Version classiqueVersion mobile

773 vies

 | 
Monica Martinat

Chapitre II

Portrait de groupe

Texte intégral

  • 1 Didier Eribon, La Société comme verdict : classes, identités, trajectoires, Paris, Fayard, 2013, p (...)

De quelles histoires collectives se compose un individu singulier1 ?

  • 2 En ce qui concerne les aspects les plus théoriques, je me limiterai ici à citer l’article fondamen (...)
  • 3 Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes », Les Cahiers du chemin, nº 29, 1977, p. 12-29. Les (...)
  • 4 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876(...)
  • 5 Didier Eribon, La Société comme verdict, op. cit., p. 266.
  • 6 C’est au fond la démarche de la micro-histoire d’orientation sociale, portée au départ par Giovann (...)

1L’un des premiers problèmes qui se posent lorsque l’on souhaite raconter des vies de personnes « minuscules » est sans doute celui de leur représentativité. Les critiques à l’égard de la micro-histoire ont beaucoup porté sur cet aspect de son heuristique, lui reprochant le plus souvent son incapacité à passer du cas individuel, souvent exceptionnel, à la généralisation. Je ne prétends pas fournir ici une réponse à cette question, qui est par ailleurs au cœur des procédures historiographiques, de leur caractère scientifique et qui a fait l’objet de nombreux débats2. Il s’agit plus simplement de situer la perspective dans laquelle je me suis placée pour reconstruire les histoires de ces convertis. Je ne me suis en réalité pas limitée au réassemblage passif de ces vies, que j’ai davantage et volontiers interprétées. Lorsque, dans les années 1970, les historiens et les philosophes proposaient aux lecteurs des extraits d’archives relatant les éléments biographiques essentiels d’une population variée, ils les laissaient souvent libres de tout commentaire. Michel Foucault théorise même cette posture, structurant entièrement un livre sur les mots des documents qui révèlent ces existences à la postérité3. Par la suite, la voix des chercheurs est devenue beaucoup plus audible, et l’interprétation a repris une place centrale, inscrite non plus en marge des mots originaux des sources, mais dans l’agencement même du récit et de la narration. L’historien a ainsi fini par intervenir de manière substantielle dans la construction du sens des vies racontées en se heurtant alors aux nombreuses difficultés de ce type de démarche. Le premier écueil est celui, déjà évoqué, du rapport entre l’exceptionnalité des cas étudiés – une exceptionnalité due avant tout à l’existence d’une documentation qui relève, la plupart du temps, du passage des individus à travers les mailles d’un pouvoir ou d’une institution quelconque – et la normalité supposée de la majorité des gens. La tentative menée par Alain Corbin d’examiner la vie d’un homme totalement ordinaire, choisi précisément en fonction de l’absence de documentation par définition biaisée4, a cependant mis au jour une seconde difficulté de ce type d’approche, que la citation « de quelles histoires collectives se compose un individu singulier5 ? » semble résumer à la perfection. Il s’agit de la reformulation d’une question assez ancienne, impliquant également une discussion sur le rôle de la sociologie et, partant, des sciences sociales. Je pense ici à la dichotomie qui réserverait l’étude de la dimension collective d’un individu à la sociologie et laisserait l’examen du reste à la littérature et à la psychologie. La prosopographie et l’analyse des parcours personnels des membres d’un groupe me semblent s’inscrire dans une démarche plus intéressante et moins radicale, capable de restituer un champ de possibilités multiples mais limitées, dessinant un espace à l’intérieur duquel s’inscrivent les réalisations individuelles en ce qu’elles ont d’original, voire d’unique, et en ce qu’elles ont de commun avec d’autres parcours6. C’est dans cette optique que j’ai voulu aborder les histoires des convertis tirées des archives de la compagnie de la Propagation de la foi : avant de proposer certains itinéraires particuliers et individuels, j’ai reconstruit la physionomie du groupe auquel chacun appartient à la suite de son acte de renoncement à sa religion d’origine. C’est le portrait collectif de ce groupe qui fixe aussi pour les contemporains les limites de ce qui a été possible et de ce qui ne l’a pas été.

