Version classiqueVersion mobile

Poétiques du je

 | 
Philippe Gasparini

Vers une histoire des écritures du moi

Texte intégral

1L’histoire des écritures du moi est un champ de recherche prometteur. Il n’est pas tout à fait en friches. Bien que fondé sur des présupposés idéologiques dépassés, le travail encyclopédique de Georg Misch peut encore être utile pour l’Antiquité et le Moyen Âge. Plus récemment, sont parues des études qui embrassent de larges domaines dont on ne soupçonnait pas la fécondité autobiographique. Le livre de Pei-yi Wu a révélé l’existence d’une tradition chinoise des écritures du moi. L’équipe californienne dirigée par D.F. Reynolds a recensé plus de cent témoignages personnels dans le domaine arabophone avant 1800. Les travaux de Martin Hinterberger et Michael Angold ont montré la persistance de cette veine à Byzance. Quelques colloques ont permis d’exhumer des textes autobiographiques de l’Antiquité et du Moyen Âge. Les écrits « ordinaires », ou du for privé, sont dépouillés, dans plusieurs pays, par des équipes pluridisciplinaires. Si ces recherches ouvrent de nouveaux horizons, elles ne dépassent guère le stade de l’inventaire.

2À l’autre bout de la lorgnette, un certain nombre de textes remarquables ont été traduits, retraduits, restitués dans leur intégralité, et commentés. Mais, d’une part, leur dimension autobiographique n’est pas toujours suffisamment prise en compte par les commentateurs ; et, d’autre part, ces travaux sont si rares qu’Augustin, Grégoire de Nazianze, Abélard, la mère de Michitsuna, Nijô, Ibn Munqidh, Ibn Khaldûn ou Cellini semblent des cas d’espèce, isolés dans un désert autobiographique, alors que chacun d’entre eux s’inscrit bien évidemment dans un courant culturel favorable au témoignage personnel.

3Traductions, éditions critiques, anthologies, monographies, études des formes, des thèmes et des évolutions, contextualisation sociale, politique et culturelle : un travail énorme reste à accomplir pour constituer une anthropologie historique des écritures du moi. Peut-être faut-il commencer par se demander pourquoi cette discipline n’a pas encore vu le jour. Craig Howes, professeur à l’Université d’Hawaï et cofondateur de l’Association internationale d’auto/biographie (IABA), avance les explications suivantes :

  • 1  Craig Howes, « Étudier l’autobiographie aujourd’hui », Marie-Danielle Leruez (trad.), La Faute à R (...)

L’importance donnée au post-structuralisme et au post-colonialisme a poussé les études autobiographiques à se focaliser sur des textes produits pendant les deux derniers siècles et même, plus particulièrement, après la Seconde Guerre mondiale. En conséquence, bien qu’il puisse arriver qu’un spécialiste d’hagiographie ou d’autobiographie spirituelle assiste aux congrès IABA, presque tous ceux qui travaillent sur les textes anciens, du Moyen Âge ou de la Renaissance, n’estiment pas appartenir à notre confrérie. Bien qu’il y ait sans doute peu de chercheurs pour souscrire à la théorie selon laquelle l’autobiographie est un genre né en Europe au siècle des Lumières, à l’époque de Rousseau, la plupart des propositions d’articles que reçoit Biography et la plupart des communications faites aux congrès IABA donnent l’impression que cette définition de l’autobiographie a encore cours1.

L’étude des écritures du moi souffre d’une coupure épistémologique située au xviiie siècle. Une exclusion n’allant jamais seule, elle souffre également de coupures épistémologiques dans l’espace puisqu’elle ignore les civilisations orientales (coupure Est / Ouest) et la culture arabe (coupure Nord / Sud). Seuls les textes occidentaux postérieurs à 1750 bénéficient d’une lecture critique, donc plurielle : littéraire, historique, anthropologique, psychologique. Les autres restent confinés dans le champ de spécialistes qui les étudient dans la seule perspective de leur discipline.

