Version classiqueVersion mobile

773 vies

 | 
Monica Martinat

Chapitre IV

Gens de Lyon

Texte intégral

  • 1 Éphésiens 2, 19.

Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des hôtes ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la maison de Dieu1.

  • 2 ADR, 45 H 11, 4 septembre 1679.

1D’entrée de jeu, il faut bien admettre que l’action de la compagnie de la Propagation de la foi à l’égard des réformés lyonnais est beaucoup moins intense que celle déployée à l’égard des étrangers. Ses activités sont davantage orientées vers la protection des catholiques en contact avec des protestants et, notamment à partir des années 1670, vers la chasse aux comportements publics des huguenots qui rendent leur présence trop visible. Ainsi, en 1679, la Compagnie promeut une enquête à propos des auteurs des troubles ayant eu lieu dans le faubourg de la Guillotière le jour de la Fête-Dieu : les témoins reconnaissent plusieurs huguenots qui auraient chanté publiquement les psaumes2. L’enquête se termine devant la justice et le présidial rend sa sentence :

  • 3 ADR, 45 H 11, 4 septembre 1679.

[L]e cocher de Mr. Murat a esté condamné à faire amende honorable au banissement, Sollicoffre en cinque cents livres d’amende et lesdits Correat mère et fille, la Ollivier, fille de la Raison, la Tourton et le Lion chacune en cinquante livres et le tout solidairement, et applicable, scavoir cent livres aux nouvelles catholiques deux cents livres à l’hostel Dieu cent livres à la paroisse de la Guillottière et cent cinquante livres pour eriger une croix pour l’irreverence commise par lesdits huguenots contre le St Sacrement a la Guillottière a la procession de la feste Dieu derniere3.

  • 4 ADR, 45 H 11, 15 avril 1680.

2Cette condamnation est l’occasion d’ouvrir une enquête plus large relative à toutes les situations dans lesquelles les huguenots chantent les psaumes, rendant leur présence en ville moins discrète et plus audible. On prévoit alors d’observer les bateaux qui les amènent à Saint-Romain de Couzon pour les offices religieux et de lancer une nouvelle enquête pour vérifier « s’il est vrai que les huguenots s’assemblent rue Buisson chez sieur Nathanaël Gauthier pour chanter les Psaumes4 ». Les mailles se resserrent désormais autour des réformés et la Compagnie joue son rôle avec la dénonciation de comportements interdits – les femmes enseignant dans les petites écoles qui accueillent aussi de jeunes catholiques sont particulièrement ciblées – et le contrôle de plus en plus étroit d’une légalité de plus en plus restreinte.

  • 5 On peut suivre l’évolution des carrières ou les changements de profession à partir des indications (...)

3Si l’activité de controverse publique fait partie des prérogatives et des actions concrètes de la Compagnie, l’activité de prosélytisme à l’égard des membres de la communauté locale semble une fois de plus s’adresser davantage à ceux l’ayant rejointe récemment qu’aux plus anciens. Ainsi, on trouve dans les registres des conversions et des suivis des abjurations plusieurs migrants, seuls ou accompagnés de leurs familles. C’est par exemple le cas des membres de la famille de Susanne Balexert, que nous avons rencontrée fuyant les contrôles du consistoire genevois (voir le chapitre iii). L’absence de traces attestant sa présence au sein de la communauté réformée nous a fait imaginer qu’elle s’en était tenue à l’écart depuis sa migration. Son père et ses sœurs ont en revanche intégré la communauté dès leur arrivée à Lyon. C’est à l’intérieur de ce groupe que Jean Balexert, veuf de sa première femme, trouve à se remarier avec la fille d’un maître tireur d’or protestant de la ville. Et c’est un neveu de sa femme qu’épousera sa propre fille, Andrée, en 1647. Les enfants d’Andrée et de son mari, comme ceux de la troisième fille Balexert, Sara, seront baptisés au temple réformé de Saint-Romain entre 1644 et 1659. Des contacts structurés avec des coreligionnaires sont attestés aussi pour d’autres migrants. Émeraude Bouvier se marie à Lyon en décembre 1657. Son père est alors dit « bourgeois de Genève », mais en 1661, il est « maître horloger5 », sans doute à Lyon où sont également installés en tant qu’horlogers ses fils Louis et Étienne, frères d’Émeraude – le premier ayant le titre de maître en 1663, le deuxième simplement celui d’horloger en 1666 lors de son abjuration. Françoise Jacquemin, fille d’un marchand de soie de Genève et sœur d’un marchand orfèvre, arrive à Lyon vraisemblablement comme partie intégrante d’un projet d’union entre familles marchandes : elle et son frère épousent à peu de jours d’écart Anne et Jean-Louis Nadal, enfants de Louis Nadal, marchand à Lyon. Marie Delphy et Susanne Gervais viennent à Lyon, probablement seules, à la recherche d’un travail et / ou d’une situation maritale. Le parcours de Marie est à la fois typique et exceptionnel. Servante en 1677 chez Mme Carterot, elle est séduite ou violée par l’un des fils de sa patronne et elle accouche d’une fille. Après le mariage réparateur, le couple baptise un second enfant quelques années plus tard au temple de Saint-Romain. Susanne Gervais, quant à elle, a une trentaine d’années en 1681 lorsqu’elle met au monde un enfant qui est présenté au temple de Saint-Romain comme fils de Jean Jassaud, dont on ne connaît que le nom.

  • 6 C’est ce qu’elle déclare à la compagnie de la Propagation de la foi, qui donne à son fils Louis Pe (...)
  • 7 Elle reçoit pour cela une aide du consistoire. Voir AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despen (...)
  • 8 ADR, 45 H 11, 11 mars 1680.

4Il s’agit de nouveau de gens modestes, ayant des conditions de vie que l’on peut imaginer difficiles. Andrée Balexert abjure en mars 1668 avec trois de ses enfants, âgés de 16, 15 et 12 ans : à ce moment-là, elle est seule à Lyon, son mari étant parti travailler à Gênes6. Après son accouchement, Susanne Gervais semble vouloir repartir à Genève7, mais l’année suivante, en 1682, elle abjure et bénéficie des aides offertes aux nouvelles catholiques. Émeraude Bouvier a enterré deux de ses trois enfants, ainsi que son mari. En mars 1680, au bout de sept ans de veuvage, elle prend contact avec la compagnie de la Propagation de la foi qui se méfie de ses propos et précise dans ses notes qu’on peut commencer son instruction sans toutefois « lui rien promettre de temporel8. » Elle deviendra officiellement catholique le 26 octobre 1685. Il apparaît clairement qu’à travers la conversion, toutes ces femmes recherchent une forme de soutien ou de protection dont elles ne disposent plus.

5Parfois, ce sont les choix relationnels des convertis à venir, tissés au cours du temps, qui se révèlent fragiles. Le cas déjà cité de la famille Lefebvre est une bonne illustration de cette fragilité. Il permet en effet d’observer l’articulation des faiblesses et des échecs de la construction relationnelle mise en œuvre par les individus eux-mêmes et par leur parenté. On a vu que le 12 octobre 1685, Charlotte Lefebvre abjure avec ses trois filles, Lucrèce, Marianne et Susanne (voir le chapitre ii). Elle était arrivée à Lyon avec son mari Paul, vers 1666, de Genève où était née au moins l’une de leurs filles, Lucrèce. Dès 1667, le couple baptise au temple réformé onze autres enfants (voir le tableau 10), dont la dernière, Hélène, naît environ un mois avant le décès de son père. À Lyon, Paul et Charlotte semblent poursuivre une double stratégie d’intégration dans la ville et d’ascension professionnelle : en 1667, Paul est présenté dans les actes de baptême de ses enfants comme « ouvrier en toile de soie et de gaze à Lyon », en 1671 comme « guimpier » et en 1674 comme « maître guimpier ». Les nombreuses naissances du couple sont autant d’occasions pour activer le maximum de liens : tous les choix de parrains et marraines se font à l’intérieur du milieu des marchands, des maîtres guimpiers et des maîtres tailleurs.

Tableau 10. Parrains et marraines des enfants de Paul et Charlotte Lefebvre

Date du baptême Prénom de l’enfant Parrain Métier Marraine
20/11/1667 Pierre Pierre Beaucourt Maître tailleur d’habits Marie Frelaté, ép. Abraham Gaillard
26/05/1669 Susanne Antoine Crommelin Marchand à Lyon Susanne Moze,
fille de feu Jean
03/05/1671 Blanche Pierre Legue Maître tailleur d’habits Blanche Léonard, ép. Pierre Beaucourt
25/03/1672 Samuel Samuel Alix Marchand boutonnier Jeanne de la Chana, ép. Samuel Alix
04/03/1674 Françoise Nathanaël Gauthier Marchand à Lyon Françoise Spon,
fille de Charles
16/06/1675 Marianne Jean Jacob Marie Jacob, fille de René
10/05/1676 Toussain-Paul Toussain Hadancourt Marchand et bourgeois de Paris Esther Amond,
fille de Sebald
22/08/1677 Susanne Samuel Baron Maître guimpier Susanne Leroux, ép. Jean Lacoche
30/10/1678 Jean Jean Ployart Marchand à Lyon Susanne Hiervadel
15/02/1682 Paul Paul Lefebvre Lucrèce Lefebvre
15/10/1684 Hélène David Dumont Drapier Susanne Dumont,
fille de David

6Mais si l’affirmation professionnelle de Paul est incontestable, son affirmation sociale à l’intérieur de la communauté ne l’est pas autant. Le couple est sollicité plusieurs fois pour présenter au baptême un enfant, surtout dans les années 1678-1680, toujours par des ouvriers en soie de condition inférieure à la sienne. De plus, il semblerait que les ressources sociales de Paul et Charlotte s’affaiblissent dès 1682, lorsque le parrain et la marraine du nouveau-né Paul sont même recrutés à l’intérieur de la cellule familiale. La mort de Paul en 1684 et la détresse de sa veuve Charlotte rendent envisageables la conversion et le recours à l’aide de la Compagnie. Les relations que le couple avait nouées au sein de la communauté réformée lyonnaise étaient-elles socialement trop élevées pour représenter une aide véritable dans les moments critiques ? On peut le penser. La conjoncture des années 1680, défavorable aux protestants, ajoute des difficultés. L’abandon d’une communauté qui ne peut plus assurer son rôle protecteur devient alors plus qu’une possibilité. Les liens existant avec d’autres convertis servent à appuyer ce choix. Charlotte Lefebvre peut sans doute compter sur la solidarité de Marie Baron, qui avait abjuré en 1678, ou de Jeanne de la Chana, une veuve peut-être d’origine catholique, qui avait épousé un protestant et avait ensuite abjuré en 1680, deux mois après le décès de son mari. Elles font partie des relations de la famille Lefebvre issues des échanges de marrainages : en 1668, Charlotte est devenue la marraine de l’un des enfants de Marie Baron tandis que Jeanne de la Chana a présenté au baptême un fils de Charlotte en 1672.

