Versión clásicaVersión móvil

773 vies

 | 
Monica Martinat

Chapitre V

Le bateau de Thésée

Texto completo

  • 1 Margarita Xanthakou, Identités en souffrance : une enquête ethnologique en Grèce, Paris, Odile Jac (...)

Les Athéniens, en souvenir du glorieux Thésée, conservèrent pieusement son navire, devenu véritablement monument. Mais au fil du temps, il fallut progressivement remplacer ses parties vermoulues par des neuves... Jusqu’au jour où plus une seule des parties d’origine ne subsista. Désormais, quelle était l’identité du navire ? S’agissait-il encore du bateau de Thésée1 ?

  • 2 La bibliographie est immense. Je renvoie ici à la bibliographie présentée en fin d’ouvrage pour un (...)
  • 3 Antoine Roullet, Olivier Spina & Natacha Szczech (dir.), Trouver sa place : individus et communaut (...)

1La communauté réformée de Lyon est citée depuis le début de cet ouvrage comme une réalité escomptée, évidente, qui ne pose pas de problème de définition. L’historiographie s’est régulièrement intéressée à la « communauté », cherchant non seulement à la définir, mais aussi à examiner les dynamiques qui la construisent2. La « fabrique communautaire » est devenue une expression très utilisée par les historiens qui veulent souligner le processus de construction d’« une sphère d’interactions articulant des individus et diverses “ressources” matérielles ou immatérielles3 ». Sans entrer dans une discussion et une analyse qui échappent largement aux propos de cette étude, il est important de s’arrêter sur la physionomie de ce groupe et sur ses transformations dans le temps. Il ne s’agit pas seulement d’un ensemble de fidèles qui organisent leur pratique religieuse ensemble, mais d’un groupe social et juridique diversifié et hiérarchisé, doté de règles et pourvoyeur de sanctions, porteur aussi d’assistance matérielle, milieu préférentiel du marché matrimonial, arène de passions politiques et de discordes. Connaître sa physionomie peut donc nous aider à mieux comprendre les choix considérés dans les chapitres précédents. La communauté représente en effet un contexte pertinent à la fois pour les immigrés protestants qui l’ignorent et pour tous ceux et toutes celles qui en font partie, avant de la quitter pour intégrer la majorité catholique. On peut se demander, par exemple, s’il y a des éléments répulsifs dans sa configuration, ou simplement peu accueillants, qui permettraient de mieux comprendre la distance mise par les nouveaux arrivants. On peut également tenter de cerner les parcours à travers lesquels le groupe contribue à la construction de formes de marginalisation qui peuvent amener certains de ses membres à lâcher prise et à partir. Certes, les explications de toutes les conversions ne dépendent pas de la communauté, et celle-ci ne peut pas être tenue pour responsable de l’ensemble des détachements qui se produisent. Mais si nous considérons que le choix de rester ou de partir qui s’opère lorsque l’alternative se présente est situé au croisement entre identité et décisions individuelles d’une part, et intérêts et logiques communautaires d’autre part, l’analyse de la composition, des tensions et des atouts de l’Église prend alors tout son sens.

  • 4 Voir la Note de l’auteure.

2La bonne conservation des registres paroissiaux de la communauté réformée de Lyon pour la période 1593-1685 permet de reconstituer la physionomie sociale d’un groupe en pleine restructuration lors de sa réinstallation à Lyon au moment de l’entrée en vigueur du régime de l’édit de Nantes4. Afin d’esquisser un portrait mettant en évidence à la fois les continuités et les transformations de la communauté, j’ai procédé à la comparaison de quatre « instantanés » de celle-ci : au début du siècle, dans les années 1620, en 1650 et en 1670. Pour cela, j’ai saisi les informations concernant tous les adultes apparaissant dans les registres de baptême – en tant que parents ou en tant que parrains et marraines –, de mariage et de sépulture. En ce qui concerne la communauté du début du siècle, j’ai exploité les registres existant qui vont de 1593 à 1604 ; j’ai en revanche utilisé uniquement les baptêmes célébrés entre 1620 et 1629 (il n’y a pas de registre de mariages pour cette période) pour la deuxième période, ceux de 1650-1655 et 1670-1675 pour les deux dernières. Le but de la démarche est de cerner les caractéristiques de la population protestante tout au long du siècle, en mettant l’accent sur les transformations de sa composition. La durée des tranches chronologiques choisies pour chaque coupe n’est pas identique : j’ai préféré l’adapter en fonction de la disponibilité et des caractéristiques des sources existantes plutôt que de respecter des critères formels de construction d’une population uniforme. Je ne me suis pas souciée non plus de différencier les sources selon leur type – baptêmes, mariages et sépultures –, même si chacune d’entre elles saisit les personnes à des moments différents de leur vie ou lors de leur décès. Il s’agissait en effet de reconstruire l’extension maximale du milieu protestant lyonnais à partir de ce qu’il est possible de faire avec ces documents. Les registres de sépultures sont les seuls qui nous permettent d’apercevoir la variété des habitants, y compris celles et ceux qui sont seuls ou célibataires, difficiles à atteindre autrement puisque, du fait de leur âge ou de leur état civil, ils ont tendance à échapper aux sources relatives à la vie familiale. Le risque de prendre en compte une population de passage, saisie par la mort à Lyon sans avoir aucun contact durable avec la ville, m’a paru limité. Ces gens existent bel et bien et constituent une partie considérable des protestants présents à Lyon à tout moment, du fait de la nature de la ville : Lyon est est un lieu de passage, et aussi d’immigration – sans parler des foires qui réunissent, quatre fois par an et pour un temps limité, une population riche et variée. Cela correspond à la réalité de la présence protestante : il n’y a pas de raison d’ignorer cette nébuleuse qui parcourt les rues de la ville, qui y habite ne serait-ce que quelques jours ou quelques semaines, façonnant aussi les actions des institutions qui ont affaire à elle. Les efforts économiques que la communauté réformée lyonnaise supporte pour l’assistance aux coreligionnaires sont d’ailleurs dirigés aussi vers ces « immigrés » parfois sans nom. Il m’a donc paru pertinent de les intégrer autant que possible dans l’analyse.

  • 5 Les professions ne sont pas toujours indiquées dans les différents actes d’état civil. On trouve g (...)

3Le tableau 14 présente les données relatives à la composition professionnelle du groupe protestant lyonnais pour chaque période5. Ces chiffres ne donnent qu’une idée approximative du monde social réformé : il peut y avoir des sous-estimations significatives étant donné le nombre important d’informations manquantes. Cependant, les données disponibles montrent quelques éléments intéressants. Tout d’abord, l’augmentation relative du poids des marchands dans l’ensemble – augmentation qui se produit dès la moitié du siècle. Leur nombre double presque entre les années 1620 et les années 1650 : ils représentent 28 % des professions déclarées entre 1650-1655 et passent à 38 % à la période suivante.

Tableau 14. Composition professionnelle de la communauté réformée lyonnaise (1593-1675)

Métier 1593-1604 % 1620-1629 % 1650-1655 % 1670-1675 %
Artisans 20 20 42 33 33 21 46 18
Textiles 32 33 30 24 42 27 63 25
Marchands 22 22 29 23 44 28 97 38
Libraires, imprimeurs... 13 13 8 6 9 6 5 2
Professions libérales 8 8 6 5 10 7 17 7
Bourgeois de Lyon 2 1 3 2 3 1
Monde de la robe 4 3 3 2 12 5
Soldats 5 3
Nobles 2 1 5 2
Autres 4 4 6 5 5 3 5 2
Total 99 100 127 100 156 100 253 100
  • 6 Les premiers Seignoret que nous connaissons sont les frères Étienne et Jacques, originaires du Dau (...)
  • 7 Claude Armand et Marie Nugo baptisent un fils, Pierre, à la paroisse de Saint-Nizier le 1er décemb (...)
  • 8 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon : 1659-1687, Genève, Droz, 1986, p. 147-148.
  • 9 Sophie Legay, Un milieu socio-professionnel : les libraires lyonnais au xviie siècle, thèse de doc (...)
  • 10 Selon Olivier Zeller, l’imprimerie est l’un des métiers concentrés dans la ville. Voir Olivier Zel (...)

