Version classiqueVersion mobile

Poétiques du je

 | 
Philippe Gasparini

Pragmatique de la préface en régime autobiographique1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En épigraphe, ou en préface, je voudrais placer une phrase de Roland Barthes, que cite Gérard Genette dans son ouvrage fondamental pour tout ce qui concerne le péritexte, à savoir Seuils, publié en 1987. Cette phrase figurait dans la préface d’un essai du philosophe François Flahaut dont le titre, La Parole intermédiaire, pourrait justement définir la fonction préfacielle. La voici : « Un auteur peut certes dire “je”, mais il lui est difficile, sans susciter quelque vertige, de commenter ce moi par un second “je”, forcément différent du premier2. » Ce triple renvoi intertextuel me suggère que j’aurais peut-être dû intituler mon propos « Difficultés de la préface en régime autobiographique » : difficulté pour l’auteur à se préfacer lui-même sans céder au « vertige » qu’évoque Roland Barthes, et difficulté pour le critique de déconstruire la stratégie de l’auteur, sans se laisser prendre par ce vertige.

La posture autobiographique est en elle-même vertigineuse par la toute-puissance qu...

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search