7À travers les seuls gestes qui nous sont donnés à voir, on peut lire dans cette histoire le projet d’une ascension sociale pensé de manière stratégique, mais qui s’est finalement révélé, au moment du besoin, sans doute trop ambitieux pour pouvoir freiner la déchéance. Le constant côtoiement de catholiques aide à envisager d’autres possibilités. La protestante Charlotte fréquente la nouvelle catholique Marie Baron ainsi que Jeanne de la Chana, qui lui font vraisemblablement connaître la Compagnie. Les enfants d’Émeraude Bouvier font de même avec elle. Émeraude est en effet la dernière à se rallier à un choix déjà accompli par son frère et par sa fille et reposant sur des liens familiaux dans le monde catholique. Son frère Étienne avait été le premier à prononcer l’abjuration le 5 juillet 1666, peut-être insatisfait de sa position de simple horloger, alors que son autre frère est un maître bien installé dans la profession. En 1678, la fille d’Émeraude, Judith Revillion, mariée depuis un an avec Étienne Comte, catholique, renie à son tour la religion de sa naissance. Elle doit avoir servi d’intermédiaire entre sa mère et la compagnie de la Propagation de la foi, puisque cette dernière connaît Émeraude comme la mère de Judith. Dans ce cas encore, la configuration du réseau familial pousse en direction de la conversion étant donné que parmi les relations les plus proches d’Émeraude on trouve de nouveaux catholiques : son frère Étienne, sa fille Judith. L’aide matérielle que la communauté réformée peut offrir vient d’ailleurs à manquer à la suite de la désagrégation du groupe au moment de la révocation de l’édit de Nantes.

8Les histoires qui émergent au fil des archives nous permettent d’ailleurs d’observer un monde où la mixité confessionnelle est normale. Suzanne Lucas est mariée à un catholique et sa vie sociale est peuplée d’amis catholiques qui l’accompagnent à Saint-Romain et la retrouvent après le service religieux. On le sait par l’échange de questions et de réponses entre Suzanne et le lieutenant général de la sénéchaussée qui l’interroge en 1685 car elle est suspectée d’être une relapse :

  • 9 ADR, BP 3995, 26 avril 1685, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, Genève, Dro (...)

(question) Sy l’apresdiné elle entendit tout le sermon et y assista à toutes les prières qui furent faites dans le Temple.
(réponse) a dit qu’ouy et n’en sortez qu’avecq tous les autres.
(q) Comment elle estoit vestue ce jous-là
(r) A dit qu’elle avoit une robe de serge gris couleur de [?] et une jupe de meme [...]
(q) Sy elle disna et avecq qui
(r) A dit qu’elle disna dans un des quartiers du village de Saint Romain qu’on apelle la Chaux. Ne sçait le nom de l’hoste. Et estoit en compagnie de son mary, d’un homme nommé Murat et d’une femme nommé Meraude. Le dit homme et la dicte Meraude estoient de la religion catholique de mesme que son mary qui estoient venus ensemble chasser le rossignol et la pria aussy bien que la dicte Meraude d’aller disner avecq eulx9.

9L’histoire d’Andrée Balexert épouse Perissel est aussi celle des liens entre protestants et nouveaux catholiques. En effet, la conversion d’Andrée et de ses trois enfants a été précédée par celle de sa sœur et s’accompagne de celle de sa nièce, qui abjure avec sa tante et ses cousins. Les aides matérielles de la compagnie de la Propagation de la foi suivent immédiatement et durent longtemps : Louis, l’un des fils d’Andrée, reçoit de l’argent quelques mois après sa conversion pour aller à Gênes voir son père que l’on dit converti ; le reste de la famille recevra le nécessaire pour faire le voyage l’année suivante. Susanne, la sœur d’Andrée, est placée avec sa fille au service de Mme de Montreau en 1671 et, en 1677, la Compagnie organise et paie l’apprentissage de Vincent, le cadet d’Andrée, chez un orfèvre de Lyon, le sieur Carret. Le mari d’Andrée, Vincent Perissel, est sans doute le premier à avoir utilisé les avantages issus de la conversion pour simplifier son parcours de migration. Il part en effet travailler à Gênes où il se convertit, fait venir sa famille qui passe alors par la même étape pour se pourvoir des moyens nécessaires au voyage et à sa nouvelle vie, tout en activant des liens lyonnais qui lui permettront de revenir à Lyon le cas échéant.

  • 10 ADR, 45 H 19.

10Claudine Antelme est née catholique mais a été élevée dans la confession réformée par sa mère, convertie au protestantisme après la mort de son mari, un ouvrier en soie lyonnais10. Elle fait également partie des familles où la mixité religieuse est de mise.

  • 11 François Francillon (dir.), Livre des délibérations de l’Église réformée de L’Albenc (1606-1682) : (...)
  • 12 Ibid., p. 12.

11Les mariages « bigarrés » constituent la preuve la plus évidente de la perméabilité entre les deux mondes. Contrastées sans doute, cachées ou minimisées lorsqu’on ne peut qu’en assumer la réalité, ces unions existent bien et sont très étroitement liées à nombre de conversions. Ces liens sont tout d’abord directs : le mariage d’un couple qui ne partage pas la même confession peut conduire à la conversion de l’un ou de l’autre pour que l’union soit possible et acceptée. Les registres des consistoires, là où ils ont été conservés, font discrètement état de cette réalité inconfortable, car elle atteste à la fois la transgression de la règle interne à la communauté et une forme de liberté de la société civile. Le registre des délibérations du consistoire de L’Albenc, une petite communauté rurale du Dauphiné qui compte, avant la révocation de l’édit de Nantes, environ 200 réformés et 500 catholiques11, est rempli d’annonces de conversions, surtout féminines, rapidement suivies du mariage avec un membre local de l’Église12.

  • 13 Robert Sauzet, « La conversion au protestantisme à Nîmes au xviie siècle », Dimensioni e problemi (...)
  • 14 Myriam Yardeni, « Conversions et reconversions dans le refuge huguenot », Dimensioni e problemi de (...)
  • 15 Ibid., p. 242.

12Le jugement porté par les autorités religieuses, tant protestantes que catholiques, sur ces conversions est facile à deviner et dépasse le contexte d’une petite communauté : ces femmes sont blâmées partout par les synodes et par les consistoires du côté réformé et par les évêques du côté catholique, elles qui, « de contraire religion [...] veulent espouser des personnes de notre communion [et] vont faire abjuration en quelque esglise champestre et sur l’attestation du pasteur espousent et retournent le lendemain à la messe13 ». Il est vrai que, parfois, la conversion ne dure que le temps du mariage. Nous disposons de nombreux éléments épars, principalement sur le compte de femmes qui, une fois veuves, reviennent à leur ancienne Église, qu’elle soit catholique, réformée ou autre. Myriam Yardeni avait proposé, en 1996, quelques considérations sur ces changements de confession d’hommes et de femmes du et dans le refuge huguenot à la suite de la révocation de l’édit de Nantes14. Des témoignages existent, des paroles que certaines femmes ayant suivi leur mari appartenant à une autre Église prononcent au moment de leur requête pour être à nouveau admises dans la religion dont elles sont originaires. On y lit une sorte de normalité de la migration religieuse que les historiens n’ont pas toujours été prêts à entendre. Citons par exemple « la veuve de Brodstreet fille de Divion (qui) s’est présentée devant la compagnie demandant d’être admise à la participation de la Sainte Cène au milieu de nous, n’y ayant participé durant la vie de son mari parce qu’il étoit Anglois, et qu’elle alloit à l’Église Angloise avec luy15 ».

  • 16 Son abjuration est en effet enregistrée par la Compagnie le 21 juillet 1680 ; elle a alors environ (...)

13Ces cas montrent clairement que la conversion revêt l’apparence d’un geste formel, nécessaire parfois à l’accueil du nouveau couple à l’intérieur de la communauté de l’un des deux ; elle ne déclenche pas forcément une transformation culturelle et spirituelle, ni une modification radicale des règles de vie. Les quelques exemples lyonnais que nous pouvons documenter nous indiquent bien cet aspect des choses. En 1670, par exemple, François Gardeau abjure la religion réformée dans laquelle il est né, mais en 1671 et en 1672 il baptise deux enfants au temple réformé. Treize ans plus tard, lorsque son apostasie supposée est découverte par les autorités catholiques, il déclare que, malgré le choix fait pour ses enfants, il avait toujours eu l’intention de garder sa foi catholique. Nous ne savons pas ce qu’il aurait pu dire au consistoire protestant en ce qui concerne son catholicisme, mais ses paroles et ses actes sont la preuve d’une certaine souplesse dans la prise en compte des frontières religieuses. Et l’histoire déjà citée de Suzanne Lucas confirme cette conception fluide de la cohabitation religieuse et de la perméabilité des frontières, ainsi que les procédures de dissimulation des appartenances qu’il faut parfois mettre en pratique. Suzanne est née protestante, mais la sénéchaussée a des raisons de croire qu’elle a abjuré en 168016. En 1685, elle nie avoir jamais formellement renoncé à la religion réformée. Mais les autorités catholiques comme protestantes la soupçonnent de mentir. Son mari, comme on l’a vu, est catholique et elle fréquente régulièrement les connaissances catholiques de ce dernier. En 1680, elle a effectivement rencontré à plusieurs reprises un prêtre et une femme catholique liée à la Compagnie. Le consistoire, soupçonnant probablement quelque chose, l’a exclue alors de la Sainte-Cène pendant un an. Ensuite, les choses semblent avoir repris leur cours normal et Suzanne a de nouveau été admise au service du dimanche et à la Cène. En 1685, prise au piège par les autorités, elle continue de nier une abjuration volontaire. Le lieutenant de la sénéchaussée lui demande alors :

sy en presence de plusieurs personnes le dit sieur Hermet ne luy fit prononcer les noms ordinaires lors que l’on fait abjuration. Sy il ne luy fist renoncer à l’érésie de Calvin dont elle a fait profession jusque là et sy elle n’a promis à l’adjurant de vivre à l’advenir dans la sainte religion apostolique et romaine

  • 17 ADR, BP 3995, 26 avril 1685, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p (...)

Et elle répond « que le dit sieur [H]ermet luy ayant dit que sa religion estoit une érésie, elle déclara qu’elle renonçait à l’érésie et à tout ce qui ne valoit rien17 ».

  • 18 Monica Martinat, « The Identity Game: Ambigous Religious Attachements in Seventeenth-Century Lyon  (...)
  • 19 ADR, BP 3995.