4Les métiers liés à l’imprimerie déclinent en revanche régulièrement depuis le début du siècle. Dans les années 1670, parmi les grandes familles protestantes de la librairie ne subsistent que les Huguetan. Pierre Ravaud décède le 25 novembre 1651 et son fils Marc-Antoine en mars 1666. La dernière des Vincent à paraître dans les registres protestants est Marie, l’une des filles du marchand libraire Barthélemy. Elle avait épousé dix ans auparavant Étienne Seignoret, un représentant issu d’une famille de marchands originaires du Dauphiné installée à Lyon dès les années 16206. Si l’on s’en tient à la documentation protestante, la démographie a joué un rôle majeur dans la disparition de ces familles, avec peu d’enfants et, parmi ceux-ci, beaucoup de filles. Mais si l’on se penche sur les imprimeurs du début du siècle, on observe des dynamiques particulières qui ont sans doute affecté l’évolution du milieu libraire protestant de la ville. Dans cette première période 1593-1604, on trouve 13 hommes dans les métiers de l’imprimerie et de la libraire. C’est un petit monde, et cela peut poser quelques problèmes pour poursuivre des stratégies d’alliances professionnelles sans sortir du cercle réformé. Ces difficultés apparaissent lorsqu’on regarde les parrainages des imprimeurs qui baptisent leurs enfants au temple réformé. Seuls Louis Garon et Claude Duplan demandent à des collègues imprimeurs de présenter leurs enfants : Claude Armand et Nicolas Juilleron sont choisis en 1601 et en 1603 pour accomplir cette tâche. Les autres s’adressent aux puissants marchands libraires de la ville, les Vincent et les Ravaud. Ils préfèrent néanmoins recruter leurs parrains chez les orfèvres, les graveurs ou les chapeliers, les futainiers ou les gantiers. Cette logique d’ouverture professionnelle est complètement renversée lorsque deux d’entre eux se convertissent et rejoignent l’Église catholique. Les parrains que Claude Armand et son épouse Marie Nugo choisissent pour les enfants naissant après leur conversion sont tous des marchands libraires. Il en va de même pour les enfants de Louis Garon, lui aussi converti, qui fait baptiser cinq enfants au temple réformé, entre 1600 et 1606, et au moins deux autres à Saint-Nizier à partir de 16147. D’autre part, il y a chez les libraires et les imprimeurs une « confusion religieuse » qui traverse les familles. Les deux frères Philippe et Paul Frellon, héritiers de Jean Frellon et des Arcys (ou Harsy), sont protestants mais baptisent tous leurs enfants à l’église de Saint-Nizier8. Trois enfants de Philippe – qui n’a pas repris la profession de son père et qui a sans doute épousé une catholique – se retrouvent toutefois dans les documents de l’Église réformée : Marie épousera Jean de La Font, un marchand de Lyon et tous les enfants du couple seront baptisés à Saint-Romain ; Pernette se mariera au même temple avec un avocat au Parlement de Grenoble et Mathieu sera enterré, en 1633, au cimetière réformé, après une carrière de marchand de soie. Un associé de Paul Frellon, Abraham Cloquemin, imprimeur protestant comme son père et son frère, se convertit au catholicisme et baptise ses enfants à l’Église de Saint-Nizier, tandis que son frère demeure dans la religion réformée et présente ses enfants au temple. Cette division religieuse des familles est particulièrement évidente entre la fin du xvie siècle et les premières décennies du siècle suivant, lorsque la situation est encore assez fluide. En outre, le baptême dans une église catholique pourrait représenter une solution par défaut plus qu’un choix délibéré. Cependant, on retrouve ce clivage religieux au milieu du siècle, chez les Huguetan9. Leur proximité à l’intérieur de la ville10 favorise les échanges et les fréquentations, au-delà de l’appartenance religieuse, du moins lorsqu’il n’y a pas d’autres raisons à de possibles litiges. Les cas d’Armand et de Garon nous font quand même réfléchir au sens de ces clivages religieux et à leur poids dans la mise en place de stratégies professionnelles. Que la conversion soit à l’origine de la stratégie relationnelle ou bien qu’elle soit déterminée pour renforcer des liens internes au métier, cela importe peu. Il semble en revanche intéressant de remarquer que la force de la communauté, sa capacité à maintenir les membres en son sein, s’établit aussi en fonction des opportunités relationnelles qu’elle présente et de la faculté de ses appartenants à les faire peser sur l’organisation plus générale de leurs existences. Or, dans une communauté peu nombreuse comme celle-ci, l’extension des relations ne peut souvent se faire que vers l’extérieur du métier et / ou de la ville, ce qui finit dans un cas comme dans l’autre par peser sur la nature de la communauté elle-même et, de fait, par influencer les formes de construction de l’identité individuelle, tiraillée plus qu’ailleurs entre des appartenances qui paraissent souvent exclusives.

  • 11 Tous ne sont pas forcément de Lyon, car dans la population recensée, j’ai intégré aussi les parrai (...)
  • 12 Parmi ceux qui se déclarent marchands en 1670-1675, on trouve aussi trois négociants.

5Un autre changement se produit au milieu du siècle et concerne le monde des officiers et de la noblesse. Les officiers se multiplient et des hommes se déclarant « écuyers » apparaissent dans les registres11. Avec la réduction relative du nombre d’artisans dans le groupe – dont l’augmentation n’est pas proportionnelle à celle de la population recensée –, ces éléments indiquent clairement, me semble-t-il, que la communauté s’oriente de plus en plus vers un monde marchand et de la robe plutôt riche et puissant12.

6Cela ne contribue-t-il pas à construire un monde social des élites qui se ferme progressivement sur lui-même, prenant ses distances avec des milieux artisanaux qui ont tendance à être plus attirés par les possibilités qu’offre la conversion ? C’est une hypothèse que le profil social des convertis esquissé dans les chapitres précédents peut rendre plausible, même si elle mérite d’être consolidée ultérieurement.

7En définitive, et hormis ces changements somme toute assez marginaux, on ne peut pas dire que la composition sociale du groupe subisse une transformation radicale au cours du siècle, du moins en ce qui concerne les professions exercées par ses membres.

  • 13 Il faut insister sur la fragilité de ces estimations. D’une part, l’orthographe des noms est extra (...)

8L’élément sans doute le plus intéressant à analyser est l’important taux de rotation des familles. Les caractéristiques de la ville et la démographie y contribuent. Pour donner une idée de la forte mobilité de la population protestante, j’ai mesuré la stabilité des patronymes apparaissant dans les registres au cours du siècle (voir le tableau 15). On peut ainsi se rendre compte du taux de renouvellement de la communauté13.

Tableau 15. Nombre de patronymes identifiés par tranche chronologique et leur stabilité au cours du siècle

Période 1593-1604 1620-1629 1650-1655 1670-1675
1593-1604 165 59 39 36
1620-1629 307 77 66
1650-1655 302 107
1670-1675 410

9Sur les 165 patronymes repérés pour la période initiale, nous n’en retrouvons que 36 dans les années 1670-1675 : moins d’un quart des familles présentes au début du siècle font encore partie des rangs de la communauté lyonnaise au bout d’environ trois générations. Les autres ont disparu et ont été remplacées par de nouveaux arrivants. Si certains patronymes disparaissent dans l’un des relevés intermédiaires pour réapparaître par la suite, le sens général du renouvellement systématique est néanmoins donné par la rareté des familles identifiables qui traversent le siècle.

  • 14 Il y a en réalité 17 patronymes présents tout au long du siècle. J’exclus ici celui de Camet, porté (...)

10Quinze patronymes présents en 1593-1604, représentant autant de familles, se retrouvent dans tous les relevés14 : Favin, Fermont, Gainon, Huguetan, Mourillard, Moze, Pellissari, Penin, Perachon, Peudefin, Sarasin, Siran, Spon, Thomé et Varambier.

11Certaines familles semblent avoir toujours été là, comme les Moze (apothicaires), les Mourillard (orfèvres), les Huguetan (imprimeurs-libraires), les Penin (qui commencent chandeliers et finissent boutonniers), les Varambier (chaussetiers et tireurs d’or). Pour d’autres, en général des familles marchandes, la date de l’installation lyonnaise est approximative – les Perachon viennent du Piémont au milieu du xvie siècle, les Spon les rejoignent de Zurich plus ou moins en même temps, les Sarasin reviennent s’installer dans le royaume à la suite de la pacification religieuse, après être partis à Genève au milieu du xvie siècle, les Favin arrivent de Genève dans les années 1590. Les origines des Gainon, Thomé et Peudefin sont en revanche plus incertaines.

  • 15 Jean-Baptiste Favin, fils de Mathieu et de sa première femme Anne Pignol, épouse en février 1623 É (...)

12De nombreux liens existent évidemment dans ce petit cercle de familles, tissés au fil des générations par des parents attentifs non seulement à la bonne installation de leurs enfants mais aussi aux intérêts économiques de leurs activités. Ainsi, Jean Moze épouse en premières noces Claudine Favin et en secondes Marie Peyras, fille de Blaise et Hélène Peudefin. Anne Favin se marie avec César Sarasin. Et ainsi de suite. Seuls les Siran, des orfèvres originaires de Genève, semblent à l’écart de ce noyau. Dans le petit monde des protestants lyonnais, ces relations récurrentes, génération après génération, forment des solidarités fortes, bien que non exclusives. Car l’arrivée systématique de nouvelles familles impose un usage flexible de stratégies d’alliances qui doivent être capables de tirer parti à la fois de l’étroitesse du milieu et de son renouvellement et qui peuvent aussi reposer sur des relations et des liens établis ailleurs. Les enfants de Mathieu Favin, arrivé avec sa femme de Genève à la fin du xvie siècle, nouent des alliances avec un marchand lyonnais et avec un marchand de Saint-Gall installé à Lyon au tout début des années 162015. Les Spon s’allient aussi bien avec des marchands de Zurich, comme eux, qu’avec des familles lyonnaises et servent à leur tour de « pont » pour l’insertion en ville de marchands venus d’ailleurs (voir infra).

  • 16 Leurs enfants partiront à Genève où l’un sera batteur d’or et l’autre faiseur de moulins à tirer l (...)

13Les familles appartenant au milieu artisanal sont également engagées dans l’insertion des nouveaux arrivants. Cela peut, dans certains cas, aboutir à des processus de mobilité sociale au fil des générations. C’est le cas d’une branche de la famille Thomé, la seule exerçant la profession de malletier au sein de la communauté réformée. Les deux descendants mâles d’Antoine Thomé, maître malletier à Lyon à la fin du xvie siècle et maîtres eux-mêmes du métier au début du xviie, épousent respectivement (dans les années 1620) la fille d’un tailleur d’habits de Lyon et celle d’un tailleur de limes de Gex. Les enfants du premier, marchand et faiseur de parasol à Lyon, épouseront un maître faiseur de limes de Lyon, fils d’un maître tisserand et la fille d’un maître épinglier : ils demeureront à l’intérieur du monde lyonnais et d’un ensemble de métiers liés à la manipulation des métaux16. La seule fille du deuxième fils Thomé, en revanche, se mariera en 1663 avec Michel Lebrasseur, « commis du roi à la douane de Lyon » et fils d’un marchand de Noyon. À la génération suivante, l’une des filles Lebrasseur épousera Claude Tourton, fils d’un notaire d’Annonay et marchand à Lyon, faisant ainsi sortir définitivement cette branche de la famille Thomé du milieu de l’artisanat.