4Il faut noter que ce cantonnement spatiotemporel n’était pas de rigueur dans les sciences humaines des années 1960-1970, pourtant réputées pour leur anti-humanisme. Julia Kristeva décryptait Jehan de Saintré et les écrits de Thérèse d’Avila, Bakhtine se référait à Varron autant qu’à Rabelais, Barthes avouait sa fascination pour Vita nuova et le bouddhisme zen, Foucault consacrait ses cours au souci de soi dans l’Antiquité. Tous ressentaient la nécessité d’inscrire leur réflexion dans l’histoire des formes et des idées.

5Mais, curieusement, le retour du sujet, qui marque la fin des avant-gardes, au tournant des années 1980, s’est accompagné d’un déni de son histoire. Tout s’est passé comme si le discrédit dont souffrait l’histoire de la littérature ne pouvait être dépassé. On postula que le je était né, tout armé, en Europe au xviiie siècle, pour conquérir la planète en brandissant la Déclaration des droits de l’homme et les Confessions. Aujourd’hui encore, comme le constate Craig Howes, bien que la plupart des chercheurs aient abandonné ce grand récit génétique, les spécialistes des écritures du moi n’ont pas entrepris d’historiciser leur champ d’études.

  • 2  Philippe Lejeune, « Autobiographie et histoire littéraire », dans Le Pacte autobiographique [1975] (...)

6Dans l’article « Autobiographie et histoire littéraire », publié à la suite du célèbre Pacte autobiographique, Philippe Lejeune énumérait toutes les bonnes raisons de ne pas s’atteler à une telle entreprise, condamnée à sombrer dans « l’illusion rétrospective de lecteurs modernes se méprenant sur les codes de l’époque2 ». Or le récit autobiographique n’est pas moins exposé à l’illusion rétrospective que le récit anthropologique. Si on réhabilite le premier, et sa quête subjective de la vérité, on ne saurait interdire le second au nom d’une impossible objectivité.

7Sans doute l’entreprise de reconnaissance et de légitimation devait-elle en passer par une phase de description structurale. Mais, maintenant que l’espace autobiographique est cartographié dans ses trois dimensions – le journal, l’autobiographie, le roman autobiographique –, il est temps d’explorer la quatrième : le temps, et donc la profondeur historique. Non tant pour obtenir des réponses aux questions posées par les écritures du moi contemporaines que pour les poser autrement en apprenant à déplacer nos points de vue. L’histoire des écritures du moi va en effet enrichir ses trois composantes : l’écriture, l’histoire, le moi. Commençons par l’écriture.

L’écriture

  • 3  Gérard Genette, « Poétique et histoire », dans Figures III, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique » (...)

8Le formalisme russe, le New Criticism anglo-saxon, la Nouvelle Critique française avaient en commun d’exiger une lecture interne, « autotélique », structurale, autrement dit exempte de considérations historiques ou biographiques. En 1969, Gérard Genette expliquait qu’« en ce qui concerne la critique dite “formaliste”, cet apparent refus de l’histoire n’était en fait qu’une mise entre parenthèses provisoire, une suspension méthodique, et que ce type de critique (que l’on appellerait plus justement théorie des formes littéraires, ou plus brièvement, poétique) [lui] paraissait voué, plus qu’aucun autre peut-être, à rencontrer un jour l’histoire sur son chemin3 ».

9De fait, il n’y a plus, aujourd’hui, d’opposition entre critique interne et externe : rien n’interdit de recourir à l’une, à l’autre, ou, le plus souvent, aux deux. Les écritures du moi constituent à cet égard un cas particulier. Dans la mesure où elles tentent obstinément de traduire une expérience personnelle, elles ne peuvent se réduire à un pur jeu formel. Pour décrire et évaluer l’entreprise de transcription, le commentaire doit nécessairement se référer à cette expérience.

