaux ou encore les classes d’âge. Le fait est que les alliances et les oppositions ne sont pas stables. Elles varient au gré des circonstances, sans doute aussi des sympathies et des antipathies des uns et des autres, auxquelles on trouve des justifications parfois moins subjectives, comme celle de la prédominance et de la volonté de s’imposer d’un groupe local. La physionomie variable des fronts qui s’opposent, séparant des factions stables à l’intérieur de la communauté, semble avoir comme effet la construction d’une marginalité elle aussi variable et, de ce fait, beaucoup plus radicale. La grammaire des disputes et des pacifications finit par être brouillée et permet uniquement à ceux qui sont au cœur des deux – des conflits comme des apaisements – de prendre position et de se comprendre. Les autres restent en marge. Cela constitue sans doute une caractéristique opportune, voire nécessaire, pour l’existence même d’une communauté, la violence des tensions servant d’exutoire sans conséquence durable. Mais, en même temps, cela représente une difficulté supplémentaire à l’intégration des franges les plus éloignées du noyau, qui se reconnaissent dans une dynamique étrangère aux autres. La position subalterne de ces autres devient fondamentale pour comprendre les liens qui peuvent les relier au noyau central, le cœur de la communauté, ou les détacher de ce groupe et favoriser leur départ. La confusion qui règne dans les relations entre l’individu et son environnement, engendrée par une conflictualité non organisée par des lignes de faille bien identifiables, est une hypothèse qui me paraît pouvoir expliquer aussi bien les difficultés que les nouveaux arrivants peuvent connaître quant à leur intégration dans le groupe que les tensions centrifuges portées par les membres permanents de la communauté qui peuvent les pousser à partir, à se détacher moralement et psychologiquement de leur ensemble initial pour expérimenter d’autres formes de liens et d’autres cadres de vie. La « force des liens faibles » mise en avant dans le modèle proposé par le sociologue Mark Granovetter en 1973 aboutit ici à deux conclusions : d’une part, elle contribue à former une communauté sans cliques stables ; d’autre part, elle permet de penser la dynamique de l’exclusion et la production de la marginalité36. Il reste cependant à imaginer comment se produit l’affaiblissement d’un lien entre certains individus et le groupe auquel ils appartiennent. Les caractéristiques du groupe dont il est question ici sont bien particulières. Il s’agit d’un groupe religieux mais fondé sur une appartenance juridique nécessaire et exclusive. Rester ou partir ne relève pas d’un choix facile. Parmi les études et les modélisations du rapport entre individus et groupes d’appartenance, le travail désormais ancien de Norbert Elias est toujours utile pour penser cette relation délicate. Le sociologue allemand suggère une manière douce d’envisager l’antinomie apparente entre liberté individuelle et contraintes collectives37. Si personne n’est totalement libre de ses gestes et de ses actes, ces derniers s’inscrivant tous dans des systèmes de relations multiples et complexes dans lesquels chacun est imbriqué, comment penser la contrainte sociale qui pèse sur les individus ? Elias oppose deux visions de cette relation. La première serait une représentation par cercles concentriques dessinés tout autour d’un « moi » central, un « homme pris isolément [...] entouré de “formations sociales” que l’esprit appréhende comme s’il s’agissait d’objets situés au-delà et en dehors du Moi38 ». À celle-ci, il préfère une autre représentation, plus souple et plus à même de décrire aussi les tâches de l’analyse sociologique. Cette image est celle d’une société composée « de nombreux individus, qui, de par leur dépendance réciproque, sont liés entre eux de multiples façons, formant ainsi des associations interdépendantes ou des configurations dans lesquelles l’équilibre des forces est plus ou moins instable39 ». La souplesse de cette représentation par rapport à la précédente est évidente. Elle permet d’intégrer dans l’étude des phénomènes sociaux une dialectique constante et instable entre l’individu et les relations qui le caractérisent, car le problème fondamental de la sociologie (et de l’histoire) est celui des interdépendances humaines40.

  • 41 Ibid., p. 165.
  • 42 Ibid., p. 166.

32De cette dialectique font partie également les sentiments ou, pour le dire avec les mots d’Elias et de la sociologie, les liens affectifs. Les pages que le sociologue consacre au rôle de ces liens dans la structuration de la société sont particulièrement éclairantes et tout à fait utiles. L’exemple est celui de la mort d’un être cher à un sujet. Ce n’est pas un événement qui a lieu à l’extérieur du sujet, dans un espace qui lui échappe et qui, de cette place, viendrait retentir sur sa vie intime. La mort d’un être cher est aussi la perte d’une partie de nous-mêmes, non seulement sur le plan affectif et intime, mais aussi sur celui des effets sociaux : « L’une des valences de la configuration que forme l’ensemble des valences saturées et non saturées s’était fixée sur l’autre personne. Elle est morte, une partie intégrante de lui-même, de son image “moi / nous”, s’est brisée41. » De ce fait, l’ensemble de la configuration subit un stress et doit se redessiner : « Une personne aimée disparaît, et la configuration des valences du survivant, tout l’équilibre de son réseau relationnel, s’en trouvent modifiés42. »