  • 17 La dernière naissance dont nous avons une trace est celle de Susanne, baptisée à Saint-Romain en s (...)
  • 18 La seule naissance du couple date du mois de mars 1628. Jean meurt un an plus tard.
  • 19 Les registres de décès ne signalent la mort que de la fille aînée Marie (née en 1640 et morte en m (...)

14Les Varambier représentent un artisanat à la situation confortable, mais sans beaucoup de fortune. Daniel est un maître chaussetier de Lyon, père de onze enfants de deux mariages différents, tous nés entre la fin du xvie siècle et le milieu des années 162017. Nous connaissons les mariages de deux de ses fils : Jean, enfant du premier lit, gantier de profession, épouse Angèle Lejeune probablement en 162718 ; et Jacques, tireur d’or, fils aîné de son mariage avec Marie Charreton. En février 1638, Jacques épouse à Saint-Romain la fille d’un maître chapelier originaire de Châtillon-les-Dombes installé à Lyon, Barthélemy Melledan. De cette union naissent quatorze enfants dans les vingt années comprises entre la naissance de Marie (mai 1640) et celle des jumeaux Jean et Jean-Jacques (juillet 1660). Les parrainages et marrainages de ces enfants, dont la plupart semblent survivre à l’enfance19, sont choisis au sein de l’élite artisanale et marchande locale, composée tant par des familles anciennes que par celles installées plus récemment.

15Ce panorama simplifié, qui porte sur quelques-unes des familles stables du monde protestant lyonnais, ne doit pas faire oublier la caractéristique fondamentale de ce milieu : la mobilité et le renouvellement incessant. Le plus souvent, il s’agit de marchands, Genevois ou Suisses de langue germanique, venant de Zurich ou de Saint-Gall. Les stratégies d’installation de ces familles se différencient les unes des autres, ce que montreront les quelques exemples suivants.

16Mathieu Spon, un marchand originaire de Zurich, arrive à Lyon au milieu du xvie siècle. Les actes de baptême de ses enfants, nés à Lyon, nous donnent à voir quelques-unes de leurs stratégies relationnelles. Pour le choix des parrains, Mathieu et sa femme alternent savamment entre des membres de l’élite locale et des marchands étrangers bien installés dans la ville. La même logique guide les choix des partenaires des enfants, ce qui semble révéler un triple objectif : consolider la présence lyonnaise, renforcer les liens au sein de la nation allemande, ouvrir de nouveaux fronts (voir la figure 8).

  • 20 Le lien de cette branche de la famille avec la ville n’est pas rompu. L’une de ses filles, Anne Con (...)
  • 21 Il s’agit sans doute des seuls mariages organisés directement par Mathieu et sa femme. Le suivant (...)
  • 22 Dans ce cas, le veuvage apparaît comme une « ressource » relationnelle, car en général, les veufs (...)

17Leur fille Susanne épouse un médecin de Mâcon et s’installe avec lui là-bas20. Une autre fille, Françoise, épouse Jean-Martin Hertner-Clée, bourgeois de Zurich et négociant à Lyon (sans doute un cousin éloigné) et ne bouge pas de la ville21 ; elle a le temps de mettre au monde quatre filles avant de mourir. Veuf, son mari tisse de nouvelles alliances dans la ville22.

Figure 8. Famille Spon-Bernard (1re génération à Lyon)

Figure 8. Famille Spon-Bernard (1re génération à Lyon)
  • 23 ADR, 3 E 4787, notaire Favard, « Contrat de mariage de Josias Marion et Anne Spon », 8 septembre 1 (...)

18Entre 1629 et 1631, le fils aîné, prénommé Mathieu comme le père, tuteur et curateur de ses sœurs et frères cadets, poursuit le travail de son père. Il organise trois unions qui consolident la position lyonnaise de la famille. Sa sœur Anne reçoit une dot de 6 420 livres pour convoler en noces avec Josias Marion, fils de l’un des principaux et plus riches tireurs d’or de la ville. Le couple peut compter sur 6 000 livres supplémentaires données par le père de l’époux, qui y joint aussi les instruments nécessaires à la profession de tireur d’or23. Ensuite, Mathieu s’occupe de son propre mariage avec la fille d’un marchand de Lyon, Clermonde Gras. Quelques mois plus tard, c’est au tour de Marie, qui épouse Jacob Aceré, un marchand banquier installé à Lyon, beaucoup plus âgé qu’elle, et veuf depuis peu de Madelaine Marion, sœur du mari de Anne. Le mariage du frère Jean-Louis est célébré à Lyon en 1636, mais celui-ci continue de vivre et d’habiter à Zurich, dont il est dit « bourgeois » et où il travaille comme correspondant commercial de son frère avec d’autres membres de la famille. Le dernier mariage connu de cette génération est celui de Charles, l’avant-dernier des enfants de Mathieu et Claudine. Il s’était consacré à la profession médicale, sûrement grâce aux relations tissées avec ce milieu par les mariages de ses sœurs. Il épouse en 1636 Marie Seignoret, fille d’un marchand lyonnais.

19L’enracinement lyonnais semble donc le pivot de la stratégie adoptée par Mathieu père et poursuivie par ses enfants, sans doute grâce à l’action menée par Mathieu fils à l’égard de ses frères et sœurs. Ils tissent des liens avec d’autres Allemands, mais aussi avec des Lyonnais depuis plusieurs générations, et en élargissant les réseaux vers d’autres familles originaires d’autres lieux. On ne sacrifie rien. On étend les circuits qui sont l’une des principales ressources dont disposent les étrangers lorsqu’ils décident de les ouvrir aux autres. En échange de ces ressources relationnelles, ceux qui s’unissent à ces familles peuvent accepter des dots relativement basses (c’est le cas de Josias Marion et de Jacob Aceré) ou bien payer un prix important lorsqu’ils donnent leurs propres filles en mariage à l’une de ces familles.

  • 24 Il s’agit de Bernardine Got. Son père lui donne une dot de 40 000 livres, la même somme qu’il donn (...)
  • 25 ADR, 3 E 7720B, notaire Rougeault, « Testament de David Couvreur », 29 novembre 1686.

20Ces caractéristiques subsistent à la génération suivante, tout en s’enrichissant de fronts de parenté désormais puissants. Mais les hommes disparaissent presque complètement. Au monde allemand et suisse reste liée la branche Spon-Hertner-Clée. En 1644, la fille aînée de Jean-Martin Hertner-Clée et Françoise Spon épouse un marchand de Francfort actif à Lyon. Des deux fils du couple qui parviendront à l’âge adulte, l’un (Jean-Martin Couvreur) s’installera à Lyon et épousera la fille d’un banquier de Nîmes arrivé en ville sans doute au début des années 165024 ; le second (Jacob Couvreur) s’établira à Francfort avec l’aide de son père25 (voir la figure 9).

Figure 9. Famille Spon-Hertner-Clée (2e génération des Spon à Lyon)

Figure 9. Famille Spon-Hertner-Clée (2e génération des Spon à Lyon)
  • 26 Alexandre est parrain de deux enfants, en 1659 et en 1660. Ce sont les enfants de deux ouvriers de (...)

21Des trois fils de Marie Spon et Jacob Aceré (voir la figure 10), nous n’avons presque aucune information à part celle concernant leurs baptêmes26. On peut penser qu’au moins l’un d’entre eux est parti s’installer ailleurs, comme à la génération précédente. Les femmes, en revanche, servent ici à fixer la famille et à insérer de nouveaux arrivants dans les réseaux urbains. Les femmes Aceré-Spon, désormais lyonnaises bien que toujours liées au monde transalpin germanique, épousent des étrangers : un marchand de Montpellier, un autre de Genève et un des Cévennes (ce dernier obtient le titre d’habitant de la ville deux ans après son mariage).

Figure 10. Famille Spon-Aceré

Figure 10. Famille Spon-Aceré

22L’orientation vers le sud de la France et ses marchands est lisible par la seule alliance que l’on connaît d’une autre branche de la famille, celle qui renvoie à Mathieu fils et à sa femme Clermonde Gras (voir la figure 11) : la quatrième de leurs filles épouse un marchand de Montpellier, comme sa cousine l’avait fait quatre ans auparavant.

Figure 11. Famille Spon-Gras (2e génération des Spon à Lyon)

Figure 11. Famille Spon-Gras (2e génération des Spon à Lyon)
  • 27 Le mariage de Marie avec Louis Dumont est célébré en octobre 1674. Celui d’Anne avec Daniel Dumont (...)

23Les filles de Charles Spon et Marie Seignoret prennent la même direction. La première se marie en 1671 avec un marchand de Lyon, mais les deux autres épousent deux frères, des marchands originaires de Crest dans le Dauphiné27.

24En revanche, l’installation lyonnaise de la famille d’Antoine Locher, dit « le Vieux », pour le distinguer de son neveu, Antoine Locher le Jeune, lui aussi installé dans la ville, est plus récente (voir la figure 12). Originaires de Saint-Gall, ces marchands profitent des privilèges que la communauté nationale des Saint-Gallois a su négocier avec le consulat. Ils maintiennent des relations assez étroites avec leur lieu d’origine, mais les mariages des filles représentent aussi une tentative d’élargir le réseau et de fixer le pôle lyonnais des affaires.

Figure 12. Famille Locher-Ulrich-Sollicoffre

Figure 12. Famille Locher-Ulrich-Sollicoffre

25Anne-Marie épouse un bourgeois de Lyon, tandis que ses deux sœurs, Hélène et Marie-Catherine, se marient respectivement avec un marchand de Saint-Gall et un marchand dauphinois. Le seul fils du couple disparaît de nos archives, sans doute retourné à Saint-Gall pour s’occuper des affaires familiales en tant que seul mâle de la famille.