14Escamotage ? Malentendu réel ? L’interrogatoire révèle une femme simple, sans grandes ressources culturelles, engagée dans une confrontation avec des hommes puissants dans un contexte très délicat. Nous ne pouvons pas trancher entre ce qui est vrai et ce qui est faux dans ce mélange de confession et de déni qui filtre au travers de ses mots. Mais ce que nous pouvons constater, c’est qu’appartenir à un côté ou à l’autre tient à un fil ténu18. Perméabilité, donc, d’univers religieux différents pouvant somme toute cohabiter – notamment lorsque la coexistence a lieu au sein d’une même famille et semble acceptée, du moins tacitement, par l’entourage. L’appartenance à une confession ou à l’autre se présente aux acteurs qui jouent sur la scène sociale comme une contrainte ou une opportunité à saisir au gré des circonstances : c’est au fond l’image qui ressort entre autres de l’histoire de Suzanne, dont le mari catholique n’a jamais éprouvé le besoin de changer de confession tout en accompagnant sa femme à Saint-Romain où, outre le service religieux, on dîne et on « chasse le rossignol19 ».

  • 20 Barbara B. Diefendorf, « Les divisions religieuses dans les familles parisiennes avant la Saint-Ba (...)
  • 21 Natalie Rothman, Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Instanbul, Ithaca, C (...)
  • 22 François Francillon (dir.), Livre des délibérations de l’Église réformée de L’Albenc (1606-1682), (...)
  • 23 ADR, 45 H 12.

15Il serait intéressant de regarder à l’intérieur de ces ménages mixtes, au fil des conversations et des gestes quotidiens, pour voir comment leurs membres prennent en charge la différence religieuse ; comment ils l’intègrent dans leurs échanges et dans leurs projets ; comment ils l’intériorisent ou la mettent à l’écart de la conscience, tendant à l’oublier. Nous ne le pouvons que par des indices tout à fait indirects qui laissent beaucoup de place à un récit probable, mais pas certain. Barbara Diefendorf a étudié les divisions religieuses intrafamiliales au moment des guerres de religion – à un moment, donc, où le risque de perdre la vie du fait de son choix confessionnel était particulièrement élevé20. À travers son étude, on observe que de nombreux noyaux familiaux sont parcourus par la division religieuse, entre époux, entre parents et enfants, à l’intérieur de familles élargies. La différence de confession ne semble pas être un argument de division familiale inévitable ni de rupture des liens de solidarité. La situation est très différente de celle des familles juives converties en partie et étudiées par Natalie Rothman. D’après elle, les dernières conversions au sein d’une famille sembleraient surtout des ralliements justifiés par le désir de réunir la famille21. Certes, les testaments de parents qui lient la succession au maintien des enfants dans la religion du testateur ou de la testatrice abondent ; mais les cas de conjoints solidaires au-delà des frontières religieuses ou d’une parenté diffuse prête à protéger un membre de la famille persécuté pour des raisons religieuses, même lorsque ce dernier ne partage pas la religion du reste de la famille, ne sont pas rares non plus. La solidarité économique et sociale qui caractérise la famille résiste aux facteurs de division confessionnelle. Cela indique, entre autres, qu’il existe des marges pour la poursuite, au sein d’un noyau familial dissident, d’une forme de religiosité et de croyance individuelle, enracinée dans un espace que l’on pourrait dire privé, subjectif et pouvant être individualisé. Ainsi, l’attitude de François Gardeau, qui abjure son calvinisme mais, quelque temps après, inscrit ses enfants dans la confession réformée, n’est pas nécessairement contradictoire ni conflictuelle, car ce sont deux gestes répondant à des raisons diverses, à des motivations se plaçant sur des plans psychologiques et matériels différents. Un exemple semblable, dans un autre contexte, est celui offert par Jehan Vollagon, protestant de L’Albenc qui, le 30 août 1610, est suspendu du sacrement de la Cène jusqu’à Pâques, car « ayant espousé devant ung prestre ». La solution choisie pour retrouver son statut est la conversion de sa femme, qui est alors admise dans le cercle de la communauté réformée le 20 février suivant. On publie alors les annonces, on procède ensuite au mariage réformé et Jehan peut ainsi, après réparation de sa faute, réintégrer son Église. Le 24 février 1614, Jehan Vollagon est à nouveau obligé de faire réparation publique de ses fautes « pour avoir faict baptiser ung sien enfant en la Religion rommayne22 ». Anne Buet, cousine protestante de la jeune convertie Marguerite Calaberne, fait à cette dernière une donation entre vivants de 2 000 livres, qui serviront de dot pour son entrée au couvent qui suivra l’abjuration23. Encore une fois, le langage des institutions est fort différent de celui de la société, qui intègre de façon beaucoup plus souple la différence confessionnelle. Celle-ci peut cependant se manifester dans les pratiques quotidiennes, dans l’ambiance familiale, dans les possibilités qui s’ouvrent ou qui se ferment pour les différents membres de la famille, selon les contextes. Faire partie d’une famille mixte peut, dans certains cas, apparaître comme une opportunité ; et, dans d’autres, se muer en conflit. En tout cas, il est certain que cette mixité est la cause de troubles majeurs pour les institutions. La Compagnie voue beaucoup de son énergie à chercher à la réduire autant que possible. La surveillance des personnes identifiées comme risquant de succomber à la « perversion », car ayant une culture religieuse peu approfondie et étant en contact avec des huguenots, est constante. Les milieux ciblés sont surtout ceux de la domesticité et du monde artisanal. Le 30 août 1666, par exemple, la Compagnie charge monseigneur de Sève de parler aux vicaires des paroisses de la ville en leur disant :

  • 24 ADR, 45 H 12, 30 août 1666.

Il est très important qu’ils prennent la peine de visiter quelquefois les serviteurs et servantes catholiques qui demeurent chez les hérétiques, comme aussi de faire en sorte que les confesseurs de dites paroisses exhortent fortement dans les confessions lesdits serviteurs et servantes a perseverer dans la religion catholique, apostolique et romaine24.

  • 25 ADR, 45 H 12, 19 mars 1668.
  • 26 ADR, 45 H 12, 13 avril 1665. On donne respectivement 3 livres et 10 sols à Claudine et une livre d (...)
  • 27 ADR, 45 H 11, 20 mai 1680.

16Deux ans plus tard, elle durcit ses consignes en demandant à tous les confesseurs « d’exhorter les serviteurs et servantes catholiques de ne point servir dans les maisons des hérétiques25 ». Elle garde un œil attentif sur les personnes estimées vacillantes ou susceptibles de le devenir. Des moyens financiers importants sont déployés pour cette cause. Claudine Jacquelonne et Pernette Guillet, qui « etoient toutes deux chez des huguenots pretes a se pervertir » se voient ainsi remettre de l’argent le 13 avril 166526. Le 20 mai 1680, on commence à observer une « jeune fille catholique nommée Helene qui demeure au poulailler de St Paul ches la dame des françois » pour voir si « elle se rendra huguenote comme il est a craindre et si en suitte elle entrera au service des Huguenots27 ».

17La compagnie de la Propagation de la foi travaille donc davantage à creuser un fossé autour de la communauté huguenote, afin de la séparer de son entourage catholique, qu’à miner les fondations du groupe. C’est un modus vivendi qui permet de faire d’une pierre deux coups : la Compagnie coupe autant que possible l’accès des étrangers à la communauté réformée, faisant preuve publique de l’efficacité de son action, et elle préserve la bonne entente existant entre la majorité catholique et la minorité protestante de la ville, formée par de puissantes familles dont le rôle dans l’économie locale est significatif. Toutefois, elle ne refuse pas de prendre en charge les réformés locaux qui viendraient la solliciter. Et il y en a, car son activité est connue et représente une possibilité que certains décident d’exploiter.

18On retrouve dans les histoires des abjurants, que – faute d’un meilleur terme – nous pouvons appeler « locaux », des motivations variées et des parcours différents, surtout à l’égard de ceux que l’on a vus pousser les étrangers dans les bras de la Compagnie. Ces conversions ont pour dénominateur commun de représenter la réponse à une crise, dont la nature peut être variée mais qui s’inscrit forcément dans les parcours biographiques individuels. Certains cas, comme celui d’Hélène Cointaut, permettent d’articuler cette idée non seulement autour des nécessités économiques, plus ou moins liées à la conjoncture ou au cycle de vie, mais également autour d’autres passages clés de l’existence. L’histoire d’Hélène permet de mettre en évidence les difficultés liées au mariage et à la succession des naissances qui caractérisent la vie d’une jeune femme du milieu artisanal.

Figure 4. Famille Naulot-Cointaut (généalogie simplifiée)

Figure 4. Famille Naulot-Cointaut (généalogie simplifiée)
  • 28 ADR, 45 H 19.
  • 29 ADR, 45 H 12 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 162.
  • 30 ADR, 45 H 19 : les frais de la pension d’Hélène s’élèvent à 220 livres et 10 sols pour la période (...)

19Hélène naît le 19 octobre 1644 dans le foyer de Pierre Cointaut et Sara Penin, qui a déjà six enfants (dont quatre encore en vie au moment de la naissance d’Hélène). Huit autres naissances suivront avec régularité, faisant des Cointaut l’une des familles les plus prolifiques de la communauté réformée lyonnaise. Hélène n’a pas 20 ans lorsqu’elle se marie, en avril 1664, avec un marchand du Dauphiné, Jacques-Claude Naulot. Elle est enceinte lors de la célébration du mariage : son premier enfant naît à peine deux mois après la cérémonie. Le petit Jacques Naulot est présenté au baptême au temple de Saint-Romain par sa grand-mère maternelle et par son propre père, qui présentera également sa fille, Marguerite, née au mois de janvier 1667. Trois autres enfants suivent à un rythme régulier : Élisabeth naît en avril 1668, David en juin 1669 et Jean en août 1670, alors que sa mère a trouvé refuge à l’abbaye de la Déserte depuis le 20 mars de la même année28. Hélène abjure la religion réformée le 27 novembre 1670, après avoir enterré deux de ses enfants : Élisabeth était décédée le 25 octobre et le petit Jean le 3 novembre. Nous ne connaissons pas les raisons qui ont poussé Hélène à quitter son domicile et à s’adresser à la Compagnie qui, à son tour, la confie aux sœurs de la maison des Nouvelles Catholiques. Nous savons en revanche comment elle peut avoir eu l’idée de l’abjuration. L’un de ses frères, Théodore, de huit ans son cadet, avait déjà fait appel à la Compagnie en 1665 : il ne supportait plus les harcèlements de son maître d’apprentissage et, à la suite de son abjuration prononcée le 24 septembre, avait demandé à être mis en apprentissage chez un autre maître gantier – ce que la Compagnie a accepté et a mis en place29. Hélène demeure à la Déserte pendant quelque temps, à la charge de la Compagnie qui paie son séjour30. Nous ignorons ce qui se passe pendant cette période, en particulier quels types de discussions, de tractations, d’attitudes poussent ou forcent Hélène à rentrer à la maison ; mais dès le mois d’août 1675, les naissances reprennent chez les Cointaut-Naulot à un rythme quasi annuel : après Françoise naissent Amy (octobre 1676), Jean-Claude (janvier 1678), Susanne (juin 1679), Jean-Rodolphe (novembre 1680) et Pierre-Henry (janvier 1682). Tous les enfants sont baptisés à Saint-Romain et nous n’avons aucune trace d’une éventuelle reconversion d’Hélène qui reprend sa place au sein de la famille, mais pas au sein de son ancienne Église. Hélène a ainsi trouvé une solution acceptable et acceptée pour faire face à un moment de détresse ou de conflit dans son couple – un couple né à l’ombre d’une grossesse sans doute non désirée. Tout comme son frère, qui a réussi à sortir d’une situation professionnelle déplaisante et à se soustraire du même coup à l’autorité paternelle.