  • 7 Les registres de la Compagnie commencent en 1659. Ils font mention de quelques conversions précéde (...)

2Les registres des abjurations assurées par les soins de la compagnie de la Propagation de la foi lyonnaise font état de 435 femmes et 338 hommes abandonnant leur confession pour rejoindre l’Église catholique entre 1659 et 16877. À une exception près, celle d’un juif de passage qui se convertit et (re)part immédiatement pour Rome en 1675 grâce à l’aide de la Compagnie – et qui n’est pas inclus ici –, il s’agit de fidèles de l’Église réformée ou de quelques luthériens de passage (voir le tableau 1).

Tableau 1. Hommes et femmes convertis (1653-1687)

Genre Nombre %
Hommes 338 43,7
Femmes 435 56,3
Total 773 100,0

3Les femmes sont plus nombreuses que les hommes. La part la plus importante des effectifs féminins se trouve dans les tranches d’âge 15-19 ans, 20-24 ans et surtout 25-29 ans, âges auxquels elles sont deux fois plus nombreuses que les hommes. Leur nombre diminue par la suite, en termes absolus et relativement aux hommes, plus présents entre 35 et 49 ans, puis à nouveau dans la tranche 55-59 ans. Les hommes sont également plus nombreux que les femmes chez les adolescents, dans la tranche d’âge compris entre 15 et 19 ans.

Tableau 2. Nombre de convertis selon leur âge (1653-1687)

Âge Femmes Hommes Total
< 14 25 14 39
15-19 47 63 110
20-24 67 63 130
25-29 60 28 88
30-34 33 23 56
35-39 13 18 31
40-44 6 11 17
45-49 4 10 14
50-54 4 4 8
55-59 3 6 9
60-64 5 2 7
< 65 13 6 19
Total partiel 280 248 528
Âge inconnu 155 90 245
Total général 435 338 773
  • 8 L’âge au moment de la conversion ne peut être déterminé que dans 528 cas sur les 773 pris en compt (...)

4Hommes ou femmes, les convertis sont majoritairement jeunes : 53 % de ceux dont l’âge peut être déterminé ont moins de 25 ans au moment de l’abjuration8 (voir le tableau 2 et la figure 1).

Figure 1. Pourcentage de convertis selon leur âge (1653-1687)

Figure 1. Pourcentage de convertis selon leur âge (1653-1687)

5À la jeunesse s’ajoute un autre élément important et distinctif de cette population : la forte composante d’étrangers. C’est l’une des caractéristiques sans doute les plus marquantes des conversions lyonnaises. La géographie des provenances des convertis est vaste. Leur lieu de naissance est indiqué dans 631 cas, dont 624 ont pu être identifiés (voir le tableau 3).

Tableau 3. Origines des convertis

Origine Nombre % sur les lieux de provenance identifiés % sur le total des cas
Étranger 251 40,2 48,3
France 373 59,8 32,3
Total partiel 624 100,0 80,6
Indéterminée 149 19,4
Total général 773 100,0

6Un pourcentage important de convertis vient de l’étranger (40,2 %) : les Genevois dominent ce groupe, réunissant à eux seuls plus de la moitié des convertis. Les Suisses arrivent en deuxième position, avec 89 unités, soit 35,4 % des 251 étrangers. Les autres origines sont représentées par de très petits effectifs, allant de 6 Anglais à 1 seul strasbourgeois, en passant par 3 personnes venant de la principauté d’Orange et 2 Piémontais (voir le tableau 4).

Tableau 4. Lieux d’origine des convertis étrangers

Origine Nombre %
Genève 138 55,0
Suisse 89 35,4
Angleterre, Écosse, Irlande 6 2,4
États et villes allemandes 4 1,6
Provinces-Unies 4 1,6
Autresa 10 4,0
Total 251 100,0
a. On compte ici 2 Polonais, 2 Piémontais, 1 Strasbourgeois, 1 venant du pays de Montbéliard, 1 de Sainte-Marie-aux-Mines et 3 de la principauté d’Orange.