26Pour la troisième génération de cette branche de la famille, nous ne disposons d’informations que sur la descendance d’Hélène Locher et de Paul Sollicoffre (voir la figure 12). Les trois filles du couple épousent toutes les trois des Saint-Gallois ou des Allemands.

27La famille d’Antoine Locher le Jeune et de sa femme Élisabeth Sollicoffre, tous les deux de Saint-Gall et installés à Lyon, semble encore très attachée à sa ville d’origine (voir la figure 13).

Figure 13. Famille Locher-Sollicoffre

Figure 13. Famille Locher-Sollicoffre
  • 28 ADR, 3 E 4075, notaire Delafaye, « Testament joint d’Antoine Locher et Elisabeth Sollicoffre », 16 (...)
  • 29 Claude Aboucaya, Le Testament lyonnais de la fin du xve siècle au milieu du xviiie siècle, Paris, S (...)
  • 30 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe : xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

28Ses relations en témoignent, comme le montre le testament du couple, un acte conjoint rédigé en février 167228. Ce document nous permet de voir comment un couple tiraillé entre deux lieux organise sa vie. Les indications pour leur sépulture signalent une mobilité certaine et régulière : ils demandent à être enterrés dans le cimetière réformé le plus proche du lieu où ils se trouveront au moment de leur décès. Les seuls legs qui sont établis, tant par le mari que par la femme, concernent l’Église réformée de Lyon : Antoine laisse 300 livres aux anciens pour la subvention des pasteurs, et Élisabeth en promet 75. Ils laissent également un legs à l’Hôtel-Dieu, ce qui fait partie des coutumes protestantes pour se garantir l’autorisation à la sépulture donnée par les recteurs de l’Hôpital, qui héberge le cimetière réformé. L’unique indication de la transmission d’immeubles concerne une maison à Saint-Gall qu’Antoine avait héritée de son père et qu’il avait léguée à son tour à sa fille Marie-Élisabeth lors du mariage de celle-ci avec Henri Gonsebat (ou Consebat), sans doute pour qu’ils en fassent leur résidence. On ne peut pas exclure la présence d’autres biens immeubles concernés par la succession dans le patrimoine d’Antoine et Élisabeth : ils peuvent être inclus dans ce « résidu », terme qui désigne dans les testaments tous les biens laissés à l’héritier universel après la désignation des legs particuliers, sans aucune spécification ultérieure29. Tout comme les marchands du Dauphiné étudiés par Laurence Fontaine30, Antoine interdit l’inventaire officiel de ses biens et prévoit la convocation des parents en cas de litige entre ses héritiers : c’est une façon d’organiser la famille comme une sorte d’île flottante dans une ville dont on n’accepte pas totalement les règles. La variété des coutumes qui caractérisent les espaces dans lesquels cette famille circule est d’ailleurs perceptible dans un autre passage du testament, par exemple lorsque Antoine indique à sa femme qu’elle est :

  • 31 ADR, 3 E 4075, notaire Delafaye, « Testament joint d’Antoine Locher et Elisabeth Sollicoffre », 16 (...)

dispensée de toute reddition de compte (et elle ne doit) prendre aucun conseil ou tuteur au cas qu’elle survive en ce pays ou qu’elle y fasse sa demeure, mais ou elle survivrait aud. St. Gall ou y allait demeurer en ce cas il entend qu’à cet égard elle subisse les coustumes de ce pays là et ayt à s’y conformer31.

29Les cas de ces deux familles permettent d’entrevoir deux attitudes différentes mais assez représentatives des comportements des familles marchandes non autochtones exerçant à Lyon : on peut rester au sein d’un cercle de relations à la fois familiales et professionnelles liées au lieu d’origine, ou bien il est possible, au fil des générations, de mettre les origines entre parenthèses et d’ouvrir le cercle de ses fréquentations sociales. Les caractéristiques des activités commerciales, leur extension et leur physionomie pèsent sans doute sur ces choix, dont le seul intérêt pour nous est lié à leurs retombées sur la physionomie du groupe protestant lyonnais. Les résultats qu’ils produisent finissent par affecter l’ouverture ou la fermeture relative du groupe aux nouveaux arrivants, créant des milieux plus ou moins favorables et accueillants. On peut penser ici à un aspect particulier : celui de la langue. Ceux et celles qui parlent allemand peuvent ne pas être confrontés au français et vivre une vie uniquement au sein du monde germanophone lyonnais – monde qui, d’ailleurs, dépasse les frontières du milieu réformé.

  • 32 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, op. cit.
  • 33 Archives départementales de l’Isère (ADI), 9NUM/5E238/1, « Protestants, baptêmes, mariages, sépult (...)

30Une petite communauté de familles marchandes du Dauphiné fait preuve en revanche d’une endogamie étroitement protégée et révèle des comportements assez atypiques dans le panorama lyonnais. Ce sont les colporteurs de l’Oisans32, représentés ici par un petit groupe de familles originaires du village de Mizoën : les Berard, Delor, Horard, Joffray et Vieux, dont les membres sont présents à Lyon dès les années 1620 (dans le cas des Vieux) et jusqu’à la fin de la période considérée. Leurs relations avec la ville sont marquées par leur itinérance, mais aussi par leur affection à l’égard de leur village de naissance, dans lequel ils retournent systématiquement, y célébrant de nombreux mariages et le rappelant régulièrement dans leurs testaments. Quelques cas éclairent les comportements les plus typiques de cette petite communauté. Le 2 juillet 1669, trois mariages sont célébrés au temple réformé de Mizoën33. Les sœurs Anne et Isabeau Joffray épousent respectivement Simon Berard et Jacques Garcin. Le troisième mariage concerne le médecin Abraham Horard, qui épouse Marie Horard. Les témoins des trois noces sont tous parents, alliés ou voisins des couples ; même le pasteur qui célèbre l’un des mariages est l’oncle de l’une des mariées, venu exprès de sa communauté de Vars (du côté d’Embrun) pour la célébration. La consécration de plusieurs mariages lors d’un même culte semble être une habitude à Mizoën, dictée sans doute par le retour des marchands qui sont sur la route le reste du temps. Le 10 octobre 1677, les frères Pierre et Jean Delor épousent deux jeunes filles, en même temps que leur cousin Marc Joffray célèbre son propre mariage.

31Ces deux exemples montrent, de manière rapide, les liens étroits qui relient les quelques familles marchandes qui envahissent les registres paroissiaux de ce bourg du Dauphiné, laissant très peu de place à d’autres patronymes. Il est d’ailleurs très difficile de démêler leurs liens de parenté. Le pasteur Jean Bonnet qui a la charge de la paroisse en semble aussi conscient, car il se préoccupe toujours d’ajouter au nom du père des mariés ou des baptisés celui du grand-père, tellement l’homonymie à l’intérieur de ces familles fortement homogames est importante. Berard, Coing, Delor, Horard, Joffray, Vieux : leurs relations familiales s’entremêlent avec leurs relations économiques au fil de la construction et de la dissolution de compagnies marchandes qui opèrent à l’échelle régionale. Ces colporteurs sont souvent absents de leur village, mais ils maintiennent avec leur lieu d’origine un lien très fort, fait de retours systématiques, de mariages célébrés – et de familles sans doute laissées sur place –, de legs testamentaires qui évoquent toujours la communauté d’origine. Par exemple, les deux frères Jean et Simon Vieux, fils de Tobie, sont à Paray-le-Monial, où ils font du négoce depuis leur jeune âge. Tous les deux, au moment de se marier, reviennent au village : Jean en 1673 et Simon cinq ans plus tard. Leurs épouses sont de toutes jeunes filles : Marie Vieux a 14 ans et Marie Berard un an de plus. Il est indéniable que ce type d’union sert à consolider des alliances multiples qui réunissent l’ensemble des familles d’un village qui semble fonctionner comme une seule entreprise commerciale. Si nous regardons les patronymes qui s’assemblent avec les mariages des deux frères Vieux, du côté paternel comme du côté maternel, on trouve aussi les Horard, les Delor et les Berard...

  • 34 La particularité de ce mariage, dans l’enregistrement qui en est fait à Mizoën, est l’absence de to (...)

32Les femmes servent également à créer des alliances avec d’autres familles marchandes du Dauphiné, donc à élargir le réseau à une échelle qui demeure toutefois régionale. C’est le cas, par exemple, d’Anne Vieux, une orpheline de 15 ans, qui épouse en 1677 le marchand de La Grave Jean Chicot. Ce dernier opère à Lyon et a sans doute été informé dans cette ville de la « disponibilité » d’une femme : il se rend alors au village pour l’épouser34.

  • 35 D’après Eugène Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné aux xvie, xviie et xviiie siècles, Gap (...)
  • 36 Ibid., vol. 1, p. 499 et suivantes.