20Des crises de ce genre, que l’on peut aussi lier à des phases particulièrement délicates de la vie, sont souvent la cause de conversions envisagées avant tout comme des actes contre les parents. Les jeunes âgés de moins de 20 ans constituent la moitié des 91 convertis d’origine lyonnaise (voir le tableau 11). Pour beaucoup d’entre eux, l’abjuration prend la forme d’une échappatoire ou d’une rébellion.

Tableau 11. Âge des convertis déclarant une origine lyonnaise

Âge Hommes Femmes Total
< 14 10 12 22
15-20 15 9 24
21-30 6 11 17
31-40 3 6 9
> 40 6 5 11
Inconnu 1 7 8
Total 41 50 91
  • 31 ADR, BP 3995.

21Mlle Sollicoffre s’y essaie en échappant à la surveillance de sa mère et de sa sœur lors d’une promenade de fin d’après-midi du côté de la place Bellecour. Elle se réfugie auprès de monseigneur Morange, vicaire de l’archevêque Camille de Neuville, lui déclarant vouloir abjurer et demandant la protection et l’éloignement de sa famille31. Mais celle-ci, l’une des plus importantes et des plus riches familles de marchands saint-gallois installés à Lyon, réussit sans doute à arrêter Marianne puisqu’il n’y a aucune trace de conversion officielle de sa part dans les archives de la Compagnie.

  • 32 ADR, BP 3994, 26 avril 1677, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p (...)
  • 33 ADR, 45 H 19.
  • 34 ADR, BP 3994, 26 avril 1677, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p (...)
  • 35 ADR, 45 H 15.

22De Thomasse Arthaud, convertie pendant son « jeune âge », nous ne savons pas grand-chose. En revanche, en 1677, nous pouvons commencer à suivre l’itinéraire qui conduit la jeune Françoise Agnès, fille d’un maître passementier parti à l’armée, à s’adresser à la supérieure de la maison des Nouvelles Catholiques de Lyon, Marie Foucault, qui l’accueille dans la maison de la Chana pour préparer son abjuration. Françoise procède avec conviction. D’après ce qu’elle raconte au lieutenant de la sénéchaussée lors de son interrogatoire32, elle avait commencé à envisager la conversion quelques mois auparavant, et elle allait parfois à l’église pour y écouter la messe. Françoise s’échappe alors de chez sa mère et se rend à la maison des pénitentes où se trouve sa tante, Susanne Dufresne, nouvelle catholique depuis le 2 juillet 166233. Elle y passe quatre jours, avant d’être accueillie à la Chana et instruite de la religion catholique. Son abjuration est prononcée le 16 mai 1677 ; elle est précédée par une déclaration faite à la sénéchaussée, sans doute pour se protéger de son parrain, M. Doublet, qui menaçait de l’enlever et de l’envoyer à Genève34. De cette déclaration, nous apprenons également la possible conversion du père, qui sera confirmée le 21 octobre 1685 lorsqu’il en prononcera les mots à Lyon avec sa femme, Isabeau Dufresne35. Ce que nous entrevoyons ici, résumé par les mots et par les actes de Françoise, n’est que l’épilogue d’une longue histoire qui débute deux générations plus tôt. Au centre de cette histoire se trouve Catherine Favin, une femme très active dans l’organisation des affaires de sa famille et capable d’influencer le destin de ses petits-enfants.

23Originaire de Genève, Catherine arrive à Lyon au début du xviie siècle et se marie avec Jean-François Agnès, un marchand fripier avec qui elle a dix enfants – sept garçons et trois filles. Son mari meurt en 1639, la laissant avec quatre descendants vivants (voir la figure 5) : trois filles, dont deux mariées, et un garçon, passementier à Paris.

Figure 5. Famille Agnès (généalogie simplifiée)

Figure 5. Famille Agnès (généalogie simplifiée)
  • 36 ADR, 3 E 4763, notaire Favard, « Testament de Catherine Favin », 20 août 1656.
  • 37 AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des deniers des pauvres de l’esglise refformée de (...)

24Catherine travaille comme marchande de soie, sans doute d’abord en partenariat avec son mari, puis seule à la mort de ce dernier. En 1656, elle rédige son testament et modifie ainsi la volonté d’héritage égalitaire suggérée par son mari. Elle en est l’héritière universelle et a été désignée par lui comme responsable de la future répartition des biens entre leurs quatre enfants36. Son fils décède l’année précédant la rédaction du testament, laissant à Lyon deux orphelins, Pierre et Nicolas. Catherine leur laisse un legs de 600 livres et une pension de 400. Une fois les dots et l’héritage des deux filles cadettes soldés, elle nomme sa fille aînée, Françoise, qui avait épousé en secondes noces un marchand de Mende, Jacques Vareilles, comme héritière universelle. Son petit-fils Nicolas, auquel nous allons nous intéresser de près, s’était marié à Lyon un mois avant la mort de son père avec la fille d’un affaneur de Genève qui n’avait pas réussi à faire fortune à Lyon et qui était régulièrement assisté par l’Église réformée37. Entre 1657 et 1668, ce couple baptise six enfants au temple réformé de Saint-Romain. La grand-mère Catherine semble constituer un obstacle pour Nicolas : non seulement elle ne l’aide pas du point de vue financier, mais elle semble aussi éloigner toute la famille des réseaux sociaux qui auraient pu lui prêter assistance. Lorsque la mort de Catherine ouvre à nouveau les portes de ce monde à la famille de son petit-fils, il est trop tard. Nicolas abandonne la ville en 1675 pour s’enrôler dans l’armée, laissant sa femme et ses enfants dans les mains de l’assistance réformée qui leur donne régulièrement 10 sols par semaine. Mais ces liens semblent prêts à être réactivés lorsqu’il s’agit d’empêcher Suzanne, arrière-petite-fille de Catherine, d’abjurer, si l’on croit ce que dit Françoise de la volonté de M. Doublet – qui agit sans doute aussi au nom de la parenté socialement bien placée de Nicolas – de lui faire quitter la ville. La détresse économique se double dans cette histoire d’une déchéance sociale orchestrée – peut-être sans le vouloir vraiment ou peut-être inconsciemment – par Catherine, davantage mue par la conservation et la transmission d’un patrimoine mis en péril par une série de hasards démographiques que par la défense, coûte que coûte, de ses descendants.

  • 38 « Déclaration du roi du 1er février 1669 portant règlement des choses qui doivent être gardées et (...)
  • 39 ADR, 45 H 14. Son baptême est célébré à Saint-Romain de Couzon le 19 septembre 1665.
  • 40 ADR, BP 3995, 23 septembre 1683, « Procès verbal de transport du lieutenant général de la Sénéchau (...)

25Si la plupart des jeunes s’adressent volontairement à la Compagnie, celle-ci intervient aussi parfois de force en jouant sur la division interne des familles. La législation royale concernant la conversion des enfants et l’âge légal à partir duquel filles et garçons ont le droit de décider seuls de leur abjuration varie pendant la période d’activité de la Compagnie : d’après la Déclaration royale de 1669, les jeunes huguenots peuvent renoncer à leur foi sans l’autorisation de leurs parents dès 12 ans pour les filles et dès 14 ans pour les garçons. En 1681, les deux sexes peuvent choisir de manière indépendante dès 7 ans38. Charles Agasse, né en septembre 1665, abjure seul en 1677 et dit – ou on lui fait dire – avoir 14 ans39. L’action de prosélytisme menée par la Compagnie ne s’arrête pas face à une législation qui risque de la limiter ; on trouve toujours une manière de la contourner si les circonstances le requièrent. Et si la loi est de son côté, la Compagnie n’hésite pas à l’utiliser. Le 23 septembre 1683, elle demande l’intervention du lieutenant de la sénéchaussée pour sauver l’âme d’un jeune malade de 14 ans. Le lieutenant se rend alors dans la maison de Daniel Maillard, où il rencontre un confrère de la Compagnie et, ensemble, ils interrogent le jeune Paul quant à ses volontés. Le procès-verbal de la visite fait état de l’embarras du jeune homme qui craint, dit le document, d’être entendu par son père. Les visiteurs font donc sortir les autres membres de la famille de la maison, en les éloignant, de manière à ce que les mots prononcés à l’intérieur de la pièce ne soient entendus par personne. Dans cette situation, Paul Maillard aurait déclaré « qu’il avoit dessein de se faire instruire et de changer de religion, qu’il s’en pourroit expliquer plus précisément apprès une reflection plus sérieuse et d’un plus long espace et qu’il consentoit volontiers d’estre transféré à l’Hostel Dieu40 ».

26Nous ignorons si ces mots sont le résultat de la volonté de Paul, celui des pressions exercées sur lui par les confrères présents en l’absence de tout membre de sa famille, ou encore l’acceptation de promesses d’aide faites au nom de la Compagnie. Ce que nous savons, c’est que celle-ci met en œuvre une véritable chasse à l’enfant dans la maison Maillard. En effet, alors que Paul décide de quitter sa famille et d’accepter la proposition de la Compagnie, le lieutenant et le sieur Terrasson, syndic du clergé de la Compagnie, se mettent à la recherche de l’une de ses jeunes sœurs. Désireuse de se convertir, elle aurait, paraît-il, été éloignée de la maison pour éviter toute rencontre avec les hommes de la Compagnie :

  • 41 Ibid. D’après les registres de baptême de la communauté réformée lyonnaise, Daniel Maillard a deux (...)

Ayant esté informé qu’une jeune fille dudit Maillard aagée seulement de dix ans avoit esté obligé par son père de sortir de la maison sur ce qu’il craignait qu’elle ne prit aussi envie de changer de religion, ayant fait faire recherche du lieu ou estoit ladite fille et estant conduite par devant nous en présence de tous les greffiers nommés et de tous les austres voisins qui s’estoient assemblés, elle nous a dit d’abord s’appeler [blanc] Maillard, aagée de dix ans, qu’elle ne vouloit point changer de religion. Comme nous luy avons demandé pourquoy elle pleuroit et pourquoy elle s’estoit retirés lorsqu’elle nous avoit veut, continuant de pleurer et ne répondant aucune chose, sa mère lui ayant parlé, elle a dit que si sadite mère la voulloit conduire chez les filles de la Propagation de la Foi, elle iroit volontiers41.

