Version classiqueVersion mobile

773 vies

 | 
Monica Martinat

Chapitre III

Gerim

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étranger est un élément du groupe même, tout comme les pauvres et les « divers ennemis de l’intérieur » – un élément dont l’articulation immanente au groupe implique à la fois une extériorité et un face-à-face1.

L’un des termes bibliques indiquant l’étranger est « ger » (גֵּר), que l’on pourrait traduire plus précisément par « résident étranger ». Son sens a glissé depuis et signifie aussi désormais « prosélyte » :

Contrairement à l’étranger, le ger (גֵּר), le résident étranger vivait de manière plus ou moins permanente dans sa communauté d’adoption. Comme le jār arabe, il était un « étranger protégé » totalement dépendant de ses protecteurs pour son bien-être. [...] son statut était une extension de celui de l’hôte, dont la personne était inviolable, bien qu’il ne puisse pas bénéficier de tous les privilèges des natifs. On attendait du ger la loyauté à l’égard de ses protecteurs et la soumission à leurs lois (Num. 15:15–16). [...] Le mot ger dans la Bible était utilisé en référence...

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search