33Ce sont aussi des familles fortement enracinées dans un protestantisme ancien qui s’exprime dans plusieurs aspects de leur vie35. Si les générations les plus anciennes sur lesquelles nous avons des informations n’hésitent pas à afficher des prénoms vétérotestamentaires comme une caractéristique marquante de leur appartenance confessionnelle – Abel, Moyse, Esaïe, Élie, Abraham, outre les plus communs Jacob et Tobie –, celle-ci s’estompe avec le temps, laissant la place aux Jean, Jacques, Paul qui se succèdent d’une génération à l’autre. On a l’impression, au xviie siècle, que ces familles ne cherchent plus à se démarquer de la société catholique environnante, mais veulent plutôt relier les générations entre elles, dans une sorte d’unité familiale qui traverse le temps par l’intermédiaire de prénoms systématiquement répétés, derrière lesquels les individus se confondent et se fondent en un seul ensemble. Cette unité presque clanique se disperse ainsi plus facilement dans un territoire relativement vaste pour s’occuper d’un commerce loin d’être modeste. Leur activité est ancienne, tout comme leur adhésion à la réforme : en 1572, nous trouvons cinq Delor, un Girard, un Berard, un Horard et un Joffray à Genève, ayant le titre d’habitants de la ville36. Lyon fait partie des pôles de leur activité, et plusieurs membres de ces familles se retrouvent au sein de la communauté réformée lyonnaise. Ils sont relativement riches et agissent en circuit presque fermé, dans une sorte d’entre-soi tout à fait particulier. Les quelques testaments dont nous disposons, rédigés entre 1650 et 1685 par trois hommes et deux femmes, pendant des phases différentes de leur cycle de vie et de carrière, en fournissent un témoignage.

  • 37 ADR, 3 E 4790, notaire Favard, « Testament de Tobie Delor », 8 septembre 1650. C’est le premier en (...)
  • 38 En l’absence d’enfant mâle du testateur. Le testament prévoit que Paul hérite de tous ses biens, s (...)

34Tobie Delor est un marchand de Mizoën bien installé à Lyon, dont il se déclare bourgeois. Né à la fin du siècle précédent, marié à Anne Berard, il a presque 60 ans en 1650 lorsqu’il écrit son testament37. Le but principal semble être de protéger la solidité de la communauté d’affaires qu’il a construite avec son frère Paul, plus jeune de quelques années, qui est nommé héritier universel. Parmi les biens inclus dans l’héritage et indiqués de manière explicite, on trouve toutes les propriétés que Tobie et Paul ont en commun à Mizoën38. Au cas où sa femme se remarierait ou décéderait en laissant des enfants, Paul en sera le tuteur. À Étienne, son autre frère encore vivant, qui habite et travaille à Arnay-le-Duc, Tobie laisse 2 000 livres et « les meilleurs de ses habits et le meilleur de ses manteaux avec sa robbe de chambre ». Tobie lègue la même somme au fils d’Étienne, Louis, tandis qu’il lègue à chacun des enfants de ses frères Paul et feu Daniel la moitié de cette somme. Sa veuve est censée recevoir une pension annuelle de 90 livres pendant sa viduité, les meubles et ustensiles de ménage, ainsi que le remboursement de la dot accompagnée de son augmentation habituelle (6 000 livres au total).

  • 39 ADR, 3 E 7725, notaire Rougeault, 28 septembre 1658.
  • 40 ADR, 3 E 4792, notaire Favard, 8 décembre 1658.
  • 41 ADR, 3 E 4791, notaire Favard, « Testament de Jean Berard », 15 novembre 1653.
  • 42 Ce qui aura effectivement lieu entre 1653 et 1657. La célébration du mariage de Paul avec Élisabeth (...)
  • 43 Au cas où elle ne serait pas mariée à sa majorité, la somme lui sera versée en intégralité.

35Huit ans plus tard, la situation de la famille a radicalement changé. Ses deux frères sont décédés et Tobie doit donc revoir ses dispositions. Cette fois, il le fait avec sa femme Anne ; ils rédigent un testament mutuel39. Toutes ses nièces reçoivent maintenant 400 livres chacune, tandis que les legs aux garçons ont drastiquement diminué : 50 livres chacun, à l’exception de l’un des fils de Paul, dont Tobie est aussi le parrain, qui récupère les fonds de Mizoën auparavant destinés à son père, avec toutefois l’interdiction explicite de les vendre. Ces dispositions ne sont sans doute pas le reflet d’une condition économique diminuée pour Tobie, car la pension attribuée à sa femme est portée à 100 livres par an et les dots qui auraient dû être versées aux filles éventuelles passent de 10 000 livres (dans le testament de 1650) à 12 000 (dans le dernier). Il s’agit de sommes hypothétiques, certes, qui n’engagent personne dans l’immédiat et qui peuvent masquer une situation de difficulté relative dans les affaires, due au décès de Paul et à la réorganisation de l’activité. Mais il peut aussi bien s’agir de la trace d’une redistribution déjà réalisée, du moins en partie, au profit des neveux qui, entre-temps, se sont mis en affaires à leur tour. En effet, nous connaissons également le testament de son neveu Paul Delor, fils de feu Daniel, âgé de 22 ans en décembre 1658 lorsqu’il rédige ses dernières volontés dans la maison du notaire Favard40. Il habite alors à Lyon, sans doute l’une des bases de son activité marchande qui l’amène à voyager et à se fixer temporairement dans d’autres communautés auxquelles il semble aussi s’attacher : parmi ses legs charitables, il laisse des sommes d’argent aux Églises réformées de Mizoën, Lyon, Arnay-le-Duc et Conches. Paul n’est pas marié et nomme héritière universelle « sa très chere et bien aimée mère » Marie Vieux, non sans avoir donné à son oncle Tobie 300 livres, ainsi qu’à ses cousins, les enfants de Paul, son oncle défunt. Évidemment, les sommes en jeu sont beaucoup plus modestes, mais c’est vraisemblablement en raison de la différence d’âge. Jean Berard, mari de l’une des nièces de Tobie – Anne, fille de son frère Paul, morte à Lyon en 1653 –, fait son testament peu après la mort de sa femme. Il a une fille, Jeanne, née en 1651, nommée héritière universelle de ses biens, sous la tutelle éventuelle de son oncle Jacques Berard qui vit à Lyon aussi, auquel il laisse 300 livres. De plus, 100 livres vont à chacune de ses trois sœurs, qui demeurent sans doute à Mizoën avec leur mère, à qui il laisse une pension annuelle de 60 livres41. Contrairement à Tobie, Jean intègre sa fille dans l’axe héréditaire, à parité avec les garçons qui pourraient naître d’un deuxième mariage du testateur42. Cette position « égalitaire » entre garçons et filles dans l’hérédité des pères est répliquée en 1685 dans le testament de Jean Delor, fils d’Abraham, marchand à Lyon, appartenant à la génération suivante. Jean lègue 6 000 livres à sa fille Susanne : 3 000 lui seront payées au moment de son mariage et 3 000 à sa majorité43. Si d’autres enfants devaient naître, garçons ou filles, ils recevraient chacun la somme de 3 000 livres. Sa femme, Marie Delor, est nommée héritière universelle.

  • 44 Respectivement à Jean et Jacques. Le neveu Paul Vieux, fils de son autre frère décédé, reçoit égal (...)

36Ces testaments représentent des cas un peu particuliers, car aucun des testateurs n’a d’enfant mâle au moment de la rédaction de ses dernières volontés. Le testament de Tobie nous suggère pourtant que l’intérêt fondamental de ce groupe de familles est de répartir les ressources pour que toutes les forces masculines s’engagent dans le commerce : de ce fait, les garçons de la génération suivante sont destinataires d’un partage qui les force à rester ensemble, ce qui n’est pas automatiquement égalitaire, mais dépend plutôt de la place qu’ils sont censés recouvrir au sein des compagnies familiales. Dans le cas d’un partage entre frères, tous n’héritent pas de la même somme : on l’a vu, dans le premier testament de Tobie Delor, qui renforce la position de l’un de ses frères, et on le voit dans la stratégie de Paul Vieux en 1666, lorsqu’il désigne comme héritier universel l’un de ses frères, Mathieu, en laissant aux autres des legs de 600 livres44. Les femmes ne sont pas oubliées, mais elles reçoivent nettement moins : 150 livres chacune, y compris le fils de l’une d’elles, décédée auparavant.

  • 45 Les registres de baptême, mariage et sépulture de Mizoën pour les années 1669-1685 montrent que le (...)
  • 46 ADR, 3 E 4791, notaire Favard, « Testament de Marie Vieux », 11 janvier 1654.

37Les filles reçoivent des dots plus ou moins importantes selon les ressources, mais qui sont réinjectées dans les affaires familiales et surtout qui restent à l’intérieur du groupe du fait de la stratégie fortement endogamique pratiquée par l’ensemble des familles45. Les femmes jouent un rôle actif dans la succession héréditaire. D’une part, elles sont désignées comme héritières universelles en cas d’absence d’enfant mâle ; en cas de décès du mari, elles ont la charge de la redistribution des richesses, avec des marges d’autonomie importantes. D’autre part, elles disposent aussi de leurs propres biens qu’elles lèguent à leur parenté. Ainsi, Anne Berard, femme de Tobie Delor, dans le testament qu’elle fait avec son mari, décide des legs pour un montant d’environ 1 000 livres : à sa sœur Marie iront les intérêts de 4 % d’une somme de 300 livres dont Tobie continuera à disposer jusqu’à la mort de Marie, pour la répartir ensuite entre les trois filles de cette dernière ; 60 livres iront en revanche à chacun des enfants de ses cousins décédés, Simon et Paul Coing ; le reste est légué aux églises réformées de Lyon et de Mizoën. Ces 1 000 livres ne sont qu’une partie de sa dot augmentée de 6 000 livres ; ce qui reste devra être également réparti à la mort de son mari. Nous trouvons les mêmes bénéficiaires – la sœur et ses trois filles, le neveu Abraham, fils de Paul Coing –, mais aussi trois autres neveux auparavant ignorés : Augustin Bacuet, fils de sa sœur Marie, Christophe Berard, fils de feu Paul Berard, et Susanne Coing, fille de feu Paul Coing. Ces deux derniers, ainsi qu’Abraham, reçoivent des terres et des champs situés à Mizoën. Les dons aux églises sont toujours prévus, mais concernent également d’autres communautés que celles de Lyon et Mizoën. Les dispositions des testaments féminins privilégient autant que possible les filles par rapport aux garçons de la famille collatérale, de manière à équilibrer la disparité de genre, en fournissant des dots plus consistantes ou bien un capital personnel à la libre disposition des filles. Lorsqu’elles sont vivantes, les mères ne sont pas oubliées. Elles reçoivent des sommes d’argent qui intègrent leur viager. On trouve aussi des legs d’objets, dont la valeur n’est pas exprimée, mais qui représentent à la fois des biens matériels et des biens à la valeur affective. Marie Vieux, épouse de Simon Berard-Coste, rédige son testament en janvier 165446. Elle partage entre ses sœurs, ses nièces et sa mère 160 livres et un certain nombre d’objets : à sa mère va son « coffre de mariage qui m’avait donné son père », qui se trouve à Mizoën ; la fille de son frère récupère une cassette de tapisserie et ses deux sœurs des « cottes » de tissus, une chacune.