  • 42 Ibid.
  • 43 J’ai consulté les registres des décès de l’Hôtel-Dieu de septembre 1683 à la fin de 1684, et je n’ (...)
  • 44 ADR, 45 H 15 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 152.

27La mission se solde par le transfert de Paul à l’Hôtel-Dieu et par la séparation de la petite sœur de sa famille : elle sera remise le lendemain aux « filles de la Propagation42 ». C’est un double succès pour la Compagnie. La conversion de Paul n’est toutefois pas attestée et il disparaît des sources que j’ai pu consulter43. Mais en novembre 1683 sa sœur Élisabeth se convertit, suivie un mois plus tard par sa mère, Marguerite Dourbet (ou Roret), qui n’est pas nouvelle aux changements de confession religieuse : née à Wittemberg, elle est signalée comme luthérienne de naissance, convertie au catholicisme, qu’elle aurait quitté pour la religion calviniste, pour revenir, enfin, à l’Église romaine peu de temps après sa fille et deux ans avant son mari, qui abjure le 13 octobre 168544.

  • 45 ADR, 4 G 140, « Testaments », 14 juillet 1673, testament solennel de Laurens Hogguer.
  • 46 Sébastien apparaît dans l’état civil protestant en janvier 1671, comme parrain de Dorothée Coreat. (...)
  • 47 ADR, 4 G 140, « Testaments », 14 juillet 1673, testament solennel de Laurens Hogguer.
  • 48 La sentence du présidial du 7 avril 1673 est citée dans ADR, 45 H 15.
  • 49 Les deux autres filles reçoivent la même chose, à une différence près : elles bénéficient d’une pe (...)
  • 50 Ibid.

28Le conflit familial est également au cœur de plusieurs parcours de jeunes qui choisissent la vie religieuse. La conversion de Marie-Madelaine Hogguer date du premier janvier 1672. Elle a environ 13 ans et cet acte constitue sûrement une forme de désobéissance à l’égard de son père, Laurens Hogguer, un marchand de Saint-Gall installé à Lyon. Sa conversion semble représenter l’échappatoire idéale vis-à-vis d’un rapport difficile avec son père et d’une perspective de vie vraisemblablement peu brillante. Ce dernier déclare dans son testament avoir fait venir à Lyon la jeune fille « pour [le] servir et avoir soing de [son] menasge45 ». Veuf d’Anne-Barbe Hochreutener, Laurens mentionne dans son testament trois filles, dont Marie-Madelaine, et un fils, Sébastien, qu’il nomme héritier universel. Nous ne savons rien des deux autres filles, sans doute restées à Saint-Gall, et peu sur le compte de Laurens et Sébastien46. Le conflit entre le père et la fille nous dévoile les tensions de leur relation. À entendre le père, Marie-Madelaine aurait fui sur les conseils « d’une femme de mauvaise renommée » et se serait retirée dans un couvent « par caprice47 ». Depuis le mois de mai 1672, elle a trouvé refuge dans le monastère de Saint-Benoît et son père a été contraint par la justice de verser une pension pour son entretien48. La dureté paternelle se mêle à une certaine tendresse dans les paroles qu’il lui consacre dans son testament et dans les legs qu’il lui laisse. Après lui avoir pardonné « à cause du bas âge », Laurens lui octroie une pension correspondante aux intérêts annuels de 6 000 livres, à savoir 300 livres, dont 200 cents pour son entretien et 100 à utiliser comme bon lui semblera49. L’amertume du père ne paraît pas relever de considérations religieuses. Le sentiment religieux qui transparaît du testament autographe se révèle plutôt neutre et adaptable aux circonstances. Sans parler des formules d’invocation, à peine esquissées, on est frappé par l’indifférence de Laurens à l’égard de la destination de ses legs. Il lègue en effet 1 000 livres aux pauvres – ce qui représente une somme assez importante – mais laisse à son héritier le soin de trouver la bonne affectation, « dans des hopitaux ou ailleurs qui sera de son choix50 ». L’espoir que sa fille quitte le couvent, se réconcilie avec son frère et ses sœurs et éventuellement se marie demeure. Dans ce but, il donne pouvoir à Sébastien de lui établir une dot convenable. L’obéissance des enfants aux parents et à leurs choix constitue la clé de voûte du système mental et de l’organisation familiale de Laurens, qui menace de déshériter quiconque contreviendrait à ses décisions, à celles de son fils ou à celles de ses frères qu’il désigne comme tuteurs au cas où sa mort interviendrait alors que ses enfants sont encore en âge de dépendance. Nous ne savons pas à quel point les décisions prises par Laurens dans son testament ont été influencées par la sentence rendue peu avant par la justice lyonnaise lui imposant de payer les frais d’entretien de sa fille. Peut-être veut-il éviter tout risque de saisie de ses biens par une institution et une fille en conflit avec sa famille. Le résultat laisse toutefois une porte ouverte à la réconciliation et à la réunion familiale. Mais, entre-temps, nous avons pu apercevoir la misère – du moins telle que Marie-Madelaine devait la ressentir – d’une vie solitaire, au service d’un père autoritaire, dans une ville peu familière. Le couvent apparaît alors comme une solution préférable. Le 30 juillet 1675, Marie-Madelaine prend l’habit de religieuse et fait profession en 1676. Elle meurt quatre ans plus tard, le 17 mars 1680.

  • 51 ADR, 45 H 12, 18 février 1664.
  • 52 ADR, 45 H 12, 24 janvier 1667.
  • 53 ADR, 3 E 4791, notaire Favard, « Testament de Benoiste Marion », 26 avril 1655. Les 800 livres pro (...)
  • 54 Cette somme s’ajoute à une dot du même montant qui lui avait été payée lors de son mariage.
  • 55 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 147 ; ADR, 45 H 12, 8 mars 1661. Jacq (...)
  • 56 ADR, 45 H 19 et 45 H 11. Voir aussi Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 1 (...)
  • 57 ADR, 45 H 12, 11 juin 1663 : « Mons. Courrier est prié avoir soin du Bourguet qui témoigne vouloir (...)
  • 58 ADR, 45 H 12, 5 septembre 1668.
  • 59 ADR, 45 H 12, 12 novembre 1668.
  • 60 À Anne, la Compagnie paie trois ans d’apprentissage chez Mme Jeannen, pour un coût total de 165 li (...)

29Jeanne Bourguet naît en 1643. Fille d’un marchand drapier d’Anduze installé à Lyon, elle abjure le calvinisme en décembre 1658, à 15 ans. Peut-être avait-elle manifesté sa vocation, peut-être avait-elle été poussée par la Compagnie vers cette décision, car en février 1664, six ans après son abjuration, la « compagnie cherche à la disposer à entrer en noviciat s’il se présentait une occasion51 ». L’entrée au couvent de Jeanne, qui se fera finalement en 1667 dans celui des bernardines de Voiron en Dauphiné52, revêt sans doute une valeur symbolique forte pour la Compagnie car, par sa grand-mère maternelle, elle est liée à un important noyau de familles d’artisans et de marchands appartenant à la communauté réformée de la ville (voir la figure 6) : les Marion, les Patron, les Aceré, les Brunenc. L’argent, qui ne manquait pas pour les générations de ses grands-parents et de ses arrière-grands-parents maternels, fait dramatiquement défaut à ses propres parents. La grand-mère maternelle, Benoîte Marion, avait d’ailleurs explicitement accusé le père de Jeanne d’avoir ruiné la famille53. Pour réparer les dégâts commis par son gendre, Benoîte, dans son testament rédigé en avril 1655, lègue 800 livres à sa fille54, ainsi que 100 livres à chacun des enfants de celle-ci, dont Jeanne. Mais ces legs ne protègent pas des revers de fortune. En 1659, Jacques Bourguet, le père de Jeanne, est en prison à Roanne55. La conversion de Jeanne aide l’ensemble de la famille à sortir de l’impasse. Son frère Charles abjure en 1659, alors qu’il a 9 ans ; il est d’abord placé chez un curé à l’extérieur de la ville puis, dès qu’il en a l’âge, chez un relieur de livres qui assure son apprentissage, financé par la Compagnie56. Jean, un autre frère, abjure en juillet 1663 et bénéficie du paiement d’un apprentissage d’orfèvre à Paris entre 1663 et 166557. La plus jeune sœur, Anne, née en 1654, abjure en novembre 1665, suivie trois ans plus tard par leur mère, Madelaine qui, entre-temps, avait eu accès à « l’aumône secrète » du bureau de la Charité, toujours par l’intermédiaire de la Compagnie58. Dès novembre 1668, celle-ci travaille à la conversion du père de Jeanne, sorti de prison entre-temps : elle souhaite en effet demander à sa femme « en quoy son mari peut etre occupé a la monnoie pour lui procurer de l’emploi et ensuite sa conversion59 ». L’abjuration de Jacques sera prononcée le 6 avril 1671, quelques jours avant le mariage de sa fille Anne avec un peintre hollandais, lui aussi converti au catholicisme60.

Figure 6. Famille de Jeanne Bourguet

Figure 6. Famille de Jeanne Bourguet
  • 61 D’après Odile Martin, le père aurait abandonné Marie : voir Odile Martin, La Conversion protestant (...)
  • 62 Ibid., p. 147.
  • 63 On présuppose son âge à partir de sa déclaration, faite au moment de la conversion, lorsqu’elle di (...)
  • 64 ADR, 45 H 19, reprises des comptes concernant Pierre Feautrier, sa mère et Anne-Marie Fautrier.

30Le jeune âge des convertis est un avantage dans l’aboutissement d’un parcours préparé avec soin. On l’observe bien dans le cas d’un autre jeune converti destiné à une carrière religieuse. Avec le petit Pierre Feautrier (voir la figure 7), qui abjure avec sa mère en juin 1659, on se trouve confronté à un cas où conviction et détresse se mêlent de manière inextricable. La dernière trace documentaire laissée à Lyon par son père, un marchand provençal prénommé Pierre, est représentée par sa présence au baptême de son dernier fils, Louis, en septembre 1652, au temple de Saint-Roman. Lorsqu’elle s’adresse à la Compagnie, la mère, Marie Zacarie, semble vivre seule avec deux de ses trois enfants61. Le fait qu’elle mette en gage les quelques bijoux qu’elle possède atteste d’une vraisemblable situation de détresse62. Son mariage n’avait peut-être été que la réparation d’une légèreté de jeunesse : Pierre, son premier enfant, naît à peine six mois après la consécration de l’union, et elle-même n’a que 16 ans63. Dès qu’il rejoint la Compagnie, le jeune Pierre est envoyé en pension chez le curé de Toussieu où il séjourne avec Charles Bourguet, le frère de Jeanne (voir supra), du même âge. Les frais de son assistance et ceux des membres de sa famille sont importants et soutenus par la Compagnie : aux 1 182 livres et 16 sous dépensés pour lui et pour sa mère entre 1659 et 1667, il faut ajouter 75 livres l’année suivante, ainsi que 1 085 livres pour financer l’assistance et la conversion de sa sœur, Marie-Anne, d’un an sa cadette64.