10Cependant, le témoignage écrit n’a pas seulement pour référent l’expérience personnelle de l’auteur, mais aussi toute une série d’autres témoignages. Il s’inscrit dans un contexte qui détermine son discours et son récit, par des processus complexes, et en partie inconscients, d’imitation, de réaction ou d’invention. Ce n’est qu’en le situant, autant que possible, dans cet environnement que l’on pourra décrire sa technique rhétorique et mesurer son originalité. En effet, par définition, le texte autobiographique construit un ethos de l’auteur, qui se présente de manière à convaincre le lecteur de sa sincérité. Cette présentation de soi est largement tributaire d’un code d’usages sociaux que le texte, tour à tour, illustre, instrumentalise, dénonce et transgresse.

11Dès l’instant où l’écriture du moi se constitue en genres (lettre, journal, mémoires, autobiographie, roman autobiographique, autofiction), elle crée ses propres codes en opérant une synthèse de ces usages sociaux et des procédés d’écriture dont elle dispose. Également nourrie d’anthropologie historique et d’histoire littéraire, l’histoire des écritures du moi doit permettre de mesurer ce que les textes autobiographiques doivent à la rhétorique et à la poétique de leur époque. Comme je l’ai montré dans La Tentation autobiographique, le roman n’a pas toujours représenté, pour les apprentis autobiographes, le genre de référence. La poésie, le discours rhétorique, la chronique, la prière, le sermon, l’hagiographie leur ont autrefois fourni des modèles, des matrices et des répondants intertextuels. Et ces traditions génériques exercent encore, ou de nouveau, une certaine fascination sur les écritures du moi contemporaines. Quant aux relations incestueuses de l’autobiographie et du roman, elles n’ont cessé d’évoluer en fonction des attentes du public.

12L’histoire des écritures du moi n’ouvre pas seulement la porte de la critique à l’anthropologie diachronique. Elle entrebâille aussi des fenêtres sur les cultures autobiographiques du monde, provoquant des courants d’air qui empêchent précisément de réduire les textes aux codes culturels. Rien n’interdit en effet de confronter Georges Perec et Sei Shonagon, Platon et Voltaire, Thérèse d’Avila et Aelius Aristide, Joinville et Ibn Munqhid. Malgré les distances qui les séparent, ces auteurs ont développé des stratégies, des motifs, des formes textuelles comparables. Il faudrait donc se demander s’il existe des invariants en matière d’expression de soi, des tendances récurrentes, des influences inaperçues. On étendrait du même coup le champ de la littérature comparée.

L’histoire

13L’histoire des écritures du moi n’est qu’une petite branche de l’histoire dont elle est dépendante pour situer les textes autobiographiques dans leur contexte chronologique, politique, sociétal, culturel. Mais, réciproquement, elle peut contribuer à éclairer l’histoire et la typologie des civilisations.

14Ainsi, l’absence d’écriture du moi signale une société « holiste », communautaire, ou franchement totalitaire, qui assujettit l’individu au groupe, qu’il soit familial, clanique, corporatif, religieux, politique ou national. En régime autoritaire, il est fréquent que le monarque, les puissants ou les prêtres monopolisent et instrumentalisent le discours en première personne à des fins de propagande, quand ils ne contraignent pas les sujets récalcitrants à la confession, à l’autocritique. Cependant, à mesure que l’alphabétisation progresse, que le bien-être augmente, que les individus acquièrent des droits, que l’offre culturelle se diversifie, la correspondance, le livre de famille, le journal personnel, les mémoires, le blog se diffusent, inéluctablement, dans toutes les couches de la société.

  • 4  Pierre Karila-Cohen, « Les mutilés de l’âme », à propos de Du front à l’asile de Stéphane Tison et (...)