33Nous pouvons bien évidemment nous approprier cette démarche et utiliser cet exemple à la lettre pour lire les bouleversements que l’on aperçoit dans les vies des membres d’une famille à la suite du décès de l’un d’entre eux. Dans les histoires de plusieurs convertis, j’ai cherché à mettre en évidence cet aspect que j’ai lié à la crise et aux changements dans les conditions matérielles de celles et ceux qui restent. Rien ne nous empêche d’intégrer à cette explication l’hypothèse d’une redéfinition de l’ensemble des liens des survivants, qui peut comporter aussi un relâchement des liens de fidélité au groupe religieux dont ils font partie. Mais nous pouvons également interroger, de manière plus générale, les liens entre l’individu et la communauté religieuse en fonction de la composition du groupe et de la place que nous pouvons imaginer de chacun de ses membres, ainsi qu’en considérant le travail de fabrication d’une véritable communauté à partir d’un groupe de personnes ayant des liens de dépendance purement juridiques. C’est ce que j’ai essayé de faire dans ces chapitres qui voulaient rendre compte de la nature et de la dynamique d’une communauté réformée systématiquement renouvelée dans ses composantes humaines, traversée aussi par une ambiguïté fondée, d’une part, sur l’appartenance juridique nécessaire de tous à un même ensemble et, d’autre part, sur les dynamiques particulières qui unissent une partie des membres entre eux de manière à former une véritable communauté. Ces dynamiques donnent lieu à un ensemble dans lequel les liens de chaque individu avec le groupe sont différents, et pas seulement en matière de solidité. Les situations de crise, individuelle et collective, engendrent des réponses qui dépendent aussi de la force ou de la faiblesse des liens émotifs tissés avec les ensembles dont chacun fait partie.

34C’est pour cette raison que les différentes pistes d’analyse, même fragiles, ont été exposées dans ce chapitre. Car ce qui justifie principalement ce détour par la communauté protestante et ses dynamiques internes, c’est la reconstruction fine du contexte qui accompagne la vie de ses membres, qui affecte celles et ceux qui arrivent de l’extérieur aussi bien que les choix de celles et ceux qui y sont nés. Cette démarche peut suggérer, à défaut de les expliquer, des ressentis, des tensions, des éléments dissonants pouvant, à leur tour, nous aider dans la compréhension d’un choix opéré dans le silence des sources. La documentation lyonnaise ne nous permet en effet ni d’aller au-delà de ces hypothèses ni de voir l’extension et la qualité des rapports qui lient entre eux les différents protagonistes de ces faits. On ne peut pas reconstituer tous les contextes dans lesquels transitent les individus et les familles. L’impossibilité d’une observation directe, comme celle des ethnologues, et la dépendance des historiens vis-à-vis de documents souvent fragmentaires et incomplets pour répondre à toutes les questions rendent les hypothèses plus fragiles et plus approximatives. Nous pouvons cependant nous demander si ces mêmes défauts ne peuvent pas se transformer en des ressources utiles pour adoucir une perception trop mécanique de la vie des individus et des groupes et, partant, de mieux imaginer les divers chemins qui mènent aussi bien à la conversion qu’à la pérennisation de sa propre appartenance à l’ensemble communautaire originaire.

Notes

1 Georg Simmel, Le Conflit [1908], Sibylle Muller (trad.), Belval, Circé, 1992, p. 15.

2 Alexandre Puyroche, « Liste des pasteurs de l’Église de Lyon, 1525-1788 », Bulletin de la Société pour l’histoire du protestantisme français, 1863, p. 480-488. Les Lyonnais avaient déjà demandé les services de Morus en 1647, au décès du pasteur Baille. Voir Bibliothèque d’État de Genève (BEG), Ms. Fr. 428, « Lettre du consistoire de Lyon aux pasteurs de Genève », 23 novembre 1647.

3 AML, 3 GG 086, « Extrait du livre des actes de l’Église Réformée de Lyon », 27 juillet 1650, pièce 6.

4 AML, 3 GG 086, document cité, pièce 9.

5 BEG, Cp. R.9 c., où l’on évoque des tensions entre le pasteur et la communauté, sans toutefois donner plus de renseignements. Le congé du pasteur que rédigent les anciens ne fait état d’aucun conflit ni de polémique. La communauté se cotise pour lui payer une prime de 2 000 livres : 1 000 pour lui-même et 1 000 pour sa femme, fille du feu « très cher » pasteur Baille. On comprend que c’est Senebier qui a demandé son congé. Voir BML, fond ancien, Ms. 2324, f. 22-24.

6 Sur les tensions de ces années-là, voir aussi AML, 3 GG 086, « Mémoire pour nos députés du Synode de Buxi », 7 juin 1671.