7Cette distribution n’est pas surprenante. Genève est proche, y compris du point de vue de ses activités économiques : la production de la soie occupe une position centrale et un artisanat qualifié permet, depuis longtemps, une certaine mobilité de la main-d’œuvre. Les personnes originaires de Saint-Gall, en Suisse, présentes en nombre à Lyon, bénéficient de privilèges particuliers octroyés par le consulat de Lyon à des fins commerciales. La proximité géographique joue évidemment un rôle majeur dans une migration qui apparaît aussi dans les rangs de la communauté réformée.

8Les régnicoles forment toutefois la majorité des convertis (373 individus, correspondant à 59,8 % de ceux et celles dont on peut identifier la provenance).

Tableau 5. Origines des convertis français (répartis par province synodale)

Province synodale Nombre % Remarques
Île de France, Champagne, Picardie 37 9,9
Normandie 6 1,6
Bretagne 1 0,3
Anjou, Maine, Touraine 11 2,9
Orléanais, Berry 6 1,6
Bourgogne 156 41,8 dont 94 Lyonnais et 30 du pays de Gex
Poitou 14 3,8
Saintonge, Aunis, Angoumois 3 0,8
Basse-Guyenne 3 0,8
Béarn 2 0,5
Haut-Languedoc, Haute-Guyenne 5 1,3
Bas-Languedoc 20 5,4
Cévennes 12 3,2
Vivarais 29 7,8
Provence 5 1,3
Dauphiné 63 17,0
Total 373 100,0

9Comme on pouvait s’y attendre, on trouve un nombre important de convertis originaires des régions protestantes les plus proches de Lyon et qui constituent également le bassin typique de migration, religieuse ou non, de la ville : Dauphiné, Vivarais, Bas-Languedoc, Cévennes et pays de Gex, qui compte ici 30 convertis.

10La proximité géographique y est pour beaucoup mais, comme on le verra, les politiques de la Compagnie de Lyon et des missions locales – notamment celle de la région de Gex – qui envoient vers Lyon les postulants à la conversion jouent un rôle majeur.

Figure 2. Origines des convertis français

Figure 2. Origines des convertis français

11Ce qui peut surprendre, en revanche, c’est le faible nombre de Lyonnais : 94 individus (25,1 % des Français, mais 15 % de la totalité des convertis dont l’origine est connue). Ce petit nombre pourrait relever de la composition du milieu protestant lyonnais, constitué d’un grand nombre de marchands et d’artisans étrangers, installés en ville souvent de façon permanente. En réalité, la forte présence d’étrangers parmi les convertis et le peu de Lyonnais sont le résultat d’un même effet : l’activité de la Compagnie, qui se concentre davantage sur une population de nouveaux arrivants que sur la communauté réformée locale, touchée de manière marginale par sa campagne de conversions.

12L’état civil des abjurants n’est connu que pour une minorité de cas : 229 sur les 773 conversions (29,6 %). Aucune conclusion ne peut donc être tirée de ces données, d’autant plus qu’une très large majorité des informations concernent les femmes (84,7 %). Le biais de la source et de ceux qui l’ont rédigée est ici trop fort pour que l’on puisse raisonner sur ces nombres. Certes, le jeune âge des convertis, saisi au milieu d’un processus de migration, explique le nombre important de célibataires dans le groupe. Et si la conversion est dans la plupart des cas la réponse à une crise, comme je le pense, la solitude est un élément incontestable de faiblesse.

  • 9 ADR, 45 H 14. Aucun renseignement n’est donné sur son jeune frère.
  • 10 ADR, 45 H 14.
  • 11 ADR, 45 H 14.