  • 65 ADR, 45 H 19, cité aussi dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 153. Le (...)
  • 66 Sans doute y reste-t-elle jusqu’en 1669.
  • 67 ADR, 45 H 19.
  • 68 ADR, 45 H 19.
  • 69 Elle est fille d’une sœur de son père, Marie Feautrier, et d’un marchand provençal, François Roux, (...)

31La vocation de Pierre contribue sans doute à décider la Compagnie à financer la mère et la sœur, en dépit des résistances de cette dernière, qui finira néanmoins par abjurer en avril 1665. Pendant son séjour à l’abbaye de la Déserte, elle exprime de façon explicite sa « répugnance à abjurer65 », ce qui pousse la Compagnie à la maintenir dans l’abbaye à l’issue de sa conversion66. Son apprentissage est pris en charge entre 1668 et 167267. Le dernier paiement qui la concerne est de 40 livres, octroyées le 7 janvier 1677 à l’occasion de son mariage68. Une certaine résistance à la conversion assortie d’un conflit intérieur est également visible dans les quelques traces laissées par la conversion d’une cousine de Marie-Anne, Susanne Roux69, qui abjure en juillet 1674. Malade et refusant les sacrements, elle est emprisonnée l’année suivante. Repentie, elle est finalement pardonnée et finit par épouser en 1676 un catholique de Bourg-en-Bresse. Nous perdons là sa trace.

Figure 7. Famille de Pierre Feautrier

Figure 7. Famille de Pierre Feautrier
  • 70 ADR, 45 H 19, 15 novembre 1668.
  • 71 ADR, 45 H 12, 14 janvier 1669.

32D’autres cas nous confrontent à des choix encore plus complexes. La vocation de Jean-Henri Bonenfant, qui entre dans l’Église catholique le 15 novembre 1668 et prononce ses vœux à Paris en septembre 1672, coûte à la Compagnie un peu plus de 500 livres, entre pension et autres frais soldés pour la dernière fois le 2 janvier 167370. En janvier 1669, après avoir cherché diverses solutions, la Compagnie décide de l’envoyer à l’oratoire à Notre-Dame-de-La-Grave. Le prix négocié pour la pension et les études s’élève à 150 livres par an, somme que la Compagnie rassemble grâce à une dotation dédiée71.

  • 72 ADR, 45 H 11 et 45 H 14, cités dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 1 (...)
  • 73 ADR, 45 H 12, 19 novembre 1668.

33D’après la Compagnie, la mère de Jean-Henri serait catholique72 : « Jean-Henri Bonenfant agé de 18 ans fils d’Isaie Bonenfant, bourgeois de Lyon huguenot et de Anne Hernelin, catholique, a fait abjuration dans l’église du seminaire de RRPP de l’oratoire, le 15 novembre 166873. »

  • 74 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue R (...)
  • 75 ADR, B, « Inventaires après-décès », 4 avril 1667. Odile Martin, dans La Conversion protestante à (...)
  • 76 Un Bonenfant, impossible à identifier autrement que comme « fils de Bartholomé » est parrain en 16 (...)
  • 77 Outre celui déjà cité de la fille de Louis Nadal, Isaie Bonenfant parraine un autre enfant, David (...)

34Il s’agit peut-être d’une information volontairement mise en sourdine par un couple qui aspire à faire partie d’un milieu relativement restreint de réformés riches et puissants. Isaie Bonenfant, contrôleur de la douane de Lyon, participe à l’entretien des ministres du culte de la communauté réformée lyonnaise : nous savons qu’il verse 10 livres en 165174. Ce n’est certes pas une somme énorme, néanmoins elle est assez consistante, un peu supérieure à celle réglée, la même année, par Louis Nadal, marchand bonnetier, blanchisseur de toiles et prêteur sur gages à l’occasion75, qui paie 8 livres pour les pasteurs et qui est lié à Isaie par une relation fondée, entre autres, sur l’échange de parrainages : en 1649, Louis présente au baptême Marie Bonenfant, troisième née d’Isaie, et deux ans après, en avril 1651, Louis demande à Isaie de parrainer son propre fils auquel il donnera, comme de coutume, le prénom du parrain. Les autres parrainages sollicités par le couple d’Isaie et d’Anne pour leurs onze enfants baptisés à Saint-Romain de Couzon se révèlent également significatifs (voir le tableau 12). L’élite de la communauté réformée se déploie ici, avec une présence importante de Suisses et d’Allemands. Aceré, Fermont, Hervarth, Manlich... : autant de riches marchands qui, à travers leurs cotisations versées au bénéfice des pasteurs, contribuent grandement à l’entretien de la communauté réformée lyonnaise. Avec quelques-unes de ces familles, les liens sont également des liens de parenté plus ou moins éloignée ; les Hervarth et les Vimar étant, par exemple, liés aux Ernelin à la génération précédant celle d’Anne76. Son rôle de contrôleur de la douane de Lyon doit aider Isaie à tisser un réseau de clientèle avec les marchands. La centralité de sa profession (ou de sa qualité) dans sa vie sociale à l’intérieur du milieu protestant est attestée par ses autres parrainages : Paul Veron et Michel Lebrasseur, respectivement contrôleur et commis de la douane de Lyon, le convoquent au temple de Saint-Romain de Couzon en 1657 et en 1673 pour présenter l’un de leurs enfants77.

Tableau 12. Parrains et marraines des enfants d’Isaie Bonenfant et Anne Ernelin

Date du baptême Prénom de l’enfant Parrain Lien de parenté Marraine Lien de parenté
04/1647 Marianne Jean Ernelin, marchand à Lyon Oncle maternel ? Jacquette Floret, veuve Jean Ernelin Grand-mère maternelle
06/1648 Jean-Antoine Jean-Antoine Manlich, marchand à Lyon Esther Vimar, ép. Barthélemy Hervarth
06/1649 Marie Louis Nadal, marchand à Lyon Marie Huguetan, ép. Jean Caze
12/1650 Élisabeth Nicolas Fermont, bourgeois de Lyon Élisabeth Brusson, fille de M. Brusson
07/1652 Jean-Henri Jean-Henri Hervarth Hélène Hervarth, ép. Manlich
10/1653 Esaye Jacob Aceré, banquier Anne-Marie Hervarth, ép. Crassel
04/1655 Lucresse Jean-Conrad Rehlingues Lucresse Devenel, ép. Jean-Henri Hervarth
07/1656 Anne-Marie Mathieu Volf, marchand à Lyon Françoise de La Calmette, ép. M. Depradel
01/1658 Jacques Jacques Vareilles fils Françoise Sarasin, fille de Philibert
02/1661 Marguerite César Sarasin (abs.) Marguerite Pellissari, ép. Regnaud
07/1662 Daniel Daniel Guide Marguerite Floret, ép. du Noyer

35Ses relations sont renforcées par les liens de parenté ou d’amitié tissés par la famille d’Anne. Les oncles et les tantes de cette dernière constituent d’ailleurs les intermédiaires entre le couple Bonenfant et le cercle de l’élite réformée lyonnaise que l’on a vu s’activer lors des baptêmes des enfants. Qu’elle ne soit pas protestante ou qu’elle se convertisse pendant le mariage – comme c’était le cas d’Hélène Cointaut (voir supra) – importe peu dans l’agencement et l’acceptation du couple, à condition que les enfants soient solidement inscrits au sein de la communauté réformée : la position sociale et religieuse des parrains et des marraines choisis atteste ainsi cette volonté.

  • 78 ADR, 45 H 12.

36La socialisation culturelle protestante s’accompagne peut-être d’une composante catholique que nous nous représentons au sein de la famille, sans pouvoir en détailler les contours. Dans ce cas, Jean-Henri emprunterait un chemin que la présence d’une mère catholique rend imaginable pour lui, et sans doute plus acceptable. L’un de ses frères, de six ans son cadet, prendra aussi le chemin de la conversion, en abjurant en 168178. Les archives n’ont laissé que peu de traces des autres membres de la famille, et il est impossible de suivre leurs pas.

  • 79 ADR, 45 H 19 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 153.
  • 80 ADR, 45 H 19, 7 mars 1677.
  • 81 ADR, 45 H 19 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 153. Elle est revue «  (...)

37La vie religieuse a également été choisie par Marie, l’une des filles du peintre parisien Henry Chéron79. Ses vœux l’amènent de Paris à Lyon où, en 1676, avec une consœur appartenant comme elle à la maison des Nouvelles Catholiques de Paris, elle fonde la « filiale » lyonnaise de cette organisation. Dans son cas aussi, la division religieuse des parents a pu jouer un rôle. Sa mère, restée à Paris, avait abjuré et était entrée dans les rangs de l’Église catholique80 ; son père avait pris avec lui la petite sœur de Marie, Jeanne-Madelaine et s’était installé à Lyon, où il meurt en janvier 1677. Le consistoire de Lyon, semble-t-il, cache alors la jeune Jeanne-Madelaine sous une fausse identité pour la protéger de la Compagnie qui cherchait à la convertir, sans doute avec la complicité de sa sœur Marie. C’est chose faite le 7 mars 1677, l’archevêque de Lyon ayant donné l’ordre de la rechercher et de la soustraire des mains des huguenots. En janvier 1684, Jeanne-Madelaine commence son noviciat au séminaire des Nouvelles Catholiques de Lyon81. Le changement de confession peut donc être facilité par la fréquentation d’un milieu proche où la diversité religieuse des parents peut interroger les enfants et les pousser à envisager une autre voie. La vie religieuse peut, dans ce contexte, constituer un horizon acceptable, voire souhaitable, pour maintenir son rang ou espérer l’améliorer.

38Il a été beaucoup question ici des conversions des plus jeunes, non seulement parce qu’ils représentent une catégorie de la population tout à fait particulière face à la conversion ; mais aussi parce que ce sont les seuls représentants d’un milieu protestant lyonnais relativement aisé que l’on trouve dans les registres de la compagnie de la Propagation de la foi. Son action ne touche le cœur de la communauté réformée que par le biais des conversions des enfants ou des jeunes en rupture avec leur famille. La liste des professions déclarées par les convertis est une manière de s’en rendre compte (voir le tableau 13).

39Du point de vue professionnel, le groupe des Lyonnais ne se distingue guère du portrait général des convertis déjà esquissé dans les chapitres précédents. Mais si l’on regarde du côté des professions des pères des convertis – ce qui nous renvoie aussi aux plus jeunes d’entre eux et d’entre elles –, nous pouvons noter quelques indications qui inscrivent les abjurants dans un milieu social plutôt élevé. On trouve parmi ceux-ci 3 maîtres gantiers, 2 marchands merciers, 1 marchand drapier et 1 bourgeois de Lyon, qui font référence à un monde de l’artisanat et du commerce potentiellement fortuné.