7 Alexandre Puyroche, « Liste des pasteurs de l’Église de Lyon, 1525-1788 », art. cité.

8 BML, fond ancien, Ms. Coste 442 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon : 1659-1687, Genève, Droz, 1986, p. 55.

9 BEG, Arch. Tronchin, vol. 28, « Avis sur les troubles de l’Église de Lion donné à Monsieur le syndic Sarrazin sur un mémoire envoyé à lui de Lion contenant le narré des choses passées en 9bre et Xbre 1650 », f. 156. Je n’ai pas pu trouver le mémoire cité ici, mais uniquement l’avis de Tronchin. Je remercie Nicolas Fornerod pour ses indications archivistiques qui m’ont permis de retrouver la trace de cette affaire à Genève.

10 Gédéon Donis et Marie Poannier, parents de la petite Anne, baptisée le 26 février 1651, disparaissent ensuite des registres de baptême de la communauté.

11 ADR, 3 E 6954, notaire Perrichon, « Contrat de mariage entre Jean Graverol et Catherine Philibert ».

12 Voir supra, chapitre v.

13 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon », 25 juin 1651.

14 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 9 octobre 1650, nº 11.

15 AML, 3 GG 086, 11 octobre 1650.

16 Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français (BSHPF), Ms. 75, « Reiglements pour les Pasteurs et Anciens de l’Église Réformée de Lyon par eux dressez selon qu’il est ordonné en l’article troisième du troisième chapitre de la discipline des Églises Reformées de France ». Un autre exemplaire se trouve dans BEG, Arch. Tronchin, vol. 10, « Reiglemens pour les pasteurs et anciens de l’Église reformee de Lyon, par eux dressez, selon qu’il est ordonné en l’art. 3eme du troisième chap. de la discipline “Arresté... en consistoire tenu à S. Romain de Couzon lez lyon, 15 août 1649” », f. 20-22 et 27.

17 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe (xve- xixe siècle), Paris, Albin Michel, 1993, p. 24 et suivantes ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit.

18 Ils sont par ailleurs presque systématiquement absents des baptêmes de leurs filleuls, se faisant représenter par d’autres.

19 Un membre de la famille Moze, allié grâce à une cousine, était un ancien du consistoire en 1648-1649.

20 BML, fond ancien, Ms. Coste 442, « Instructions du consistoire de l’Église réformee de lyon pour les deputez au synode de la province qui se tiendra a Bussy le 20 octobre 1651 ».

21 Voir les remarques sur ces familles de colporteurs et leurs stratégies d’intégration dans les villes centres de leurs commerces faites par Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, op. cit.

22 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 20 avril 1651, nº 17.

23 BML, fond ancien, Ms. Coste 443, 16 octobre 1651.

24 AML, 3 GG 086, « Mémoire pour nos Deputés au Synode de Buxi », 7 juin 1671.

25 Sur les difficultés à tenir des synodes après 1632, voir Catherine Martin, Les Compagnies de la Propagation de la foi (1632-1685) : Paris, Grenoble, Aix, Montpellier. Étude d’un réseau d’associations fondées en France au temps de Louis XIII pour lutter contre l’hérésie des origines à la révocation de l’édit de Nantes, Genève, Droz, 2000, p. 13.

26 BEG, Arch. Tronchin, document cité.

27 Aucun des noms de parents ou alliés de Sarasin n’apparaît dans la documentation relative au conflit.

28 BEG, Arch. Tronchin, vol. 28, « Advis sur les troubles », f. 156. Cet avis de Tronchin est également envoyé à Zurich, pour connaissance. Les pasteurs de Zurich sont sans doute sollicités pour s’exprimer sur le sujet, leurs avis n’ont pas été retrouvés.

29 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 15 décembre 1650, nº 19.

30 AML, 3 GG 086, « Extraits... », 15 décembre 1650, nº 19.

31 BEG, Arch. Tronchin, « Reiglemens pour les pasteurs... », document cité ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit.

32 BEG, Arch. Tronchin, « Reiglemens pour les pasteurs... », document cité., art. 1.

33 Élisabeth Labrousse, La Révocation de l’édit de Nantes : une fois, une loi, un roi ?, Paris, Payot, 1990.

34 BML, Ms. Coste 442, « Instructions du consistoire... pour les deputez au synode », 14 octobre 1651.

35 AML, 3 GG 086, « Mémoire pour nos Deputés au Synode de Buxi », 7 juin 1671.

36 Mark S. Granovetter, « The Strenght of Weak Ties », The American Journal of Sociology, vol. 78, nº 6, 1973, p. 1360-1380.

37 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ? 1970, Yasmin Hoffmann (trad.), Paris, Pocket, 1993. La perspective d’Elias est aussi à la racine de nombreuses conceptualisations de la network analysis. Pour une mise en perspective de ces études, voir Maurizio Gribaudi (dir.), Espaces, temporalités, stratifications : exercices sur les réseaux sociaux, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

38 Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, op. cit., p. 9.

39 Ibid., p. 11.

40 Ibid., p. 163.

41 Ibid., p. 165.

42 Ibid., p. 166.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search