13La plupart du temps, la conversion est un fait individuel. Toutefois, on relève aussi des cas d’abjurations collectives, prononcées par plusieurs membres d’une même famille – le ou les parents avec les enfants, des frères ou des sœurs. Le 10 septembre 1679, par exemple, deux jeunes frères – Jean et Thomas Bondi, de 17 et 14 ans, fils d’un laboureur des environs de Berne – prononcent les mots de renonciation à la religion réformée. Arrivés récemment à Lyon, ils ont été accueillis par la Compagnie qui les a instruits rapidement des fondements du catholicisme et a placé l’aîné en apprentissage auprès d’un maître ouvrier en draps de soie9. Deux ans plus tard, les sœurs Susanne et Jeanne Gautier, originaires du pays de Gex et envoyées à Lyon par le résident de France à Genève, ont le même parcours : grâce à l’aide de la Compagnie, Susanne devient servante chez un libraire lyonnais catholique. Le 8 octobre 1685, deux frères originaires du Languedoc, Jacques et Nicolas Cardin, prononcent leur renonciation à la confession réformée10. Le 12 octobre, c’est le tour des sœurs Calo, venant de Picardie. Charlotte Lefebvre et ses filles abjurent ensemble le 12 octobre 168511. Charlotte est veuve depuis 1684, mais la famille semble avoir eu des problèmes avant ce moment charnière. Malgré les efforts entrepris pour rester au sein de l’Église réformée, Charlotte lâche prise et se convertit avec ses filles Lucrèce, Marianne et Susanne (respectivement de 20, 10 et 8 ans). La difficulté à réorganiser la famille et à remplir le vide laissé par le décès de l’un des conjoints et des parents a peut-être été également à l’origine de la conversion des sœurs Delafosse – Françoise, Louise et Marie –, qui suit d’à peine un mois le décès de leur mère (juillet 1673) et précède de quatre mois l’abjuration de leur père.

14Les professions des convertis sont indiquées dans environ un quart des cas : encore une fois, c’est trop peu pour tirer des conclusions générales. La dispersion des désignations des métiers exercés est, de plus, importante : elles sont au nombre de 74 (voir le tableau 6).

  • 12 Philip Benedict, The Faith and Fortunes of France’s Huguenots: 1600-1685, Burlington, Ashgate, 200 (...)

15Malgré le caractère fortement marchand de l’appartenance protestante au xviie siècle12, on trouve un nombre limité de marchands : 7 seulement, dont 4 qui se déclarent (ou sont enregistrés) marchands, 2 merciers – colporteurs – et 1 quincaillier.

Tableau 6. Professions déclarées par les convertis (1653-1687)

Profession Nombre Remarques
Apothicaire 1
Avocat 1
Bailleur chevaux 1
Bourgeois de Lyon 1
Boutonnier 4 dont 1 marchand et 1 maître
Brigadier 1
Cardeur de laine 1
Chamoiseur 1
Chapelier 1
Charron 1
Chirurgien 6 dont 1 compagnon et 1 « serger de sa vacation »
Cocher 1
Commis aux aides à Paris 1
Cordonnier 11 dont 2 compagnons et 1 garçon
Docteur en médecine 1
Drapier 2 dont 1 « drappant » et 1 marchand
Escrivain (maître) 1
Escuyer 1
Épinglier 1
Fabricant de bas de laine 1
Faiseur de corbeilles 1
Faiseur de ressorts pour montre 1
Faiseur de tuiles 1
Fondeur 1
Garde à sel 1
Graveur 1
Guimpier 1
Horloger 5 dont 3 compagnons et 1 maître
Hôtelier 1 maître
Imprimeur 2
Laboureur 2 dont 1 laboureur/veloutier
Lapidaire 2 dont 1 lapidaire/joaillier
Lieutenant (soldat) 1
Maître de camp 1
Marchand 4
Mareschal (compagnon) 1
Masson 2 dont 1 maître
Menuisier 3
Mercier 2 dont 1 colporteur et 1 « de bale »
Ministre RPR 1
Musicien 1
Opérateur 1
Orfèvre 7 dont 1 orfèvre/joaillier
Ouvrier en bas de soie 1
Ouvrier en draps d’or, d’argent et soie 1
Ouvrier en draps de soie 11 dont 1 apprenti, 1 compagnon et 1 maître
Ouvrier en ébène 1
Ouvrier en soie 10 dont 2 apprentis
Ouvrier et peigneur d’argent 1
Pareur de peau 1
Passementier 21 dont 2 compagnons, 2 maîtres, 1 passementier-rubantier
Peigneur de chanvre 1
Peintre 1
Praticien 2
Precepteur 1
Prêtre feuillant 1
Quincaillier (marchand) 1
Rubantier 3 dont 1 compagnon
Sellier 1
Sergent (ancien) 1
Serrurier (compagnon) 1
Servant 12
Sœur (bonne) 1
Soldat 11
Sommeiller 1
Tailleur d’habits 9 dont 1 maître et 2 garçons
Tailleur de pierre 1
Tapissier (marchand) 1
Teinturier de soie 1
Tireur d’or 3 dont 1 compagnon
Valet 1
Veloutier 2 dont 1 compagnon
Vitrier 1
Total 186 24,1 %
Non indiqué 587 75,9 %
Total convertis 773 100,0 %