15Dans les années 1850-1910, de nombreux penseurs, dont Burckardt, Dilthey et Misch, avaient la conviction que le développement des écritures du moi accompagnait et traduisait le processus historique d’autonomisation croissante des individus. Puis les idéologies anti-individualistes et antihumanistes donnèrent un coup d’arrêt à la réflexion sur les témoignages personnels. Et il fallut attendre les années 1970 pour qu’ils soient, de nouveau, pris en considération. Aujourd’hui, nous pouvons faire le constat, avec l’historien Pierre Karila-Cohen, que ce corpus est au cœur des recherches en sciences humaines : « Une tendance actuelle qui dépasse largement l’histoire et même les sciences sociales : la promotion du récit de vie comme clé de compréhension d’un monde, qu’il soit d’hier ou d’aujourd’hui4. » Les « récits de vie » parlent de situations sociales, économiques et culturelles qui intéressent l’histoire sociale, l’anthropologie historique, la micro-histoire (microstoria). Mais ils s’inscrivent aussi dans des traditions culturelles, des usages rhétoriques, un environnement autobiographique, un horizon d’attente qui requièrent une analyse à la fois littéraire et anthropologique, ainsi que le suggère Nicole Pellegrin dans une parenthèse de l’Histoire du corps :

  • 5  Nicole Pellegrin, « Corps du commun, usages communs du corps », dans Georges Vigarello (dir.), His (...)

Diaires, mémoires et autobiographies (ici nos principales sources d’information avec quelques éléments d’architecture, de mobilier et de garde-robe, et des documents judiciaires et notariés épars) sont des « textes » qui, lorsqu’ils mettent en scène l’agitation de l’ici-bas, sont tous, eux aussi, subordonnés à une croyance (celle d’un corps à dompter) et à une nécessité (la construction d’un espace d’écriture qui a ses propres conventions et des finalités spécifiques)5.

  • 6  Cette complémentarité est notamment défendue par le grand spécialiste des livres de famille, Raul (...)

Si, en effet, l’« espace d’écriture » autobiographique obéit à des « conventions et des finalités spécifiques », il faut développer un savoir permettant de contextualiser et décoder les textes qui en relèvent. Les deux approches, historique et critique, ne sont pas seulement complémentaires, elles sont indissociables. L’une sans l’autre se condamnerait à l’approximation et à l’erreur6.

Le moi

16Le problème central que pose le témoignage personnel, à l’historien comme au critique, est l’identité de son auteur, son autonomie, sa fiabilité. Et c’est également la question à laquelle l’auteur prétend apporter une réponse : qui suis-je ? Qui est « moi » ? Ainsi Stendhal, au début de la Vie de Henry Brulard :

  • 7  Stendhal, Vie de Henry Brulard [1890], Henri Martineau (éd.), Paris, Garnier, 1961, p. 6-9.

Je vais avoir cinquante ans, il serait bien temps de me connaître. Qu’ai-je été ? que suis-je, en vérité, je serais bien embarrassé de le dire. [...] Je devrais écrire ma vie, je saurai peut-être enfin, quand cela sera fini dans deux ou trois ans, ce que j’ai été [...]. Cette idée me sourit. [...] à vrai dire, je l’ai eu bien des fois depuis 1832, mais [...] quel œil peut se voir soi-même7 ?

Certains auteurs se définissent par leur généalogie, leurs appartenances, le système de valeurs et les obligations sociétales qu’ils ont scrupuleusement honorés. D’autres, au contraire, mettent l’accent sur la singularité de leurs choix, de leur parcours, de leurs réalisations. Un petit nombre tente d’établir des liens de causalité entre ceci et cela. Mais tous revendiquent leur qualité de sujet, irréductible aux conditionnements linguistiques, culturels, familiaux, sociaux, politiques ou religieux. Et, d’une certaine manière, leur passage à l’acte autobiographique transforme cette revendication en proclamation : j’écris à la première personne donc je suis, je (ou parfois il) est.