  • 47 Les témoins aux mariages sont plus rarement indiqués dans les sources.

38Le milieu protestant lyonnais est donc varié et mobile, formé par des individus qui partagent une même condition juridique. Il y a un noyau relativement stable auquel s’ajoute le va-et-vient constant d’artisans à la recherche d’un travail, de marchands à la poursuite de leurs affaires, de conjoints et d’enfants suivant leurs parents, de domestiques. Les sources qui nous permettent de reconstruire la population réformée ne nous laissent entrevoir que les éléments démographiques et les quelques relations que les familles construisent ou alimentent autour des baptêmes des enfants, plus rarement des mariages47. Les contrats de mariage et les testaments viennent de temps en temps compléter ces informations et nous permettent d’apercevoir la manière dont chacun oriente ses propres ressources, tout en empruntant des voies communes à l’ensemble de son groupe social – communes sans doute également au milieu catholique.

  • 48 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue R (...)

39La transformation du groupe en une véritable communauté implique cependant un processus de sélection qui dessine des frontières internes distinguant l’appartenance juridique et l’identité collective plus spécifique, se construisant par des pratiques partagées plus que par une culture théorique commune. Il est possible d’identifier l’une de ces procédures dans un document produit par le consistoire en juin 1651 et annexé au dossier présenté par les députés lyonnais au synode provincial de Bussy qui s’est tenu pendant l’été de la même année48. Ce document est l’un des produits dérivés du conflit qui a éclaté autour de la nomination d’un pasteur vers 1650 (voir le chapitre vi). Il s’agit d’une liste des familles que le consistoire considère comme faisant partie du groupe. L’ordre de présentation suivi dans le document est hiérarchique : d’abord les anciens qui forment le consistoire, suivis des chefs de famille qui « furent convoqués pour delliberer sur le congé de Monsieur Samuel Rouph le 25 settembre 1650 », puis des autres chefs de famille qui contribuent à l’entretien des pasteurs de manière régulière. Il se termine avec la liste de celles et ceux qui n’y participent pas, ainsi que de celles et ceux qui sont régulièrement assistés.

40On compte 227 foyers – qui correspondent à des familles ou à des compagnies commerciales – dont 123 cotisent de manière régulière avec des sommes variables, entre 2 et 100 livres, ainsi qu’un petit groupe de personnes et / ou foyers assistés aux frais de l’Église.

Tableau 16. Répartition des familles selon les montants payés pour l’entretien des pasteurs

Catégorie Nombre de foyers %
Assistés 28 12,4
Ne paient rien 76 33,5
2 à 9 livres 56 24,7
10 à 19 livres 25 11,0
20 à 29 livres 15 6,6
30 à 39 livres 6 2,6
40 à 49 livres 6 2,6
50 à 59 livres 9 4,0
> 60 livres 6 2,6
Total 227 100,0

41Ces contributions montrent un premier clivage à l’intérieur du groupe, entre ceux qui paient pour son fonctionnement (à peine un peu plus de la moitié, soit 54,1 %) et ceux qui ne peuvent pas payer ou qui sont assistés. Les contributions qui viennent aussi bien de familles que de sociétés commerciales ne peuvent pas être considérées comme des indicateurs absolus de la richesse des contribuables, mais elles donnent une idée de leur position relative au sein de la société réformée. Il faut garder à l’esprit, par exemple, que les vies et les activités de certains marchands sont divisées entre plusieurs lieux et plusieurs appartenances communautaires auxquelles ils contribuent : les marchands de Mizoën évoqués précédemment ne sont pas les seuls. Contrairement aux apparences, ce document n’est pas un portrait exhaustif du groupe, incluant tous les réformés de Lyon et des alentours. Il s’agit plutôt d’un instantané permettant de dessiner les contours d’une communauté circonscrite à ceux et celles qui participent de manière régulière à ses activités, tout en excluant une partie de la population protestante de la ville pour des raisons qui demeurent obscures et sur lesquelles je reviendrai par la suite.

  • 49 Ces calculs prennent en compte l’ensemble de l’année 1651. L’« Etat des familles... » est daté du 2 (...)

42La comparaison entre cette liste et les registres de sépulture, de baptême et de mariage des années contiguës, démontre clairement le caractère incomplet et sélectif de cet autoportrait. Dans les registres de sépulture de 1651, par exemple, on trouve 21 personnes enterrées, ou qui enterrent un fils ou une fille, et qui n’apparaissent pourtant pas dans la liste rédigée par les anciens49.

43Il y a des jeunes et des vieux, des Lyonnais et des étrangers (3 Allemands, 2 Genevois et 1 Auvergnat), 5 hommes et 3 femmes, dont 2 sont sans doute veuves. Presque tous sont des artisans ou des marchands, à l’exception notable d’un professeur de grec, Alexandre Morus, le père du pasteur de Lyon. On peut sans doute expliquer l’absence de ce dernier par son agrégation automatique au foyer du fils ; mais les autres ? Ils ont disparu.

44Si on élargit l’analyse à l’année suivante, on trouve encore 16 personnes dont le nom est absent du document produit par le consistoire et qui sont néanmoins enterrées selon le rite réformé.

Tableau 17. Personnes décédées en 1652

Nom Genre Âge Profession Origine
Anne Baille,
femme de Senebier
F env. 46 Lyon
Lucresse Binet,
veuve Nicolas Mancy
F env. 50 Genève
Breslé ? M env. 50 Soldat à la porte de Vaise Suisse
Guillaume Claude M env. 72 Passavant (mais lequel ?)
Jean Coriché M 90 Caporal de la garnison de Suisses de la porte de Vaise Grisons (Suisse)
Jeanne Dunant F env. 23 Morty (Savoie)
Antoine Eymieua M Mercier à Lyon Saillans (Dauphiné - Drôme)
Jean-Antoine de Lacana M Contrôleur et maître d’hôtel du roi
Jean Marie M env. 52 Maître faiseur de coussin
Alix Messier M env. 53 Annonay
Esther Meyssonnier F env. 26 Mâcon
Josué Petraman M env. 72 Neufchâtel (Suisse)
Justine Peyron F env. 22 Annonay
Jonas Redar M env. 23 Neufchâtel (Suisse)
Isaac Roux a M
Jérôme Salesse M env. 22 Plumassier Allemagne
a. parents d’enfant(s) décédé(s) pendant cette période.

45Parmi ces disparus figure aussi Anne Baille, fille de l’un des pasteurs de la communauté lyonnaise et femme d’un autre pasteur de la même communauté, Jean Senebier. Nous savons que Jean était resté à Lyon avec sa famille après avoir démissionné, ou avoir été révoqué (voir infra, chapitre vi) de sa fonction à la mort de son beau-père : nous connaissons six de ses enfants, tous baptisés entre 1635 et 1641. Dans l’« Etat des familles... », il n’y a aucune mention d’Anne ni de son époux. Esther Meyssonnier, fille d’un bourgeois de Mâcon, a une sœur à Lyon, Marie, qui avait épousé en 1641 le pharmacien Jacques Moze. Le couple avait eu cinq enfants, nés entre 1642 et 1647. Esther les rejoint sans doute à Lyon, où elle meurt à la fin du mois de janvier 1652, alors qu’elle a environ 26 ans. S’agit-il de cas isolés, surtout concernant des femmes seules qui seraient agrégées à d’autres noyaux familiaux ? Peut-être, mais pas seulement. Jean Marie, maître faiseur de coussins, décède à Lyon à 52 ans. Avec sa femme Anne David, il avait présenté au baptême au temple de Saint-Romain six enfants, dont le dernier, Louis, en juin 1651. Deux de ses fils sont enterrés en ville au mois de février 1652, tandis qu’une de ses filles se marie en 1669 avec un ouvrier en draps de soie du nom de Jean Lacoche. Elle meurt aussi à Lyon en 1684. Ce sont autant de signes de stabilité d’une famille qui s’inscrit dans la communauté réformée, alors que cette dernière ne la compte pas parmi ses membres.

  • 50 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 63.
  • 51 Ibid., p. 63-65. Dans sa reconstruction de la communauté réformée de Lyon, Odile Martin ne prend p (...)