16Les métiers liés de façon directe ou indirecte à la production de la Grande Fabrique sont bien représentés : on compte, entre autres, 24 ouvriers en draps de soie, 3 tireurs d’or, 1 teinturier de soie. Le nombre de passementiers (21), le groupe professionnel le plus fourni hormis les ouvriers en soie, est important aussi. Aux soldats (15), aux serviteurs (13) et aux cordonniers (11) se joignent les travailleurs d’un autre secteur d’activité typiquement lyonnais : le monde de l’horlogerie et de la bijouterie – 5 horlogers et 1 faiseur de ressorts pour montre, 7 orfèvres, 2 lapidaires.

17Le tableau qui ressort de ces quelques considérations est celui d’une population qui se situe plutôt vers le bas de la pyramide sociale. Ce constat est confirmé par quelques indices indirects : le nombre d’individus qui se déclarent compagnons (20) ou apprentis (3) et le nombre particulièrement élevé de femmes dont la profession est précisée (17), un fait relativement rare dans les sources d’Ancien Régime.

  • 13 Voir entre autres John Lofland & Rodney Stark, « Becoming a World Saver: a Theory of Conversion to (...)

18Ce portrait collectif des convertis qui passent par les services de la compagnie de la Propagation de la foi de Lyon dans la seconde moitié du xviie siècle permet de déterminer certains points très généraux de leur profil : leur jeune âge, leur origine majoritairement extérieure à la ville avec un nombre considérable de Genevois et de Suisses, leur situation sociale médiocre, voire précaire. Nous pourrions nous arrêter là et nous contenter d’un constat confirmé par la plupart des enquêtes relatives aux conversions religieuses : ce sont des jeunes, le plus souvent marginaux, qui changent d’affiliation confessionnelle13. Ce bilan n’est guère satisfaisant, et surtout il veut faire coïncider la situation lyonnaise avec des conclusions générales qui négligent le contexte spécifique dans lequel ces conversions se produisent. Pour ma part, je dirais que l’élément le plus significatif qui ressort de cette analyse est le fait que la plupart des convertis sont des étrangers. Les abjurants font partie de cette population mobile qui caractérise les villes marchandes et industrielles de l’Ancien Régime, arrivée à Lyon au gré des circonstances de son existence et des conjonctures d’un marché du travail interdépendant. Ce sont des jeunes parce que ce groupe est surtout constitué de garçons et de filles qui quittent leurs lieux d’origine, où ils ont peu d’attaches, souvent seuls, prêts à faire leur vie ailleurs et à revenir éventuellement plus tard. Leur jeune âge n’est donc pas spécialement déterminé par le fait que la conversion est plus répandue auprès des jeunes gens, mais parce que l’activité de la Compagnie se manifeste surtout à l’intérieur de la population de migrants dont ces jeunes font partie. De ce fait, la conversion a, pour les étrangers, un sens tout à fait particulier qui mérite d’être interrogé.