Tableau 13. Professions des convertis lyonnais ou de leur père

Métier Convertis Pères
Boutonnier 2 1
Imprimeur 1
Horloger 1 (compagnon) 4 (dont 2 maîtres)
Ouvrier en soie 1 (femme) 3 (maîtres)
Passementier 2 (dont 1 maître) 1
Peigneur 1
Opérateur 1
Orfèvre 2 2
Maçon 1 (maître)
Tailleur d’habits 1
Laboureur 2
Cordonnier 1
Bourgeois de Lyon 1
Marchand drapier 1
Marchand 1
Gantier 2 (maîtres)
Garde sel 1
Moulinier de soie 1 (maître)
Marchand de chevaux 1
Ouvrier en rubans 1
Tailleur de limes 1 (maître)
Écrivain 1 (maître)
Guimpier-gazetier 1
Cardeur de laine 1
Marchand mercier 2
Ouvrier en or et argent 1 (maître)
Potier d’étain 1
Vigneron 1
Loueur de chevaux 1 (maître)
Tailleur d’habits pour femme 1 (maître)
Tireur d’or 1 (maître)
  • 82 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue R (...)
  • 83 ADR, 45 H 19.

40La fragilité économique et sociale demeure néanmoins la condition favorisant naturellement le rapprochement vers des institutions qui peuvent fournir une aide à la fois économique et relationnelle pour sortir de la détresse. Les cas de femmes seules parce que veuves, célibataires ou abandonnées par leur mari et éventuellement avec des enfants en bas âge – et qui ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins –, sont nombreux dans les archives de la Compagnie. Voici par exemple l’histoire de Marie Loudeveau et de sa fille Isabeau. En 1660, Marie a environ 53 ans lorsqu’elle perd son mari, Pierre Fourchon, ouvrier en draps de soie sans trop de moyens, car Marie fait déjà partie en 1651 des femmes assistées par les deniers des pauvres de l’église réformée de la ville82. Leur fille Isabeau est encore célibataire et la constitution de la dot nécessaire à son mariage se révèle vraisemblablement impossible. Isabeau, quelques mois après la mort de son père, s’adresse à la Compagnie, qui l’instruit, la fait abjurer et l’assiste grâce à des versements réguliers entre juillet 1661 – un mois environ après son abjuration – et juin 1663 : 132 livres au total, qui servent, entre autres, à payer son logis, à désengager ses biens et à constituer sa dot pour épouser un certain Le Loup, un ouvrier en soie catholique83. La Compagnie permet à ces deux femmes de sortir de la crise qui les touche à la mort de leur mari et père. L’arrivée d’un homme dans la vie d’Isabeau la fait disparaître des archives – signe que les choses se stabilisent pour le couple et pour Marie. Le départ « pour le service du roi » dudit Le Loup replonge toutefois les deux femmes dans la détresse. En septembre 1667, Marie abjure à son tour sa confession protestante à l’église de Saint-Nizier et, comme sa fille auparavant, commence à percevoir des subventions environ un mois après sa conversion. Les aides de la Compagnie reprennent également pour la fille en février 1668 et se poursuivent jusqu’en 1677, lorsque nous perdons leurs traces.

41La crise qui mène à l’abjuration peut être liée à des difficultés dans l’accès ou dans l’exercice d’un métier ou encore dans l’avancement de carrière empêché ou simplement retardé par l’appartenance protestante. La Compagnie peut compter sur un important réseau d’artisans déjà vu à l’œuvre dans le placement des étrangers convertis, mais qui peut fonctionner également pour les Lyonnais. Et les Lyonnais le savent. Ainsi, Théodore Cointaut, le jeune frère d’Hélène (voir supra), décide explicitement de s’adresser à la Compagnie en déclarant sa volonté de se convertir pour se soustraire à son maître :

  • 84 ADR, 45 H 19, 14 septembre 1665.

Theodore Cointaud a fait declaration devant monseigneur le lieutenant general qu’il voulait vivre et mourir en la religion catholique apostolique et romaine et il supplie la compagnie de faire en sorte que maistre Ollier, gantier, donne son consentement a ce qu’il soit mis en apprentissage chez le sieur Steve aussi maistre gantier et pour cet effet la compagnie a prié mons de Seve de prendre la peine d’en parler audit Ollier84.

  • 85 ADR, 45 H 19.
  • 86 ADR, 45 H 19, 2 octobre 1679. Nous ne savons pas si le mari en question est lui aussi converti ou (...)
  • 87 ADR, 45 H 11, 12 janvier 1682.

42La Compagnie s’occupe aussi activement des avancements de carrière. En 1664, elle prête 9 livres à Louis Carteron – que ce dernier rendra en deux fois dans les trois ans qui suivent – pour lui permettre d’acheter la maîtrise de cordonnier85 ; le 2 octobre 1679, elle délibère pour « assister Isabeau Duret convertie et son mari pour le faire recevoir maistre passementier86 ». Mais elle s’emploie également à freiner les carrières des huguenots, comme en janvier 1682, lorsqu’elle déploie toute son énergie pour empêcher qu’un apothicaire huguenot soit reçu maître de la profession87.

43Les raisons pour s’adresser à la Compagnie ne manquent donc pas aux réformés locaux : on peut obtenir des ressources matérielles, un abri et la protection pour prendre un moment de pause dans une vie d’épouse et de mère, mais on peut aussi choisir une voie alternative au mariage et à la vie solitaire à travers la vie religieuse. La protection juridique des convertis à l’égard des parents huguenots se retournant contre les enfants fait partie du lot de services proposés par la compagnie de Propagation de la foi. Le cas des filles Burlamaqui montre d’ailleurs les différentes facettes de l’action de ses hommes. Les jeunes filles ont demandé leur protection contre une famille hostile à leur choix et qui veut les récupérer pour défendre leur appartenance huguenote. Le 16 février 1682, la Compagnie déclare :

  • 88 ADR, 45 H 11, 16 février 1682.

Sur la proposition faite par Monsieur Hermet pour scavoir si on pourrait remettre au sieur Burlamaqui ses deux filles qui ont déclaré qu’elles voulaient estre catholiques on a trouvé a propos de faire conoistre au pere qu’on ne pouvait pas encore luy remettre ses filles parce que c’est la coustume de les tenir environ trois mois dans une communauté pour les bien affermir dans nostre Religion Catholique Apostolique et Romaine et cependant quand on sera obligé de les lui remettre on a trouvé a propos de leur faire faire une profession de foi solennelle et cependant que en les remettant aud. Sieur Burlamaqui leur pere il faudra procurer qu’il leur assure une bonne dotte et qu’il soit chargé en justice de les representer88.

44Dans le cas des Lyonnais non plus, il ne faut pas tomber dans le piège d’un matérialisme intégral. Comme pour les Genevois, il faut imaginer la conversion comme un choix en lien avec une série multiple et complexe de raisons et d’arguments, certains relevant de l’« offre » proposée par la Compagnie, de ses ressources et de son action concrète de propagande et d’assistance, certains relevant en revanche de la situation initiale des futurs abjurants.

45À ces deux éléments, il faut assurément en ajouter un troisième, qui touche au contexte dans lequel leur appartenance religieuse se structure avant la conversion : la communauté protestante de Lyon. Il est temps de se tourner vers celle-ci et d’en reconstituer la physionomie mouvante au cours du siècle, ainsi que les conflits et les solidarités qui la parcourent, afin de pouvoir mieux cerner cette réalité sociale que les convertis décident de quitter.

Notes

1 Éphésiens 2, 19.

2 ADR, 45 H 11, 4 septembre 1679.

3 ADR, 45 H 11, 4 septembre 1679.

4 ADR, 45 H 11, 15 avril 1680.

5 On peut suivre l’évolution des carrières ou les changements de profession à partir des indications portées dans les actes d’état civil ou d’abjuration. Les pères ou les parrains des nouveau-nés, les époux et les témoins de mariage déclarent une profession ou un « état » – comme celui de « bourgeois de Lyon » – qui est enregistré à côté de leurs noms et prénoms dans l’acte. Des actes qui se succèdent dans le temps – par exemple les baptêmes des enfants d’un même couple – permettent donc, comme ici, de faire des hypothèses concernant les professions exercées et la carrière.

6 C’est ce qu’elle déclare à la compagnie de la Propagation de la foi, qui donne à son fils Louis Perissel l’argent nécessaire pour se rendre à Gênes voir son père que l’on dit converti entre-temps. ADR, 45 H 19, 26 mars 1668.

7 Elle reçoit pour cela une aide du consistoire. Voir AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des deniers des pauvres de l’esglise refformée de Lyon donc l’exercisse ce fait a Saint Romain », mai 1681.

8 ADR, 45 H 11, 11 mars 1680.

9 ADR, BP 3995, 26 avril 1685, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, Genève, Droz, 1986, p. 296.

10 ADR, 45 H 19.

11 François Francillon (dir.), Livre des délibérations de l’Église réformée de L’Albenc (1606-1682) : édition du manuscrit conservé à la Bibliothèque d’étude et d’information, fonds Dauphinois, Grenoble, cote R 9723, Paris, Honoré Champion, « Vie des huguenots », 1998.

12 Ibid., p. 12.

13 Robert Sauzet, « La conversion au protestantisme à Nîmes au xviie siècle », Dimensioni e problemi della ricerca storica, nº 2, 1996, p. 229-237.

14 Myriam Yardeni, « Conversions et reconversions dans le refuge huguenot », Dimensioni e problemi della ricerca storica, nº 2, 1996, p. 239-246.

15 Ibid., p. 242.

16 Son abjuration est en effet enregistrée par la Compagnie le 21 juillet 1680 ; elle a alors environ 75 ans. Voir ADR, 45 H 12.

17 ADR, BP 3995, 26 avril 1685, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 295-300.

18 Monica Martinat, « The Identity Game: Ambigous Religious Attachements in Seventeenth-Century Lyon », dans Miriam Eliav-Feldon & Tamar Herzig (dir.), Dissimulation and Deceit in Early Modern Europe, Londres, Palgrave Macmillan, 2015, p. 67-78.

19 ADR, BP 3995.

20 Barbara B. Diefendorf, « Les divisions religieuses dans les familles parisiennes avant la Saint-Barthélemy », Histoire, économie, société, vol. 77, nº 1, 1988, p. 55-77 ; Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross: Catholics and Huguenots in Sixteenth-Century Paris, Oxford, Oxford University Press, 1991.

21 Natalie Rothman, Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Instanbul, Ithaca, Cornell University Press, 2012, p. 134-135.