46Jusqu’ici j’ai choisi des exemples d’exclusion de l’« Etat des familles... » de 1651 tirés des registres de sépulture, car ils me semblaient les plus à même de révéler une population d’individus incluant aussi les personnes seules, sans attaches familiales – ce qui n’est d’ailleurs pas toujours le cas. Cette population est souvent invisible dans les autres registres contenant des actes à caractère familial. Toutefois, si on regarde les actes de baptême, les choses ne changent guère. La famille d’Antoine Eymieu, originaire de la Drôme, ressemble à d’autres, également invisibles dans le document de 1651, mais présentes dans les actes d’état civil de l’Église réformée lyonnaise de ces années-là. Antoine se marie à Lyon en 1648 avec la fille d’un maître tailleur d’habits de la ville. Entre le mois de décembre de cette même année et le mois d’août 1654, il apparaît quatre fois dans les registres de baptême, pour les naissances de deux fils et de deux filles. La famille de sa femme semble également inconnue. À l’exception de Claude Chabrol, absent lui aussi de l’« Etat des familles... », tous les autres parrains et marraines de ses enfants y sont. Deux autres familles d’origine étrangère mais qui semblent vivre de manière continue dans la ville et recourir aux services des pasteurs sont dans le même cas. Le Saint-Gallois Colomban Gessel est un maître tondeur de draps qui épouse en 1641 une Allemande. Ensemble, ils baptisent quatre enfants à Saint-Romain entre le mois de décembre 1643 et le mois de mai 1651. Félix Hirt, né vers 1625 à Zurich, s’installe avec sa femme à Lyon. Nous ignorons l’année de son arrivée, mais les baptêmes de leurs enfants commencent à Saint-Romain en janvier 1651. Le dernier né est baptisé en décembre 1665. En 1673, la fille Barbe épouse à Lyon un maître tailleur d’habits originaire de Montbéliard : les relations des deux familles sont bien ancrées dans un milieu de langue allemande, même si, de façon presque paradoxale, après des années de vie dans le royaume de France, ils traduisent leur nom et déclarent s’appeler Berger50. La diversité des cas cités ne permet donc pas d’expliquer leur absence de l’« Etat des familles... » de manière simple, comme le fait Odile Martin, qui voit ce phénomène comme le résultat de la mobilité incessante de la population lyonnaise : il s’agirait essentiellement de personnes de passage, saisies par la mort un peu par hasard à Lyon51. Ces cas existent, bien évidemment, mais je pense que ce n’est pas la totalité de ceux que nous considérons ici. On peut aussi considérer que ce sont des gens qui n’habitent pas à Lyon et qui y viennent ponctuellement, mais cela n’explique pas pourquoi ils seraient exclus du groupe défini par les autorités ecclésiastiques lyonnaises. Pourquoi ne contribuent-ils pas à la subvention de l’Église alors qu’ils l’utilisent dans les moments clés de leur cycle de vie ? Pourquoi ne figurent-ils pas parmi les membres qui ne paient pas de cotisation alors que d’autres y figurent ?

47L’hypothèse qui me semble la plus probable est que l’élite du groupe qui se trouve à la tête de la communauté au moment où le conflit éclate utilise celui-ci pour circonscrire un espace interne, séparé, en esquissant un périmètre spécifique qui ne coïncide pas tout à fait avec celui défini par l’extérieur. Les protestants sont avant tout une catégorie juridique définie par une identité qui inscrit toute nouvelle vie dans un contexte particulier de rapports avec le pouvoir royal et avec la société environnante. Ce groupe n’est pas nécessairement celui « vécu » par ses membres. Nous entrons ici sur un terrain glissant que nous ne pouvons toutefois pas éviter : celui de la manière dont chacun transforme son identité générique en une forme d’identité vécue et ressentie. S’il n’est pas possible de percer l’intimité de l’expérience religieuse – et pas seulement religieuse – des individus, il est possible de reconstituer les traits d’une communauté imaginée taillée à l’intérieur de la communauté juridique.

48C’est donc l’écart entre deux réalités – juridique et communautaire – du groupe protestant lyonnais qui nous permet de différencier celles et ceux qui participent à la vie communautaire et qui contribuent à la définition d’une culture interne au groupe de celles et ceux qui s’adressent à la communauté uniquement pour les nécessités de leur inscription juridique. La comparaison entre les registres de sépultures et de baptême des années autour de 1651 et la liste des familles dressée la même année révèle en effet l’existence de deux groupes qui ne coïncident pas, même s’ils sont abondamment superposés. La véritable communauté ne se définit pas seulement par les frontières tracées par l’appartenance juridique et par le rapport de différenciation avec l’« autre » ; elle se comprend aussi au travers d’une opération d’autodéfinition discriminatoire qui exclut certains membres potentiels, temporairement ou définitivement, de façon moins visible mais non moins significative. Cette comparaison nous permet de mieux voir la diversité interne du groupe et d’apercevoir les attitudes individuelles à l’égard de la communauté. Si les autorités communautaires discriminent et construisent une nouvelle communauté, en partie indépendante de l’ensemble constitué par tous ceux qui sont étiquetés comme « réformés », les individus utilisent le groupe dont ils font partie de diverses manières, avec des niveaux d’implication que nous ne devons ni ne pouvons supposer identiques. La participation à la collectivité communautaire est à géométrie variable : on l’adapte aux besoins et aux circonstances, on l’actualise en fonction de situations conjoncturelles générales ou personnelles spécifiques, on la met en sourdine dans le déroulement normal de la vie quotidienne – dans laquelle chacun est immergé selon des contextes sociaux, professionnels, familiaux, etc. différents. Cette variabilité accompagne sans doute des pratiques et des sensibilités religieuses différentes.

49Il y a deux situations particulières dans lesquelles on peut observer la mise en œuvre de ces mécanismes : les conflits et les solidarités engendrées par l’assistance aux membres du groupe les plus en difficulté. La dispute qui éclate au milieu du xviie siècle et qui impose une mise au point de la composition du groupe, qui est visible d’ailleurs dans le document que l’on vient d’analyser, permet de voir les dynamiques engagées dans la division et de réfléchir sur les compositions et les recompositions des factions internes. Puisque la documentation protestante est limitée, il est nécessaire de faire un détour et de s’interroger sur le rôle du conflit dans la production et le maintien d’un espace social spécifique.

Notas

1 Margarita Xanthakou, Identités en souffrance : une enquête ethnologique en Grèce, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 3.

2 La bibliographie est immense. Je renvoie ici à la bibliographie présentée en fin d’ouvrage pour un aperçu des textes qui ont constitué des references actives dans ma réflexion.

3 Antoine Roullet, Olivier Spina & Natacha Szczech (dir.), Trouver sa place : individus et communautés dans l’Europe moderne, Madrid, Casa de Velazquez, 2011, p. 6-7.

4 Voir la Note de l’auteure.

5 Les professions ne sont pas toujours indiquées dans les différents actes d’état civil. On trouve généralement l’indication de la profession exercée par les pères des enfants baptisés, un peu plus rarement des époux dans les actes de mariage. Ces indications sont nettement moins fréquentes dans les registres de sépulture.

6 Les premiers Seignoret que nous connaissons sont les frères Étienne et Jacques, originaires du Dauphiné. Étienne, né vers 1585, meurt en 1635. Il est alors un ancien de l’Église réformée de la ville. Jacques, un peu plus jeune que lui, meurt à Lyon en 1645. Le seul fils de Marc-Antoine sur lequel nous avons quelques renseignements est né en février 1662 et s’appelle également Marc-Antoine. Il émigre à Genève, où il obtient le titre de bourgeois en 1709.

7 Claude Armand et Marie Nugo baptisent un fils, Pierre, à la paroisse de Saint-Nizier le 1er décembre 1607 ; son parrain est le sieur Pierre Rossellet, marchand libraire, et sa marraine est Marie Dupin, femme de sieur Horace Cardon : AML, 1 GG 14, sub data. En mars 1612, le couple baptise un autre Pierre, dont le parrain est Pierre Rigaud, marchand libraire, et la marraine Geneviève Vallat : AML, 1 GG 16, sub data. Le 13 août 1615 est baptisée Françoise, avec pour parrain Pierre Cautellat, marchand libraire, et pour marraine Françoise Coquard : AML, 1 GG 18, sub data. Le 5 août 1618 est baptisé Claude, dont le parrain est Claude Rigaud, marchand libraire, et la marraine est Jeanne de Sanglande : AML, 1 GG 19, sub data. Louis Garon aussi baptise des enfants à Saint-Nizier : le 29 avril 1614 est célébré le baptême de Sibille, avec pour parrain Pierre Cautellat, marchand libraire, et pour marraine Sibille Pelletier : AML, 1 GG 17, sub data. Le 2 janvier 1618 est célébré celui de Pernette, dont le parrain est Charles Bourgaud et la marraine Pernette Garon : AML, 1 GG 19, sub data.

8 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon : 1659-1687, Genève, Droz, 1986, p. 147-148.

9 Sophie Legay, Un milieu socio-professionnel : les libraires lyonnais au xviie siècle, thèse de doctorat en histoire, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 1995.

10 Selon Olivier Zeller, l’imprimerie est l’un des métiers concentrés dans la ville. Voir Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636 : démographie historique et géographie sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983, p. 181. Pour la reconstitution des relations entretenues entre les familles Frellon, Arcys, Cloquemin et Ravaud – toutes familles d’imprimeurs lyonnais –, voir aussi Sophie Legay, Un milieu socio-professionnel, op.cit.

11 Tous ne sont pas forcément de Lyon, car dans la population recensée, j’ai intégré aussi les parrains et les marraines pouvant venir d’autres lieux de résidence uniquement pour la célébration du baptême. J’ai n’ai pas comptabilisé en revanche les parrains et les marraines indiqués comme absents au baptême de leur filleul.

12 Parmi ceux qui se déclarent marchands en 1670-1675, on trouve aussi trois négociants.

13 Il faut insister sur la fragilité de ces estimations. D’une part, l’orthographe des noms est extraordinairement variable d’une page à l’autre des registres, ce qui rend l’identification des personnes parfois très difficile. D’autre part, l’identité de patronyme ne signifie pas nécessairement l’appartenance à une même famille, surtout dans les cas de noms plutôt communs. J’ai cherché autant que possible à corriger les erreurs éventuelles, mais il faut néanmoins prendre ces éléments comme des ordres de grandeur, non comme des données absolues.