Notes

1 Didier Eribon, La Société comme verdict : classes, identités, trajectoires, Paris, Fayard, 2013, p. 266.

2 En ce qui concerne les aspects les plus théoriques, je me limiterai ici à citer l’article fondamental et fondateur de Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes : racines d’un paradigme de l’indice », Jean-Pierre Cottereau (trad.), Le Débat, nº 6, 1980, p. 3-44, sur lequel plusieurs ouvrages collectifs sont revenus entre la fin du xxe siècle et le début du suivant. Entre autres, on pourra consulter Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Éditions de l’EHESS / Gallimard / Éditions du Seuil, 1996, et Jean-Claude Passeron & Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

3 Michel Foucault, « La vie des hommes infâmes », Les Cahiers du chemin, nº 29, 1977, p. 12-29. Les travaux d’Arlette Farge – ceux en collaboration avec Foucault et les siens propres – relèvent d’une démarche semblable, bien représentée par la collection « Archives » que Gallimard a créée et maintenue entre 1963 et 1998 (dès 1973, elle est gérée en collaboration avec l’éditeur Julliard), dirigée par Pierre Nora.

4 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998.

5 Didier Eribon, La Société comme verdict, op. cit., p. 266.

6 C’est au fond la démarche de la micro-histoire d’orientation sociale, portée au départ par Giovanni Levi, Edoardo Grendi et leurs élèves, notamment Maurizio Gribaudi et Simona Cerutti.

7 Les registres de la Compagnie commencent en 1659. Ils font mention de quelques conversions précédentes : une en 1653, trois en 1656 et quatre en 1657. Je les ai prises en compte dans mes analyses.

8 L’âge au moment de la conversion ne peut être déterminé que dans 528 cas sur les 773 pris en compte (ce qui représente 68,3 %). Il faut également signaler que l’âge est déterminé approximativement dans la majorité des cas, étant donné que son calcul repose sur les déclarations des convertis consignées aux convertisseurs : or nous savons combien ces déclarations peuvent être imprécises. Je n’ai disposé que dans un nombre limité de cas de l’acte de baptême permettant une évaluation plus exacte de l’âge. L’âge le plus jeune indiqué est 8 ans.

9 ADR, 45 H 14. Aucun renseignement n’est donné sur son jeune frère.

10 ADR, 45 H 14.

11 ADR, 45 H 14.

12 Philip Benedict, The Faith and Fortunes of France’s Huguenots: 1600-1685, Burlington, Ashgate, 2001.

13 Voir entre autres John Lofland & Rodney Stark, « Becoming a World Saver: a Theory of Conversion to a Deviant Perspective », American Sociological Review, vol. 30, nº 6, 1965, p. 862-875 ; James A. Beckford, « Accounting for Conversion », The British Journal of Sociology, vol. 29, nº 2, 1978, p. 249-262 ; Bailey V. Gillespie, Religious Conversion and Personal Identity: How and Why People Change, Birmingham, Religious Education Press, 1979 ; David A. Snow & Richard Machalek, « The Sociology of Conversion », Annual Review of Sociology, nº 10, 1984, p. 167-190 ; Clifford L. Staples & Armand L. Mauss, « Conversion or Committment? A Reassessement of the Snow and Machalek Approach to the Study of Conversion », Journal of Scientific Study of Religion, vol. 26, nº 2, 1987, p. 133-147 ; Pierre-Yves Brandt, « Pourquoi se convertir ? », dans Didier Boisson & Élisabeth Pinto-Mathieu (dir.), La Conversion: textes et réalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 15-26.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pourcentage de convertis selon leur âge (1653-1687)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 2. Origines des convertis français
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/32427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search