22 François Francillon (dir.), Livre des délibérations de l’Église réformée de L’Albenc (1606-1682), op. cit.

23 ADR, 45 H 12.

24 ADR, 45 H 12, 30 août 1666.

25 ADR, 45 H 12, 19 mars 1668.

26 ADR, 45 H 12, 13 avril 1665. On donne respectivement 3 livres et 10 sols à Claudine et une livre de moins à Pernette.

27 ADR, 45 H 11, 20 mai 1680.

28 ADR, 45 H 19.

29 ADR, 45 H 12 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 162.

30 ADR, 45 H 19 : les frais de la pension d’Hélène s’élèvent à 220 livres et 10 sols pour la période comprise entre mars 1671 et novembre 1672. Il s’agit sans doute d’une partie seulement des frais payés par la Compagnie, équivalent à une partie du séjour, dont nous ignorons la durée totale.

31 ADR, BP 3995.

32 ADR, BP 3994, 26 avril 1677, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 285.

33 ADR, 45 H 19.

34 ADR, BP 3994, 26 avril 1677, cité dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 285.

35 ADR, 45 H 15.

36 ADR, 3 E 4763, notaire Favard, « Testament de Catherine Favin », 20 août 1656.

37 AML, 3 GG 086, « Livre de la recette et despense des deniers des pauvres de l’esglise refformée de Lyon donc l’exercisse ce fait a Saint Romain », document cité.

38 « Déclaration du roi du 1er février 1669 portant règlement des choses qui doivent être gardées et observées par ceux qui font profession de la religion prétendue réformée », art. 39 (mais pour ce qui concerne l’abjure « libre » des enfants protestants, le texte confirme un arrêt du Conseil d’État du 24 avril 1665) ; « Déclaration du 18 juin 1681 portant que les enfants de la R.P.R. pourront se convertir à l’âge de sept ans », textes publiés dans Catherine Bergeal & Antoine Durrleman, Protestantisme et libertés en France au 17e siècle : de l’édit de Nantes à sa révocation, 1598-1685, Carrières-sous-Poissy, La Cause, 1985, respectivement p. 99-110 et 126-128. Voir aussi Keith Luria, Sacred Boundaries: Religious Coexistence and Conflict in Early-Modern France, Washington, Catholic University of America Press, 2005. Des considérations intéressantes se trouvent dans Jean-Paul Pittion, « L’affaire Paulet (Montpellier, 1680-1683) et les conversions forcées d’enfants », dans Louise Godard de Donville (dir.), La Conversion au xviie siècle : actes du xiie colloque de Marseille, janvier 1982, Marseille, Centre méridional de rencontres sur le xviie siècle, 1983, p. 209-234.

39 ADR, 45 H 14. Son baptême est célébré à Saint-Romain de Couzon le 19 septembre 1665.

40 ADR, BP 3995, 23 septembre 1683, « Procès verbal de transport du lieutenant général de la Sénéchaussée au domicile des Maillard », publié aussi dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 289-290.

41 Ibid. D’après les registres de baptême de la communauté réformée lyonnaise, Daniel Maillard a deux filles approximativement de l’âge indiqué dans le document : Élisabeth, née en décembre 1671, et Jeanne, née en février 1675. Il n’est pas évident de savoir à quelle fille le lieutenant de la sénéchaussée se réfère dans son procès-verbal. Mais tout porte à penser qu’il s’agit d’Élisabeth, qui abjure en novembre 1683, alors qu’elle a 12 ans.

42 Ibid.

43 J’ai consulté les registres des décès de l’Hôtel-Dieu de septembre 1683 à la fin de 1684, et je n’ai trouvé aucune trace de lui. La série des décès de l’Hôtel-Dieu n’est pas complète. Il n’y pas d’abjuration à son nom auprès de la Compagnie.

44 ADR, 45 H 15 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 152.

45 ADR, 4 G 140, « Testaments », 14 juillet 1673, testament solennel de Laurens Hogguer.

46 Sébastien apparaît dans l’état civil protestant en janvier 1671, comme parrain de Dorothée Coreat. Des Hogguer sont toutefois présents à Lyon, dans les réseaux suisses et allemands.

47 ADR, 4 G 140, « Testaments », 14 juillet 1673, testament solennel de Laurens Hogguer.

48 La sentence du présidial du 7 avril 1673 est citée dans ADR, 45 H 15.

49 Les deux autres filles reçoivent la même chose, à une différence près : elles bénéficient d’une pension annuelle de 300 livres, mais à leur mariage, elles peuvent récupérer les 6 000 livres. Marie-Madelaine en est privée. Voir ADR, 4 G 140, « Testaments », 14 juillet 1673, testament solennel de Laurens Hogguer.

50 Ibid.

51 ADR, 45 H 12, 18 février 1664.

52 ADR, 45 H 12, 24 janvier 1667.

53 ADR, 3 E 4791, notaire Favard, « Testament de Benoiste Marion », 26 avril 1655. Les 800 livres promises à sa fille doivent lui être payées lors du décès de son mari. Benoiste confie aussi à David Patron, son mari et héritier universel, la tâche de donner à sa fille « ses bracelets d’or et chaisne en diamants... avec deux pierres à coste » après sa mort.

54 Cette somme s’ajoute à une dot du même montant qui lui avait été payée lors de son mariage.

55 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 147 ; ADR, 45 H 12, 8 mars 1661. Jacques Bourguet est toujours en prison en 1661 ; on ignore les raisons de son incarcération. Nous savons en revanche que sa condition économique au début des années 1650 ne lui permettait pas de contribuer économiquement à la vie de son Église. Il apparaît en effet comme membre non contribuable dans l’« Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon » du 25 juin 1651, AML, 3 GG 87, pièce 21.

56 ADR, 45 H 19 et 45 H 11. Voir aussi Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 147, note 40.

57 ADR, 45 H 12, 11 juin 1663 : « Mons. Courrier est prié avoir soin du Bourguet qui témoigne vouloir se convertir. Il est chez le sieur Morel orfèvre. » La dépense consacrée à son apprentissage chez les frères Simonet (cinq ans et demi, 120 livres) est discutée et en partie payée (60 livres) le 1er septembre 1664.

58 ADR, 45 H 12, 5 septembre 1668.

59 ADR, 45 H 12, 12 novembre 1668.

60 À Anne, la Compagnie paie trois ans d’apprentissage chez Mme Jeannen, pour un coût total de 165 livres. La moitié est payée comptant le 8 novembre 1666.

61 D’après Odile Martin, le père aurait abandonné Marie : voir Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 147-148.

62 Ibid., p. 147.

63 On présuppose son âge à partir de sa déclaration, faite au moment de la conversion, lorsqu’elle dit avoir 26 ans.

64 ADR, 45 H 19, reprises des comptes concernant Pierre Feautrier, sa mère et Anne-Marie Fautrier.

65 ADR, 45 H 19, cité aussi dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 153. Le père aurait abandonné Marie. En 1664, la Compagnie « continue son zèle » à son égard : ADR, 45 H 12, 28 octobre 1664. Le 21 novembre de la même année, « monsieur Baudran a rapporté (à l’assemblée) que Marie Anne Feautrier donne peu d’espérance de sa conversion. La compagnie a trouvé a propos de la laisser dans l’abbaye de la Déserte jusqu’à Noel ».

66 Sans doute y reste-t-elle jusqu’en 1669.

67 ADR, 45 H 19.

68 ADR, 45 H 19.

69 Elle est fille d’une sœur de son père, Marie Feautrier, et d’un marchand provençal, François Roux, décédé en 1653.

70 ADR, 45 H 19, 15 novembre 1668.

71 ADR, 45 H 12, 14 janvier 1669.

72 ADR, 45 H 11 et 45 H 14, cités dans Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 164. L’absence de traces constitue un indice, bien que ce ne soit pas une preuve : Anne n’est jamais convoquée comme marraine d’un enfant baptisé au temple de Saint-Romain.

73 ADR, 45 H 12, 19 novembre 1668.

74 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon », 25 juin 1651. Je reviendrai dans le chapitre vi sur ce texte qui fait partie de la documentation relative au conflit qui surgit au sein de la communauté dans les années 1650.

75 ADR, B, « Inventaires après-décès », 4 avril 1667. Odile Martin, dans La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 38, note 57, cite cet inventaire et le commente ainsi : « Louis Nadal [...] ajoute à un commerce de bonneterie fort important (au moment de son décès, ses magasins contenaient des centaines de bonnets et de paires de bas pour hommes, femmes et enfants, des chemises, des mouchoirs, des coiffes de la dentelle) le blanchissage des toiles (plus que deux mille aunes de Troie, de Hollande, de ménage, sont inventoriées ainsi qu’un livre de blanchissage) et le prêt sur gage. »

76 Un Bonenfant, impossible à identifier autrement que comme « fils de Bartholomé » est parrain en 1603 d’une cousine de Anne, fille de Daniel Hervart et Anne Ernelin. Malgré l’absence d’Anne des registres d’état civil protestant de la période, hormis dans sa place de mère d’un enfant baptisé, d’autres personnes portant le même nom et qui lui sont sans doute apparentées y apparaissent régulièrement – ce qui peut être considéré comme un signe de leur appartenance à la communauté réformée.

77 Outre celui déjà cité de la fille de Louis Nadal, Isaie Bonenfant parraine un autre enfant, David Dumont, fils de David, marchand drapier et d’Anne Pelloutier (en décembre 1674).

78 ADR, 45 H 12.

79 ADR, 45 H 19 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 153.

80 ADR, 45 H 19, 7 mars 1677.

81 ADR, 45 H 19 ; Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon, op. cit., p. 153. Elle est revue « par la voie ordinaire » le 8 avril 1686, voir ADR, 45 H 13, « Registre des assemblées capitulaires du séminaire des nouvelles catholiques... », p. 39. Sur les enfants protestants confiés à des parents catholiques, voir Barbara Diefendorf, « Les divisions religieuses dans les familles parisiennes avant la Saint-Barthélemy », art. cité, p. 70.

82 AML, 3 GG 87, pièce 21, « Etat général des familles qui font profession de la Religion Prétendue Reformée dans la ville de Lyon », document cité. Le fait que Marie soit la bénéficiaire directe de la subvention, tout en ayant un mari, semble être le signe ou d’une séparation du couple ou bien de l’absence de Pierre, originaire de Tours.

83 ADR, 45 H 19.

84 ADR, 45 H 19, 14 septembre 1665.

85 ADR, 45 H 19.

86 ADR, 45 H 19, 2 octobre 1679. Nous ne savons pas si le mari en question est lui aussi converti ou s’il s’agit d’une sorte de prix que la Compagnie voudrait octroyer à un homme ayant épousé – et donc sauvé – une ancienne hérétique.

87 ADR, 45 H 11, 12 janvier 1682.

88 ADR, 45 H 11, 16 février 1682.

Table des illustrations

Titre Figure 4. Famille Naulot-Cointaut (généalogie simplifiée)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 5. Famille Agnès (généalogie simplifiée)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6. Famille de Jeanne Bourguet
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 7. Famille de Pierre Feautrier
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search