14 Il y a en réalité 17 patronymes présents tout au long du siècle. J’exclus ici celui de Camet, porté dans la dernière période seulement par une Lorraine dont nous ne savons pas grand-chose, sauf qu’elle meurt à Lyon en 1671 à l’âge d’environ 95 ans : est-elle reliée aux Camet du début du siècle ? Je laisse de côté également Anne-Marie Martin, car elle porte un nom très commun (37 occurrences dans les registres paroissiaux appartenant à des personnes dont il est impossible d’établir tous les liens éventuels de parenté). Pour les autres familles, je peux reconstituer des généalogies qui couvrent trois ou quatre générations. La disparition de certaines familles peut être trompeuse, comme le montre le cas de la famille Gras qui échappe de justesse aux deux derniers relevés, celui de 1650-1655 et celui de 1670-1665. Ce sont sans doute les dimensions réduites de la famille qui provoquent cet effet. Nous connaissons seulement Jean Gras, marchand bourgeois de Lyon, né vers 1560 et mort en 1645, et sept enfants qu’il a eus avec Jeanne Barraud, dont Henri (médecin, né vers 1594 et mort en 1665) et Clermonde, qui épouse en avril 1631 Mathieu Spon. Jean et Jacques, ses fils nés à la fin du xvie siècle, sont à Lyon en 1651 et cotisent pour l’entretien des pasteurs de leur Église (AML, 3 GG 87, « Etat des familles... ») : ils ne sont pas mariés. Un Jacques Gras, sans doute petit-fils de Jean, présente au baptême à Saint-Romain deux enfants nés en 1667 et 1669. La famille Seignoret passe aussi entre les filets des relevés. Ces cas sont toutefois assez rares.

15 Jean-Baptiste Favin, fils de Mathieu et de sa première femme Anne Pignol, épouse en février 1623 Élisabeth Blachon, née à Lyon en 1605 et fille du marchand Guillaume et de Anne-Marie Mourillard ; sa sœur Françoise se marie avec Laurent Schobinguer, marchand bourgeois de Saint-Gall qui s’installe à Lyon, suivant un schéma assez typique passant par l’union avec une fille « lyonnaise ».

16 Leurs enfants partiront à Genève où l’un sera batteur d’or et l’autre faiseur de moulins à tirer l’or.

17 La dernière naissance dont nous avons une trace est celle de Susanne, baptisée à Saint-Romain en septembre 1624.

18 La seule naissance du couple date du mois de mars 1628. Jean meurt un an plus tard.

19 Les registres de décès ne signalent la mort que de la fille aînée Marie (née en 1640 et morte en mars 1641), de Jacques (né en septembre 1644 et décédé en novembre 1658) et d’Hélène (née en novembre 1650 et morte en août 1654).

20 Le lien de cette branche de la famille avec la ville n’est pas rompu. L’une de ses filles, Anne Connain, revient ensuite à Lyon où, en 1638, elle épouse à son tour un marchand de Saint-Étienne dont l’activité est à Lyon. Le couple s’installe en ville où Anne, désormais veuve, meurt en 1667.

21 Il s’agit sans doute des seuls mariages organisés directement par Mathieu et sa femme. Le suivant – celui de Anne avec Josias Marion – est célébré après leur décès.

22 Dans ce cas, le veuvage apparaît comme une « ressource » relationnelle, car en général, les veufs et les veuves maintiennent des liens avec les familles des conjoints décédés, même lorsqu’il y a remariage.

23 ADR, 3 E 4787, notaire Favard, « Contrat de mariage de Josias Marion et Anne Spon », 8 septembre 1629. La dot d’Anne est composée de la partie d’héritage de son père et de sa mère qui lui revient (4 500 livres), d’un legs de 1 500 livres et de 420 livres de bijoux. Le frère y ajoute une robe, le lit et un « caisson de toilette et linge » de valeur inconnue.

24 Il s’agit de Bernardine Got. Son père lui donne une dot de 40 000 livres, la même somme qu’il donne à sa sœur, qui épouse Étienne Seignoret. Il s’agit des montants de dots les plus élevés de tous les contrats de mariage consultés.

25 ADR, 3 E 7720B, notaire Rougeault, « Testament de David Couvreur », 29 novembre 1686.

26 Alexandre est parrain de deux enfants, en 1659 et en 1660. Ce sont les enfants de deux ouvriers de soie : cela nous fait penser qu’Alexandre doit résider en ville, même s’il n’apparaît plus dans les registres paroissiaux. Nous n’avons aucune trace des deux autres Aceré.

27 Le mariage de Marie avec Louis Dumont est célébré en octobre 1674. Celui d’Anne avec Daniel Dumont est négocié en septembre 1675. Susanne Dumont, sans doute membre de la famille de ces deux jeunes hommes, avait épousé en secondes noces Jean-Martin Hertner-Clée, son oncle par alliance, veuf de l’une de ses tantes paternelles.

28 ADR, 3 E 4075, notaire Delafaye, « Testament joint d’Antoine Locher et Elisabeth Sollicoffre », 16 février 1672.

29 Claude Aboucaya, Le Testament lyonnais de la fin du xve siècle au milieu du xviiie siècle, Paris, Sirey, 1961 ; Marie-Thérèse Lorcin, « D’abord il dit et ordonna... » : testaments et société en Lyonnais et Forez à la fin du Moyen Âge, Lyon, Presses universitaires de Lyon, « Histoire et archéologie médiévales », 2007.

30 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe : xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

31 ADR, 3 E 4075, notaire Delafaye, « Testament joint d’Antoine Locher et Elisabeth Sollicoffre », 16 février 1672.

32 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, op. cit.

33 Archives départementales de l’Isère (ADI), 9NUM/5E238/1, « Protestants, baptêmes, mariages, sépultures 1669-1684 », en ligne : http://archivesenligne.archives-isere.fr/mdr/index.php/docnumViewer/calculHierarchieDocNum/555770/484590:538781:542757:555770/900/1440.

34 La particularité de ce mariage, dans l’enregistrement qui en est fait à Mizoën, est l’absence de tout parent de la jeune fille dans l’organisation du mariage. Les témoins indiqués dans le registre ne viennent que du côté du mari : son père, son beau-frère et deux oncles, tous marchands de La Grave.

35 D’après Eugène Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné aux xvie, xviie et xviiie siècles, Gap, Davin, 1998, vol. 1, p. 80 et 87, la communauté de Mizöen fait partie des premières à demander à Genève à être pourvue d’un pasteur, en 1561.

36 Ibid., vol. 1, p. 499 et suivantes.

37 ADR, 3 E 4790, notaire Favard, « Testament de Tobie Delor », 8 septembre 1650. C’est le premier en date que j’ai pu trouver, mais sans doute pas le premier rédigé.

38 En l’absence d’enfant mâle du testateur. Le testament prévoit que Paul hérite de tous ses biens, sauf les legs particuliers et les dots, en cas de descendance uniquement féminine.

39 ADR, 3 E 7725, notaire Rougeault, 28 septembre 1658.

40 ADR, 3 E 4792, notaire Favard, 8 décembre 1658.

41 ADR, 3 E 4791, notaire Favard, « Testament de Jean Berard », 15 novembre 1653.

42 Ce qui aura effectivement lieu entre 1653 et 1657. La célébration du mariage de Paul avec Élisabeth Horard n’est pas enregistrée à Lyon, où on célèbre le baptême d’un fils du couple, prénommé Jacques, le 26 août 1657. Le garçon mourra trois jours après.

43 Au cas où elle ne serait pas mariée à sa majorité, la somme lui sera versée en intégralité.

44 Respectivement à Jean et Jacques. Le neveu Paul Vieux, fils de son autre frère décédé, reçoit également 600 livres.

45 Les registres de baptême, mariage et sépulture de Mizoën pour les années 1669-1685 montrent que les seuls cas où les épouses d’un membre d’une de ces familles portent un autre patronyme extérieur au groupe sont ceux d’hommes qui n’exercent pas la profession marchande. ADI, 9NUM/5E238/1, Protestants, baptêmes, mariages, sépultures 1669-1684.

46 ADR, 3 E 4791, notaire Favard, « Testament de Marie Vieux », 11 janvier 1654.

47 Les témoins aux mariages sont plus rarement indiqués dans les sources.

48 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon », 25 juin 1651.

49 Ces calculs prennent en compte l’ensemble de l’année 1651. L’« Etat des familles... » est daté du 25 juin. Si l’on prend uniquement en compte les décès survenus après sa rédaction, le nombre des exclus passe à 11.

50 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 63.

51 Ibid., p. 63-65. Dans sa reconstruction de la communauté réformée de Lyon, Odile Martin ne prend pas en considération les gens de passage. Elle utilise les registres paroissiaux pour établir une liste des protestants présents à Lyon avant et après 1651. Elle ajoute ensuite les quelques familles ainsi reconstituées, qui n’apparaissaient pas dans l’« Etat general des familles... », à celles identifiées dans ce document. Ce type de procédure d’addition simple, d’intégration de différentes sources, évite le problème de la nature des sources – en particulier de l’« Etat general des familles... » que nous savons pourtant produit dans un conflit – et, à mon avis, nous prive de la possibilité de réfléchir à la construction d’une communauté spécifique à l’intérieur d’un groupe plus vaste de personnes partageant une même identité juridique.

Índice de ilustraciones

Título Figure 8. Famille Spon-Bernard (1re génération à Lyon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32442/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 285k
Título Figure 9. Famille Spon-Hertner-Clée (2e génération des Spon à Lyon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32442/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 155k
Título Figure 10. Famille Spon-Aceré
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32442/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 167k
Título Figure 11. Famille Spon-Gras (2e génération des Spon à Lyon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32442/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 118k
Título Figure 12. Famille Locher-Ulrich-Sollicoffre
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32442/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 151k
Título Figure 13. Famille Locher-Sollicoffre
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32442/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 164k

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search