17En retraçant tout ou partie de son itinéraire, le sujet construit ce que Paul Ricœur a nommé son identité narrative. Ce travail s’élabore probablement tout au long de la vie, dans l’inconscient, dans le monologue intérieur, dans les échanges verbaux et non verbaux. Mais il se concrétise par l’écriture du moi, fût-ce à travers une lettre, un texto, un blog. En se représentant et en configurant son histoire, le sujet devient, symboliquement, auteur de sa vie ; il prend son destin en main. L’écriture du récit reproduit, rejoue, met en abyme l’expérience de l’autonomie existentielle. Elle fait de l’individu un sujet au double sens grammatical et métaphysique.

18L’autobiographe ne raconte pas seulement ce qui lui est arrivé. Il se pose en agent de sa propre existence en mettant l’accent sur sa capacité à décider et à agir par lui-même. Il se distingue ainsi de l’objet des sciences sociales, dont le milieu détermine le comportement ; et il se distingue également du héros tragique ou romanesque, marchant inéluctablement vers le destin qui lui est assigné. Sous cet aspect également, l’acte scripturaire rejoue, et, si je puis me permettre un anglicisme, « emphatise » le processus d’autonomisation du sujet.

19Enfin, l’identité de l’auteur est relationnelle : elle s’inscrit et se construit dans un réseau intersubjectif, un système d’échanges polymorphes. Le texte répond à une demande et s’adresse à des destinataires. Même s’il n’est écrit que pour soi, comme de nombreux journaux, il cite, commente et imite les comportements d’autrui. Les souvenirs qu’il convoque sont, comme les rêves, tissés de réminiscences relationnelles. La langue elle-même, commune par définition, « fasciste » disait Barthes, façonne et uniformise les témoignages de ses usagers.

20Dans le texte comme dans la réalité, cette triple identité, narrative, agentive et relationnelle, est construite à partir de matériaux disparates qui ont deux sources : d’une part l’expérience consciente et inconsciente de l’auteur, d’autre part son environnement sociétal. Le texte permet de voir à l’œuvre ce processus de configuration identitaire qui, dans la réalité, se déroule tout au long de la vie. Il en donne une représentation, une mimesis, une fiction si l’on veut, qui doit autant à l’imagination et aux paradigmes culturels qu’à la mémoire, elle-même tributaire du temps, de l’état du corps, de l’inconscient.

21L’histoire des écritures du moi montre comment les individus se construisent en racontant leur vie. Elle a donc pour vocation d’éclairer la réflexion sur le concept de sujet, qu’on l’aborde sous un angle ontologique, anthropologique ou psychopathologique.

Notes

1  Craig Howes, « Étudier l’autobiographie aujourd’hui », Marie-Danielle Leruez (trad.), La Faute à Rousseau, nº 58, 2011, p. 74.

2  Philippe Lejeune, « Autobiographie et histoire littéraire », dans Le Pacte autobiographique [1975], Paris, Éditions du Seuil, « Points essais », 1996, p. 315.

3  Gérard Genette, « Poétique et histoire », dans Figures III, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1972, p. 13.

4  Pierre Karila-Cohen, « Les mutilés de l’âme », à propos de Du front à l’asile de Stéphane Tison et Hervé Guillaumain, Le Monde des livres, 11 octobre 2013.

5  Nicole Pellegrin, « Corps du commun, usages communs du corps », dans Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, 1. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Éditions du Seuil, 2005, p. 116.

6  Cette complémentarité est notamment défendue par le grand spécialiste des livres de famille, Raul Mordenti : « La contribution de la critique littéraire aux recherches sur les livres de famille italiens », dans Jean-Pierre Bardet, Élisabeth Arnoul & François-Joseph Ruggiu (dir.), Les Écrits du for privé en Europe du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, p. 49-64.

7  Stendhal, Vie de Henry Brulard [1890], Henri Martineau (éd.), Paris, Garnier, 1961, p. 6-9.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search